Crunchez vos adresses URL
|
Rejoignez notre discord
|
Hébergez vos photos
Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 87
  1. #1
    Guest
    Tout le monde a entendu parler de la sortie de Diablo III, et les articles fusent sur les mécanismes psychologiques mis en œuvre par les esprits surpuissants de Blizzard qui savent comment transformer le joueur innocent en machine à cliquer. Les experts du monde entier se penchent sur cette créature étrange qu'est le fan de Diablo, et tous s'accordent pour reconnaître que ce dernier aime les gros lo-loots, écoute Mylène Farming en boucle et souffre du syndrome du métrosexuel, qui le pousse à se reproduire pendant ses trajets dans le métro parce qu'il n'a pas de temps à perdre s'il veut, avant d'entamer pour la sixième fois son exploration de la grotte d'Aranéa, sertir sa jolie gemme émeraude carrée parfaite dans le pantalon qu'il vient de colorier avec sa délicate teinture du printemps, à moins que ce ne soit celle des galeries Lafayette, j'ai tendance à les confondre.
    Mais il ne faut pas juger. Et puis ne me dites pas que ces longs trains qui rentrent lentement dans les couloirs sombres et humides, ça vous laisse indifférent. Si ? Ah bon, ça tombe bien alors, parce que moi aussi ça ne me fait rien du tout.
    Mais revenons à nos Khazras et demandons-nous ce que peut penser un avocat lorsqu'il joue à Diablo III ? Eh bien qu'on n'est pas dans le guacamole. Non, parce que les mécanismes psychologiques, c'est bien joli, mais les mécanismes juridiques alors, on s'en fout ? Pourtant il y a de quoi dire.
    Tenez, prenez par exemple l'hôtel des ventes, avec son système d'enchères pour vendre ou acheter, comme sur eBay, les objets magiques, potions et autres pages d'entraînement glanés par votre personnage au cours de ses "tours" (oui, comme au Vietnam, dans Diablo, on fait des tours, c'est la classe). Déjà, c'est moyen comme principe, parce qu'on n'achète rien du tout évidemment, les objets du jeu n'ayant pas d'existence réelle. Ce sont des lignes de codes dont personne n'est propriétaire, à part Blizzard, qui concède une licence aux joueurs. Ces derniers se voient donc autorisés à "vendre" leurs objets à d'autres joueurs donc, concrètement, à ne rien vendre du tout. Bon, tant que tout ça s'échange contre des pièces d'or numériques, ça passe à peu près. En réalité, c'est votre temps que vous vendez/achetez à d'autres et, juridiquement, c'est aussi inoffensif que votre hôtel acheté Rue de la paix avec votre argent de Monopoly. Cela me fait quand même tiquer parce que c'est une façon de faire croire au joueur qu'il est propriétaire de ses objets alors que ce n’est pas le cas du tout, cependant, je tiens le choc.
    Mais voilà que l'hôtel des ventes va s'ouvrir à la vraie monnaie et qu'il sera possible d’acheter, toujours sur un mécanisme d'enchères, des objets et aussi directement des pièces d'or. Alors là ça devient problématique : on retombe sur le problème d'absence de propriété. Le joueur qui "vend" ne peut être juridiquement un vendeur, puisque les lignes de code qui matérialisent son objet (ou ses pièces d'or) ne sont pas sa propriété. Il n'a qu'une licence d'utilisation. Et le joueur qui achète ne peut être non plus un acheteur pour les mêmes raisons. Vous me suivez ? Attendez, je reprends :
    L'article 544 du Code civil, j'ai déjà eu l'occasion d'en parler, veut que lorsque vous achetez un bien matériel vous en êtes propriétaire et, partant, vous en avez tous les droits :
    - usus, le droit de l'utiliser,
    - fructus, le droit de l'utiliser d'une façon qui pourrait être rémunératrice, le louer par exemple,
    - abusus, le droit de le revendre, de le donner ou de le détruire. Par exemple, si vous achetez une épée de starwars qui fait bzzzziiii quand vous appuyez sur le bouton, vous pouvez la revendre via ebay, à un voisin, aux puces ou la jeter à la poubelle en jurant à votre nouvelle copine que c'était un jouet laissé chez vous par votre petit neveu Dark, oui c'est une histoire à Vadormir debout, peu importe, c'est votre droit, vous en avez l'abusus.
    A l'inverse, si vous acquérez une licence d'exploitation d'une œuvre distribuée en format numérique, vous n'avez généralement pas le droit de "prêter" ou de revendre cette licence (articles L.111-1 et L. 111-3 du Code de la propriété intellectuelle). Et pour cause, puisque vous n'achetez pas un objet, mais le droit de jouir d'un programme. Dans ce cas, vous n'en n'êtes pas propriétaire et par conséquent vous n'avez rien à céder, sauf si la licence l'autorise. C'est bien ce que fait Blizzard avec son hôtel des ventes : il vous autorise à céder le bout de lignes de codes qui représente un objet à un autre joueur.
    Mais, est-ce illégal pour autant ? Oui et non.
    Non, parce que Blizzard fixe les paramètres de sa licence comme il le souhaite et peut donc vous autoriser à "céder" un objet ; d'ailleurs, il peut aussi imposer que ce transfert se fasse uniquement dans le cadre de son hôtel des ventes.
    Oui, probablement, parce que Blizzard laisse entendre aux joueurs qu'ils sont propriétaires des objets et pièces d'or qu'ils achètent/vendent. A nouveau, tant que vous payez avec des brouzoufs de platine, ce n'est pas trop grave, mais lors que vous le faites avec des euros, je me demande si cela ne contrevient pas à l'obligation qu'a tout professionnel, selon l'article L. 111 du Code de la consommation, de renseigner ses clients sur les caractéristiques précises du produit ou service vendu. Je suis certain que, dans les 600 pages des CGU du jeu, se trouve une clause qui explique tout ça mais, à mon avis, il faudrait porter ce point à l'attention des joueurs qui fréquentent l'hôtel des ventes pour éviter les déconvenues. Ou appeller les transactions "autorisation de transfert dans le cadre de la licence", ce qui claque moins que "ventes aux enchères".
    Oh et puis vendre ou acheter des pièces d'or contre des euros, ça me fait tiquer aussi. Je ne dis pas que cela viole le monopole étatique de création de la monnaie, il s'agirait ici plutôt d'une devise étrangère mais, quand même, ça me chagrine et ce parce que, qui dit vente aux enchères de pièces d'or, dit cours officiel. Très rapidement, on va pouvoir suivre l'évolution et répondre à cette angoissante question : combien de pièces d'or de Diablo III faut-il pour un euro ? Et en question subsidiaire, les grecs auront-ils les moyens de jouer à Diablo III ?
    Et attendez, ce n'est pas tout. Le fait que Blizzard prenne 15% de commissions sur toutes les transactions, ça veut dire que cette société va devenir une société de bourse (plus précisément, une entreprise d'investissement) ? C'est que ces sociétés font l'objet d'agréments (articles L. 532-1 et suivant du Code monétaire et financier). Bien évidemment, il ne s'agit pas d'acheter des yuans, des dollars ou des bats contre des euros, et surtout, la pièce d'or de Blizzard n'est pas une véritable monnaie. Mais alors qu’est-ce qu’une chose qui a cours dans un endroit, fût-il virtuel, qui seule permet des échanges commerciaux et peut s'acheter ou se vendre contre d'autres devises réelles ? Et qu’est-ce qu’un objet, appelé pièce d'or, qui va faire l'objet de transactions financières, qui aura donc un cours et sur lequel on pourra spéculer, c'est à dire qu'avec des euros je vais pouvoir acheter des pièces d'or uniquement dans le but de les revendre plus chers en espérant que le cours monte ? Et qu'est ce qui m'empêche de demander, dans un autre contexte, un paiement en pièce d'or ? Tiens imaginez que je vous demande 10 po pour lire cet article ? Evidemment, personne ne paiera (et la plupart d'entre vous ne jouent pas à Diablo et ne pourraient donc payer cette somme) mais le principe est bien là: Je peux vendre un service contre des po de Blizzard ; certes je ne peux les réutiliser que dans le jeu, et alors si c'est ma passion ? En attendant, j'ai vraiment utilisé les po comme une devise financière.
    Tiens, encore un autre problème : vos ventes d'objets ou de po contre des euros, doivent-elles être déclarées au fisc ? Si cela devient une source de rémunération, évidemment qu'il faudra les déclarer. Mais alors quoi, farmer, c'est un métier maintenant ? On va s'immatriculer au RCS ou au registre des métiers ? Notez que cela aurait une certaine classe, parce que du coup, le joueur professionnel qui arrêterait Diablo III pour se mettre au futur Wasteland 2 pourrait se faire irradier du RCS, et ça c'est beau.
    Bon, mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. L'Autorité des Marchés Financiers (qui est l'autorité française qui veille au bon fonctionnement des marchés financiers) doit bien se moquer des pièces d'or de Blizzard et cette dernière société n'est pas plus une entreprise d'investissement que le vendeur de fruits et légumes en bas de votre rue. Et je sais que ce système de ventes aux enchères d'objets virtuels existe depuis quelques temps. Mais quand même, là on parle de Diablo, de 3,5 millions de jeux vendus en 24 heures, on parle d'un phénomène de société de très grande ampleur. Du coup, les questions que je pose ont une toute autre importance et Diablo illustre, une fois de plus, que l'informatique, les jeux vidéo et le droit ne font pas toujours bon ménage.
    Quoiqu'il en soit, vous aurez été prévenus : libre à vous de dépenser des euros à l'hôtel des ventes, mais vous n'achetez rien du tout et vous ne serez propriétaire de rien.
    Blizzard par contre aura pris 15% de la transaction.

    Voir la news (0 image, 0 vidéo )

  2. #2
    vos ventes d'objets ou de po contre des euros, doivent-elles être déclarées au fisc ? Si cela devient une source de rémunération, évidemment qu'il faudra les déclarer.
    Magique !

    Mais bon comme diraient les Inconnus : "Il ne faut jamais prendre les gens pour des cons, mais il ne faut pas oublier qu'ils le sont"
    http://youtu.be/WIxS9-xhGfM

    Autant on pourrait se dire : "oui mais les 15% c'est pour la super qualité des serveurs", autant là vu le démarrage catastrophique et les nombreux problèmes de serveurs je trouve que c'est un peu abusé. Je m'attendais à beaucoup mieux de Blizzard, qui a beaucoup d'expérience dans ce domaine et qui n'est pas au fond du gouffre financier (enfin je crois).

  3. #3
    Le latin c'est bien, le lapin c'est mieux.

  4. #4
    Toujours aussi poétique, GMB, un plaisir que de te lire.

  5. #5
    Enfin pour que ce texte spécule moins, encore faudrait-il que Blizzard ouvre le fameux Hôtel des Autorisations de Transfert Dans le Cadre de la Licence (HATDCL)

  6. #6
    Comme dit au dessus, c'est toujours un plaisir de lire tes articles, j'attends la prochaine avec impatience

  7. #7
    Moi il y a une autre question d'ordre juridique que je pose a propos de Diablo 3 :
    Est-ce que ça ne devrait pas être considéré comme un jeu d'argent ?
    Jeu payant + hasard prédominant + gain d'argent réel, il me semble que toutes les conditions sont réunis. Or il me semble que les jeux d'argent sont strictement réglementés en France.
    -- Voltrek --

  8. #8
    Les objets échangés par les joueurs ne sont pas des lignes de code, mais des enregistrements dans une base de données.

    Il s'agit d'être précis.

  9. #9
    C'est pas déjà le cas dans plusieurs MMO ce genre de ventes aux enchères d'objets, avec argent virtuel et/ou réel ?
    |(• ◡•)|/ \(❍ᴥ❍ʋ) 71538460

  10. #10
    Là où cela va devenir très fun, c'est avec le hackage de compte

    - "M'sieur Blizzard, on m'a hacké mon compte"
    - "Pas de problème, on va vous redonner votre gourdin de l'ours viril et vos 236 potions de soins héroïques"
    - "Il faudrait aussi me redonner les 72 euros qui étaient dessus. Et pis je venais de transactionner une épée légendaire du pigeon qui roucoule pour 23 euros, il faudrait me la recréditer aussi"
    - bip... bip... bip...

  11. #11
    Quand on pense qu'il suffirait que les gens arretent d'acheter pour que ca se vende plus. Merci Michel, Merci GMB.
    En ligne : Atlas Reactor / Streets of Rogue / Deep Rock Galactic / Alien Swarm / HearthStone
    En cours : Hitman - En fond : Elite Dangerous - Backlog : beaucoup trop.


  12. #12
    Article très sympa, de bon matin, devant le p'tit déj' !
    Et quel style, Grand Maître B ! Un vrai plaisir que de te lire !

  13. #13
    La vente de po permet à blizzard d'avoir ses propres goldsellers , et ça , c'est mal

    Bon après , tant qu'ils trouveront des cons pour acheter un truc virtuel (qu'ils perdront si le jeu s'arrête) avec des euros...
    - Le jour où on mettra les cons sur orbite, t'as pas fini de tourner.
    - La connerie à ce point là, moi, je dis que ça devient gênant !

  14. #14
    Tiens c'est vrai ça ! La question des jeux de hasard se pose aussi. Je ne pense pas que ça rentre dans cette catégorie, mais je vais étudier la question et éventuellement faire une news complémentaire sur le sujet.

    ---------- Post added at 09h11 ---------- Previous post was at 09h09 ----------

    Citation Envoyé par groxx Voir le message
    Les objets échangés par les joueurs ne sont pas des lignes de code, mais des enregistrements dans une base de données.

    Il s'agit d'être précis.
    Je crois qu'on ne parle pas de la même chose. D'un point de vue informatique, en effet, tout se passe sur la base de données de Blizzard. Mais d'un point de vue juridique, il s'agit d'une licence octroyée par Blizzard qui porte bien sur des lignes de code. Du coup, quand je te "vends" ma hache légendaire Exécutrice, je te transfère les droits conférés par la licence portant sur les lignes de code relatives à l'objet en question.

  15. #15
    Je suppose qu'on ne peut rien demander à Blizzard en dédommagement si jamais les serveurs (donc le jeu ) venait à être stoppé ? (dans le cas où l'on ai acheté un tem avec des euros, vu que ceux-ci sont toujours la propriété de Blizzard apparemment)
    - Le jour où on mettra les cons sur orbite, t'as pas fini de tourner.
    - La connerie à ce point là, moi, je dis que ça devient gênant !

  16. #16
    Citation Envoyé par Montigny Voir le message
    Je suppose qu'on ne peut rien demander à Blizzard en dédommagement si jamais les serveurs (donc le jeu ) venait à être stoppé ? (dans le cas où l'on ai acheté un tem avec des euros, vu que ceux-ci sont toujours la propriété de Blizzard apparemment)
    Je ne pense pas en effet que la politique commerciale (et la licence octroyée aux joueurs) aillent en ce sens. Après, ça serait formidable d'aller devant un juge pour lui poser la question. Mais vu qu'en France, la class action n'existe pas et qu'en outre, les tribunaux n'indemnisent le demandeur strictement que de son préjudice, ça ne vaut pas trop le coup.

  17. #17
    Notez que cela aurait une certaine classe, parce que du coup, le joueur professionnel qui arrêterait Diablo III pour se mettre au futur Wasteland 2 pourrait se faire irradier du RCS, et ça c'est beau.
    Dangereux en plus d'être beau

    Après lecture de cet excellent article, un autre point que l'ont peut souligner est le "manque à gagner" et les "préjudices économiques" subis en cas de hack, concurrence illégale de "bots"/"farmers" etc.
    En effet, pas de class action côté français, mais c'est tout autre aux US
    Petit barbare n'ira plus faire sa balade infernale sans penser à ramener des brouzoufs à la case dorénavant. L'année à venir s'annonce diabolique...
    Dignus est intrare

  18. #18
    Citation Envoyé par Grand_Maître_B Voir le message
    Tiens c'est vrai ça ! La question des jeux de hasard se pose aussi. Je ne pense pas que ça rentre dans cette catégorie, mais je vais étudier la question et éventuellement faire une news complémentaire sur le sujet.

    ---------- Post added at 09h11 ---------- Previous post was at 09h09 ----------



    Je crois qu'on ne parle pas de la même chose. D'un point de vue informatique, en effet, tout se passe sur la base de données de Blizzard. Mais d'un point de vue juridique, il s'agit d'une licence octroyée par Blizzard qui porte bien sur des lignes de code. Du coup, quand je te "vends" ma hache légendaire Exécutrice, je te transfère les droits conférés par la licence portant sur les lignes de code relatives à l'objet en question.
    Clair que c'est une licence, d'utilisation d'un "bien immatériel", en revanche, pas sur que ça porte sur le code.
    Ca ressemblerait "presque" plus à du SaaS non ? Parceque mettons que aujourd'hui Blizzard code la hache légendaire executrice en langage Kobold, et que demain, pour des raisons de changement de serveur ou que sais-je, il la recodent en langage gobelin, le code a changé, mais à priori pas les droits sur la hache achetée ?


    Sinon pour les jeux de hasard:
    Citation Envoyé par article 2 de la loi 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l'ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d'argent et de hasard en ligne
    Est un jeu de hasard un jeu payant où le hasard prédomine sur l'habileté et les combinaisons de l'intelligence pour l'obtention du gain.
    Pas sur que ça colle (laissons un doute, cliquer comme un oufzor pourrait relever de l'habillité).

    ---------- Post added at 12h21 ---------- Previous post was at 12h19 ----------

    Dernière modification par wushu_calimero ; 29/05/2012 à 14h14. Motif: oups glitch

  19. #19
    Attends, j'aimerais bien comprendre le problème, c'est intéressant. La licence porte bien sur un programme. Et un programme, c'est bien un assemblage de millions de lignes de code non ? Après je n'ai pas dit que la licence portait sur les lignes de code en langage Kobold spécifiquement. Elle porte sur tout le programme et par conséquent, sur les lignes de code qui le composent, peu important le langage concret qui est utilisé. Du coup, ta hache légendaire est bien constituée de lignes de code et, grâce à la licence, tu as un droit de jouissance de cet objet.

    Dis moi ce qui te choque dans ce raisonnement. Bien que ce soit bien plus informatique que juridique comme approche, ça m'intéresse.

  20. #20
    Sinon , y'a bien Second Life ou tu peux acheter/vendre des créations/objets virtuels contre de la vraie monnaie.
    Souvent dans les bons MMO, il éxiste un marché noir de pièces d'or/monnaie du jeu, donc blizzard à tout intérêt à faciliter et officialiser la chose et à prendre quelques brouzoufs au passage


  21. #21
    Pour être tout a fait clair une ligne dans une base de donnée ca reste des lignes de code dans tous les cas de figure

  22. #22
    Citation Envoyé par Grand_Maître_B Voir le message
    Attends, j'aimerais bien comprendre le problème, c'est intéressant. La licence porte bien sur un programme. Et un programme, c'est bien un assemblage de millions de lignes de code non ? Après je n'ai pas dit que la licence portait sur les lignes de code en langage Kobold spécifiquement. Elle porte sur tout le programme et par conséquent, sur les lignes de code qui le composent, peu important le langage concret qui est utilisé. Du coup, ta hache légendaire est bien constituée de lignes de code et, grâce à la licence, tu as un droit de jouissance de cet objet.

    Dis moi ce qui te choque dans ce raisonnement. Bien que ce soit bien plus informatique que juridique comme approche, ça m'intéresse.
    C'est pas plutôt une licence sur un truc composite (video/image/code/musique/etc.) ?

  23. #23
    Citation Envoyé par GMB
    Après je n'ai pas dit que la licence portait sur les lignes de code en langage Kobold spécifiquement. Elle porte sur tout le programme et par conséquent, sur les lignes de code qui le composent, peu important le langage concret qui est utilisé.
    C'est effectivement ce que j'avais compris pour
    Citation Envoyé par GMB"
    Du coup, quand je te "vends" ma hache légendaire Exécutrice, je te transfère les droits conférés par la licence portant sur les lignes de code relatives à l'objet en question.
    Là où je parle de SAAS (mais les informaticiens me diront peut être que ce n'est pas exactement ça non plus le SaaS*), c'est que dans ce cas là (celui de l'hotel des ventes) tu as une logique de service.
    L'objet du contrat (la licence donc) est l'usage, non d'un bien déterminé (le code des logiciel Diablo), mais d'un service. Ce service comprend entre autre :

    - faire tourner le jeu
    - accès aux serveurs
    - bénéficier de diverses fonctions X,Y,Z parmi laquelle l’hôtel des vente.

    Du coup, quand on vend à l'hotel des ventes, on ne transfère pas "un morceau de code", mais le droit d'usage d'une fonction, la hache +12 (qui accessoirement est codée/dans une base de données,associée à un graphisme, du son etc... ).

    Bref, ce que me choquait, mais en partie parceque je n'ai pas bien compris le passage que j'ai quoté, c'était de considérer que l'objet du contrat était le code lui même. Je pense que la licence va au delà de ça, et que l'ensemble de la prestation de Blizzard est au final un service où eux même gère tout l'aspect code/services associés (maintenance...)/etc. ... et où le code n'est au final, qu'un composant technique qui sert à rendre le service à l'utilisateur final.

    Si on raisonne par rapport au code (avec la classique licence de reproduction représentation...), on peut être géné si il y a des modifications.

    Si on raisonne en service, dès lors que le service est rendu (t'as ta hache +12), tu n'as plus (trop) à t'embêter sur la qualification de l'acte de transfert de droits sur la hache (autorisation de reproduction du code de la hache ? quid si le code change ? est ce que ce sera codé pareil sur toutes les machines ? et si j'ai un écran 3d, c'est pris en compte ? la guss à qui je vend la hache, il doit recevoir le code 3d aussi meme si son écran est pas 3d ??), tu substitues ton "acheteur" à toi, et pour les détails, c'est Blizzard qui se débrouille.

    Bon, je ne sais pas si je suis bien clair où si j’abîme les mouches...


    * [encore que, pour le Saas, le logiciel n'est pas installé chez le client et on a généralement un cout en fonction de l'usage. Pour Diablo, tout n'est pas forcement installé chez le joueur, et dans certains cas il y a bien payement à l'usage, à savoir à la transaction]

  24. #24
    Citation Envoyé par Grand_Maître_B Voir le message
    Du coup, ta hache légendaire est bien constituée de lignes de code et, grâce à la licence, tu as un droit de jouissance de cet objet.
    (Bonjour à tous, je me permet d'arriver avec mes gros sabots dans la discussion )

    C'est assez retors comme question. La vision "licence d'exploitation de certaines lignes de code" parait valable, mais on peut aussi voir ça autrement :
    Mettons qu'il n'y ait que des haches dans le jeu, avec un +X en dégât. Le code exécuté est le même, mais en combat contre un autre adversaire/des monstres, la hache +5 est plus efficace que la hache +4, donc vendue plus cher en moyenne.

    Mais du coup, sur quoi porte la licence ? Sur un nombre stocké dans une base de données ? Peut-on assimiler le +X à une autre monnaie virtuelle, qui aurait un cours non linéaire (acheter une hache +10 coûte plus que 2 haches +5) ? Auquel cas, y-aurait-il autant de "monnaies" que de catégories d'items, et un cours de change par statistique numérique desdits items ? (Ça me parait foireux comme définition d'une monnaie, mais bon...)

    Et concernant le coté hasard : un farmeur, de son point de vue, a payé "un droit d'entrée" en achetant le jeu. Il ouvre des coffres à longueur de journée. Et parfois, aléatoirement, il droppe une "Grand-Hache du Pangolin Légendaire", qu'il revend 5€. Ça ressemble un peu au principe de fonctionnement d'un casino, non ?

    Bref, beaucoup de questions, et j'aimerais pas être celui qui va avoir à y répondre .

    (Et sinon, très bon billet GMB, comme d'hab. <3 <3 <3 *cœur-avec-les-mains* )

  25. #25
    Merci !!! Je ne le dis pas toujours, mais ça me fait vraiment plaisir de voir que vous appréciez mes news, c'est la seule chose qui m'encourage à continuer.

    Bon sinon, d'un point de vue juridique, la licence est une licence sur un programme. Donc, vos droits portent sur le jeu Diablo III, et tout ce qu'il contient, comme la hache légendaire (que je n'arrive pas à vendre aux enchères pourtant je n'en demande que 50.000 po, enfin passons). Or, comme un programme porte sur des lignes de code, j'en tirais donc la conclusions que la licence porte sur la jouissance du code, ce qui ne veut pas dire que cela me donne le droit de le modifier, mais la licence pourrait très bien me conférer cette possibilité. Mais peut être qu'un informaticien voit les choses autrement et je suis preneur de toute analyse technique de la question.

    Sinon, pour le jeu de hasard, je vais m'y pencher et tomber au point d'en faire une news à part je pense.

  26. #26
    Bien sûr que sa ressemble fortement à un jeu de hasard , sauf que les lois pour les JV sont tellement flous la plupart du temps qu'on ne sait pas trop sur quel pieds danser...
    Est-ce que c'est compris comme oeuvre culturelle ? comme divertissement ? ect...

    Pour moi (même si je ne joue pas à D3) je trouve ça vraiment dommage que Blizzard ai implanté ce système d'achat en euros (mais bon , on sait tous que Blizzard est juste motivé par le pognon maintenant , parce que prendre 15% de commission , c'est pas rien ... pour quelque chose qui leur appartient de toute façon...) , et à mon avis il ne vont pas tarder à le généraliser à d'autres jeux: :/
    - Le jour où on mettra les cons sur orbite, t'as pas fini de tourner.
    - La connerie à ce point là, moi, je dis que ça devient gênant !

  27. #27
    (Je suis moi-même développeur, mais je ne pense pas être plus éclairé que quiconque sur ce genre de questions).

    Ça a sans-doute déjà été évoqué, mais il faut peut être faire la distinction entre 2 licences :
    - Celle que Blizzard accorde au joueur, qui est sans conteste un droit d'exploitation du logiciel Diablo III (et porte donc sur un programme, et les services de connexion/stockage en ligne/etc associés... classique de nos jours)
    - Celle qu'un joueur cède à un autre joueur : le droit d'utilisation exclusive de la "Hache des Libations Majeures", moyennant PO, ou bien euros.

    Or, cette seconde licence, elle porte sur quoi ? Sur un service optionnel de Diablo III (qui nécessite donc la possession de la 1ère licence) ? Ces sous-licences seraient donc accordées : soit par Blizzard, de manière aléatoire avec le loot, soit par un autre joueur sur l'Autel de Ventes ?
    Il faudrait sans doute lire le CLUF de Diablo III pour vérifier si ce n'est pas défini dedans (mais j'y crois pas trop).

    (Oui je sais, je passe mon temps à poser des questions, mais j'ai pas beaucoup de réponses)

  28. #28
    Je n'y connais pas grand chose, mais je rejoins mon voisin du dessus.
    Pour moi, il existe aussi deux licences: l'une est délivrée par blizzard pour l'utilisation de Diablo 3 et de son code [jouer donc] et l'autre est une licence qui permet a l'utilisateur la possédant de jouir d'une fonctionnalité spécifique [Une hache legendaire].
    Dans ce cas la, la ligne de code de la hache relève de la première licence {non cessible me semble t il ? on passe sur le domaine du jeu d'occasion la} mais l’accès a l'utilisation de la dite hache est régenté par la seconde licence [qu'on peu vendre, ou détruire,etc]
    Donc, ce n'est pas l'item Hache légendaire, correspondant au code XY que l'on vend sur l'HV, mais la licence permettant de jouir de cette fonctionnalité.
    On peux voir ça comme une zone a accès restreint: Seul ceux ayant acheté le DLC X, peuvent allez dans la zone. Pourtant, on ne leurs a pas vendu le "code" de cette zone: juste l'usufruit de cette fonctionnalité.

    Apres, je dis peut-être nawak ^^'

  29. #29
    amha la hache est un accessoire du code (ou alors, il faudrait prévoir une licence pour le slip blindé, une autre pour le cure dent magique, une troisième pour le wonderbras +5 en charisme...).

    Donc il doit y avoir une licence d'utilisation de diablo*(et pas "que" de son code, et quel code d'abord, code objet, code source ??) qui permet un certain nombre de chose, dont l'utilisation du programme (codé)+les services+l'organisation du droit de transférer certains bien immatériels, et les conditions de ce transfert.

    (euh, en fait quelqu'un à le EULA pour les ceusses qui ont résisté jusqu'ici ??)


    * j'osepas dire globale, car c'est un terme qui est marqué dans u autre contexte, mais on a là je pense une licence package, qui ne porte pas vraiment sur le code, ou e tout cas pas que là dessus

  30. #30
    Je pense d'un point de vu juridique, qu'il n'y a qu'une seule licence, portant sur les droits du joueur, lui donnant ainsi le droit de jouer et de "céder" les objets et po uniquement dans le cadre de l'hôtel des ventes. Mais sans doute, quand l'hôtel des ventes s'ouvrira aux euros, une nouvelle licence sera portée à la connaissance de l'utilisateur de ce "service". A suivre.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •