Crunchez vos adresses URL
|
Rejoignez notre discord
|
Hébergez vos photos
Page 10 sur 11 PremièrePremière ... 234567891011 DernièreDernière
Affichage des résultats 271 à 300 sur 313
  1. #271
    Citation Envoyé par AlainCo Voir le message
    Sur le fait que "tout résultat positif est nécessairement une erreur", c'est anti scientifique.
    Tu ne va pas jusque la puisque tu dis que c'est plus probable.
    Oui, moi j'utilise les bons mots.

    Sur l'image des vaches, si tu ne comprend pas l'analogie, c'est que tu ne comprend rien à la physique des matériaux ni aux effets collectifs.
    Tu doit être physicien des particules.
    ... J'ai pas dit que je la comprenais pas, j'ai dit qu'elle était à chier. Je maintiens. Par contre, moi je n'attaque que ton raisonnement pas ta personne. Les attaques ad hominem sont les cousines des arguments d'autorité et n'ont pas davantage de sens. Tu peux t'en passer, ça n'appauvrira pas ton message.

    Dans le genre il y a les gens qui ne comprennent pas que ce soit dur de répliquer une expérience de chimie catalythique, que ca dépendes d'impurété.
    Quand on connait l'histoire des semiconducteurs c'est plus normal. mais pour un physicien des particules c'est un peu alien.
    D'où la nécessité de faire des mesures avant, et pas après. Ca permet de mesurer les impuretés et de les décrire.

    Sinon tu as des arguments, des papiers ?
    C'est pas au sceptique de prouver la non découverte, c'est à l'inventeur de prouver sa découverte. Ce point précis est la différence entre la science et l'inquisition.

    (genre pas de cornes, de neutrons).
    Pas de particule, pas de réaction nucléaire. A chaud, à froid, à tiède, ...
    Suite à une suggestion, je vais utiliser cette signature pour des canards en manque de ranking pro. Ou des quotes idiots.

  2. #272
    Penser à mettre un sous-titre Avatar de keulz
    Ville
    ain et agressif
    Tout ça parce qu'un mec ne veut pas ouvrir sa machine et montrer instantanément à tout le monde qu'il a raison. C'est balot, hein.

  3. #273
    S'il a breveté son invention, il n'a rien à craindre...

  4. #274
    (genre pas de cornes, de neutrons).
    Si, si, au moins pour ceux qui auront financé la supercherie et qui seront les cocus de l'affaire!
    "Not riding to keep the miles low for resale value is like not drilling your girlfriend to keep her tight for the next guy"

  5. #275
    Citation Envoyé par AlainCo Voir le message
    Mais sur le fond il a dit que c'était pas possible et a intrigué pour que ca n'avance pas.
    En fait toute la clé de cet échange est là.

    Vous dites que c'est possible et on vous répond que non cela ne l'est pas dans les limites de la connaissances actuelles.
    Ce que vous demande vos détracteurs ce ne sont pas des expériences empiriques supplémentaires, mais une théorie qui viendrait expliquer la fusion froide.

    En l'état ce nouveau modèle permettant d'expliquer la fusion froide n'existe pas (si j'ai bien suivi) et la méthode empirique ne permet pas à ce jour de s'en convaincre (quel que soit votre point de vu depuis 25 ans maintenant on peut dire que c'est un échec).

    Donc bon sans expérimentation solide et sans modèle théorique tu peux encore agiter les bras très fort c'est un peu voué à l'échec d'avance.
    Je vois même pas pourquoi tu verses dans le complotisme, c'est pourtant évident que ce que tu présentes avec beaucoup de conviction et d'énergie (le temps que tu dois passer est faramineux) est insuffisant pour de simples internautes alors pour le monde scientifique...

    Le pire c'est que je suis sûr qu'on préférerait tous avoir tort.
    Si la fusion froide était une réalité les champs d'application seraient renversant (conquête spatiale anyone?).
    Raison de plus pour être très très circonspecte.

    - - - Mise à jour - - -

    Citation Envoyé par hisvin Voir le message
    S'il a breveté son invention, il n'a rien à craindre...
    Pour être honnête je pense que non.
    Si on avait vraiment une invention avec à la clé une source d'énergie telle, bah les brevets du truc toutes les nations s'en torcheraient le cul avec.
    Et personnellement si j'étais l'inventeur d'une telle découverte ça me semblerait parfaitement normal.


  6. #276
    Penser à mettre un sous-titre Avatar de keulz
    Ville
    ain et agressif
    Citation Envoyé par tenshu Voir le message
    Et personnellement si j'étais l'inventeur d'une telle découverte ça me semblerait parfaitement normal.
    Il est là le truc, parce qu'il n'y a que deux possibilités, soit le mec est honnête et ça marche, soit c'est un escroc.
    Si c'est un escroc, ben c'est juste un connard parmi tant d'autres et s'il est honnête, c'est encore pire, parce que du coup c'est le plus gros des connards de ne pas diffuser sa technologie à l'Humanité entière pour nous sauver du réchauffement climatique et du joug des lobby pétroliers.

    Donc une chose est sûre, ce mec est un con.

  7. #277
    Citation Envoyé par tenshu Voir le message
    Vous dites que c'est possible et on vous répond que non cela ne l'est pas dans les limites de la connaissances actuelles.
    Ce que vous demande vos détracteurs ce ne sont pas des expériences empiriques supplémentaires, mais une théorie qui viendrait expliquer la fusion froide.
    Je ne crois pas, non.
    Une expérience qui serait reproductible par d'autres serait déjà un sacré progrès. La théorie tu peux toujours l'ajuster par la suite, mais si la pratique n'est pas universellement reconnue c'est sur que cela va gripper sec.

  8. #278
    Citation Envoyé par Grosnours Voir le message
    Je ne crois pas, non.
    Une expérience qui serait reproductible par d'autres serait déjà un sacré progrès. La théorie tu peux toujours l'ajuster par la suite, mais si la pratique n'est pas universellement reconnue c'est sur que cela va gripper sec.
    C'est ça :
    - soit une explication théorique qui entraine la possibilité de création d'expériences reproductibles (puisqu'apparemment, les actuelles ne sont reproductibles que par ceux qui les ont faites et ce sans témoins parce qu'ils ont un mauvais karma et niquent le phénomène). Quand on a la théorie, on a ses prédictions et on peut la mettre à l'épreuve.
    - soit une expérience reproductible (ce qui inclus, au besoin, la mesure des dopants, ...) avec des mesures qui montrent la "nucléarité" de la réaction (et ça, ça n'est possible QUE par la mesure significative de particules émises : neutrons, neutrino, alpha (avant que ça devienne des hélium 4, donc avec une mesure d'énergie et pas seulement une présence), électrons, positrons, gammas, protons pourquoi pas, atome instable (revoir le "mesure significative" avant de proposer un 10^-9 de tritium dans de l'eau lourde dans laquelle on n'a pas dosé le tritium AVANT). Bref, un truc convaincant et pas un "je sais pas l'expliquer, donc c'est nucléaire" assorti d'un "si vous trouvez pas pareil, c'est que vous êtes des manches" et un "Ouais, mais vous avez pas les bonnes impuretés vous êtes trop nuls (mais comme j'ai pas mesuré, je peux pas vous dire les bonnes)".
    Suite à une suggestion, je vais utiliser cette signature pour des canards en manque de ranking pro. Ou des quotes idiots.

  9. #279
    Citation Envoyé par keulz Voir le message
    Si c'est un escroc, ben c'est juste un connard parmi tant d'autres et s'il est honnête, c'est encore pire, parce que du coup c'est le plus gros des connards[...]

    Donc une chose est sûre, ce mec est un con.
    Un peu de rigueur scientifique svp monsieur, votre raisonnement montre que c'est un connard.
    Le con c'est comme ca il y peut rien.
    Le connard en revanche ...
    Citation Envoyé par rapport de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France
    .Il est « presque impossible d’écrire en français correctement avec un clavier commercialisé en France »,

  10. #280
    Bon ça devient lassant la fusion froide.

    Vous voulez pas un nouveau débat passionnant ?

    "Is the transistor based on alien technology?"

  11. #281
    Citation Envoyé par Neo_13 Voir le message
    C'est ça :
    - soit une explication théorique qui entraine la possibilité de création d'expériences reproductibles (puisqu'apparemment, les actuelles ne sont reproductibles que par ceux qui les ont faites et ce sans témoins parce qu'ils ont un mauvais karma et niquent le phénomène). Quand on a la théorie, on a ses prédictions et on peut la mettre à l'épreuve.
    - soit une expérience reproductible (ce qui inclus, au besoin, la mesure des dopants, ...) avec des mesures qui montrent la "nucléarité" de la réaction (et ça, ça n'est possible QUE par la mesure significative de particules émises : neutrons, neutrino, alpha (avant que ça devienne des hélium 4, donc avec une mesure d'énergie et pas seulement une présence), électrons, positrons, gammas, protons pourquoi pas, atome instable (revoir le "mesure significative" avant de proposer un 10^-9 de tritium dans de l'eau lourde dans laquelle on n'a pas dosé le tritium AVANT). Bref, un truc convaincant et pas un "je sais pas l'expliquer, donc c'est nucléaire" assorti d'un "si vous trouvez pas pareil, c'est que vous êtes des manches" et un "Ouais, mais vous avez pas les bonnes impuretés vous êtes trop nuls (mais comme j'ai pas mesuré, je peux pas vous dire les bonnes)".
    Ça me fait penser aux matériaux supraconducteurs à haute température critique (je ne suis pas du tout physicien, mais je trouve ce phénomène et son potentiel fascinants) : si je ne dis pas de conneries, il n'y a toujours pas de théorie arrivant à décrire exactement ce qu'il se passe, des pistes existent, mais pas de certitude absolue.
    Par contre, les expériences ont été décrites et reproduites des (centaines ? milliers ?) de fois par les plus grands labos, les protocoles testés et décrits dans les moindres détails, et c'est ce qui permet à toute la communauté scientifique mondiale de s'accorder sur la réalité du phénomène, même sans théorie expliquant le tout pour l'instant.

    Tu saisis la différence avec le "TGCM" de la fusion froide ?


  12. #282
    Citation Envoyé par Neo_13 Voir le message
    D'où la nécessité de faire des mesures avant, et pas après. Ca permet de mesurer les impuretés et de les décrire.
    oui c'est ce que fait l'ENEA en collaboration avec le SRi et Navy NRL
    https://mospace.umsystem.edu/xmlui/b...pdf?sequence=1

    En sélectionant le lpalladium dont la structure crystallographique est adaptée, on obtient un taux de succès bien au dessu de 50%...
    Ca c'est de la science. Ca prend du temps.

    Si tu cherche un peux tu verra que F&P ont utilisé un palladium sourcé Johnson Mattey provenant du recyclage.

    Depuis un fauteuil c'est facile de mesurer les impuretés, mais il y en a tellement (j'ai une formation de micro électronique et je connais les débuts du Germanium dans les années 20, avec les anomalies - jonction PN par contamination - rangées dans les tiroirs).

    La science de bisounours c'est facile, la vraie... moins.

  13. #283
    Et sinon Alain ?

    Citation Envoyé par Neo_13 Voir le message
    Le CEA publie ses dispositifs expérimentaux, puisque eux font de la science. Du coup, je veux bien les publications scientifiques spécifiquement du CEA.
    Citation Envoyé par Flad Voir le message
    Moi j'y compris rien.

  14. #284
    Citation Envoyé par AlainCo Voir le message
    oui c'est ce que fait l'ENEA en collaboration avec le SRi et Navy NRL
    https://mospace.umsystem.edu/xmlui/b...pdf?sequence=1
    Lien mort.
    Mais je rejoins Bah concernant sa demande, vu que tu m'avais répondu à côté de la plaque, et au cas où tu l'aurais loupé, je t'invite à relire mon message sur les supraconducteurs à haute température critique.


  15. #285
    Citation Envoyé par TheProjectHate Voir le message
    Ça me fait penser aux matériaux supraconducteurs à haute température critique (je ne suis pas du tout physicien, mais je trouve ce phénomène et son potentiel fascinants) : si je ne dis pas de conneries, il n'y a toujours pas de théorie arrivant à décrire exactement ce qu'il se passe, des pistes existent, mais pas de certitude absolue.
    Par contre, les expériences ont été décrites et reproduites des (centaines ? milliers ?) de fois par les plus grands labos, les protocoles testés et décrits dans les moindres détails, et c'est ce qui permet à toute la communauté scientifique mondiale de s'accorder sur la réalité du phénomène, même sans théorie expliquant le tout pour l'instant.

    Tu saisis la différence avec le "TGCM" de la fusion froide ?
    La fusion froide a aussi été reproduite par les plus grands calorimétricien, les plus grands labo (Texas AM, LANL, SRI, BARC, Toyota, MHI, Nasa GRC,).
    Des milliers de fois. C'est pas facile, et pas à la porté d'un physicien de mauvaise foi comme ceux du MIT et de Caltech.
    Les chimistes sont avantagés, comme les radiochimistes, les physiciens des matériaux.

    Je vous invite à relire ce listing des papiers publiés dans des revues à comité de lecture...
    http://lenr-canr.org/acrobat/Rothwel...col.pdf#page=6
    List 2. Peer-reviewed excess heat papers, from both databases
    1. Agelao, G. and M.C. Romano, Heat and helium production during exothermic reactions between gases through palladium geometrical elements loaded with hydrogen. Fusion Technol., 2000. 38: p. 224.
    2. Aoki, T., et al., Search for nuclear products of the D + D nuclear fusion. Int. J. Soc. Mat. Eng. Resources, 1998. 6(1): p. 22.
    3. Arata, Y. and Y.C. Zhang, Achievement of intense 'cold fusion' reaction. Kaku Yugo Kenkyu, 1989. 62: p. 398 (In Japanese).
    4. Arata, Y. and Y.C. Zhang, Achievement of an intense cold fusion reaction. Fusion Technol., 1990. 18: p. 95.
    5. Arata, Y. and Y.C. Zhang, Achievement of intense 'cold' fusion reaction. Proc. Jpn. Acad., Ser. B, 1990. 66: p. 1.
    6. Arata, Y. and Y.C. Zhang, Corroborating evidence for 'cold' fusion reaction. Proc. Jpn. Acad., Ser. B, 1990. 66(: p. 110.
    7. Arata, Y. and Y.C. Zhang, 'Cold' fusion caused by a weak 'on-off effect'. Proc. Jpn. Acad., Ser. B, 1992. 66: p. 33.
    8. Arata, Y. and Y.C. Zhang, 'Cold' fusion in deuterated complex cathode. Kaku Yugo Kenkyu, 1992. 67((5)): p. 432 (in Japanese).
    9. Arata, Y. and Y.C. Zhang, Reproducible "Cold" Fusion Reaction Using A Complex Cathode. Fusion Technol., 1992. 22: p. 287.
    10. Arata, Y. and Y.C. Zhang, Excess heat in a double structure deuterated cathode. Kaku Yugo Kenkyu, 1993. 69((8)): p. 963 (in Japanese).
    11. Arata, Y. and Y.C. Zhang, A new energy caused by "Spillover-deuterium". Proc. Jpn. Acad., Ser. B, 1994. 70 ser. B: p. 106.
    12. Arata, Y. and Y.C. Zhang, A new energy generated in DS-cathode with 'Pd-black'. Koon Gakkaishi, 1994. 20(4): p. 148 (in Japanese).
    13. Arata, Y. and Y.C. Zhang, Achievement of solid-state plasma fusion ("cold fusion"). Koon Gakkaishi, 1995. 21((6)): p. 303 (in Japanese).
    14. Arata, Y. and Y.C. Zhang, Deuterium nuclear reaction process within solid. Proc. Jpn. Acad., Ser. B, 1996. 72 Ser. B: p. 179.
    15. Arata, Y. and C. Zhang, Presence of helium (4/2He, 3/2He) confirmed in highly deuterated Pd-black by the new detecting methodology. J. High Temp. Soc., 1997. 23: p. 110 (in Japanese).
    16. Arata, Y. and Y.C. Zhang, Solid-state plasma fusion ('cold fusion'). J. High Temp. Soc., 1997. 23 (special volume): p. 1-56.
    17. Arata, Y. and Y.C. Zhang, Observation of Anomalous Heat Release and Helium-4 Production from Highly Deuterated Fine Particles. Jpn. J. Appl. Phys. Part 2, 1999. 38: p. L774.
    18. Arata, Y. and Y.C. Zhang, Formation of Condensed Metallic Deuterium Lattice and Nuclear Fusion. Proc. Jpn. Acad., Ser. B, 2002. 78(Ser. : p. 57.
    19. Arata, Y. and Y. Zhang, The Establishment of Solid Nuclear Fusion Reactor. J. High Temp. Soc., 2008. 34(2): p. 85.
    20. Babu, K.S.C., et al., On the formation of palladium deuteride and its relationship to suspected cold fusion. Adv. Hydrogen Energy, 1990. 8 Hydrogen Energy Prog. VIII, Vol. 2),: p. 1051.
    21. Battaglia, A., et al., Neutron emission in Ni-H systems. Nuovo Cimento Soc. Ital. Fis. A, 1999. 112 A: p. 921.
    22. Belzner, A., et al., Two fast mixed-conductor systems: deuterium and hydrogen in palladium - thermal measurements and experimental considerations. J. Fusion Energy, 1990. 9(2): p. 219.
    23. Belzner, A., et al., Recent results on mixed conductors containing hydrogen or deuterium. Solid State Ionics, 1990. 40/41: p. 519.
    24. Bertalot, L., et al., Study of deuterium charging in palladium by the electrolysis of heavy water: heat excess production. Nuovo Cimento Soc. Ital. Fis. A, 1993. 15 D: p. 1435.
    25. Birgul, O., et al., Electrochemically induced fusion of deuterium using surface modified palladium electrodes. J. Eng. Env. Sci., 1990. 14(3): p. 373.
    26. Brudanin, V.B., et al., Search for the cold fusion d(d,(4)He) in electrolysis of D2O. Phys. Lett. A, 1990. 151(9): p. 543.
    27. Bush, B.F., et al., Helium production during the electrolysis of D2O in cold fusion experiments. J. Electroanal. Chem., 1991. 304: p. 271.
    28. Bush, R.T., A light water excess heat reaction suggests that 'cold fusion' may be 'alkalihydrogen fusion'. Fusion Technol., 1992. 22: p. 301.
    29. Bush, R.T. and R.D. Eagleton, Evidence for Electrolytically Induced Transmutation and Radioactivity Correlated with Excess Heat in Electrolytic Cells with Light Water Rubidium Salt Electrolytes. Trans. Fusion Technol., 1994. 26(4T): p. 334.
    30. Celani, F., et al., Deuterium overloading of palladium wires by means of high power microsecond pulsed electrolysis and electromigration: suggestions of a "phase transition" and related excess heat. Phys. Lett. A, 1996. 214: p. 1.
    31. Celani, F., et al., Reproducible D/Pd ratio > 1 and excess heat correlation by 1-microsecpulse, high-current electrolysis. Fusion Technol., 1996. 29: p. 398.
    32. Dash, J., G. Noble, and D. Diman, Surface Morphology and Microcomposition of Palladium Cathodes After Electrolysis in Acified Light and Heavy Water: Correlation With Excess Heat. Trans. Fusion Technol., 1994. 26(4T): p. 299.
    33. Dufour, J., Cold fusion by sparking in hydrogen isotopes. Fusion Technol., 1993. 24: p. 205.
    34. Dufour, J., et al., Interaction of palladium/hydrogen and palladium/deuterium to measure the excess energy per atom for each isotope. Fusion Technol., 1997. 31: p. 198.
    35. Fleischmann, M., S. Pons, and M. Hawkins, Electrochemically induced nuclear fusion of deuterium. J. Electroanal. Chem., 1989. 261: p. 301 and errata in Vol. 263.
    36. Fleischmann, M., et al., Calorimetry of the palladium-deuterium-heavy water system. J. Electroanal. Chem., 1990. 287: p. 293.
    37. Fleischmann, M. and S. Pons, Some comments on the paper Analysis of experiments on the calorimetry of LiOD-D2O electrochemical cells, R.H. Wilson et al., J. Electroanal. Chem. 332 [1992] 1. J. Electroanal. Chem., 1992. 332: p. 33.
    38. Fleischmann, M. and S. Pons, Calorimetry of the Pd-D2O system: from simplicity via complications to simplicity. Phys. Lett. A, 1993. 176: p. 118.
    39. Fleischmann, M. and S. Pons, Reply to the critique by Morrison entitled 'Comments on claims of excess enthalpy by Fleischmann and Pons using simple cells made to boil. Phys. Lett. A, 1994. 187: p. 276.
    40. Focardi, S., R. Habel, and F. Piantelli, Anomalous heat production in Ni-H systems. Nuovo Cimento Soc. Ital. Fis. A, 1994. 107A: p. 163.
    41. Focardi, S., et al., Large excess heat production in Ni-H systems. Nuovo Cimento Soc. Ital. Fis. A, 1998. 111A: p. 1233.
    42. Gozzi, D., et al., Evidences for associated heat generation and nuclear products release in palladium heavy-water electrolysis. Nuovo Cimento Soc. Ital. Fis. A, 1990. 103: p. 143.
    43. Gozzi, D., et al., Nuclear and thermal effects during electrolytic reduction of deuterium at palladium cathode. J. Fusion Energy, 1990. 9(3): p. 241.
    44. Gozzi, D., et al., Calorimetric and nuclear byproduct measurements in electrochemical confinement of deuterium in palladium. J. Electroanal. Chem., 1995. 380: p. 91.
    45. Gozzi, D., et al., Quantitative measurements of helium-4 in the gas phase of Pd + D2O electrolysis. J. Electroanal. Chem., 1995. 380: p. 109.
    46. Gozzi, D., et al., X-ray, heat excess and 4He in the D/Pd system. J. Electroanal. Chem., 1998. 452: p. 251.
    47. Isagawa, S., Y. Kanda, and T. Suzuki, Present status of cold fusion experiment at KEK". Int. J. Soc. Mat. Eng. Resources, 1998. 65(1): p. 60.
    48. Isobe, Y., et al., Search for multibody nuclear reactions in metal deuteride induced with ion beam and electrolysis methods. Jpn. J. Appl. Phys. A, 2002. 41(part 1): p. 1546.
    49. Iwamura, Y., et al., Detection of anomalous elements, x-ray, and excess heat in a D2-Pd system and its interpretation by the electron-induced nuclear reaction model. Fusion Technol., 1998. 33: p. 476.
    50. Iyengar, P.K., et al., Bhabha Atomic Research Centre studies on cold fusion. Fusion Technol., 1990. 18: p. 32.
    51. Kainthla, R.C., et al., Eight chemical explanations of the Fleischmann-Pons effect. J. Hydrogen Energy, 1989. 14(11): p. 771.
    52. Kainthla, R.C., et al., Sporadic observation of the Fleischmann-Pons heat effect. Electrochim. Acta, 1989. 34: p. 1315.
    53. Kamada, K., H. Kinoshita, and H. Takahashi, Anomalous heat evolution of deuteriumimplanted Al upon electron bombardment. Jpn. J. Appl. Phys. A, 1996. 35: p. 738.
    54. Kamada, K., Heating of deuteron implanted Al on electron bombardment and its possible relation to 'cold fusion' experiment. Fusion Eng. Des., 2001. 55: p. 541.
    55. Karabut, A.B., Y.R. Kucherov, and I.B. Savvatimova. Cold Fusion Observation at GasDischarge Device Cathode. in Anniversary Specialist Conf. on Nucl. Power Eng. in Space. 1990. Obninsk, Russia.
    56. Karabut, A.B., Y.R. Kucherov, and I.B. Savvatimova, Nuclear reactions at the cathode in a gas discharge. Sov. Tech. Phys. Lett., 1990. 16(6): p. 463.
    57. Karabut, A.B., Y.R. Kucherov, and I.B. Savvatimova, The investigation of deuterium nuclei fusion at glow discharge cathode. Fusion Technol., 1991. 20: p. 924.
    58. Kirkinskii, V.A., V.A. Drebushchak, and A.I. Khmelnikov, Excess heat release during deuterium sorption-desorption by finely powdered palladium deuteride. Europhys. Lett., 2002. 58: p. 462.
    59. Kunimatsu, K., Current status of room-temperature nuclear fusion. Excess heat measurement. Petrotech. (Tokyo), 1994. 17(12): p. 998 (in Japanese).
    60. Kunimatsu, K., Surface modification of the cathode in the study of cold fusion. Hyomen Gijutsu, 1996. 47(3): p. 218 (in Japanese).
    61. Lewis, D. and K. Sk'ld, A phenomenological study of the Fleischmann-Pons effect. J. Electroanal. Chem., 1990. 294: p. 275.
    62. Lewis, D., Some regularities and coincidences in thermal, electrochemical and radiation phenomena observed in experiments at Studsvik on the Fleischmann-Pons effect. J. Electroanal. Chem., 1991. 316: p. 353.
    63. Li, X.Z., A new approach towards nuclear fusion without strong nuclear radiation. Nucl. Fusion Plasma Phys., 1996. 16(2): p. 1 (in Chinese).
    64. Li, X.Z., et al., Correlation between abnormal deuterium flux and heat flow in a D/Pd system. J. Phys. D: Appl. Phys., 2003. 36: p. 3095-3097.
    65. Liaw, B.Y., et al., Elevated-temperature excess heat production in a Pd + D system. J. Electroanal. Chem., 1991. 319: p. 161.
    66. Liaw, B.Y., P.L. Tao, and B.E. Liebert, Helium analysis of palladium electrodes after molten salt electrolysis. Fusion Technol., 1993. 23: p. 92.
    67. Lin, G.H., et al., On electrochemical tritium production. Int. J. Hydrogen Energy, 1990. 15: p. 537.
    68. Lipson, A.G., et al., Generation of the products of DD nuclear fusion in high-temperature superconductors YBa2Cu3O7-deltaDy near the superconducting phase transition. Tech. Phys., 1995. 40: p. 839.
    69. Lipson, A.G., et al., The nature of excess energy liberated in a Pd/PdO heterostructure electrochemically saturated with hydrogen (deuterium). Russ. J. Phys. Chem., 1995. 69: p. 1810.
    70. Lyakhov, B.F., et al., Anomalous heat release in the Pd/PdO system electrolytically saturated with hydrogen. Russ. J. Phys. Chem., 1993. 67: p. 491.
    71. Mathews, C.K., et al., On the possibility of nuclear fusion by the electrolysis of heavy water. Indian J. Technol., 1989. 27: p. 229.
    72. McKubre, M.C.H., et al., Isothermal Flow Calorimetric Investigations of the D/Pd and H/Pd Systems. J. Electroanal. Chem., 1994. 368: p. 55.
    73. Mengoli, G., et al., Absorption-desorption of deuterium at Pd95%-Rh5% alloy. I: Environment and temperature effects. J. Electroanal. Chem., 1995. 390: p. 135.
    74. Mengoli, G., et al., Anomalous heat effects correlated with electrochemical hydriding of nickel. Nuovo Cimento Soc. Ital. Fis. A, 1998. 20 D: p. 331.
    75. Mengoli, G., et al., Calorimetry close to the boiling temperature of the D2O/Pd electrolytic system. J. Electroanal. Chem., 1998. 444: p. 155.
    76. Miao, B., Experimental exploration on the possible mechanism of D-D cold fusion in titanium lattice. Xibei Shifan Xuebao. Ziran Kexueban, 1994. 30(1): p. 39 (in Chinese).
    77. Miao, B., Experimental exploration on possible mechanism of D-D cold fusion in titanium lattice. Xibei Shifan Daxue Xuebao, Ziran Kexueban, 1994. 30: p. 44 (in Chinese).
    78. Miles, M., K.H. Park, and D.E. Stilwell, Electrochemical calorimetric evidence for cold fusion in the palladium-deuterium system. J. Electroanal. Chem., 1990. 296: p. 241.
    79. Miles, M., et al. Heat and Helium Production in Cold Fusion Experiments. in Second Annual Conference on Cold Fusion, "The Science of Cold Fusion". 1991. Como, Italy: Societa Italiana di Fisica, Bologna, Italy.
    80. Miles, M., et al., Correlation of excess power and helium production during D2O and H2O electrolysis using palladium cathodes. J. Electroanal. Chem., 1993. 346: p. 99.
    81. Miles, M., B.F. Bush, and J.J. Lagowski, Anomalous effects involving excess power, radiation, and helium production during D2O electrolysis using palladium cathodes. Fusion Technol., 1994. 25: p. 478.
    82. Miles, M., B.F. Bush, and D.E. Stilwell, Calorimetric principles and problems in measurements of excess power during Pd-D2O electrolysis. J. Phys. Chem., 1994. 98: p. 1948.
    83. Miles, M. and B.F. Bush, Heat and Helium Measurements in Deuterated Palladium. Trans. Fusion Technol., 1994. 26(4T): p. 156.
    84. Miles, M. and B.F. Bush, Heat and Helium Measurements in Deuterated Palladium. Trans. Fusion Technol., 1994. 26(4T): p. 156.
    85. Miles, M., Reply to 'An assessment of claims of excess heat in cold fusion calorimetry'. J. Phys. Chem. B, 1998. 102: p. 3648.
    86. Miles, M., Reply to 'Examination of claims of Miles et al. in Pons-Fleischmann-type cold fusion experiments'. J. Phys. Chem. B, 1998. 102: p. 3642.
    87. Miles, M., Calorimetric studies of Pd/D2O+LiOD electrolysis cells. J. Electroanal. Chem., 2000. 482: p. 56.
    88. Miles, M., M.A. Imam, and M. Fleischmann, Calorimetric analysis of a heavy water electrolysis experiment using a Pd-B alloy cathode. Proc. Electrochem. Soc., 2001. 2001-23: p. 194.
    89. Miles, M., M.A. Imam, and M. Fleischmann, Calorimetric analysis of a heavy water electrolysis experiment using a Pd-B alloy cathode. Proc. Electrochem. Soc., 2001. 2001-23: p. 194.
    90. Miley, G.H., et al., Electrolytic Cell with Multilayer Thin-Film Electrodes. Trans. Fusion Technol., 1994. 26(4T): p. 313.
    91. Mills, R.L. and P. Kneizys, Excess heat production by the electrolysis of an aqueous potassium carbonate electrolyte and the implications for cold fusion. Fusion Technol., 1991. 20: p. 65.
    92. Mills, R.L., Reply to 'Comments on "Excess heat production by the electrolysis of an aqueous potassium carbonate electrolyte and the implications for cold fusion"'. Fusion Technol., 1992. 21: p. 96.
    93. Mizuno, T., et al., Anomalous heat evolution from a solid-state electrolyte under alternating current in high-temperature D2 gas. Fusion Technol., 1996. 29: p. 385.
    94. Mizuno, T., et al., Production of Heat During Plasma Electrolysis. Jpn. J. Appl. Phys. A, 2000. 39: p. 6055.
    95. Mizuno, T., et al., Hydrogen Evolution by Plasma Electrolysis in Aqueous Solution. Jpn. J. Appl. Phys. A, 2005. 44(1A): p. 396-401.
    96. Mosier-Boss, P.A. and S. Szpak, The Pd/(n)H system: transport processes and development of thermal instabilities. Nuovo Cimento Soc. Ital. Fis. A, 1999. 112: p. 577.
    97. Nakamura, K., T. Kawase, and I. Ogura, Possibility of element transmutation by arcing in water. Kinki Daigaku Genshiryoku Kenkyusho Nenpo, 1996. 33: p. 25 (in Japanese).
    98. Noninski, V.C. and C.I. Noninski, Determination of the excess energy obtained during the electrolysis of heavy water. Fusion Technol., 1991. 19: p. 364.
    99. Noninski, V.C., Excess heat during the electrolysis of a light water solution of K2CO3 with a nickel cathode. Fusion Technol., 1992. 21: p. 163.
    100. Notoya, R., Cold fusion by electrolysis in a light water-potassium carbonate solution with a nickel electrode. Fusion Technol., 1993. 24: p. 202.
    101. Notoya, R., Y. Noya, and T. Ohnishi, Tritium generation and large excess heat evolution by electrolysis in light and heavy water-potassium carbonate solutions with nickel electrodes. Fusion Technol., 1994. 26: p. 179.
    102. Numata, H. and M. Fukuhara, Low-temperature elastic anomalies and heat generation of deuterated palladium. Fusion Technol., 1997. 31: p. 300.
    103. Ohmori, T. and M. Enyo, Excess heat evolution during electrolysis of H2O with nickel, gold, silver, and tin cathodes. Fusion Technol., 1993. 24: p. 293.
    104. Ohmori, T. and T. Mizuno, Nuclear transmutation occurring in the electrolysis on several metal electrodes. Curr. Topics Electrochem., 1997. 5: p. 37.
    105. Ohmori, T., et al., Transmutation in the electrolysis of lightwater - excess energy and iron production in a gold electrode. Fusion Technol., 1997. 31: p. 210.
    106. Ohmori, T., et al., Transmutation in a gold-light water electrolysis system. Fusion Technol., 1998. 33: p. 367.
    107. Okamoto, M., et al., Excess Heat Generation, Voltage Deviation, and Neutron Emission in D2O-LiOD Systems. Trans. Fusion Technol., 1994. 26(4T): p. 176.
    108. Okamoto, M., et al., Excess Heat Generation, Voltage Deviation, and Neutron Emission in D2O-LiOD Systems. Trans. Fusion Technol., 1994. 26(4T): p. 176.
    109. Oriani, R.A., et al., Calorimetric measurements of excess power output during the cathodic charging of deuterium into palladium. Fusion Technol., 1990. 18: p. 652.
    110. Oriani, R.A., An investigation of anomalous thermal power generation from a protonconducting oxide. Fusion Technol., 1996. 30: p. 281.
    111. Ota, K., H. Yoshitake, and N. Kamiya, Present status of cold fusion. Hyomen Kagaku, 1993. 14(9): p. 570 (in Japanese).
    112. Ota, K. and T. Kobayashi, Cold fusion and calorimetry. Netsu Sokutei, 1997. 24(3): p. 138 (Japan., Engl. abstr.).
    113. Ota, K., et al., Effect of boron for the heat production during the heavy water electrolysis using palladium cathode. Int. J. Soc. Mat. Eng. Resources, 1998. 6(1): p. 26.
    114. Oyama, N., et al., Electrochemical calorimetry of D2O electrolysis using a palladium cathode - an undivided, open cell system -. Bull. Chem. Soc. Japan, 1990. 63: p. 2659.
    115. Oyama, N., et al., Probing absorption of deuterium into palladium cathodes during D2O electrolysis with an in situ electrochemical microbalance technique. Jpn. J. Appl. Phys. Part 2, 1990. 29(5): p. L818.
    116. Oyama, N. and O. Hatozaki, Present and future of cold fusion - nuclear fusion induced by electrochemical reaction. Oyo Butsuri, 1991. 60: p. 220 (in Japanese).
    117. Pons, S. and M. Fleischmann, Calorimetric measurements of the palladium/deuterium system: fact and fiction. Fusion Technol., 1990. 17: p. 669.
    118. Pons, S. and M. Fleischmann, Etalonnage du systeme Pd-D2O: effets de protocole et feed-back positif. ["Calibration of the Pd-D2O system: protocol and positive feed-back effects"]. J. Chim. Phys., 1996. 93: p. 711 (in French).
    119. Preparata, G., M. Scorletti, and M. Verpelli, Isoperibolic calorimetry on modified Fleischmann-Pons cells. J. Electroanal. Chem., 1996. 411: p. 9.
    120. Ray, M.K.S., et al., The Fleischmann-Pons phenomenon - a different perspective. Fusion Technol., 1992. 22: p. 395.
    121. Santhanam, K.S.V., et al., Electrochemically initiated cold fusion of deuterium. Indian J. Technol., 1989. 27: p. 175.
    122. Santhanam, K.S.V., et al., Excess enthalpy during electrolysis of D2O. Curr. Sci., 1989. 58: p. 1139.
    123. Savvatimova, I. and A.B. Karabut, Nuclear reaction products detected at the cathode after a glow discharge in deuterium. Poverkhnost, 1996(1): p. 63 (in Russian).
    124. Savvatimova, I. and A.B. Karabut, Radioactivity of palladium cathodes after irradiation in a glow discharge. Poverkhnost, 1996(1): p. 76 (in Russian).
    125. Scott, C.D., et al., Measurement of excess heat and apparent coincident increases in the neutron and gamma-ray count rates during the electrolysis of heavy water. Fusion Technol., 1990. 18: p. 103.
    126. Scott, C.D., et al., Preliminary Investigation of Possible Low-Temperature Fusion. J. Fusion Energy, 1990. 9(2): p. 115.
    127. Shirai, O., et al., Some experimental results relating to cold nuclear fusion. Bull. Inst. Chem. Res., Kyoto Univ., 1991. 69: p. 550.
    128. Srinivasan, M., Nuclear fusion in an atomic lattice: An update on the international status of cold fusion research. Curr. Sci., 1991. 60: p. 417.
    129. Storms, E., Measurements of excess heat from a Pons-Fleischmann-type electrolytic cell using palladium sheet. Fusion Technol., 1993. 23: p. 230.
    130. Storms, E., Some Characteristics of Heat Production Using the "Cold Fusion" Effect. Trans. Fusion Technol., 1994. 26(4T): p. 96.
    131. Storms, E., How to produce the Pons-Fleischmann effect. Fusion Technol., 1996. 29: p. 261.
    132. Swartz, M.R., Codeposition of palladium and deuterium. Fusion Technol., 1997. 32: p. 126.
    133. Swartz, M.R., Consistency of the biphasic nature of excess enthalpy in solid-state anomalous phenomena with the quasi-one-dimensional model of isotope loading into a material. Fusion Technol., 1997. 31: p. 63.
    134. Szpak, S., et al., Electrochemical charging of Pd rods. J. Electroanal. Chem., 1991. 309: p. 273.
    135. Szpak, S., P.A. Mosier-Boss, and J.J. Smith, On the behavior of Pd deposited in the presence of evolving deuterium. J. Electroanal. Chem., 1991. 302: p. 255.
    136. Szpak, S., P.A. Mosier-Boss, and S.R. Scharber, Charging of the Pd/(n)H system: role of the interphase. J. Electroanal. Chem., 1992. 337: p. 147.
    137. Szpak, S., et al., Cyclic voltammetry of Pd + D codeposition. J. Electroanal. Chem., 1995. 380: p. 1.
    138. Szpak, S. and P.A. Mosier-Boss, Nuclear and Thermal Events Associated with Pd + D Codeposition. J. New Energy, 1996. 1(3): p. 54.
    139. Szpak, S. and P.A. Mosier-Boss, On the behavior of the cathodically polarized Pd/D system: a response to Vigier's comments. Phys. Lett. A, 1996. 221: p. 141.
    140. Szpak, S., P.A. Mosier-Boss, and J.J. Smith, On the behavior of the cathodically polarized Pd/D system: Search for emanating radiation. Phys. Lett. A, 1996. 210: p. 382.
    141. Szpak, S., et al., On the behavior of the Pd/D system: Evidence for tritium production. Fusion Technol., 1998. 33: p. 38.
    142. Szpak, S. and P.A. Mosier-Boss, On the release of n/1H from cathodically polarized palladium electrodes. Fusion Technol., 1998. 34: p. 273.
    143. Szpak, S., P.A. Mosier-Boss, and M. Miles, Calorimetry of the Pd+D codeposition. Fusion Technol., 1999. 36: p. 234.
    144. Szpak, S., et al., Thermal behavior of polarized Pd/D electrodes prepared by codeposition. Thermochim. Acta, 2004. 410: p. 101.
    145. Szpak, S., et al., Evidence of nuclear reactions in the Pd lattice. Naturwiss., 2005. 92(8): p. 394-397.
    146. Takahashi, A., et al., Excess heat and nuclear products by D2O/Pd electrolysis and multibody fusion. Int. J. Appl. Electromagn. Mater., 1992. 3: p. 221.
    147. Takahashi, A., Cold fusion research: present status. Koon Gakkaishi, 1993. 19(5): p. 179 (in Japanese).
    148. Takahashi, A., Production of neutron, tritium and excess heat. Oyo Butsuri, 1993. 62: p. 707 (In Japanese).
    149. Takahashi, A., et al., Experimental study on correlation between excess heat and nuclear products by D2O/Pd electrolysis. Int. J. Soc. Mat. Eng. Resources, 1998. 6(1): p. 4.
    150. Velev, O.A. and R.C. Kainthla, Heat flow calorimeter with a personal-computer-based data acquisition system. Fusion Technol., 1990. 18: p. 351.
    151. Yun, K.S., et al., Calorimetric observation of heat production during electrolysis of 0.1 M LiOD + D2O solution. J. Electroanal. Chem., 1991. 306: p. 279.
    152. Zhang, Q., et al., The excess heat experiments on cold fusion in titanium lattice. Chin. J. At. Mol. Phys., 1995. 12(2): p. 165.
    153. Zhang, Q., et al., The experimental study on the 'excess heat' for deuteron absorbed in the lattice of titanium. Chin. J. At. Mol. Phys., 1998. 15: p. 210 (In Chinese)
    Je suis désolé, mais il faut casser le mythe que propagent les mindguard comme Josuah Cudes et autre désinformateur sur Wiki.

    Rien qu'en gardant les revues spécialisée ou connues comme Journal of Electroanalytical Chemistry, Naturwissenschaften, JJAp, Nuovo Cimento, il y a de quoi tordre le cou au mythe, et d'ailleurs remettre en cause l'honête té des sources qui vous ont fait croire à ce mythe.

    Quand on compare le CV de F&P, de Bockris (il a des livres d'électrochimie de référence, et Fleischmann a l'équivalent d'un Nobel en chimie), et même de McKubre (spécialiste des hydrures de palladium pour un labo militaire) et Edmund Storms (spécialiste du tritium), ou Mahadeva Srinivasan (patron au BARC, le CEA Indien) en 1989, avec celui de Lewis, il n,'y a pas photo.
    Mais Lewis est du Caltech, et il passe bien à la télé.

    A noter que les anomalies de la supraconductivité ont été découvertes dans les années 70 (74 dit l'article), mais reproduites dans les années 80. et c'était un matériaux assez courant. Ils ont eu de la chance que ca ait été relativement simple.
    Si c'était aussi dur que la jonction PN Germanium, et sans théorie, ca aurait mis comme la jonction PN germanium... ~20ans, et ce sans blocus académique et rédactionnel organisé. Sinon comme Semmelweis, et Alexander Gordon, quelques siècles.


    Quand a dire ce combien la réplication de F&P dans le PdD est difficile, il y a des articles assez synthétiques qui montre que c'est faisable mais pas trivial, et les information en Mai 1989 n'existaient pas toutes.

    http://www.lenr-canr.org/acrobat/StormsEwhatcondit.pdf
    http://iccf9.global.tsinghua.edu.cn/...waystoinit.pdf
    http://lenr-canr.org/acrobat/CravensDtheenablin.pdf
    The four enabling criteria found in most successful Fleischmann-Pons experiments were present in their first paper. Their presence is subtle but clear when viewed with the advantage of hindsight. We use the term “criteria” to indicate some condition believed to influence the probability of the desired result of observing excess heat. One should remember that these are used in a statistical sense and that correlation is not causation. That is, they seem to help enable a researcher trying to reproduce the effect. Exact operational definitions were used to evaluate the papers; however their exact forms are too lengthy for this paper. For example, the lowest current density used in any runs within each paper was used when multiple cells where reported. Also, terms like “care in selection” was given an arbitrary operational definition for evaluation of the criteria. In that case, the term depended not on what the material was but that the paper included a statement on its source and or purity. All decisions were reduced to Boolean logical 1 or 0.

    Here is the abbreviated description of the criteria that entered our statistical analysis.


    Criterion 1 is deemed fulfilled when at least one of these conditions is met:
    1. Cathode is likely or claimed to be loaded to at least 0.85 D/Pd
    2. Cathode loading was slow and current density below 100 mA/cm2 (1)
    3. Open cell voltage was measured during loading
    4. Loading was done at or below 15°C (2)
    5. Cathode resistance was monitored during loading

    (1) As Storms points out, loading at a low current density does not necessarily lead to high loading or excess heat; however the authors have observed that there is a statistical correlation between loading at a low current density and excess heat (~ 55%).
    (2) Loading the cathode at a low temperature does not necessarily lead to high loading or excess heat; however, the authors' combined experience in loading approximately 1,000 cathodes suggests that it is helpful in producing the excess heat effect. Other factors such as the nature of the palladium are likely to be more important than loading temperature but are difficult to measure in small laboratories.


    Criterion 2 is deemed fulfilled when any of these conditions is met:
    1. The source, preparation or purity of cathode is stated.
    2. The purity, source or handling of the heavy water is stated.
    3. The preparation or formulation of the electrolyte is stated.
    4. The chemical procedures used were stated or documented.
    5. Additives were used to poison recombination or to seal the cathode against D.

    Criterion 3 is deemed fulfilled when at least one of these conditions is met:
    1. The cell was operated at current density of at least 200 mA/cm
    2. Special current systems were used (for example, current pulses, hi-low loading)

    Criterion 4 is deemed fulfilled when this condition is met:
    1. Non-equilibrium conditions are applied to cathode (i.e. heat pulse, current pulse, lasers, magnets, RF, acoustic energy, superwaves)
    Il y a des livrets éducatif pour ceux que ca intéressel,
    "La fusion froide pour les nuls",
    http://www.lenr-canr.org/acrobat/StormsEcoldfusione.pdf
    ou "pour les étudiants".
    http://lenr-canr.org/acrobat/StormsEastudentsg.pdf
    Il y a aussi "The Science of LENR" chez amazon...

    C'est un peu fatiguant 'entendre toujours les mêmes erreurs (C)1989 Wiki/Caltech . Ils n'ont pas évolué depuis mai 1989.

  16. #286
    Citation Envoyé par AlainCo Voir le message
    La fusion froide a aussi été reproduite par les plus grands calorimétricien, les plus grands labo (Texas AM, LANL, SRI, BARC, Toyota, MHI, Nasa GRC,).
    Des milliers de fois.
    Et c'est toujours inconnu!
    Quesqui à empêcher les grand labo de l'exploiter?
    Citation Envoyé par rapport de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France
    .Il est « presque impossible d’écrire en français correctement avec un clavier commercialisé en France »,

  17. #287
    Penser à mettre un sous-titre Avatar de keulz
    Ville
    ain et agressif
    Citation Envoyé par WaT Voir le message
    Bon ça devient lassant la fusion froide.
    Tu as vu le titre du topic ?

    - - - Mise à jour - - -

    Citation Envoyé par AlainCo Voir le message
    La fusion froide a aussi été reproduite par les plus grands calorimétricien
    Non mais c'est dingue comme on peut inventer des métiers, hein.

    C'est sûr que ça fait toujours mieux quand on fait du name dropping, "calorimétricien".

    Enfin bref, tous ces gens on reproduit avec succès l'expérience ?

  18. #288
    Citation Envoyé par AlainCo Voir le message
    La fusion froide a aussi été reproduite par les plus grands calorimétricien, les plus grands labo (Texas AM, LANL, SRI, BARC, Toyota, MHI, Nasa GRC,).
    Des milliers de fois. C'est pas facile, et pas à la porté d'un physicien de mauvaise foi comme ceux du MIT et de Caltech.
    Les chimistes sont avantagés, comme les radiochimistes, les physiciens des matériaux.
    Même chose que pour le CEA : sources en propre sur le site des différents labos/entreprises ?

    Citation Envoyé par AlainCo Voir le message
    Je vous invite à relire ce listing des papiers publiés dans des revues à comité de lecture...
    http://lenr-canr.org/acrobat/Rothwel...col.pdf#page=6
    Tu penses vraiment qu'une liste kilométrique va impressionner qui que ce soit ? Surtout avec des articles en japonais (à moins que tu ne parles japonais, et que tu les aies lus et compris) ?
    Je peux aussi te sortir une liste dix fois plus longue de scientifiques américains disant que la théorie créationniste est meilleure que la théorie de l'évolution, tu sais. En général, quelqu'un qui essaie d'impressionner avec la quantité plutôt que la qualité comme tu le fais depuis le début, c'est jamais bon signe. Surtout pour quelqu'un qui se targue d'expériences dans divers labos, mais file des liens morts, donne des références d'articles en japonais, et au final fournit un article du CEA sur la fiabilité du calorimètre, comme si un article sur la fiabilité d'un simple appareil de mesure pouvait valider une théorie/réaction complète de physique nucléaire.

    Citation Envoyé par AlainCo Voir le message
    Fleischmann a l'équivalent d'un Nobel en chimie)
    Au milieu de ton name dropping, celle-là m'a attiré l'oeil...c'est quoi, "l'équivalent d'un Nobel en chimie" ?


  19. #289
    Citation Envoyé par perverpepere Voir le message
    Et c'est toujours inconnu!
    Quesqui à empêcher les grand labo de l'exploiter?
    Mahadeva Srinivasan l'expliquait bien. dans les années 1990 ils ont trouvé des résultats convainquants ( http://lenr-canr.org/wordpress/?page_id=463 ) et se sont convaincu que le déni des américains était une tactique de manipulation pour les ratlentirs. puis ils ont vu que les applications étaien lointaines, et que c'était une illusion sincère , qui risquait de causer tort au BARC sur le plan académique. Ils ont arrêté la recherche pour s'aligner.

    Pour le MIT, Hagelstein fait des cours en indépendant tout les ans "IAP Cold Fusion 101". Il a développé avec Swartz le Nanor, un petit bidule de la taille d'une diode qui produit plus de chaleur qu'on lui en donne en courant...

    Pour Caltech, vu la bévue ils préfèreronst mourir que d'avouer.

    Mais depuis que Rossi a donné un espoir d'application, enfin, les labo se réveille.
    La Nasa qui a confirmé le phénomène à nouveau dans les années 2008
    http://www.grc.nasa.gov/WWW/sensors/...t_GRC_2011.pdf
    http://ntrs.nasa.gov/search.jsp?R=19960016952

    Après les travaux de Fralick en 1989, vise plutot l'étude de faisabilité.
    Après un rapport conjoint Boeing/Nasa
    http://ntrs.nasa.gov/archive/nasa/ca...38.pdf#page=38
    ils ont lancé une étude d'application
    http://ntrs.nasa.gov/search.jsp?R=20150000549

    Airbus s'y lance comme je vosu l'ai dit, via sa direction technique groupe, Airbus Innovation.
    http://www.lenr-forum.com/forum/inde...rbus-and-LENR/

    Tohoku Université a créé comme c'est d'usage au japon, dans le cadre de projets sur l'économie de l'hydrogène, un labo pour développer des technologie de transmutations de déchets nucléaires, sur la base des travaux de Iwamura (Mitsubishi). Y participle, Tohoku University, une startup LENR Clean Planet, et une grande entreprise MHI. Standard!
    http://www.tohoku.ac.jp/en/news/rese...0150406_1.html

    Le BARC réouvre le dossier LENR, en faisant publier dans la revue de l'académie des science Indiennes, Current Science, un numéro spécial "peer-reviewed" par des physiciens (tous sceptiques forcément).
    http://www.currentscience.ac.in/php/...s&featid=10094
    et avec une petite action de lobbying
    http://www.thehindubusinessline.com/...cle7085742.ece

    La chine monte un partenariat avec Tom Derden sur l'énergie Nickel Hydrogène
    http://www.icebank.cn/news/detail_2.php?id=113


    quand aux militaires, outre les travaux au NRL, les anciens travaux au Spawar, il y a une surveillance US et autre
    http://fas.org/irp/dia/lenr.pdf
    http://www.e-catworld.com/2014/02/20...rategic-shock/
    http://www.governmentattic.org/14doc...07.pdf#page=20
    http://nextbigfuture.com/2012/07/dar...nanoscale.html

    C'est comme si ils savaient tous qu'il fallait en être mais qu'il ne fallait pas se faire voir.

  20. #290
    Fusion technology: 0.8 d'impact factor. C'est pas des masses.
    C'est quand même un souci pour qui prétend avoir trouvé le graal.

    Tu noteras aussi l'usage du conditionnel ou des guillemets dans la plupart des titres, aucun auteur ne prétend avoir abouti visiblement. Ce sont toujours les mêmes d'ailleurs.
    Enorme différence entre relever des anomalies qui pourraient indiquer quelque chose de convert à caractériser, et la caractérisation en elle-même.


    9. Arata, Y. and Y.C. Zhang, Reproducible "Cold" Fusion Reaction Using A Complex Cathode. Fusion Technol., 1992. 22: p. 287.

  21. #291
    Citation Envoyé par keulz Voir le message
    Non mais c'est dingue comme on peut inventer des métiers, hein.

    C'est sûr que ça fait toujours mieux quand on fait du name dropping, "calorimétricien".
    En gros le mec c’est un thermomètre vivant?
    Quand il est tout rouge il fait chaud et tout bleu c'est froid?
    Citation Envoyé par TreeShepherd Voir le message
    Cherchez pas on l'a trouvé : pipoop !Il est l'élu ! Le néo du grille pain, le Jesus du transfo !

  22. #292
    Citation Envoyé par AlainCo Voir le message
    La fusion froide a aussi été reproduite par les plus grands calorimétricien, les plus grands labo (Texas AM, LANL, SRI, BARC, Toyota, MHI, Nasa GRC,).
    Des milliers de fois. C'est pas facile, et pas à la porté d'un physicien de mauvaise foi comme ceux du MIT et de Caltech.
    Les chimistes sont avantagés, comme les radiochimistes, les physiciens des matériaux.
    Et pas un seul de ces plus grand labo ne s'est dit que ce serait pas mal de gagner de l'argent... Merde, s'ils avaient été moins scientifiquement intègres, on aurait la démonstration que ça marche et une énergie infinie et propre.

    Je vous invite à relire ce listing des papiers publiés dans des revues à comité de lecture...
    Le peer review, c'est pas quand le mec qui fait la manip demande à son voisin de droite de relire la publication. Ca, c'est la consanguinité scientifique, qui érige en seule théorie valable la théorie des cordes et qui démontre à d'autres endroits la vérité de l'intelligent design.

    Quand on compare le CV de F&P, de Bockris (il a des livres d'électrochimie de référence, et Fleischmann a l'équivalent d'un Nobel en chimie), et même de McKubre (spécialiste des hydrures de palladium pour un labo militaire) et Edmund Storms (spécialiste du tritium), ou Mahadeva Srinivasan (patron au BARC, le CEA Indien) en 1989, avec celui de Lewis, il n,'y a pas photo.
    Argument d'autorité, invalide. La qualité d'un propos ne se mesure pas au CV de son auteur. Par ailleurs, il n'y a pas, "l'équivalent d'un Nobel de chimie", il y a le Nobel de Chimie. Fleischmann n'a pas le Nobel de chimie, mais, en montrant un système qui fonctionne vraiment, il peut tenter le Nobel de physique. Que l'autre maitrise l'électrochimie, c'est super : pour juger d'un truc qui n'est soi-disant pas de l'électrochimie, prendre une électrochimiste, c'est le bon plan. Le spécialiste du tritium, ... Est-ce que ça existe seulement comme spécialité "le tritium" ?

    Pour la NASA (tu devrais pas me faire chercher tes propos), il semble que la position officielle actuelle propose comme explication de la chaleur en excès (à hauteur de pas tant que ça, en plus) provient de la recombinaison de l'eau à chaud. Explication purement chimique.

    A noter que les anomalies de la supraconductivité ont été découvertes dans les années 70 (74 dit l'article), mais reproduites dans les années 80. et c'était un matériaux assez courant. Ils ont eu de la chance que ca ait été relativement simple.
    OK, tu n'as donc rien compris aux matériaux dont tu parles. Les céramiques Baryum-Lanthane-Cuivre poussent sur les arbres et les Yttrium-Baryum-Cuivre sont des racines comestibles.

    Le fait qu'aujourd'hui, leur fabrication soit relativement courante dans les laboratoires de recherche ne permet pas de penser que leur fabrication initiale a été facile. Et il faut se rappeler de ce que recherchait Raveau quand il a créé ces cuprates et de ce que cherchait Bednorz et Muller quand ils ont refait les expériences. Et par ailleurs, il y a là aussi une question de dopants, mais comme dès le départ, les analyses ont été publiées, la reproductibilité était assurée.
    Suite à une suggestion, je vais utiliser cette signature pour des canards en manque de ranking pro. Ou des quotes idiots.

  23. #293
    Citation Envoyé par pipoop Voir le message
    En gros le mec c’est un thermomètre vivant?
    Quand il est tout rouge il fait chaud et tout bleu c'est froid?
    Pour plus de précision faut mesurer la longueur de la tige.
    Citation Envoyé par rapport de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France
    .Il est « presque impossible d’écrire en français correctement avec un clavier commercialisé en France »,

  24. #294
    Citation Envoyé par Neo_13 Voir le message
    mais comme dès le départ, les analyses ont été publiées, la reproductibilité était assurée.
    Et c'est d'ailleurs à ça qu'on voit qu'on avait à faire à des noobs.
    Citation Envoyé par Flad Voir le message
    Moi j'y compris rien.

  25. #295
    Citation Envoyé par AlainCo Voir le message
    Long baratin incluant la NASA, Airbus, ...
    Ouais, ils cherchent et ils ont raison. Mais l'origine du topic, c'est l'e-cat qui ne dit pas qu'il cherche, mais affirme qu'il a trouvé.

    Et le propos de la plupart des gens ici, et en particulier le mien, c'est de dire : pour l'instant, personne n'a rien vu de concluant. Après, certains pensent qu'on verra jamais rien, moi, je suis plus circonspect, mon passé m'ayant permis de voir la distance entre la physique comprise par les "gens" et la physique du meilleur niveau de connaissance, ainsi qu'entre cette dernière et "la physique".

    Et la fusion froide fait partie des résultats que j'espère pour les promesses qu'elle fait, bien que je n'y crois pas, tout comme j'espère que l'antimatière antigravite, bien que la non plus, je n'y crois pas.
    Suite à une suggestion, je vais utiliser cette signature pour des canards en manque de ranking pro. Ou des quotes idiots.

  26. #296
    Penser à mettre un sous-titre Avatar de keulz
    Ville
    ain et agressif
    Citation Envoyé par AlainCo Voir le message
    Il a développé avec Swartz le Nanor, un petit bidule de la taille d'une diode qui produit plus de chaleur qu'on lui en donne en courant...

    Comment passer de la fusion froide - sorte de graal énergétique - à l'énergie infinie - sorte de jouet pour se moquer des ignorants.

    J'ai du mal à suivre.

    - - - Mise à jour - - -

    Citation Envoyé par Neo_13 Voir le message
    Après, certains pensent qu'on verra jamais rien, moi, je suis plus circonspect, mon passé m'ayant permis de voir la distance entre la physique comprise par les "gens" et la physique du meilleur niveau de connaissance, ainsi qu'entre cette dernière et "la physique".
    Il y a tellement de choses que tellement de gens croyaient tellement impossibles...

    Rien que la supraconductivité, avant que ça ne soit découvert, personne n'y aurait cru.
    Donc bien malin qui saura si quelque chose comme la fusion froide peut être réalisé.

    Après, leur machine marchait vraiment, on le saurait.

    Et je trouve que l'un des meilleurs arguments pour dire que c'est du pur bullshit, c'est que les mecs ne se soient toujours pas faits assassinés par le lobby petrolier.
    C'est quand même un sacré signe si même eux s'en foutent.

  27. #297
    Citation Envoyé par Neo_13 Voir le message
    Le peer review, c'est pas quand le mec qui fait la manip demande à son voisin de droite de relire la publication. Ca, c'est la consanguinité scientifique, qui érige en seule théorie valable la théorie des cordes et qui démontre à d'autres endroits la vérité de l'intelligent design.
    Même si c'est tout sauf parfait, les métriques de type impact factor sont justement là pour faire la différence entre des publis qui passent parce que leur forme est correcte et leur contribution minimale mais fondée, et celles qui établissent des contributions et avancées à destination de toute la communauté et au-delà, et qui sont à la fois validées et reprises. Par extension, ça aide aussi à mettre un chiffre sur la consanguinité au sein d'une micro-communauté, déjà bien évidente à la lecture de la liste.

    Un thésard peut être content de sortir un papier dans une revue à 2-4 d'IF, selon la thématique. Après, ça peut monter à 6 pour des bonnes revues thématiques, jusqu'à 40 pour Nature, etc...
    Mais si les gars se dépatouillent pour ne pas arriver à sortir un papier en revue d'IF >1, je crois que ça veut tout dire. Ce qui compte pour évaluer la pertinence d'une thématique de recherche, c'est pas le nombre de micros-publis, mais plutôt l'impact des publications les plus significatives.

    Là, tout est dit.

  28. #298
    Citation Envoyé par Grosnours Voir le message
    Je ne crois pas, non.
    Une expérience qui serait reproductible par d'autres serait déjà un sacré progrès. La théorie tu peux toujours l'ajuster par la suite, mais si la pratique n'est pas universellement reconnue c'est sur que cela va gripper sec.
    Ce que je voulais dire c'est que l'expérience ils l'ont, visiblement ça va faire 25 ans et elle ne convainc toujours pas (et à juste titre).
    Mais ouai déjà ça serait énorme.
    Neo 13 a bien parlé à ma place en fait


  29. #299
    La fusion froide, ça marche, je suis désolé de vous l'apprendre.
    J'ai en ma possession des documents essentels que m'a confié Kalle M Bredenn avant sa disparition mystérieuse, sans doute opérée par des Black Ops payés par le lobby agro-énergétique refusant d'admettre un moyen de produire de l'énergie et de la nourriture à moindre frais pour les siècles à venir.
    Vous comprendrez bien que pour des raisons évidentes, je ne puis produire l'intégralité des documents, qui font l'objet d'une mise en demeur avant dépôt du brevet auprès de l'OPI, sous la référence P1P0-8U115H17.

    Cependant, pour vous prouver que je suis sérieux, je vais vous communiquer une partie des données.
    En premier lieu, il faut une anode Carbone-HydrOxyde-Cobalt-Lanthane-Tellure, et une cathode Vanadium-Arsenic-Nickel-Lanthane, qui avaient déjà été pressenties par une équipe franco-japonaise et publiée par Gervais, Miko et al. dans le fameux papier de 2011.
    A noter que la cathode peut aussi être composée de Fluor-Radium-Iode-Selenium, mais les résultats sont moins probants.
    Ces deux électrodes doivent être plongées dans une solution à 60 % de Chrome- Rhenium-Manganese disponible un peu partout.

    La réaction nucléaire interviendra dans un appareil que je ne décrirais pas précisément, vous comprenez bien sûr les raisons. Il s'agit d'une Super ORdonnanceuse Beta-Energétique Techno-Iridio-Elémentaire des REactifs.

    Au bout de quelques heures, j'ai personnellement et observé à l'aide des éminents collègues la formation d'un produit caractérisé par une sensation froide, relâchant de l'énergie une fois ingéré. Comme cette sensation intervient dans les noyaux de mes cellules gustatives et olfactives, la réaction est donc nucléaire. Et savoureuse qui plus est.
    嫌な顔されながらおパンツ見せても?? ?いたい

  30. #300

Page 10 sur 11 PremièrePremière ... 234567891011 DernièreDernière

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •