Crunchez vos adresses URL
|
Rejoignez notre discord
|
Hébergez vos photos
Affichage des résultats 1 à 20 sur 20

Discussion: Internet et l'humain

  1. #1
    Hop, un sujet qui me trotte dans la tête depuis quelques temps. Contrairement à mon habitude j'vais essayer d'être super concis clair, poser les bases et vous laisser donner votre propre avis.
    Je n'invente sûrement rien d'ailleurs, mais osef.


    Le sujet ? Notre génération, que je vais la définir arbitrairement comme étant celle des années 80 / fin des 70' - la génération qui a connu l'arrivée du PC à la maison au prix d'un rein, de l'Internet lentissime et hautement gifisé avec ce crissement si doux et si chiant parce qu'il réveillait les parents le dimanche matin quand vous tentiez de vous connecter en loucedé - est la première à avoir connu une réelle révolution sociale depuis que l'Humanité a quitté l'Afrique en bandes pour voir ailleurs si elle n'y était pas.
    Allez, on va dire la seconde révolution sociale depuis qu'il s'est regroupé en groupuscules formant des entités nommées plus tard villages. Je tiens compte des diverses autres qui ont segmentées l'Histoire mais j'estime ces deux-là vraiment au-dessus de toutes.

    Cette révolution c'est Internet, et tous les dérivés directs dont il demeure la base via ses périphériques, moyens d'accès et protocoles divers.


    Jusqu'au milieu des 90, l'Humanité était depuis des millénaires sociale et en bande, en groupes.

    Aujourd'hui ce que je définis comme un des nouveaux besoins fondamentaux de l'Homme, à savoir l'information et ce qui en découle, est instantanément accessible ; de même que tout le monde l'est.

    Vous savez par matraquages que nous sommes dans l'ère du mass-media et de la surconsommation, où il faut tout et tout de suite. L'information est le savoir mais surtout le pouvoir depuis toujours, et aucune information n'est plus désormais réellement inaccessible, tout comme désormais les distances sont abolies. Évidemment, il faudra toujours (longtemps, disons) se déplacer physiquement pour diverses raisons, mais la surcouche à notre univers réel qu'est le virtuel (encore qu'à ses balbutiements), notre future infosphère telle que l'a décrite Dan Simmons dans le magistral Hyperion, permet d'ores et déjà et chaque jour davantage de satisfaire (si tant est qu'on le désire) un maximum de nos besoins quotidiens. Que ça soit l'information pure comme des choses plus terre à terre du quotidien.
    Bref, oui, les distances sont abolies. Et si vous ne l'avez pas vu, visionnez Los Angeles 2013 qui rend extrêmement bien avant l'heure cette impression.

    On a donc passé le stade de l'Homo Sapiens Sapiens pour celui de l'Homo Internetus.

    Car c'est réellement un stade, un bouleversement. Je ne sais pas pour vous, mais moi j'étais en colo annuelle - dans le Jura - de mes 10 à 15 ans. Et ça me faisait monumentalement chier au départ, asocial oblige. Il fallait faire connaissance avec de nouveaux petits camarades, déballer son petit linge à nos armes soigneusement cousues par môman , et se plier avec entrain aux activités, essentiellement en plein air. On faisait des trucs de ouf avec trois fois rien (une espèce de "fronde" avec une serviette en tissu carrée empli de pommes de pin j'crois, qu'on refermait aux extrémités avec une ficelle, faites tournoyer et lâchez, et ça partait suuuuuuuuuper loin). On voulait écrire à nos parents ? Il fallait pour cela avoir amené le papier à lettres, notifié sur la liste de départ. Appeler nos parents ? Uniquement le samedi matin, tout le monde.
    Pas d'ordinateur.
    Pas de consoles portables.
    Pas de téléphones portables.
    Pas d'Internet.
    Pas de télé, d'ailleurs.
    La famille était très loin, à des centaines de kilomètres de là, et nous étions seuls au monde avec des étrangers.

    Aujourd'hui, tout a changé. Désormais la plupart des colos déclinent toute responsabilité en cas de vol de console, les portables sont confisqués et les parents priés de ne pas appeler à tort et à travers. Et un centre qui n'a pas de PC avec connexion à Internet est voué à connaitre une révolution digne de la Guerre des Boutons.


    Avant, en recherche universitaire, il fallait se coltiner des tiroirs à rallonge dignes d'SOS Fantômes pour trouver les références d'auteur, d'articles, de titres. Aujourd'hui tout est informatisé, voire disponible sur Internet sans bouger de chez soi.


    L'Humanité n'a jamais été aussi vorace d'informations, de disponibilité immédiate, de consommation, bref d'immédiateté. Mais paradoxalement l'Humanité n'a jamais été aussi seule. A force de croire contempler le monde à travers nos écrans, on ne fait que se contempler nous-mêmes, illusion sur un reflet. Nos parents n'ont souvent eu du Savoir que l'horizon de l'Encyclopédie Universalis, nous avons le monde entier. Et pourtant ?

    Sommes-nous plus intelligents, plus informés, plus renseignés, plus habiles, plus proches que nos parents et toutes les générations qui nous ont précédé, conduisant à cet instant ?

    Et quel sera l'avenir à cette vitesse, dans quelles directions, à quels prix, à quelles nouvelles pertes mais pour quels nouveaux gains ?

    Personnellement quand je repense à mon enfance/adolescence, ce n'est pas vraiment "c'était mieux avant" ; mais ça me donne le vertige de penser, réaliser que je fais partie des derniers à avoir connu un tel mode de vie.


    Voilà, un topic sans réponses précises à apporter, juste vos réflexions, vos pistes, vos idées, vos inspirations, vos aspirations.
    Dernière modification par Anton ; 24/06/2010 à 02h25. Motif: pas pitch ni peach mais sujet olol

  2. #2

  3. #3

  4. #4
    Si tu lis l'anglais, tu devrais commander Air de Geoff Ryman. 400 pages qui couvrent exactement cette révolution de la connexion permanente. Le pitch :
    Spoiler Alert!
    Air, une sorte d'internet mais télépathique (plus besoin d'ordi ou de smartphone pour se connecter) va être déployé dans un village du Karzistan...
    You want to grab a politician by the scruff of the neck and drag him a quarter of a million miles out and say, "Look at that, you son of a bitch." — Edgar Mitchell, Apollo 14 astronaut

  5. #5
    Citation Envoyé par AtomicBondage Voir le message
    Si tu lis l'anglais (...) Le pitch
    Et mieux encore, si tu parles anglais, tu sais que "le pitch" ça veut pas du tout dire ce que les français croient que ça veut dire depuis que ce connard d'Ardisson s'est mis à l'employer pour faire le malin.
    Va te faire enculer.

  6. #6
    Citation Envoyé par Toxic Voir le message
    Et mieux encore, si tu parles anglais, tu sais que "le pitch" ça veut pas du tout dire ce que les français croient que ça veut dire depuis que ce connard d'Ardisson s'est mis à l'employer pour faire le malin.
    Quoi, on ne dit pas "Le goudron de ce livre est:"?

    De manière plus serieuse, même si le mot pitch est sans incontestablement mal usité ici, on peut s'en servir en littérature, soit par analogie avec la musique (pitch au sans de ton, tonalité), soit par analogie avec l'architecture (pitch au sens d'apogée).
    Born to be aigri.

  7. #7
    Merci de ce formidable exemple : merci Internet, merci les gars. Je corrige.
    Et vous pouvez passer à la prochaine illustration

    Je note pour plus tard Atom'

  8. #8
    Citation Envoyé par Toxic Voir le message
    Et mieux encore, si tu parles anglais, tu sais que "le pitch" ça veut pas du tout dire ce que les français croient que ça veut dire depuis que ce connard d'Ardisson s'est mis à l'employer pour faire le malin.
    En fait ça veut dire vachement de choses : http://www.wordreference.com/definition/pitch

    Le "pitch d'Ardisson" c'est dévié du pitch d'Hollywood (sales pitch, l'argument de vente d'une manière générale) où tu racontes de façon concise ton idée de film pour le vendre au producteur.

    ---------- Post ajouté à 03h04 ----------

    Sinon internet c'est cool, y a 4chan dessus.

  9. #9
    C'est marrant, j'ai l'impression que tu ne parles que de l'aspect passif de la chose, du point de vue du récepteur, en omettant le fait qu'internet c'est de l'upload autant que du download.

    Les gamins de ta révolution, ils n'ont pas le temps de lire le savoir universel. Ils sont trop occupés à mettre à jour leurs statuts sur Facebook.
    Winners don't use drugs -- Williams S. Session, Director, FBI
    Twitch / pl3.be / flickr / Vimeo




  10. #10
    En tout cas sympa de nous faire partager tes réflexions.

    Je suis totalement ignorant, loin de comprendre beaucoup de choses et beaucoup de personnes en parleront bien mieux que moi, mais tentons de parler du futur puisque finalement comme tu le dis, on rentre dans une nouvelle ère.

    Le digital, son monde, ses règles, réorientent des concepts qui paraissaient inhérents à l'être humain.

    Au niveau comportemental, tout disponible tout de suite est un concept qui tend vers le possible dans ce monde, il engendre la soif du tout, tout de suite (tiens d'ailleurs sur le topic des videos, ), la patience n'a plus lieu d'être, la patience est l'apanage d'une réalité physique.

    Déjà cela fait longtemps qu'intégrer toute les connaissances humaines nous est devenu impossible, le rapport aux informations, à la connaissance a changé, la plupart du temps on ne sait pas, on googleise puis au fil des mois, de vagues concepts nous restent, sans plus.

    L'homme depuis la nuit des temps, pour connaître, doit pratiquer régulièrement, si il ne le fait pas, il s'expose à la perte de ses connaissances acquises physiques et mentales.

    Il doit faire travailler continuellement sa base de données.

    Mais l'informatique à révolutionner le stockage et l'accés à l'information, l'interface (écran,enceinte) nous bride encore énormément (l'information doit passer au travers des 5 sens, surtout la vision et l'audition pour qu'on puisse la traiter mais si on brancher directement tout ceci à notre cerveau, des données d'un nouveau type pourrait être échangées (souvenirs, mouvements, EMOTIONS, PENSEES matrix, strange days toussa etc...)) tout n'est qu'une affaire de temps.

    L'adaptation continuelle du produit digital (mise à jour perpétuelle/personnalisation...) décime (ou précise) l'utilité d'un concept de produit fini, la frontière devient vraiment trés flou.

    Comme l'effleure GMB (je crois) dans le dernier CPC en parlant des DRM :

    (Au travers de la surconsommation et donc du produit jetable ou consommable à la demande) et de l'utilité des créateurs et distributeurs d'avoir un contrôle sur leurs produits, on assiste peut être à la fin de la propriété privée pour les consommateurs.

    Louer une machine de jeux plus puissante et un jeux sur internet au travers de son vieux pc pourrave pour jouer quelques heures est déjà réalisable je crois ?

    La frontière s'arrête pour l'instant là ou le monde digital n'a pas prise, la réalité.

    Mais je me pose vraiment des questions sur l'avenir de nos enfants et leur perception du monde.

    Au fur et a mesure le digital prendra de plus en plus de place (vêtements, achats, école, communication sociale etc..) mais qu'arrivera t'il le jour ou nos corps, nos esprits fusionneront avec ce monde ou tout est possible ?

    La manière de vivre même sera changé, des mécanismes naturels de nos cerveaux seront sûrement chamboulés, la mémoire, la réflexion, la compréhension, l'intégration, la spiritualité...certains fusionneront, d'autres naîtront...

    Des actes "basiques" comme penser, percevoir, communiquer seront redéfinis.. l'être humain subira des métamorphoses complétement irréelles pour nous, son rapport au(x) monde(s) sera bien loin de nos habitudes de vie, là on rentrera de plein pied dans une redéfinition de l'ère humain.



    Qu'arrive t'il quand le monde dans lequel on vit s'adapte à ce que l'on veut, un monde que l'on peut façonner, filtrer (musiques, émotions, personnes, évènements...) au lieu de nous contraindre ?

    Qu'arrive t'il lorsque notre identité devient multiple et malléable ? (pseudo, création d'avatar... ce n'est que le début).

    Quel place auront nos corps ?

    L'esprit finira t'il par se détacher de ce monde physique, loin d'un genre humain mâle ou femelle, loin de la reproduction et de la survie qui ont toujours gouvernés nos vies ?
    Deviendrons nous de simple neurones résonnants branchés à un réseau universel, doué du don d'ubiquité, simple bulles d'informations sans individualité dans une toile gigantesque ?



    Bon je suis peut être partie trop loin, ça parait un peu débile mais c'est ce qui me passe par l'esprit quand je lis ton 1er post.
    Dernière modification par malmoutt3 ; 24/06/2010 à 04h30.

  11. #11
    Pour moi ce n'est qu'une avancée technologique, enfantée par la révolution industrielle... Mais bon.

  12. #12
    J'ai pas le recul pour en parler vraiment mais par contre, Anton, ton histoire sur les groupes de mômes en vacances équipés de portables/colliers étrangleurs, ça fait super peur. J'aurais pas aimé que mes parents puissent m'appeler n'importe quand en colo (et puis c'te vieille honte des familles).
    Et oui, c'est bizarre de voir que les gamins actuels tiennent l'accès à Internet illimité pour quelque chose d'acquis, mais bon, nos grands-parents ont eu le même sentiment avec le téléphone ou les chiottes à domicile, j'imagine.

  13. #13
    Citation Envoyé par Anton Voir le message
    Avant, en recherche universitaire, il fallait se coltiner des tiroirs à rallonge dignes d'SOS Fantômes pour trouver les références d'auteur, d'articles, de titres.
    Ca t'a marqué hein?! Je l'ai revu il y a deux mois de ça. Comment ça a trop vieilli .

    Sinon pour le sujet : L'avenir à cette vitesse aura du mal à se défaire des besoins primaires de l'Homme, à moins d'être servi par des robots alimentés par une énergie illimitée, ou bien la mise en esclavage d'une autre espèce vivante (E.T). Pour ceux qui en ont les moyens, je pense qu'on en verra un ralentissement progressif, avant un nouveau bond vers autre chose de plus poussé. On voit en ce moment déjà des tentatives d'appropriation de l'espace "internet" ce qui déjà ralentit sa progression.
    La Chine, par exemple, qui filtre internet pense sérieusement à se faire son propre internet entre chinois, tout en profitant du bon coté de l'internet mondial. L'internet "associatif", par contre, pourrait donner quelque chose de nouveau.

    Citation Envoyé par lincruste Voir le message
    J'aurais pas aimé que mes parents puissent m'appeler n'importe quand en colo (et puis c'te vieille honte des familles).
    Et oui, c'est bizarre de voir que les gamins actuels tiennent l'accès à Internet illimité pour quelque chose d'acquis, mais bon, nos grands-parents ont eu le même sentiment avec le téléphone ou les chiottes à domicile, j'imagine.
    Ce que tu évoques est intéressant. Moi par exemple, j'ai arrêté le téléphone complètement avec l'internet illimité (AOL bas débit à ses débuts). Faut dire que mon entourage a assez de portables pour que je m'en passe sans problème. Ca m'a changé la vie sinon. J'ai bien aimé le coup de pied au cul d'Aol sur Free et Wanadoo avec l'accès illimité. La concurrence c'est le bien! les oligopoles, c'est le mal !

    Citation Envoyé par Anton Voir le message
    Sommes-nous plus intelligents, plus informés, plus renseignés... (?)
    C'est assez relatif au niveau de formation des personnes. L'accessibilité facilitée d'une information ne peut se substituer à la soif de connaissance, au tri de l'information et à la vérification des sources pour être mieux cultivé :
    - On voit souvent par-ci par-la, des exemples de gens qui se réfèrent seulement à wikipédia comme source sûre.
    Qui n'a pas lu des messages de personnes sur des forums demander de l'aide avant même d'avoir fait leurs propres recherches via des moteurs de recherche ?!? La facilité amène un peu la fainéantise, ça peut arriver à tout le monde.

    Citation Envoyé par malmoutt3 Voir le message
    La frontière s'arrête pour l'instant là ou le monde digital n'a pas prise, la réalité.
    C'est l'histoire de la dualité matériel/immatériel qui obsède le monde de l'Art.
    Un intellectuel aspire toujours à quitter son enveloppe de chair et s'élever, jusqu'au moment ou il a envie de chier ou que son ventre gargouille.

    Citation Envoyé par malmoutt3 Voir le message
    Deviendrons nous de simple neurones résonnants branchés à un réseau universel, doué du don d'ubiquité, simple bulles d'informations sans individualité dans une toile gigantesque ?
    Je ne suis pas vraiment sûr que l'humanité ait un penchant vers ce coté-la. Il faudrait être un légume, maso et contre-nature pour y arriver.

    Citation Envoyé par malmoutt3 Voir le message
    Au travers de la surconsommation et donc du produit jetable ou consommable à la demande) et de l'utilité des créateurs et distributeurs d'avoir un contrôle sur leurs produits, on assiste peut être à la fin de la propriété privée pour les consommateurs.
    On ne peut pas parler de fin de la propriété privée en général, parce qu'elle n'a jamais vraiment existé au niveau du contenu immatériel, car constamment imitée/dupliquée. Le matériel a des contraintes qui rend la propriété privée mieux applicable.

    C'est pour cela qu'on a mis le nom de propriété intellectuelle.
    La propriété privée en général se compose de :
    - l'usus (utiliser)
    - fructus (en tirer profit)
    - abusus (vendre/détruire/modifier)

    Un produit immatériel, du point de vue du monde qui en tire profit, est majoritairement, vendu (sauf exceptions) en étant privée de son fructus et abusus pour :
    - empêcher légalement la contrefaçon.
    - éviter la dévalorisation du produit.
    Lorsque l'on dit du mal du Seigneur des anneaux, c'est du trash tolkien.

  14. #14
    Citation Envoyé par hommedumatch Voir le message

    C'est l'histoire de la dualité matériel/immatériel qui obsède le monde de l'Art.
    Un intellectuel aspire toujours à quitter son enveloppe de chair et s'élever, jusqu'au moment ou il a envie de chier ou que son ventre gargouille.
    Je penche plutôt du coté du fait que l'art n'a pas de limite justement, il est présent dans chaque chose au travers du regard humain (la sublimation, la dénonciation etc... restreindre l'art a cette dualité le limite , m'enfin c'est un autre débat complétement personnel ).



    Citation Envoyé par hommedumatch Voir le message
    Je ne suis pas vraiment sûr que l'humanité ait un penchant vers ce coté-la. Il faudrait être un légume, maso et contre-nature pour y arriver.


    On ne peut pas parler de fin de la propriété privée en général, parce qu'elle n'a jamais vraiment existé au niveau du contenu immatériel, car constamment imitée/dupliquée. Le matériel a des contraintes qui rend la propriété privée mieux applicable.

    C'est pour cela qu'on a mis le nom de propriété intellectuelle.
    La propriété privée en général se compose de :
    - l'usus (utiliser)
    - fructus (en tirer profit)
    - abusus (vendre/détruire/modifier)

    Un produit immatériel, du point de vue du monde qui en tire profit, est majoritairement, vendu (sauf exceptions) en étant privée de son fructus et abusus pour :
    - empêcher légalement la contrefaçon.
    - éviter la dévalorisation du produit.
    Merci pour ta bonne définition.
    Je voulais juste soulever le fait que le digital prend de plus en plus de place, et qu'il amène une autre façon d'aborder les choses dont la propriété, qu'elle place pour ce qui est matériel et donc la propriété dans le futur ?

    Si l'homme fusionne avec ce monde digital, il acquerra une nouvelle façon de vivre.

    Tu emploies le mot légume mais avec de nouvelles capacités mentales (mémoire, sens, conscience etc...) et physiques (pour l'instant le monde digital a un support matériel impropre à la fusion avec un être humain (métaux etc...), mais avec le temps des supports compatibles naîtront) qui te dis qu'un humain "naturel" ne sera pas bridé, une sorte de légume par rapport aux "augmentés" ?

    Franchement entre un esprit contraint par le corps, le monde matériel, et un monde nouveau, beaucoup ont fait leur choix à l'heure actuelle même si c'est limité, je n'imagine même pas dans le futur.

    Alors bien sûr pour l'instant, le matériel est évidemment indissociable de l'être humain mais qui sait ?
    Peut être approche t'on d'un jour ou il existera vraiment un choix possible entre 2 mondes non ?

    Peut être est ce le chemin pour enfin s'approcher de choses dont nous ne soupçonnons même pas l'existence à l'heure actuelle, inaccessible par voie "naturelle".
    Dernière modification par malmoutt3 ; 25/06/2010 à 20h37.

  15. #15
    Je m'intéresse aux conséquences physiques et mentales de passer autant de temps devant un écran.

    En tout cas, si l'intérêt éducatif et social est bien là, j'ai de grosses inquiétudes en ce qui concerne l'activité cérébrale.
    Citation Envoyé par Downto Voir le message
    Et puis si j'ai un grand-oncle taxidermiste, ça ne fait pas obligatoirement de moi un expert de l'empaillage du sanglier.

  16. #16
    Citation Envoyé par Oni-Oni Voir le message
    Sinon internet c'est cool, y a 4chan dessus.
    Je suis d'accord. 4chan, c'est un peu du concentré d'internet : de l'anonymat, des trous du culs (beaucoup), de la créativité (aussi improbable que cela puisse paraître), et à peu près tout les stéréotypes d'internet.

  17. #17
    Citation Envoyé par Augusto Giovanni Voir le message
    Pour moi ce n'est qu'une avancée technologique, enfantée par la révolution industrielle... Mais bon.
    Pourquoi ramener toujours tout au sexe ?

  18. #18
    Je fais également partie de cette génération qui n'a connu le doux ronronnement d'un modem 56k à l'âge de 10 ans. Evidemment internet possède de nombreux avantages dont je me passerais difficilement aujourd'hui. En revanche je suis bien content de ne pas avoir connu que cette période.
    Il y a trois choses qui me sortent par les yeux au niveau de cette révolution:

    - depuis l'avènement du SMS et de MSN beaucoup de gens ne savent plus écrire mais SURTOUT ne voient pas l'utilité de bien écrire. Et une putain de génération d'illettrés je trouve ça triste, surtout dans un pays comme la France qui possède une langue très riche. C''est vraiment déprimant.

    - depuis les incontournables réseaux sociaux, le narcissisme exacerbé est devenu la norme. Le MOI n'a jamais été plus au centre des fausses discussions sur Facebook au lieu d'aller vers l'autre. Regardez ce que MOI je fais et commentez. Et comme l'a rappelé Anton, Narcisse est bel et bien seul face à son reflet.

    - depuis la mise à disposition pour tous du téléchargement illégal, la culture n'a plus AUCUNE valeur pour ceux qui n'ont connu que ce système d'accès. Quand j'étais môme, avoir une K7 vidéo à la maison ça représentait du pognon investi, une véritable joie de pouvoir voir à volonté le film qu'on avait adoré au ciné 1 an plus tôt. Acheter le CD d'un artiste qu'on attend depuis des mois, foutre 350 fr (et tout son argent de poche économisé) pour acheter le dernier jeu video...
    Aujourd'hui, on se connecte, on cherche, on clique. 10min après on a notre film qui ne représente absolument plus rien. Les choses ont perdu toute leur valeur et toute la saveur qui allait avec et je trouve ça bien triste.

    Evidemment ce triste constat est tempéré par tous les avantages que nous procure internet: des recherches simplifiées accessible à tous, pouvoir discuter des heures avec des amis éparpillés dans le monde, discuter de nos passions avec des inconnus qui deviendront peut-être des potes virtuels et même réels grâce à des forums comme celui-ci...

    Bref du très bon qui a les défauts de ses qualités. En résumé je suis très content d'être né dans les années 80 et d'avoir connu les deux modes de vie.

  19. #19
    Moi je regrette la colle Cléopatre et les Minikeums... 'foiré d'internet!

  20. #20
    Citation Envoyé par orime Voir le message
    Je m'intéresse aux conséquences physiques et mentales de passer autant de temps devant un écran.
    Sur le physique, je peux te faire une tof si tu veux!

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •