Crunchez vos adresses URL
|
Rejoignez notre discord
|
Hébergez vos photos

Affichage des résultats du sondage: Vous préfèreriez que :

Votants
84. Ce sondage est terminé
  • Loulou vous fasse un bisou.

    25 29,76%
  • Loulou vous casse les genoux.

    11 13,10%
  • Manger un Kinder Loulou.

    48 57,14%
Page 2 sur 11 PremièrePremière 12345678910 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 317
  1. #31
    Et on veut plus de fotos bidonnées §§§

  2. #32

  3. #33
    On s'en fout, on veut la suite.

    Répondez maintenant.

  4. #34
    Citation Envoyé par M.Rick75 Voir le message
    C'est super bien raconté, super fendard.
    Congrats Akodo!!!

    Maintenant la suite.

    Répondez!!!
    Maintenant !!!

  5. #35
    C'est quand même plus marrent d'être une femme avec 9 de charisme dans Fallout 2.

  6. #36
    Triste que j'ai jamais réussi à faire marcher Fallout 1 sur mon PC... J'attend la suite.

  7. #37
    Partie 5 :

    J'ai donc remis l'urne mortuaire à Vinnie, qui s'est empressé de s'exlamer "Allons fumer la gueule de Neal maintenant". Je ne ris pas à son jeu de mot stupide (fumer... les cendres...), et prétextai une diarrhée explosive pour m'éclipser.
    Je ne pouvais pas les laisser abattre le vieux Neal comme ça, Canigou ne me l'aurait jamais pardonné et j'imaginais déjà son regard canin réprobateur me fusiller.
    Je suis donc allé trouver cette feignasse de Lars qui venait de se lever, en témoignait son haleine chargée, afin qu'il m'accompagne pour tenter de sauver le barman des griffes des Skulz.
    Ni une ni deux, nous nous retrouvons au Skum Pitt et une fusillade contre quatre des malfrats éclate.
    Manque de bol je me suis retrouvée au beau milieu de tout le monde, et j'en ai prit plein la gueule. Les bandits étaient tous formés à la redoutable école d'arts martiaux Hokuto de cuisine, et ils me taillèrent comme un morceau de viande chez le boucher. Sans compter cet abruti de Ian qui a réussi à me planter une balle dans le bras, chapeau l'artiste !
    Ça nous a pas empêché de leur filer une belle dérouillée, non sans refaire la déco du bar, à grand renfort d'impact de balles et de flaques de sang. Dans un coin de la pièce, la serveuse chantonnait un petit air joyeux. Elle avait craqué.



    Je douillais comme jamais encore, répandant mes fluides vitaux sur le sol comme une piñata de chair et de sang. "Il faut l'emmener chez Doc Morbide", dit Lars, mais le nom de ce toubib ne m'inspirait pas confiance. Je me suis donc soignée avec des piquouses de stimpack et mes souvenirs de cette vieille cassette de "Dora joue au docteur" que j'avais vue il y a longtemps.

    Mais nous sommes tout de même passés chez ce noble praticien, afin de vérifier que mes plaies n'allaient pas s'infecter.
    J'y ai croisé un nain (mon premier nain, ça compte presque pour un mutant ça) dans les sous-sols, le doc et lui étaient en train d'empaqueter des steaks-hachés d'humains.



    Point de diplômes ni de serment d'Hippocrate accrochés au mur, ce qui me conforta dans ma première impression, ce docteur ne valait pas un clou. Sans parler bien sûr de l'hygiène déplorable de son cabinet.
    Du coup nous sommes retournés au Skum Pitt pour que je puisse verser un peu d'alcool sur mes blessures.
    Y avait encore ce gars au masque à gaz, plutôt mystérieux, et je décidai qu'il ferait un parfait compagnon de route.
    "Hola étranger, ça te dirait de voyager et sans doute trouver la mort aux côtés de deux inconnus et un chien ?
    -Ok."
    Et ainsi nous partîmes en direction de Centre, laissant derrière nous Dépôtville et ses allures de décharge.



    ---------- Post ajouté à 21h30 ----------

    Citation Envoyé par Rat-Cochon de l'espace Voir le message
    C'est quand même plus marrent d'être une femme avec 9 de charisme dans Fallout 2.
    Quand j'aurai fini le 1, Loulou reprendra du service sur le 2 .
    Dernière modification par Akodo ; 09/10/2010 à 01h26.

  8. #38

  9. #39

  10. #40
    Je suis fan des screens améliorés.
    L'enseigne charal chez doc morbide c'est énorme.

  11. #41

  12. #42
    Citation Envoyé par Rat-Cochon de l'espace Voir le message
    C'est quand même plus marrent d'être une femme avec 9 de charisme dans Fallout 2.
    J'confirme, la nana avec 9 (10 dans mon cas) de charisme dans F1 ça apporte quasi rien. J'ai été déçu du coup . À voir pour le 2^^.

    Sinon, superbe mise en scène !

  13. #43
    Quelle femme cette Loulou, aventurière de l'extrême !
    Citation Envoyé par Pataplouf, que vous ne regarderez plus jamais de la même façon
    Depuis je joue à des wargames moches en faisait croire que c'est une activité hautement intellectuelle, alors que secrètement je hurle de plaisir en imaginant les milliers de cadavres que je laisse derrière moi..

  14. #44
    Partie 6 :

    Le voyage nous a prit quelques jours, j'aime bien aller vers le sud, on a l'impression de descendre une pente. Ian m'a encore fait des propositions, mais je lui ai rappelé qu'il m'avait déjà trouée avec son flingue, et que c'était bien suffisant pour l'instant. Quant à Jycho (qui est un crac pour survivre en plein désert), il regarde Canigou d'un drôle de façon...



    Enfin nous arrivions dans une vraie ville. Je veux dire, avec des routes et tout quoi, qu'on soit pas obligés de patauger dans la boue et le purin. A peines arrivés qu'on tombe sur cette caravane, entourée de mecs armés jusqu'aux dents : des gardes protégeant de la marchandise.
    Pleine d'espoir je demandai à l'un d'entre eux si par hasard ils ne vendaient pas quelques Kinders, mais une fois encore on me regarda avec incompréhension.



    Je commençais à désespérer, et trouver des kinders avait pour moi plus d'importance que cette fameuse puce d'eau.

    C'était franchement grand comme ville, avec des champs de chanvre partout (bien mieux tenus que ceux des Sables...), et les opportunités de travail ne manquaient pas. Mais pour l'heure mon estomac criait famine, et je profitai de cette enseigne accueillante, le "Bob's Iguana Bits" pour faire une halte et me rassasier. On pouvait s'installer sur une petite terrasse très sympathique.



    "Une brochette d'iguane et plus vite que ça" m'écriai-je.
    Je mâchai avec ferveur cette délicieuse brochette, et quelle ne fut ma surprise de tomber sur... Un doigt humain !
    "Hey, vous vous foutriez pas un peu de ma gueule, ça a pas de doigts humain un iguane !
    -Mais si, dit-il
    -Mais non dis-je
    -Mais si, dit-il
    -Mais non§§ Je suis sûre que c'est de la viande qui vient de chez Doc Morbide à Dépôvile, tu es fait gredin !
    -Oh vous êtes trop intelligente pour moi, tenez prenez ma caisse et tout mon argent".
    Je décidai plutôt de lui extorquer de l'argent tous les cinq jours : 200 balles. C'est mon petit côté mafieux qui ressort...
    "Et si t'es en retard sur le paiement, j'te pète les genoux okay ?"
    Elle va me plaire cette ville.

    Entrant dans toutes les maisons comme si c'était chez moi, je tombai sur un type assez étrange, enfin encore plus étrange que le plus étrange des types étranges que j'aie déjà vu.
    Il parlait tout seul et débitait un flot de paroles aussi continu qu'incompréhensible, du style "Je vois des gens qui sont morts", "Faites gaffe à la Station Mir", ou encore "J'ai décidé de dissoudre l'Assemblée" ?!
    J'ai attendu un bon quart d'heures qu'il se taise et me voie enfin, et au final il s'est révélé être une bonne source d'infos, d'autant plus qu'il m'a parlé de mutants et que des mutants, j'ai envie d'en voir moi. Une histoire de Voldemor ou de Mort Au Rat, j'ai pas tout pigé mais quand même.



    Poursuivant ma visite, j'entrai dans la bibliothèque, avide de retrouver certains des ouvrages ayant bercé mon enfance, tels "Tchoupi lutte contre son cancer généralisé", "Oui-Oui et son rejet de greffe", "Annah et son oncle ont un secret...". Mais elle n'avait rien de tout ça. Déception, cette ville est moins civilisée que je ne me l'étais figuré... Par contre elle possédait un holotruc contenant des infos sur une puce d'eau. Contre espèces sonnantes et trébuchantes, pouffiasse va ! Mais y aurait peut être aussi des trucs sur des kinders.
    "750 caps pour l'holotruc, me dit-elle.
    -Et si je boutais le feu à tout ton barda ou que je te pétais les genoux à la place ?
    -Quoi ?
    -Non je déconne, 500 et c'est ok"
    Rien sur mes friandises préférées, je m'étais faite avoir.

    Dernière modification par Akodo ; 07/10/2010 à 18h07. Motif: ortho

  15. #45
    C'est beau comme un bon Spielberg !!





    Quelqu'un en veut c'est ma tournée :

    Do not fear me. Ours is a peaceful race, and we must live in harmony...
    Ma Ludothèque

  16. #46
    J'adore^^
    Citation Envoyé par blackmanta Voir le message
    PS: si ça a joute tout a voir sans ça jamais de labos secrets etc
    http://forum.canardpc.com/showthread...69#post1423569

  17. #47
    Loulou is back

    Partie 7 :

    J'avais vu cette offre d'emploi sur la place du Iguana's, les Marchands du Lointain avaient besoin de monde, et d'après ce que j'avais compris c'étaient eux les plus sympa entre les Marchands d'eau et les autres glands dont j'ai oublié le nom.
    Bref, CV en main, je me dirigeai vers leurs bureaux.

    Prénom : Loulou.
    Nom : merci.
    Adresse : Vault 13 au nord.

    Formation :

    Bien formée.

    Expérience professionnelle :

    2139 à aujourd'hui : 22 ans à vivre dans un Vault jusqu'à ce que cette putain de puce d'eau nous lâche.

    Hobby :

    J'aime tuer des rats et des radscorpions, et casser des genoux.
    Le Boss des Lointains s'appelait Butch, il a vite compris que j'étais la femme de la situation quand il a lu mon CV et m'a engagée sur le champs. Ma mission : découvrir pourquoi ses caravanes disparaissent pendant leurs trajets.



    Du coup j'ai revêtu mon imperméable de détective et j'ai filé chez son associée Beth, du gunstore, pour avoir plus d'infos.
    Elle causait beaucoup pour ne rien dire, mais j'ai quand même réussi à avoir quelques infos. D'après elle, c'était soit la faute de la Confrérie de l'Acier, soit la faute des marchands d'eau, soit la faute du Griffondor ou un nom du genre, une espèce de bestiole pleine de dents qu'existe pas.
    Beaucoup de pistes mais peu d'indices concrets, je montai donc dans ma vieille peugeot 403 et...


    Wait ?

    J'avais surtout retenu une adresse, celle de Harold, mutant de son état et habitant de la vieille ville. C'était le seul à avoir soit disant vu le Griffedort et à en avoir réchappé.
    UN MUTANT, ENFIN !! Et un vrai de vrai hein, pas juste un type avec trois yeux, un bien moche et tout. Je lui ait filé des thunes pour qu'il crache le morceau, et je bus chacune de ses paroles fétides, lui demandant même comment il était devenu un mutant...



    Devant sa maison trainait l'un de ses potes, un type complètement barge mais même pas un mutant. Il prétendait pouvoir m'amener jusqu'à la cachette du Liondort ou chaipakoi, mais au vu du regard implorant des mes compagnons et des geignements apeurés de Canigou, je décidai de remettre cette histoire à plus tard, par exemple quand j'aurais acheté deux ou trois lance roquettes. J'en ai vu chez ce marchand d'armes, Jake.
    J'ai donc continué mon exploration de la Vieille Ville, quartier réellement miteux du Centre.

    Soudain, j'entrai dans une maison louche. A l'intérieur, un papier peint des plus louche recouvrait les murs, et des gars à l'air louche allaient et venaient à travers les pièces.
    Au fond de cette habitation, un escalier sombre et ma fois plutôt louche.
    Il ne m'en fallait pas plus pour descendre au sous-sol.



    L'endroit se révéla truffé de pièges et de portes verrouillées que je réussis à crocheter malgré mon manque de talent manifeste dans ce domaine. C'est Canigou lui même qui désamorça tous les pièges grâce à une impressionnante technique que je n'avais encore jamais vue : marcher droit devant et tout faire péter sous ses pattes.
    Dans la dernière salle de ce mystérieux sous-sol m'attendait le Cercle des Voleurs, une petite association amicale qui organisait des parties de Loto "underground" (puisqu'en sous-sol) et s'adonnait parfois au vol.



    "Bien joué pour les pièges, mais bordel de dieu qu'est ce que tu fous ici ?!" me dit leur chef, un type avec un regard halluciné, qui plus est braqué sur ma poitrine.
    "Ben je visite", lui répondis-je, et "z'auriez pas du taffe ?" ajoutai-je.
    Et hop, banco, pour devenir membre de leur club, il me suffisait d'entrer chez ce monsieur Hightower et de lui tirer son collier. Pénétrer dans sa maison défendue par une horde de garde armés jusqu'aux dents ne serait sans doute qu'une mince affaire. Avec un peu de bol le vol des caravanes c'était eux, et je pourrais en apprendre plus en gagnant leur confiance.
    C'est donc l'esprit confiant que je quittais la Vieille Ville pour me rendre dans les Hauteurs...
    Dernière modification par Akodo ; 08/10/2010 à 22h35.

  18. #48
    Partie 8 :

    Me voilà donc dans les Hauteurs, quartier où le pauvre est aussi indésirable qu'un dard de Radscorpion dans l'oeil.
    Il y a des gardes partout, ils ont tous des bras aussi gros que des sacs remplis de ballons de foot et des cerveaux plus petits que leurs flingues.
    L'un d'entre eux m'arrête :
    "Quesse vous foutez ici ?" me grogne-t-il.
    Il me suffit alors d'agiter mes
    Spoiler Alert!
    nichons
    sous son nez et de dire d'un air lascif "Oooh, je viens voir monsieur HAAaaaaightoweeer... Et les deux gros bras derrière moi sont, heu, mes managers."
    "Ok il vous attend, dépêchez-vous !!" me -t-il.
    Trop facile.
    C'est donc en toute tranquillité que je pus fouiller la maison de ce cher monsieur H, les gardes préférant regarder ce que faisait mon cul plutôt que ce que faisaient mes mains.
    Mais de trace du collier, point, il me faudrait revenir pendant la nuit pour tromper la vigilance de Hightower, qui m'empêchait de fouiller sa dernière pièce.



    Ainsi donc à la nuit tombée nous nous glissâmes à nouveau dans ce quartier, et, plus discrets qu'une troupe de ninjas en patins, nous nous faufilâmes derrière sa demeure.



    Je chuchote "Ok, alors à 3 on y va...
    -3 c'est avant ou après 2 ?
    -Je sais pas...
    -Waf !
    -Vos gueules et suivez-moi !"
    Profitant de la ronde du garde nous nous ruons dans la maison dont la porte n'était heureusement pas verrouillée (putain j'avais pas pensé à ça on aurait pu tous mourir !!!), trop facile, encore.



    Ne nous restait plus qu'à fouiller cette fameuse pièce qui m'avait été interdite l'après-midi même.
    Comme je m'y étais attendue, elle contenait un coffre fort, renfermant sans doute moult objets précieux !
    Je m'agenouillai devant le coffre et triturai la serrure comme une malade avec les outils offerts par le cercle, et parvins à la vaincre après un combat de plusieurs minutes. Pfiouu.
    BABOOM§
    Le coffre était piégé.
    Mais dans la maison rien ne bouge. L'explosion tonitruante avait été aussi silencieuse qu'un pet de mouche. De mes mains noircies de suie je saisis le précieux bijoux, délaissant cet autre objet oblong et étrange...



    Triomphante, je rapportai le trésor au Cercle, où on me décerna le badge du Castor Junior Voleur.

    Le matin déversait déjà sa douce chaleur sur la ville et c'est en sifflotant que nous nous rendions chez les marchands d'eau. Les gens du Cercle étaient bien trop braves pour organiser le vol des caravanes.
    Sur le chemin, nous nous sommes fait attaquer par un groupe de psychopathes dans une maison, et avant que nous ne mourrions tous, j'ai fait le souhait "merde si j'avais su je passais pas par là !"...
    Et, ô miracle, je réapparus quelques instants avant ce passage malheureux, indemne. Prenant bien soin cette fois de ne pas ouvrir la porIAN PUTAIN OUVRE PAS !!
    Je passe sur notre nouvelle défaite, sur mon second souhait, et sur le fait que cette fois on a fait un détour vachement plus grand pour éviter cette maison...

    ENFIN, nous arrivions chez ces pourris de marchands d'eau qui, si j'avais bien compris l'histoire, gardaient pour eux toutes les réserves de pastis de la ville, (à moins que ce ne soit l'eau ?).
    Le meilleur moyen d'enquêter sur eux serait de se faire engager dans l'une de leurs caravanes, et à nouveau, brandissant mon brillant CV, j'évinçais tous les autres candidats.



    Le prochain départ était pour le lendemain. Une journée de plus à glander dans cette ville. Mais j'avais bon espoir, paske demain, ben c'était noël.
    Et moi j'aime bien noël, chaque année j'avais des Kinders Surprises, les meilleurs Kinders du monde avec des jouets trop de la balle dedans.
    C'est ainsi que les yeux embués par l'émotion ce beau matin du 25 décembre (plus de 2000 ans après la naissance du petit Djizousse), nous embarquions avec un nabot pour suivre la caravane des marchands d'eau vers le Cimetière de LA.
    Je me sentais un peu comme un Roi-Mage, mais avec des nichons.
    Dernière modification par Akodo ; 09/10/2010 à 01h44.

  19. #49

  20. #50
    Citation Envoyé par Akodo Voir le message
    Woputain. Premier thread auquel je m'abonne, rien que pour cette image.
    PLEASE STAY LEGEND

  21. #51
    Partie 9 :

    Lentement mais sûrement nous voyageons vers le Cimetière de LA. Je laisse trainer mes yeux et mes oreilles un peu partout pour tenter de découvrir quoi que ce soit sur les disparitions de caravanes, mais je n'entends rien d'autre que des blagues douteuses et des pets des Brahmines...
    Un après midi, nous nous faisons attaquer par une bande de pillards faméliques, à peine capables de nous lancer un " donnez-nous vous sous ou heu... Ou, heuu..."
    Pas vraiment un problème, et ça entretient la forme.



    Et c'est donc sans autres soucis que nous rejoignons le Cimetière, cette ville établie sur les restes de ce qui fut jadis Los Angeles. J'avais deux heures pour fouiner un peu partout comme à mon habitude avant que la caravane ne reparte. Amplement suffisant selon moi pour m'occuper de choses ne me regardant pas et m'attirer tout un tas d'ennuis.



    Premier constat, ici la culture du chanvre avait été abandonnée, et la population locale s'était rabattue sur les champis hallucinogènes en sous-sol, un choix plus que louable si on considère les pluies acides.



    Le Centre comparé à ici, c'étaient des enfants de coeurs. Les Régulateurs, Les Enfants de la Cathédrale (que j'avais déjà croisés au Centre), les Disciples de l'Apocalypse, les Contrebandiers, les Écorcheurs, les Fouineurs... Tout se petit monde vivant ensemble, en se tirant dans les pattes si possible. Je me sentais un peu perdue lâchée au milieu de leurs petites guéguerres...
    J'avais rencontré un type, un scientifique, qui pensait pouvoir vivre en autarcie par rapport au Centre si il récupérait des pièces pour une machine purifiant l'eau. Faire la nique à mes employeurs actuels (les marchands d'eau, donc) se serait super classe, aussi je lui dis qu'il pouvait compter sur moi.
    J'appris plus tard que ces pièces se trouvaient très certainement sur le cadavre d'un malheureux, mort au beau milieu d'un nid de Griffemorts.
    "Haha, ça existe pas les Griffemorts, on m'a dit ça au Centre, objectai-je.
    -Au Centre, c'est des ploucs, ici on en a toute une putain de colonie, me répondit-on."
    J'acceptai aussi de bosser pour un certain Zimmerman, l'un des petits chefs du coin. Il voulait que je venge la mort de son fils en butant la chef des Écorcheurs.
    Le couteau entre les dents, j'allai donc dans leur quartier.



    Ils se révélèrent en fait être des braves gens. Des pauvres voulant juste survivre, d'autres cherchant la paix, et ce type complètement shooté au Nuka Cola... Je l'enviais, si seulement je pouvais me shooter au Kinder !
    Zimmerman s'était fait mener en bateaux par ses Régulateurs et moi aussi par la même occasion. C'étaient eux qui avaient buté son fils.
    Là j'avais les boules, et je décidai que les choses ici devaient changer. Mais il fallait des armes et du soutiens pour aider les Écorcheurs à bouter les Régulateurs hors du Cimetière. Malgré la puissance de feu impressionnante à ma disposition (deux branques et un clebs miteux) je ne pourrais faire l'affaire.
    Il fallait que j'aille trouver les Contrebandiers du coin, ce serait facile, il suffisait juste de traverser un territoire grouillant de Griffemorts et un lac de liquide radioactif...
    Misère.
    Je laissai mes compagnons derrière moi afin de pouvoir avancer avec plus de discrétion. C'était l'heure de ranger les flingues et de sortir les pantoufles pour faire moins de bruit.



    C'était vraiment une idée à la con ça. En gros un Griffemort, c'est un putain de dentier aiguisé comme un rasoir, juché sur pattes. Et ça court vite. Entre deux respirations affolées et une esquive de griffes, je repérai le fameux cadavre sur lequel je devais récupérer les pièces pour le scientifique. Il était tellement au milieu de ce putain de nid que ces bestioles avaient du le recouvrir de pisse pour marquer leur territoire... Saleté.

    J'arrivai cependant sans trop de bobo chez les Contrebandiers et leur petit lac d'acide...

    Dernière modification par Akodo ; 11/10/2010 à 12h53.

  22. #52

  23. #53
    Partie 10 :

    Les Contrebandiers étaient moins bêtes et méchants que j'avais pensé, et ils avaient même prévu (pas cons les gars) un pont pour traverser le liquide corrosif.
    Ils tenaient une espèce de place forte au milieu du lac, et on me regarda entrer chez eux d'un air méfiant.
    Au fond de la salle, un gros bras tenait sur son épaule un poste à piles Fisherprice et écoutait à un volume élevé le dernier album des FalloutBoy Slim.



    Eux non plus n'étaient pas contents contre les Régulateurs et le Sanctuaire, puisqu'ils ne respectaient plus leurs engagements sur leurs contrats d'armes à feu. Ils étaient chauds pour nous filer un coup de main, mais... Car il y a toujours un mais, ils refusaient de bouger tant que les Griffemorts seraient là.
    Ah ben bravo, tout ce chemin pour rien dis donc.
    Non mais ils m'ont bien regarde ? (hum, oui bon, question con ça...) Mais si ils croient que je vais m'amuser à jouer les dégriffemortiseurs...
    Bref, cette petite escapade resterait dans mes anales personnelles sous le nom de "Opération Choux Blanc".
    Il était temps d'aller retrouver mes compagnons.
    J'achetai tout de même quelques armes à ces braves gens, mais pas pour moi, n'ayant pas la force de soulever la plupart d'entre elles.

    Essoufflée et les vêtements déchirés, je retrouvai mes potes, qui étaient assis à l'endroit où je les avais laissés en train de siffler des bières (Canigou aussi).
    "Tiens Tycho, je t'ai acheté un fusil d'assaut, dis-je.
    -J'en veux pas de ta merde, je préfère ma pétoire.
    - ."
    Cette fois, direction les Disciples.
    C'était une bande d'illuminés qui croyaient en la paix et qui passaient leur temps à lire des livres. Ils étaient dirigés par l'arrière petite fille du Géant Vert.



    Mais surtout, ils se faisaient du soucis au sujet des Enfants de la Cathédrale, qui avaient effectivement l'air super louche. Je me souvenais également de ce que m'avais raconté ce type assez dérangé au Centre (le viking qui aime les canards...) et j'étais bien d'accord avec eux : quelque chose ne tournait pas rond. Je lui promis donc de jeter un oeil à l'occasion et de la tenir informée.
    Une des nanas du coin décida de se joindre à moi, une certaine Katja. Son truc c'est les couteaux, mais j'ai préféré lui coller une mitraillette dans les pattes.
    C'est bien, Ian me regarde un peu moins maintenant.
    Nous avons continué à visiter le coin, et on nous réserva un accueil plutôt mitigé.



    De toute façon l'heure tournait et il était temps de rentrer au Centre.
    Je chopai la caravane in extremis puisqu'elle partait sans m'attendre et quittai cette région bordélique.
    Mais je reviendrai.

  24. #54
    Akodo... Akodo... Akodo...
    Tu as du talent.
    Mais rien de nouveau, je te l'avais déjà dit.

  25. #55
    Je vais rajouter un post inutile.

    J'aime !

    Ce qui est drôle c'est que tu suis presque le même chemin que ma toute premiere partie.
    Citation Envoyé par CptProut au KLJV
    Faut pas passer devant moi quand je bande !
    Un CPC gift du KLJV

  26. #56
    Merci pour les commentaires.
    Pour l'heure, j'ai des soucis de sauvegardes corrompues qui font planter le jeu quand je veux changer de zone, j'ai bien la haine.

    Edit : il semblerait que le jeu n'aime pas du tout quand je trafique l'inventaire de mes potes...
    Dernière modification par Akodo ; 11/10/2010 à 19h37.

  27. #57
    Citation Envoyé par Akodo Voir le message
    Edit : il semblerait que le jeu n'aime pas du tout quand je trafique l'inventaire de mes potes...
    C'est bizarre, la plupart des joueurs le font. Moi aussi et je n'ai jamais eu de soucis.
    Bon j'ai toujours été modéré, je ne leur filait pas de fric, juste des objets lourds qui m'encombraient et des boulettes pour leurs armes. Je n'ai d'ailleurs jamais pensé à leur changer d'arme je crois.
    Citation Envoyé par CptProut au KLJV
    Faut pas passer devant moi quand je bande !
    Un CPC gift du KLJV

  28. #58
    Ouais, en fait le jeu aime pas du tout quand je leur donne des grenades...
    Mais c'est bon c'est "réparé".
    Par contre y a un truc qui me fait bien rager, c'est que les compagnons son vraiment complètement débiles.
    Vas-y que je me mets en file indienne alors que derrière moi y en a un avec un fusil d'assaut et l'autre avec une SMG... Ils se tuent plus entre eux qu'autre chose ces idiots.
    Dernière modification par Akodo ; 12/10/2010 à 00h19.

  29. #59
    J'y ai croisé un nain (mon premier nain, ça compte presque pour un mutant ça)
    excellentes les aventures de Loulou

  30. #60
    C'est bien ce topic, même si je pourrai faire mieux, avec un autre jeu.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •