Crunchez vos adresses URL
|
Rejoignez notre discord
|
Hébergez vos photos
Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 50
  1. #1
    Le journal L'Humanité nous gratifie d'un article sur le jeu vidéo consultable a cette adresse.
    Visiblement, les clichés sur le JV ont encore de beaux jours devant eux

  2. #2
    Citation Envoyé par Spartan
    Le journal L'Humanité nous gratifie d'un article sur le jeu vidéo consultable a cette adresse.
    Visiblement, les clichés sur le JV ont encore de beaux jours devant eux
    formidable, on voit le sujet de fond, pas du tout dirigé ( on ne cite que les jeux de gangster, alors même qu'il y a plein de simulateur de cheminot ^^ ), bête comme chou ( vi pasque un jeune qui joue à scarface il deviendra un parrain ( donc environ 1million de parrain rien qu'en france ) )

    Un sujet d'opinion, donc, mais qui ne repose sur rien. la classe
    La loi de la gravité est dure, mais c'est la loi.

  3. #3
    Si j'ai bien compris l'article, le jeu vidéo est l'ennemi des classes prolétaires ?
    Au goulag, Mario !!!!
    (le youtube est connu, je sais, je le mets juste pour mémoire).
    Le jeu vidéo est une chose trop grave pour le laisser aux canards

  4. #4
    Fiouuu, je l'ai lu jusqu'au bout.

    C'est pas faute d'avoir eu envie de cliquer sur la croix, la haut. Cet article n'est même pas un ramassis de conneries, c'est un torchon, indigne du plus misérable des professionnels: aucune mise en page, aucun sujet concret, aucune conclusion. La femme (oui, la femme) qui a écrit ça n'a fait que vomir sa haine contre, pêle-mêle, le libéralisme, les hommes, les instincts, le bizness, la mégalomanie, les jeux, les djeuns, le fun, etc...

    J'aurai jamais cru l'Huma capable de publier un troll de si médiocre qualité: on a même pas envie de répondre à ce sms à rallonge.

  5. #5
    Je crois que tout l'article tient dans cette phrase :
    les jeux vidéo sont d’une franchise étincelante, et un excellent cristallisateur des valeurs de ce « libéralisme » qui prétend être congénitalement lié à l’humaine nature : gag tragique.
    En gros pour l'article le JV c'est un reflet des sociétés capitalistes, où il faut être un ouineur.

    Fort curieusement l'article ne prend pas comme exemples Tetris, Nintendogs ou Viva Piñata, moi je dis ça je dis rien hein !

  6. #6
    On sens la journaliste qui connait son sujet:

    es jeux les plus répandus semblent bien être les jeux de « baston », les « first person shooting (sps) »
    SPS !
    Et oui, c'est du journalisme d'investigation ça...
    ... Bon je vous laisse, je dois tourner mon clip de rap et j'ai des babes en maillot qui m'attendent et après je joue à un jeu de gangsta

  7. #7
    Il y a une vérité dans cet article : le modèle libéral est souvent prédominant dans pas mal de jeux.
    Sinon ? On va faire comme a dit la madame, on ne va pas s'énerver. On va juste se contenter de dire que son article est nul à chier, ramassis de points de vue tenant sur des informations non vérifiées, et simple billet d'humeur haineux.

    Tiens j'ai aussi trouvé ça : http://humanite.fr/journal/2004-01-10/2004-01-10-385923

  8. #8
    Elle range même Red Faction dans les jeux de capitalo ?
    Citation Envoyé par dcao Voir le message
    en faite vous etes vraiment pas simpa !
    ces bon je me casse, vous etes nul et imature

  9. #9
    Je serais bref: On a l'habitude.

  10. #10
    Je pense que ce n'est pas la peine de s'épancher bien longtemps sur ce ramassis de... Lettres, formant vaguement des phrases inintéressantes ^^

    D'autant plus que le JV est un plaisir ouvert à tous, j'ai bien initié ma môman (à sa demande) à Prince of Persia cet été

    (Et elle n'a pas entre 18 et 30 ans, et n'est pas fan de rap !)

  11. #11
    Allez je me fais l'avocat du diable...

    Contrairement à ce que l'on pourrait croire, cette journaliste ne semble pas critiquer directement les jeux vidéos, elle ne fait que nous montrer ce que beaucoup d'entres nous aurons remarqué même si notre mauvaise foi nous empêche de le reconnaître. Les jeux vidéos sont un reflet de notre société, tout simplement parce qu'ils suivent la loi du marché et que ce marché est dicté par notre société, nos modes et nos habitudes.
    L'actualité faisant, il n'est pas irraisonnable de penser que les jeux sont bel et bien de plus en plus violent et que cette violence se retrouve aisément dans le monde réel. Alors oui, en général, les jeux vidéos nous poussent toujours plus vers les interdits et la violence, et le pouvoir et l'argent sont très souvent au centre du gameplay (cf : les nombreuses copies mal faites de GTA qu'elle cite d'ailleurs). Le principe premier de nombres de jeux vidéos est de nous immerger dans un monde immoral, cruel et certes peu réfléchi.

    Mais bon après tout on s'en fout, c'est toujours marrant d'écraser une vieille lors d'une course poursuite avec la police juste après un braquage dans les rues de San Francisco !
    Et puis il ne faut pas oublier que les jeux vidéos sont loin d'être les seuls mediateurs de violence et d'immoralité, alors bon.

  12. #12
    Tu n'as pas tort mais le ton de l'article est trop hautain pour ne pas y voir des généralisations abusives et des partis pris peu glorieux.

  13. #13
    Et en plus... c'est plutot mal écrit, enfin c'est un style que j'aime pas.
    Pas clair en tout cas. et le titre est nul.
    En choisissant ses exemples c'est quand même facile de stigmatiser a mort. Et vu le nombre de guillements, elle a pas du avoir de mal a atteindre ses 5000 signes.
    Every time we try to impose order we create chaos we create chaos

  14. #14
    Hahaha excellent. Encore! La lutte des classes n'est pas morte! "C'est la luuuuuutheuuuu finAAAAlHEUUUU"! Bienvenue en 1890! Heureusement qu'on est un des derniers pays du monde avec des vrais communistes, ca permet de pouvoir identifier rapidement de qui on peut rire a gorge deployee.

    Don't argue with idiots, they bring you down to their level and beat you with experience.

  15. #15
    Citation Envoyé par Flaggados
    Contrairement à ce que l'on pourrait croire, cette journaliste ne semble pas critiquer directement les jeux vidéos, elle ne fait que nous montrer ce que beaucoup d'entres nous aurons remarqué même si notre mauvaise foi nous empêche de le reconnaître. Les jeux vidéos sont un reflet de notre société, tout simplement parce qu'ils suivent la loi du marché et que ce marché est dicté par notre société, nos modes et nos habitudes.
    L'actualité faisant, il n'est pas irraisonnable de penser que les jeux sont bel et bien de plus en plus violent et que cette violence se retrouve aisément dans le monde réel. Alors oui, en général, les jeux vidéos nous poussent toujours plus vers les interdits et la violence, et le pouvoir et l'argent sont très souvent au centre du gameplay (cf : les nombreuses copies mal faites de GTA qu'elle cite d'ailleurs). Le principe premier de nombres de jeux vidéos est de nous immerger dans un monde immoral, cruel et certes peu réfléchi.

    Mais bon après tout on s'en fout, c'est toujours marrant d'écraser une vieille lors d'une course poursuite avec la police juste après un braquage dans les rues de San Francisco !
    Et puis il ne faut pas oublier que les jeux vidéos sont loin d'être les seuls mediateurs de violence et d'immoralité, alors bon.
    Je suis sensiblement du même avis que toi, mais le truc qui me stupéfait le plus, c'est de penser que son article ne vaut pas mieux qu'une note sur un blog d'intérêt assez moyen (le problème étant qu'elle est payée, non pas la "qualité" de beaucoup de blogs)... Et puis. Il y a. Parfois. Un côté. Comme ça. Dans cet article. Qui me gonfle.

    les jeux vidéo sont d’une franchise étincelante, et un excellent cristallisateur des valeurs de ce « libéralisme » qui prétend être congénitalement lié à l’humaine nature
    Là par contre je ne suis pas sûr qu'elle n'ait pas en partie raison. Mais il reste qu'au départ elle dit parler de Console Plus et donc de jeux consoles, et qu'elle généralise à l'ensemble des jeux vidéos tout au long de l'article. Elle ne connait en tous cas visiblement pas trop la population dont elle parle, trainant notamment la vieille idée selon laquelle jouer à des jeux vidéos est un plaisir juvénile, ainsi qu'écouter du rap, musique qui n'a pas que Skyrock comme plateforme d'auditeurs

    Tiens, dommage qu'on ne puisse pas commenter, comme sur Libération!

  16. #16
    Premier dégueulis dès le deuxième paragraphe :

    "Les jeux les plus répandus semblent bien être les jeux de « baston », les « first person shooting (sps) »"

    Succession de banalités et de clichés, dans un style merdeux qui aurait plus sa place dans Consoles +, justement, ou Modes et Travaux, que dans un grand quotidien. Je lui collerai bien une fatwa sur la tronche, à cette moukère, pour lui apprendre à faire du journalisme façon TF1.
    Kikoo lol kikoo, à la fin de l'envoi, je touche.

    cinefion.unblog.fr le blog qu'aurait pu écrire Nadine de Rothschild.

  17. #17
    Évelyne Pieiller, je vous remercie pour cette tranche de rigolade.

    En plus elle a raison, Scarface (the game) c'est tout pourri !

  18. #18
    Moi je suis un peu d'accord avec Flaggados... Si on met de côté notre tendance à vouloir défendre envers et contre tout ce loisir que nous aimons, on voit un article pas foncièrement malhonnête ou mal écrit... Faut voir ça comme un billet d'humeur, pas comme un dossier de fond sur le monde du jeu vidéo en général, un billet d'humeur d'une nana qui a eu le dernier "Console Plus" entre les mains et a eu envie de réagir sur ce qu'elle a vu dedans, en tant que non-joueuse. Après, c'est vrai qu'on peut se chagriner du fait qu'elle soit payée pour écrire un truc comme ça quand on peut déjà trouver ouatmille billets d'humeur identiques sur des blogs, mais à part ça...

    Le titre de l'article est trompeur, le contenu est moins "j'ai longuement enquêté dans ce domaine et j'ai constaté que les jeux vidéos étaient dangereux pour la jeunesse" (le genre de trucs qu'on pouvait lire il y a 15 ans) que "j'ai feuilleté un torchon qui vantait les mérites de jeux de gangsters, et je trouve que le contenu des jeux vidéos les plus mis en avant est un triste reflet des envies de la jeunesse actuelle" (en gros, elle dit presque l'inverse de ce qui se disait avant sur les jeux : ce n'est plus "les jeux rendent idiots", c'est "les jeunes sont des idiots, il suffit de voir à quelles conneries ils aiment jouer pour s'en rendre compte") (opinion qu'on n'est certes pas obligés de partager non plus).

    On peut s'abriter derrière des Viva Piñata et des Tetris pour se donner bonne conscience, le fait est que les ados sont plus attirés par les jeux de gangsters, de baston, de foute et de bagnoles tunées que par Railroads ou Civilization IV hein... Et même moi qui aime bien me faire un petit GTA de temps en temps, voir se multiplier les clones façon Saints Row ou Scarface parce que jouer un caïd de la drogue qui niklapoliss parce que c'est ce qui plaît le mieux aux petites cailleras encasquettées en survête qui traînent en bas de chez moi ou même auprès des petits kevins bien élevés qui veulent se la jouer "je suis un rebelle", j'avoue que ça commence à me baver sur les rouleaux.
    Va te faire enculer.

  19. #19
    Je suis d'accord. L'article est effectivement dédié à console+, qui est peut être un torchon, je n'en sais rien, je ne lis que canardPC en ce qui concerne la presse papier.

    Malgré tout le ton de l'article est généraliste et brosse un portrait trop global : tout le monde en prend pour son grade, sans distinctions. Pierre Bourdieu disait "les jeux vidéo, c'est de la merde, on est bien d'accord". Mais Bourdieu n'avait jamais eu une manette entre les mains. Manifestement, Évelyne Pieiller non plus.

    C'est là que le bât blesse. On ne peut pas parler de jeu vidéo sans y jouer. Vous imaginez un critique de cinéma qui critiquerait des flims sans les voir ? Même topo.

    Pas trop d'inquiétudes cependant : notre amie Évelyne se mettra au jeu vidéo le jour de la sortie de "sim kolkhoze".

  20. #20
    Citation Envoyé par Minostel
    C'est là que le bât blesse. On ne peut pas parler de jeu vidéo sans y jouer. Vous imaginez un critique de cinéma qui critiquerait des flims sans les voir ? Même topo.
    Ouais enfin ça, c'est discutable, parce qu'après, tu peux entrer dans des considérations de type "A combien de jeux il faut avoir joué pour avoir le droit d'en parler ?"

    Pour dire si le jeu est un bon jeu ou non, il faut effectivement y avoir joué, mais pour parler du monde des jeux en général, pourquoi serait-ce un pré-requis ? Elle a au moins fait l'effort de se renseigner dans un magazine spécialisé, au lieu de broder quelques généralités autour de considérations vagues sur les jeux vidéos qu'elle aurait lu dans "Elle" (enfin, disons plutôt dans "Clara" vu sa coloration politique). C'est plus intéressant qu'une sentence-choc genre "bah les jeux vidéos c'est de la merde et pi c'est tout".

    Elle parle des quelques jeux qu'elle a vus en test dans Consoles +, en les nommant. Elle n'y a pas joué, mais le fait que Saints Row ou Scarface sont des jeux où l'on incarne un gangster dont le but est de s'enrichir par la violence, c'est pas comme si elle l'inventait, ce sont des informations qu'elles a trouvé dans l'article, et qui sont exactes... Et comme je le disais, elle ne dit pas "ces jeux sont de mauvais jeux", parce qu'effectivement pour se permettre de dire ça faudrait qu'elle y ait joué ; elle s'indigne juste du fait que, pour plaire à la jeunesse, il faille lui vendre des jeux dont la "philosophie" est "enrichis-toi par le crime et la violence", ce qui peut paraître un peu "vieux con" comme point de vue, mais n'est quand même pas l'opinion la plus imbécile ou malhonnête qu'on ait pu lire sur les jeux vidéos.
    Va te faire enculer.

  21. #21
    désolé l'Huma, impossible de le lire pour moi.. dommage je perds surement quelquechose de merveilleux.
    De toute façon, il y aura toujours quelqu'un pour descendre les jeux vidéos, mais bon ils oublient peut être que cela fait travailler des gens, même si c'et pour des jeux "dangereux"

  22. #22
    ha ben ca fait longtemps, enfin une femme bien !

    me disais aussi, avant, non content d'écouter du métal, de boire de la bière et de jouer au jeux de rôles, j'étais un vrai rebel en aimant le jeu vidéo, c'était cool.

    maintenant on fait des écoles de jeux vidéo, on accorde des subventions, on donne des médailles aux auteurs de jeux vidéo, ca devient tendance. j'allais presque même arrêter de jouer.

    Ouf mais merci à Évelyne Pieiller qui me montre que j'ai raison de continuer, suis un vrai rebel moi !!!

    (au passage notez que vous ne connaissez rien a rien, cette dame est un écrivain fort reconnu, une vrai dame de lettre, et comme tout les gens de lettre, ce qu'elle écrit a force de vérité, alors je vous demande de vous arrêter !)
    I'm good for you

  23. #23
    Je suis aussi un homme de lettre. Je compte en effet postuler pour un job de facteur, après avoir échoué à ma première année de fac.
    Donc respect my fuckin' autoritah.

  24. #24
    Le must c'est quand même l'avant dernier paragraphe où elle racle les fonds de poubelle en allant fustiger le capitalisme et le libéralisme...

    Il n’y a plus de loi, plus conscience de ce qu’est le « contrat social »........
    Pour faire plaisir à cette connasse on va demander des subventions à l'état pour développer un jeu bien dans son optique :

    "Neuf Trois, Mission ANPE."
    Un jeu qui consiste à être derrière un guichet et orienter des gens, niveau par niveau.
    Premier niveau : "J'ai un bac +6 et je trouve pas de boulot."
    Boss final : "Je suis Juif en fauteuil roulant et je cherche un poste dans une boucherie hallal."



    Mais quelque part j'envie ce genre de crétins. J'aimerai tellement avoir plein d'idées roses bonbon dans la tête plutôt que des visions d'un monde en pleine décrépitude.
    Citation Envoyé par iactus Voir le message
    L'an dernier j'avais une Ducati je pouvais pas

  25. #25
    Citation Envoyé par Kahn Lusth
    "Neuf Trois, Mission ANPE."
    Un jeu qui consiste à être derrière un guichet et orienter des gens, niveau par niveau.
    Premier niveau : "J'ai un bac +6 et je trouve pas de boulot."
    Boss final : "Je suis Juif en fauteuil roulant et je cherche un poste dans une boucherie hallal."
    Mais quelque part j'envie ce genre de crétins. J'aimerai tellement avoir plein d'idées roses bonbon dans la tête plutôt que des visions d'un monde en pleine décrépitude.
    bah hallal et casher c'est quasiment les mêmes interdictions alimentaires, donc facile ton boss
    pikachu is not a dead kennedy member, but reads :
    Game in Society, le bog avec des jeux vidéo et de la politique dedans

  26. #26
    Gynsu2000
    Guest
    Ce qui me choque un peu c'est que les gens réagissent en ayant manifestement survolé l'article (comme l'atteste le titre du fil).

    Ce n'est *PAS* une attaque contre jeux vidéos (je cite: "Ce ne sont bien sûr pas les jeux qui sont à condamner vertueusement" ... difficile de faire plus explicite), mais plutôt contre certains courant de notre société (le gansta' rap étant mis dans le même sac), Toxic le souligne très bien.

  27. #27
    Citation Envoyé par Royco Munist Soup
    bah hallal et casher c'est quasiment les mêmes interdictions alimentaires, donc facile ton boss
    C'est pas les mêmes rites religieux et encore moins des gens très copains.
    Citation Envoyé par iactus Voir le message
    L'an dernier j'avais une Ducati je pouvais pas

  28. #28
    Citation Envoyé par Gynsu2000
    Ce qui me choque un peu c'est que les gens réagissent en ayant manifestement survolé l'article (comme l'atteste le titre du fil).

    Ce n'est *PAS* une attaque contre jeux vidéos (je cite: "Ce ne sont bien sûr pas les jeux qui sont à condamner vertueusement" ... difficile de faire plus explicite), mais plutôt contre certains courant de notre société (le gansta' rap étant mis dans le même sac), Toxic le souligne très bien.
    Personnellement, ce qui me gêne dans cet article c'est la vision extrêmement réduite que la journaliste donne des jeux vidéo.

    Pourquoi toujours parler des mêmes titres ?
    Pourquoi critiquer Scarface le jeu alors que Scarface le flim de De Palma véhicule les mêmes idées ?
    Pourquoi ne pas avoir évoqué, même en coup de vent, la mode des jeux plus sérieux * ?
    Le fait que 40% des joueurs sont des joueuses ** ?

    OK c'est juste un article, elle a choisi d'attaquer à un courant précis de la société. Mais elle a, d'après moi, tendance à faire des conclusions générales ("les jeux vidéo sont d'une franchise étincelante...") sur seulement un seul segment du jeu vidéo.
    Critiquer certains titres et un journal pour djeunz pourquoi pas; force est d'admettre qu'elle dit des choses intéressantes dans son article, quand elle parle de "ces jeux". Mais en arriver à une conclusion aussi lapidaire (où elle parle de "les jeux vidéo", on est passé à une généralité) ça me semble un peu rapide.

    Quand au titre du fil, je l'ai repris de l'afjv qui donnait ce titre comme lien. Peut-être pas ce qu'il y a de plus fin, je l'admets.

    * (même si Libé cite America's Army dans le lot, peut-être pas le meileur choix)
    ** (dixit Europe 1)

  29. #29
    Bon, je suis ravi de voir que beaucoup d'entre vous ont compris que ce n'était pas un article "de fond", mais une chronique en forme de billet d'humeur, et que ce qu'elle condamnait, ce n'était ni les jeux vidéo, ni même les GTA-like, mais avant tout la mentalité de jeux tels que Scarface et Saints Row (je ne suis pas loin d'être d'accord, même si j'aurais été plus nuancé). Et pour ça, elle prend pour prétexte la nouvelle formule de Consoles Plus. C'est peut-être ça qui est discutable dans sa chronique : comme Consoles Plus n'est pas le vrai sujet, mais juste un prétexte pour écrire ce billet, on peut lui faire un croche-patte en douce sans qu'il y ait de conséquences.

    L'autre point discutable est bien sûr, le fait qu'une fois de plus, quand on parle de jeux vidéo, c'est pour parler de la poignée de titres controversés. Pour parler des jeux vidéo, il est plus courant de prendre pour prétexte la sortie du dernier jeu à scandale que celle du nouvel opus de Civilization, mais il y a un peu de progrès. En témoigne le reportage d'hier soir sur TF1 (eh oui, TF1 !) à propos des "Serious Games".

    D'ailleurs, quand je parle de progrès, il faut mettre en parallèle cette chronique et un billet d'humeur plus ancien, écrit par Claude Sarraute pour le journal Le Monde, paru le 27 Février 1993 (à l'époque de la polémique sur l'épilepsie) et intitulé "Vidéo drogue". Voici le seul extrait de l'article qui soit en ma possession :

    Originally posted by Claude Sarraute
    [b]Dimanche dernier, on regardait la BBC avec un copain, prof dans un collège de province. Il n'y en avait que pour les gamins accusés du meurtre d'un petit bonhomme de deux ans kidnappé dans un grand magasin à Liverpool... Si c'est pas malheureux, quand même ! C'est la faute à qui ? A quoi ? On pédalait dans les clichés : la société, le chômage, les foyers désunis, la violence à la télé... Alors, lui : La télé a bon dos ! Moi, les parents, je les tanne pour qu'ils obligent leurs gosses à la regarder, histoire de les arracher à cette saloperie de jeux vidéo.
    Et après, elle feuilletait le contenu d'un numéro de Joypad pour y chercher à quel type de jeux les enfants s'amusent. Je n'ai pas pu lire l'article, certes, mais je vous laisse deviner son verdict sur les jeux vidéo... et cette fois, ce n'était pas un genre particulier qui était visé !

    Au moins, Evelyne Pieiller était un peu plus sympa.
    Gaming Since 198X : http://gamingsince198x.fr/
    Par des vieux cons, pour des vieux cons...

  30. #30

    Je me demande si on n'a pas une lecture plus compréhensive de l'article quand on part du principe que les jeux incriminés ne sont pas (ou peu) pratiqués par nous-mêmes, sur ce forum ? C'est à dire que puisque la cible fort focalisée de l'article ne nous est pas très proche, on est plus tolérant à l'égard du propos. Perso j'y ai plutôt vu un semblant de constat objectif (et vlan on s'en prend au - rares - jeux imprégnés de références au gangsta rap, esprit mafieux, etc) dissimulé par de vieux stéréotypes. A vrai dire, à propos de Claude Sarraute de '93, j'ai presque l'impression que l'Evelyne en question représente l'actualisation de ces propos de 93... Au sens où puisqu'on n'a pas pu casser les jeux vidéos à renforts de dangers pour la santé toussa, on avance une décennie plus tard que le danger (ou le soucis, ou la critique utile à apporter), c'est dans le contenu en lui-même.

    A les lire, si on joue depuis le début des années 80, vu le nombre et le type de jeux qu'on a vu défiler, on doit être particulièrement bizarre, puisqu'on a vu pas mal de "modes" vidéoludiques passer...



Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •