Crunchez vos adresses URL
|
Rejoignez notre discord
|
Hébergez vos photos
Page 99 sur 99 PremièrePremière ... 4989919293949596979899
Affichage des résultats 2 941 à 2 967 sur 2967
  1. #2941
    Terminé également.

    Je mets tout en spoiler afin d'éviter les fuites pour ceux et celles qui se lanceront dans le jeu.
    Spoiler Alert!

    Comme certains l'ont évoqué, le jeu est un brin trop long. Mais au fond, cette longueur exprime l'ambivalence d'Ellie: c'est-à-dire son humanité, son désir de paix et d'harmonie (cette aura est présente dans l'épisode 1) et la torture profonde et bien encrée liée à la vengeance qui la poursuit tout au long du jeu.
    Une vengeance reliée à la mise à mort de Joel. Aussi, le fait de jouer avec Abby apparait comme indispensable et plutôt finement pensé, dans la mesure où l'on souhaite nous montrer quel est le chemin tortueux de la vengeance.

    Ce que j'ai apprécié est surtout le fait d'avoir mis en lumière le cercle vicieux que procure la colère. Tout comme Yoda l'évoque dans Star Wars, la colère mène à la haine et à bien des choses. Dans cet opus, nous avons le cercle complet et la personnification de ce que l'on pourrait être poussé à produire sous le coup de la haine.
    J'ai aimé jouer avec Abby afin de me rendre compte de ce que le personnage allait provoquer en tuant Joel => un effondrement de toutes les bases connues et acquises durant toute une vie (Abby perd littéralement tous ses amis et est chassée de son camp). Aussi, en alter ego, Ellie perd également ses repaires et se noie dans une attitude de rejet à l'égard de son entourage (elle quitte sa famille et choisit la vengeance). L'une poursuit l'autre. Ellie est mûe par la vengeance, Abby est torturée par la culpabilité et cherche à se "sauver" en sauvant les enfants au péril de sa vie (Lev et Yara). Mais finalement, aucune des deux ne pourra accéder à la paix de l'âme, car l'une et l'autre sont constamment rattrapées par leurs actes => Abby est rattrapée par les Crotales, un peu comme le Karma qui frappe à votre porte pour vous retirer le dernier vestige de ce que vous possédez, tandis qu'Ellie qui cherchait à enterrer sa vengeance est à nouveau cueillie par celle-ci en la personne de Tommy. Les deux femmes doivent alors se confronter réellement, sans parasitage ni intervention externe.

    Bref, tout cela pour indiquer que la longueur est finalement justifiée car tout au long du jeu, les deux femmes n'auront absolument aucun répit et encore moins le temps de réfléchir à ce qu'elles ont réellement produit dans leurs vies pour en arriver là.
    Aussi, le fait de confronter les deux femmes est également une métaphore pour réunir deux polarités en une seule et même existence. Car Abby et Ellie sont reliées entre elles par un "karma" relativement puissant. Aussi, pour accéder à la paix, il est nécessaire d'accepter et de briser les schémas établis.
    Je pense que l'on peut interpréter la fin du jeu de multiples façons. La mienne est la suivante: Abby a déjà accepté de laisser les choses se tasser, lorsqu'elle a épargné la vie de Dina. Ce qui n'est pas le cas de Ellie, qui elle, a été interrompue dans son processus de vengeance.
    Par contre, elle accède au même niveau de compréhension, en laissant Abby s'en aller. Ce qui permet à l'équilibre d'être à nouveau instauré puisque les deux femmes sont au même pied d'égalité et aussi brisées l'une que l'autre, malheureusement.
    Enfin, le fait que Lev soit arraché à Abby si brutalement vers la fin du jeu, intervient pour nous rappeler la cruauté et le libre arbitre du monde dans lequel les deux femmes tentent de survivre avec si peu de choses.

    Ellie, en revenant à la ferme s'aperçoit effectivement que Dina a déserté les lieux. Or je le vois plutôt comme une façon de permettre à Ellie de laisser tous ses démons filer.
    En repensant une dernière fois à Joel et en reposant sa guitare pour enfin quitter la chambre, Ellie referme ce livre de sa vie pour en commencer un autre (ou pas, mais je préfère cette vision optimiste). Et comme on le sait, plusieurs tomes peuvent comporter les mêmes personnages.
    Dina savait qu'Ellie ne serait jamais en paix et lutter contre cela aurait été destructeur. C'est pour cette raison qu'elle choisit de tout laisser partir pour mener une vie dans un endroit immaculé, sans Ellie. Et j'aime à penser qu'Ellie, une fois débarrassée de ses états d'âme très difficiles à surmonter, pourrait retourner auprès de la femme qu'elle aime et donc mener une vie simple, facile et sans violence.

    Bon pour la version plus pragmatique, j’ai également aimé l’autre image qui tend à démontrer qu’il est nécessaire, au bon moment, de saisir l’opportunité de briser le schéma à temps, sous peine de passer à côté de très belles choses. Car au final, même si le combat entre Abby et Ellie n’a pas mené à la mort de l’une ou l’autre, les deux femmes ont tellement perdu qu’elles plongent dans une solitude très profonde. Abby part seule sur un bateau au milieu de la brume, tandis qu’Ellie se retrouve seule dans une grande maison au milieu de nulle part.


    Pour aborder d’autres points rapidement, j’ai bien aimé le gameplay, bien que je déteste toujours autant l’infiltration et le fait de devoir éviter certains PNJ afin de survivre. Le jeu ne pardonne pas passé une certaine difficulté donc j’ai un peu jonglé avec cela lors des moments difficiles, en plus de rager comme une folle.

    Niveau graphismes, alors je ne serais probablement pas très objective car je possède le premier modèle de la PS4, donc beaucoup moins optimisée qu’une pro. Ceci étant dit, le jeu était malgré tout extrêmement joli et agréable. Moi qui aime la verdure, j’ai été servie par la beauté des panoramas.

    Je ne mettrais pas de note, car j’ai toujours du mal à quantifier à quel point j’ai apprécié un jeu mais je dirais qu’il s’agit du titre que j’ai le plus aimé en 2020.

    Encore une fois, j'ai ce sentiment de ne plus savoir à quoi jouer, après un tel jeu

    Edit: j'ai édité quelques points de mon post car je l'avais posté un peu trop à chaud.
    Dernière modification par Siunn ; 16/10/2020 à 13h16.

  2. #2942
    J'ai moi aussi fini le jeu.

    Pas de doute ; c'est un jeu qui "marque" et il faut tirer son chapeau a ND pour avoir osé faire ce type de jeu mais...

    Comme tous, j''ai ete géné mais pas pour les memes raisons que la majorité d'apres ce que j'ai lu:


    Spoiler Alert!
    Deja, j'ai eu beaucoup de mal avec la fin de the last of us 1. Pour moi Joel est une ordure égoïste qui a détruit le seul espoir de sauver l'humanité.

    Et qui, pour ca, a tué des dizaines d'innocents.

    Incarner Elie qui pour venger son ordure de père adoptif massacre a tire larigot femmes, femmes enceintes, enfants j'ai eu du mal. J'ai vraiment détesté Elie en fait et j'esperais vaguement qu'elle se fasse buter avant la fin du jeu..

    Par contre j'ai beaucoup d'empathie pour le personnage d Abby. Elle se venge en assassinant l'ordure qui a tué son pere mais elle epargne les autres et arrive a se séparer de ses reflexes tribaux pour aider 'l"autre".

    Naughty dog a essayé de monter une tragedie grecque avec une approche "ancien testament interprète par les americains" : vengeance, œil pour oeil, dent pour dent, guns, centaines de morts....

  3. #2943
    Attention Spoilers du 1.

    Joël est l'archétype du survivaliste. Tu marches ou tu crèves.
    Dans TLOU, Joël est clairement en mode survie à tout prix. L'endroit où il vit n'est pas un havre de paix. D'ailleurs, je pense qu'au début du jeu, il aurait largement pu laisser Ellie entre les mains des Lucioles .

    Joël fait un choix qui le ramène à sa propre humanité, après des années de tueries et de massacres qui n'avaient que pour sens de rester en vie. Il a également le choix de sauver une vie, quand il n'a pas su le faire. C'est très symbolique car beaucoup de personnages meurent dans le 1. Et finalement, je pense que beaucoup d'entre nous auraient fait pareil.

    D'ailleurs, le deuxième opus aborde le fait que rien n'est noir ni blanc mais tout est gris.
    Spoiler Alert!
    Le groupe d'Abby a lui-même tué pour asseoir une supériorité sur un autre groupe. Les dialogues entre les personnages abordent cette thématique de la vengeance sans arrêt et l'on se rend très vite compte que personne n'a été à l'abri d'une action jugée immorale. Il s'agit donc de briser le cercle vicieux pour inverser la tendance => ce qu'entreprend de faire Abby, sous le conseil de Lev et finalement Ellie, en étant sur le point de tuer Abby.


    Bref, selon moi, Joël est juste un type qui survit et qui est en effet égoïste mais également aimant et très humain. Ce que ne sont plus réellement
    Spoiler Alert!
    les Scars.

  4. #2944
    Spoiler du début du 2, comment ça aurait du finir...

    Spoiler Alert!

  5. #2945
    Je l'ai finit hier. Environ 45h de jeu en mode survivor. Putain, c'était éprouvant, dans tous les sens du terme. La fin m'a bien tapé dans la tronche, d'autant que ça me renvoit (d'une certaine façon) à du vécu personnel.

    Je viens de lire les 15/20 dernières pages du topic. Je pense que les échanges de Kimuji et Elogann on abordé la plupart de ce qu'il y a à dire sur la partie constructions des personnages et ce qui en résulte (choix de scénar, confrontation des personnages à leur émotions, confrontations tout court, etc.) qui en découlent. D'ailleurs vos échanges étaient super intéressant à lire, c'est chouette Globalement, j'ai beaucoup aimé la narration, et même si l'on comprends assez vite là ou Naughty Dog veut nous emmener (en tout cas dans les grandes lignes), ce parti pris est plutôt rare. C'est vraiment agréable.

    Il y a un point qui m'a pas mal fait réfléchir et dont j'ai parlé dans le topic des jeux finit récemment hier. Pas de spoil, il est question de mécanique de craft et de réalisme du monde.

    Citation Envoyé par L0ur5 Voir le message
    C'est très très immersif : en même temps, avec une DA réaliste et en évoluant dans des environnements basés sur ceux du monde réel, c'est plutôt logique. Surtout au vu de l'effort qui a été mis sur les environnement. Au vu de la quantité de détails nécessaire pour parfois presque rien en terme de gameplay (un morceau de niveau un peu caché ou l'on trouve un ou deux pauvre composants de craft), les level designer et les environnement artists ont du avoir carte blanche ou pas loin. Et punaise, c'est appréciable. Au point que ça finit par poser des questions en terme de distanciation à la réalité, dans le sens ou le moindre petit détail pas réaliste devient bien plus gênant que dans un jeu beaucoup moins bien finis (un parallèle direct avec l'Uncanny Valley). Exemple : on peut ramasser des morceaux de tissu, des rouleaux de scotch et des lames (ciseaux, cutter etc.) pour crafter différents items. Dans un passage du jeu, on se retrouve dans une mercerie (abandonnée et partiellement en ruine, post apo oblige), et sur un comptoir du magasin on trouve encore - malgré l'état général délabré - une paire de grand ciseaux en métal (que l'on peut ramasser donc) à côté d'autre matériel utile pour le tissu. Super, très cohérent dans un magasin comme ça, c'est top. Mais impossible par contre de ramasser du tissu sur les rouleaux présent dans le magasin, alors qu'il y a une catégorie spécifique pour ça dans notre inventaire. Idem quand on ramasse une lame sur le plan de travail d'une cuisine, mais que l'on ne peut pas ramasser le set de couteaux encore présent à moins d'un mètre. Ou lorsque l’on rentre dans un garage, et que parmi les outils qui traînent sur une étagère se trouve du sotch genre duct tape qui fait parti du décor, et qui a été placé là par un environnement artiste et non par un game designer. Ca créé un paradoxe assez désagréable (le mot est surement un peu fort) pour le joueur, du coup.
    Est ce que ça fait tiquer certains d'entre vous aussi?


    Edit :
    Citation Envoyé par Kimuji Voir le message
    Perso même au ralenti je ne vois pas cette ondulation (le second gif c'est en bonus ):
    Parce que je viens de tomber dessus dans une vidéo à propos des détails du jeu, voici un exemple. Ceci dit, je ne pense pas non plus que ce soit volontaire.
    Dernière modification par L0ur5 ; 21/11/2020 à 15h33.
    "Veuillez nous excuser pour ce désagrément"

  6. #2946
    Spoiler Alert!
    Pas encore terminé le jeu mais la partie ou on incarne Abby est drôlement saoulant, on comprend que ND à souhaité donné l'autre vision des conséquences du massacre qu'a fait Joel dans le premier volet mais c'est trop long.

  7. #2947
    J'en suis à 16h et quelques de jeu, le scénario décolle enfin
    Spoiler Alert!
    quand on en finit avec Ellie à l'aquarium et commence avec l'autre nana au stade, ça fait long pour raconter quelques péripéties, heureusement qu'il y a les flashbacks pour rendre ça plus consistant.
    Le prétexte du départ se comprend, mais les enjeux mettent littéralement des plombes à se mettre en place.
    Après c'est magnifique (même sur PS4 normale, je prends des photos tout le temps, on dirait du artwork mouvant!), le souci du détail est hallucinant, ça m'avait plus fait ça depuis Red Dead Redemption 2 sur cette console.

    Niveau gameplay c'est bien réglé, même si j'ai parfois l'impression de plus joué à Uncharted qu'au coté survival du premier. Enfin certains passages sont bien intenses, je joue en normal j'en prend déjà plein la tête alors je reste dessus.
    Après les ennemis humains sont souvent cons... Les infectés sont plus variés avec des nouveaux venus bien vicelards et ces C**** de clebs font bien suer aussi.


    Bref je sens que ça rallonge pas mal la sauce du 1 pour le moment, même si je le trouve prenant et incroyablement immersif.
    Dernière modification par Manuel ; 26/01/2021 à 03h08.

  8. #2948
    TLOU2 est un pur bonheur, visuel mais aussi niveau gameplay, ils prouvent à jamais d'une part que les Tflops sont du vent et d'autre part, que oui, c'est acté, il devait y avoir une suite aux aventures de Elie et Joel mais voila, comme tout chez d'oeuvre, il est imparfait, le bestiaux à un lourd secret dans sa seconde ou plus précisément dans son dernier tiers de jeu,
    Spoiler Alert!
    à la manière de Raiden qu'on attendait pas dans MetalGearSolid-2, un personnage mystère fait son apparition dans le titre, omniprésent, il bouleverse l'histoire et bien qu'il permet de voir le récit d'un autre point de vu intéressant, on ne cesse de prier pour revoir Elie, malheureusement en même temps que les heures défiles, point de trace de la jeune fille et il faut se résoudre à une évidence, le jeu se termine et on incarne toujours ce 'Raiden', ce nouveau venu.

    Gamekult citation des points faibles de TLOU-2 :

    -Trop long pour son propre bien.
    -Une deuxième partie très discutable.
    -Etc ...

    Personnellement, j'ai craqué, j'ai stoppé le jeu avant
    Spoiler Alert!
    la ferme
    , pour ceux qui savent ce que ce moment signifie puis j'ai regardé la soluce, hérésie et j'ai rangé le titre dans ma bibliothèque et je n'y ai plus touché depuis des mois.
    Dernière modification par reneyvane ; 27/01/2021 à 04h43.

  9. #2949
    Quand j'ai entamé un jeu comme ça impossible de ne pas aller jusqu'au bout. J'avais plié le 1 en même pas une semaine mais il était bien plus court en durée de vie.

    Puis ça prouve que la PS4 en a dans le ventre quand elle est maîtrisée. Quand la technique et la direction artistique sont en parfaite symbiose ça donne ce genre de résultat qui redonne foi dans le jeu vidéo (violon, petite larme).
    Spoiler Alert!
    Maintenant l'histoire avance plus vite je suis content qu'on lâche enfin Ellie, elle est loin d'être la seule à souffrir dans ce monde post-apo et ça donne une perspective plus large à l'univers de la série. J'espère qu'on aura le point de vue des scars aussi même s'ils ont l'air assez perchés. En même temps j'ose à peine imaginer ce que deviendrai le continent américain si une catastrophe du genre arrivait avec tous les allumés religieux présents là-bas, déjà que...

    Mets des balises spoilers reneyvane, tu divulgâches un peu là.

  10. #2950
    Citation Envoyé par Evets Voir le message
    Spoiler du début du 2, comment ça aurait du finir...

    Spoiler Alert!
    XD j'adore ces gars, leurs séries sur PUBG m'avait bien plié !
    twitch.tv/tonton_yoyo Pour m'écouter faire semblant de savoir de quoi je parle, en live !

  11. #2951
    Le chapitre
    Spoiler Alert!
    "Terrain hostile"
    , j'étais pas prêt, ça pique fort!

    Ce jeu bordel, les montagnes russes du survival-horror!

  12. #2952
    Bon j'ai terminé les deux jeux. En dehors du fait que tous les perso du jeux sont des Daredevil en puissance, l'univers était cohérent et agréable à parcourir (en dehors des zones sombres et des zombies, mais là c'est très fortement une question d'appréhension personnelle de tout ce qui touche à l'horreur). Très clairement je préfère l'exploration aux combats. À quand un nouvel épisode où
    Spoiler Alert!
    on joue uniquement Abby et où on met de côté cette réac d'Ellie ? Sérieusement ce personnage m'a semblé beaucoup plus humain et travaillé et je veux voir la suite de ses aventures !

  13. #2953
    Mais heu c'est quoi cette fin ? Rendez-moi la perfection du premier.
    Spoiler Alert!
    Moi qui pensais que ça allait embrayer sur un truc plus ambitieux que cette histoire de vengeance bah... nop! Enfin au moins Abby est sauvé par Ellie, même si elle veut encore lui faire la peau puis renonce.
    Puis les flashback avec Joël, c'est bon là on a fait 2 fois le tour du sujet.
    Spoiler Alert!
    La fin est vraiment meh avec Ellie... Tout ça pour finir seule! Comment va t-elle rebondir après ça ? La suite des aventures d'Abby semblent plus prometteuses

    Après ça permet d'embrayer pile poil sur la série HBO vu que les arc narratifs sont parfaitement calés pour ça, je vois bien le truc partir pour au moins 3 saisons et 2 jeux supplémentaires (un pendant la série et un autre après pour conclure).
    Plan (commercial) parfait!
    Pour l'intérêt après j'ai un doute mais bon... On jugera une fois sorti. Mais ce sera plus jamais aussi bon que le premier.
    Dernière modification par Manuel ; 31/01/2021 à 20h39.

  14. #2954
    J'ai trouvé la fin parfaite perso, il s'agit de la conclusion la plus idéale possible compte-tenu du récit.
    Et comme tout le reste du jeu, le traitement est plus naturel et "réaliste" que dans le premier.
    Dernière modification par nAKAZZ ; 10/02/2021 à 10h10.
    ____

  15. #2955
    Citation Envoyé par Nakazz Voir le message
    J'ai trouvé la fin parfaite perso, il s'agit de la conclusion la plus idéale possible compte-tenu du récit.
    Et comme tout le reste du jeu, le traitement est plus naturel et "réaliste" que dans le premier.
    Oui pareil. Dure mais juste.
    twitch.tv/tonton_yoyo Pour m'écouter faire semblant de savoir de quoi je parle, en live !

  16. #2956
    Bon j'ai repris ma partie de TLOU et
    Spoiler Alert!
    RIP Sam et son frère
    .
    Putain la narration dans ce jeu met de bonnes claques quand même
    / Mon twitch / Twitter : @dystopeek @CPC_Fladnag

  17. #2957
    Citation Envoyé par nAKAZZ Voir le message
    J'ai trouvé la fin parfaite perso, il s'agit de la conclusion la plus idéale possible compte-tenu du récit.
    Et comme tout le reste du jeu, le traitement est plus naturel et "réaliste" que dans le premier.
    Pareil. J'ai trouvé la fin de TLOU2 bien meilleure que celle du premier jeu. Bien plus morale et mieux amenée.
    Et donc quand tu chies beaucoup , ça veut dire que tu manges beaucoup, et ça veut donc dire que tu est riche, CQFD

  18. #2958
    Bon ça y est.
    J'ai fini le 1.
    Quel jeu, quel univers, et quelle fin !
    J'enchaine direct le dlc mais après je ferai une pause avant d'attaquer le 2.
    / Mon twitch / Twitter : @dystopeek @CPC_Fladnag

  19. #2959
    Citation Envoyé par pseudoridicule Voir le message
    Pareil. J'ai trouvé la fin de TLOU2 bien meilleure que celle du premier jeu. Bien plus morale et mieux amenée.
    Flad je spoilerise ce qui touche au 2.

    La fin du premier a tellement été validée au premier degré par les white trashes que ND a dû sabrer l'ambiguïté de leur scénario du 2.
    Donc bonjour les gros sabots. J'apprécie beaucoup le 2, mais la finesse d'écriture me hurlait dès les 5 premières heures ce qui allait se passer pendant les trop longues 25 heures suivantes.

    Moi j'adore cette fin du 1, cet abandon de l'arc de rédemption de Joël, la mise au premier plan de l'individualisme sur l'intérêt général, la ré-ouverture de la plaie, le plan de fin sur le visage d'Ellie qui reste lourd de sens.
    Et cette implication du joueur, le côté subversif finalement de nous mettre dans la peau du méchant de l'histoire et de parfaitement saisir ses sentiments à cet instant et de laisser parler la colère (combien de personnes ont tué tout le monde dans le bloc opératoire ?).
    C'est pour ça que je joue aux JV. Pas pour revivre le combat de fin interminable de MGS4 en me hurlant depuis 20h que "c'est vilain tout plein ce que tu fais".

    Je ne vois pas en quoi le fait qu'elle soit amorale en fait une mauvaise/moins bonne fin.
    C'est au contraire ce qui la rend ultra marquante à mes yeux.

    @Flad : le DLC est très très mineur à mes yeux.
    Ca reste plaisant mais c'est tout.

  20. #2960
    Citation Envoyé par Yves Signal Voir le message
    (...)
    Je ne vois pas en quoi le fait qu'elle soit amorale en fait une mauvaise/moins bonne fin.
    C'est au contraire ce qui la rend ultra marquante à mes yeux. (...)
    De mon côté, ce n'est pas la moralité de la fin, tout relative, qui fait que je la trouve meilleure.

    Non, moi j'ai beaucoup aimé la moralité à géométrie variable des deux femmes tout au long du jeu qui, vu la mouise dans laquelle elles sont, me semble assez crédible et logique.
    De même l'aboutissement de leurs quêtes et le chemin emprunté, pour toutes les deux, sont assez peu enviables et bien plus moroses
    que dans le cas de Joël.

    Alors, oui, Joël va devoir vivre en jonglant entre la culpabilité et la crainte que la vérité ne soit réellement comprise, reste qu'il a grosso modo obtenu ce qu'il voulait et qu'il est dans un meilleur état psychologique à la fin du jeu qu'au début.
    Et, oui, le joueur est acteur forcé d'un acte amoral certes, mais mû par le désespoir et l'usure. Sans valider les actions de notre héros, on peut malgré tout les comprendre. Le tout est bien écrit et bien raconté, et la fin est donc très bonne, on est d'accord sur ce point.

    Néanmoins je trouve TLoU2 plus "intransigeant" avec ses personnages comme avec le joueur.
    Ellie et Abby se lancent toutes deux dans une vengeance brutale en réaction à des événements pour le moins malheureux, toutes deux finissent brisées, aux portes d'un avenir incertain.
    Pour autant, sans ça, Ellie n'aurait probablement pas réussi à tourner la page ni à faire son deuil, idem pour Abby.

    J'ai totalement adhéré à la structure du jeu jouant sur le parallélisme de leurs histoires. Mais aussi à cette écriture et cette narration qui réussissent à faire vasciller notre empathie/antipathie entre l'une ou l'autre des héroïnes, au fur et à mesure du récit. Et ce malgré le capital sympathie assez énorme que possède déjà Ellie grâce au premier opus.


    C'est différent du premier opus, c'est sûr, mais pas moins bien écrit ou moins malin malgré quelques moments forcés ("bouh c'est pas bien, regarde !") parfois.
    Dernière modification par nAKAZZ ; 15/04/2021 à 11h59.
    ____

  21. #2961
    TLOU 1 est plus subtil.
    Les jugements moraux sont beaucoup moins marqués et plus discrets.
    Peut-être un poil trop quand Druckmann disait avoir été consterné par la compréhension scénaristique du jeu chez plein de joueurs.

    Dans le 2 tout est sur-appuyé, chaque action déviant à la morale est punie tôt ou tard et est toujours désagréable dans son exécution.
    (la mise en scène des exécutions contextuelles, le nommage des PNJ, la réalisation des cutscenes tournée vers la violence la plus crue, la caractérisation insistante sur l'équipe d'Abby dans la seconde partie, le personnage de Tommy, la dernière partie chez les esclavagistes, les combats 1c1 entre Ellie et Abbie et j'en passe)
    Le 1 cultivait au contraire une ambiguïté qui te faisait t'interroger sur ton propre rapport à la violence, sur la légitimité de tes actes par rapport à la morale dogmatique et comment on arrive à justifier son exercice.
    Un peu à la manière d'un Spec Ops par exemple.
    Le 2 a appris des erreur du 1, il condamne de la 5 heure à la dernière minute chaque acte.
    Ca me le rend profondément "désagréable" à jouer parce que le processus ludique est éclaté au sol. Je ne m'identifie plus à Ellie, je suis dégoûté par ses actes et le jeu me force à les réaliser.
    Là où le 1 parvenait à entraîner le joueur volontairement dans cette spirale de violence démesurée et parfois la rendre aussi discutable que jouïssive... donc forcément subversive vu le véritable propos du jeu.


    Je chipote, parce forcément on est dans le haut du panier et que je trouvais cet équilibre d'écriture très subtil dans le 1 et que le 2 me semble avoir été largement impacté par la réception du premier.
    En tout cas c'est la raison pour laquelle scénaristiquement je préfère le premier au second.

    C'est d'ailleurs super intéressant de mettre en parallèle la maturité d'écriture d'une série comme TLOU avec celle des Uncharted, où l'on tue des milliers de personnes sans aucune arrière pensée parce que "LOL tuer c'est fun".
    La fameuse dissonance ludo-narrative violente (Uncharted) et comment la rendre "subversive" pour porter un message (TLOU1) et au contraire comment s'y opposer avec ferveur au risque de briser le moteur de progression du joueur (TLOU2).

  22. #2962
    Citation Envoyé par Yves Signal Voir le message
    (...) les combats 1c1 entre Ellie et Abbie) (...)
    Typiquement, ça, de mon point de vue, c'est une bonne idée.
    C'est certes moyennement subtil mais suffisamment bien placé et bien timé pour que le joueur soit gêné à l'idée d'éclater la tronche d'Ellie au début, avant de voir son jugement évoluer au point, à la fin, de ne plus savoir qui il souhaiterait voir "survivre", voire même de préférer la survie d'Abby.

    Concernant les autres trucs, certains sont excessifs, oui, je pense notamment à la mise à mort interminable d'un PNJ sur l'île. Il est clair qu'il fallait absolument que cette scène dérange.
    D'autres, pas vraiment. Que ce soit le nommage des PNJs ou la caractérisation poussée de la team Abby, ça permet mettre les deux camps sur un "pied d'égalité", pour justement gommer un peu ce côté gentil avec un background, méchants randoms.

    Pour le coup, ça me fait penser -de loin- à The Wire qui nous fait vivre le quotidien des flics et des truands, et qui caractérise beaucoup de personnages à des fins utiles (spoil The Wire : la mort de D'Angelo n'aurait que peu d'impact sans la mise en avant régulière de son côté "bisounours").


    Citation Envoyé par Yves Signal Voir le message
    (...) En tout cas c'est la raison pour laquelle scénaristiquement je préfère le premier au second. (...)
    Perso j'ai terminé TLoU2 en étant un (tout petit) peu mitigé sur le temps que je venais de passer dessus mais, en y repensant après coup (et en en parlant avec Mme Nakazz), j'ai un peu fait évoluer mon avis.
    Le jeu est globalement moins "fun", moins plaisant et a plus de longueurs mais... Je ne sais pas, j'ai vraiment au final la sensation que ça sert le récit de façon intelligente quitte à être plus "clivant" que son prédécesseur.

    Et j'aurais tendance à largement préférer cette approche à celle de God of War (2018) qui tente le jeu très bavard avec un scénario intimiste père-fils tout en voulant proposer du fun bourrin quand même parce que c'est GoW.
    Ce qui aboutit à un produit bâtard qui tente de cocher toutes les cases du "jeu moderne" alternant mise en scène contraignant régulièrement le joueur en lui retirant une partie des contrôles (là tu marches, là tu regardes là-bas, là tu attends, là tu écoutes, etc.), et combats qui pètent de partout/grimpette/craft/collecte de merdouilles/backtracking/etc.
    On a d'un côté un truc assumé et assez homogène, de l'autre un jeu qui s'inspire (pas très bien) du premier The Last of Us.

    Et c'est justement cette approche presque totalement réussie (il aurait fallu virer le craft et les ressources dans TlouTlou) qui fait aussi que j'aime beaucoup ce jeu.
    Dernière modification par nAKAZZ ; 15/04/2021 à 12h28.
    ____

  23. #2963
    Merci pour la prévention Yves
    Et je viens de finir le DLC, c'est quand même hyper court (je joue en normal mais j'ai pas la force de jouer dans un mode plus dur).
    Limite ça aurait pu/du être intégré dans le 1. C'était intéressant pour le lore/background d'Ellie mais en effet, ça n'apporte guère plus.
    Et pour moi, la fin du 1 me convient très bien. Rien à faire que ce soit pas morale, je trouve que ça conclue très bien ce périple et cette glissade progressive de Joël de "fait chier jme traine un boulet" à "j'ai retrouvé une fille à qui je tiens".
    / Mon twitch / Twitter : @dystopeek @CPC_Fladnag

  24. #2964
    Je termine enfin ce jeu, un an après sa sortie pour aborder la chose à tête reposée et sans préjugés dus aux polémiques des leaks.

    Bon visuellement, c'est sublime (PS4 Pro). Mais vraiment. Ok, on se tape un vieux blur dès qu'on tourne la caméra, mais le niveau de détail et le réalisme des atmosphères forcent le respect. Un jeu qui tient tête aux plus beaux titres PC (Metro Exodus et RDR2 je pense).
    Les coins sont chouettes à explorer, on a le sentiment que chaque balle tirée est un sacrifice et les impacts font bien mal. L'infiltration est assez jouissive, mais les situations manquent un peu de variété. Trop souvent, on se retrouve à chercher la prochaine lucarne qui permet de s'y faufiler, et, dans les modes de difficulté intermédiaire, le tir au pigeon sur les ennemis qui viennent voir leur pote à terre fonctionne un peu trop bien.
    Bien servis par une ambiance sonore parfaite, les ennemis monstrueux sont toujours aussi stressant, même s'il y a un manque de variété vue la longueur du jeu.

    Heureusement, les divers environnements donnent vraiment envie de progresser. Mandale graphique après mandale graphique, on avance dans de nouveaux panoramas et les séquences de fuite mettent le paquet niveau adrénaline.

    Mais on arrive au point qui fâche, le jeu est en effet trop long pour son propre bien. La faute visiblement à un scénario qui a trop tendance à faire du surplace, avec des embranchements et allers-retours temporels qui affaiblissent la tension.
    Impossible ne pas aborder la thématique LGBT, introduite au burin dès le début du jeu et sans vrai rapport avec les ambitions thématiques tournant autour du cycle de la violence. Mais vraiment introduite au burin, style le jeu te prend par les épaules et te le gueule à 3 cm du visage (dès le début, les persos partent faire une patrouille mais se dragouillent en mode geek comme dans une sitcom récente, chose qui gâche bien l'ambiance post-apo sérieuse, quelle que soit l'orientation sexuelle). Il y a même un arc narratif là-dessus raccommodé au reste avec des agrafes.

    Bref, on pourrait passer outre si le scénar' dans ses grandes lignes était bon, ce qui n'est pas le cas. A la moitié du jeu, on fait du surplace avec des nouveaux personnages OSEF qui ont un but purement fonctionnel. Pareil avec les intrigues de clans qui diluent les enjeux principaux.
    Spoiler Alert!
    Une fois la grande intro passée, suivre le jeu dans un camp puis ensuite dans l'autre camp en mode "pendant ce temps à Vera Cruz", c'est juste chiant. On sait déjà ce qu'il advient des protagonistes. Heureusement que les environnements sont nouveaux et toujours magnifiques dans cette seconde partie, mais les nouveaux enjeux temporaires font pâle figure avec ce qui a précédé. Et surtout, ça dilue le suspense. En outre, le procédé de traiter Abby en ennemie d'Ellie puis Ellie en ennemie d'Abby n'est pas du tout accrocheur et tend à mettre une barrière émotionnelle entre le joueur et les personnages. Ces vengeances sont en effet motivées par des enjeux purement égoïstes et sentimentaux. Pourquoi faudrait-il se sentir impliqué là-dedans ? Il aurait fallu des enjeux objectifs, qu contraignent les personnages à se lancer dans leur quête, pour pouvoir se sentir impliqué dans cette lutte d'avatars rivaux. Pas une crise d'égoïsme.


    En fait, autant au niveau du gameplay et de la progression on a envie de toujours revenir à la manette, autant la structure de ce scénario brouillon freine cette envie. L'inverse du premier opus où envie de progresser et de s'impliquer émotionnellement allait de pair.
    Jusqu'à la fameuse fin choc... Chose que l'on ne retrouve pas ici, la fin de ce second opus étant ratée.
    Spoiler Alert!
    En plus, tout le dernier acte ne sert à rien, c'est une redite de la fin de la campagne d'Abby.

    Le truc, c'est que le long scénario hésite sans cesse entre "conflit intimiste" et "grande épopée post-apo" mais se foire sur les deux, faute de choisir.

    Bref, c'est un jeu visuellement ultra-spectaculaire et accrocheur comme les Dogs savent faire mais bien en deçà du premier volet, faute à un gros manque de rigueur dans la progression.

  25. #2965
    Je trouve que le scénario du premier épisode est simple, classique dans le bon sens et se termine par un happy-end avec juste ce qu'il faut de complexité à la fin : mensonge de Joel.

    Spoiler Alert!
    En pleine pandémie, un père et sa fillette essayent de vivre une vie normale dans une ville encore épargnée par la maladie, le virus se propage à la cité et l'armée intervient, lors de leurs fuite Joel et son enfant tombe nez à nez avec un soldat qui ne peut les laisser passé, la gamine meurt. Des années plus tard, l'homme qui n'est plus que l'ombre de lui même vie en transportant des produits du marché noire. On lui propose un juteux contrat contre le transport d'une marchandise, qui se révèle être une adolescente qui doit être conduite à l'autre bout du pays. Joel finit par accepter et il part avec la gamine, un long voyage avec une ambiance pesante, aucun des deux ne se fait confiances. Finalement, il finit à s'attacher à elle et arrive au lieu de livraison ou il réalise ce quelle à de spéciale, elle est immunisée contre la maladie et dans le laboratoire ou ils sont arrivée, on peut développer le remède mais se sera au prix de sa vie, alors quelle est endormie, il réalise qu'il va à nouveau perdre sa fille et massacre les soldats et scientifiques, quand Ellie se réveil, ils sont loin et Joel la persuade que le remède à échoué et qu'on les à laissés partir, ils arrivent finalement à la ville de Jackson pour l'instant épargné par le virus, ou ils ont une chance de commencer une nouvelle vie.


    A l'inverse, le scénario du second volet est inutilement complexe et cède à toutes les facilités du pseudo truc mature ou on va tuer un héros, avoir une fin sombre, donner une seconde lecture de l'histoire pour justifier les actes du bad-guy. La sempiternelle histoire d'homosexualité avec le classique : l'une assume mais pas l'autre, qu'on complexifie avec un triangle amoureux et comme c'est toujours pas assez, on rajoute un bébé. On transforme les héros du premier jeu en des machines à tuer. On conclus le titre par un héros/héroine qui finit tout seul(e) et une vengeance ratée qui mène nulle part.

    On hurle aux génies, au scénario mature, violent ou les héros peuvent crever, avec le voyeurisme d'adolescentes gay qui s'embrassent et dorment dans le même lit et une fin "réaliste" donc pas de happy-end, tout le contraire, laissant le joueur pommé qui dit adieux à sa machine à tuer, l'ex-adorable gamine du premier volet.

    Sept ans de développement pour pondre un scénario "mature" digne d'une énième fiction rédigé par n'importe qui, l'ajout incroyable de chien, l'unique nouveauté du jeu avec la possibilité de rampé ! Le bon vieux coup du jeu de 12 heures, qu'on étire à 25/30 heures en proposant des niveaux plus grands, qui se répètent etc...Un second personnage qu'on incarne au début et à la fin du jeu !

    The Witcher 3 semble tomber dans la même facilité : scène de sexe, héros qui meurt, heroines aux physiques de topmodel et fin sombre ou Ciri peut mourir, sauf que dans le jeu de Cdproject, tout est justifié : Contrairement à ellie qui passe d'une gamine à une machine à tuer, Geralt est un mutant surentrainé depuis TW1, ils couchent avec beaucoup de femmes parce que les potions qui l'ont transformé en sorceleur on augmenté sa libido, Vessemir meurt mais on le voit pas comme Joel pendant 5 minutes gémire, être torturé. Ciri n'est pas une lesbienne qui embrasse à pleine bouche sa meilleure amie, qui est enceinte de son ex boy-friend mais une jeune femme réservée, polie et respectueuse du paysans lambda, pour qui décevoir son "père" est contre nature, exit le coup de la crise d'adolescente. Bref, l'histoire de TW3 montre qu'on peut faire une histoire assez réaliste sans tomber dans le cliché ou 95% des adolescentes sont homosexuels ou on un comportement déviant avec les hommes.
    Dernière modification par reneyvane ; 13/05/2021 à 22h03.

  26. #2966
    Si je me souviens bien, à propos du premier,
    Spoiler Alert!
    Joel sait qu'Ellie est immunisée dès le début. D'ailleurs, c'est pas vraiment un contrat juteux qu'on lui présente et qu'il accepte, mais plutot une promesse faite à son amie Tess. Il pète les plombs à la fin quand il comprend qu'Ellie ne survivra pas à une intervention chirurgicale qui n'a que très peu de chance de donner les résultats espérés. Bref, les Fireflies sont prets à sacrifier une gamine pour une idée qui n'a que peu de chance d'aboutir, ce qui justifie l'action de Joel en quelque sort (et à des repercutions dans TLOU2).


    Perso, je suis en train de refaire le premier est je préfère le deuxième pour une raison simple: l'ambiance, bien plus sombre et étouffante. Le premier fait un peu mode pour Uncharted 3, avec des graphismes et un gameplay qui n'est qu'un dérivation des aventures de Nathan Drake et non quelque chose de totalement frais. Le deux est un peu plus abouti de ce coté-là AMHA.

    Par contre, niveau scénar, je n'ai pas vraiment de préférence. J'ai trouvé les deux un peu balourds et pas vraiment originaux.
    Et donc quand tu chies beaucoup , ça veut dire que tu manges beaucoup, et ça veut donc dire que tu est riche, CQFD

  27. #2967
    Salut,
    Pour ma part, après avoir digéré le jeu plusieurs moi, je suis plus charmé par le premier, car pas mal de scènes sont très fortes et le rythme mieux mené, car plus court.

    Le second, que j'ai pourtant adoré pour l'ambiance et les combats assez furieux, fait un peu du surplace avec les allers-retours un peu trop répétitifs (théâtre, aquarium). La justification, c'est que ça permet de montrer l'effet miroir, mais il y a a minima un a/r de trop sur les 2 séquences.
    Cela dit, si parfois il y a quelques poncifs du genre, l'histoire reste dans une certaines cohérence et va au bout de son idée à mon goût.
    Par contre, je n'ai absolument pas senti de propagande LGBT ou quoi ce que ce soit du genre, et la shitstorm du lancement n'est vraiment pas justifiée. Le problème, c'est plutôt cette communauté des joueurs qui est toxique au possible, mais ça ne reste que mon avis.

    En revanche, dommage que le jeu en lui même ne prenne pas plus de risque sur le gameplay, parfaitement classique et maîtrisé certes, mais finalement trop proche du 1er. C'est réellement une partie 2, pour le coup, avec le défaut que ça comporte en 2020, alors qu'il y avait peu être plus à faire. Un peu moins abouti techniquement mais plus varié dans le gameplay aurait été plus équilibré.

    Bref, c'est un excellent jeu que cette tlou part 2, probablement ce qui se fait de mieux en terme de graphisme et de mise en scène narrative (et ça va mettre du temps a être surpassé) mais peut être un peu trop frilleux en terme de gameplay pour que ça soit parfait. Il aurait fallu écrémer un peu l'histoire pour que ça soit plus pertinent sur la durée, même si il faut un certains temps sur le seconde séquence pour s'habituer au perso et tomber en empathie avec.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •