Crunchez vos adresses URL
|
Rejoignez notre discord
|
Hébergez vos photos
Page 52 sur 53 PremièrePremière ... 24244454647484950515253 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 531 à 1 560 sur 1565
  1. #1531
    ShoPhil découvre le monde

    Les encadrants cons sont cons, c'est pour cela qu'on les appelle comme ça.
    Quant à l'école doctorale, elle est tout juste bonne à écrémer les causes perdues au démarrage et à mi-parcours. C'est une entité administrative de plus qui pompe de la masse salariale autocroissante au dépends des enseignants chercheurs et techniciens, et plus généralement tous ceux qui ne sont pas les parasites des enseignants ou des élèves.

    - - - Mise à jour - - -

    Citation Envoyé par Shosuro Phil Voir le message
    Ensuite, des doctorants qui ne sont pas au niveau attendu, faut pas se voiler la face, ça existe. Généralement ça se traduit par un arrêt de la thèse en cours, parfois à l'initiative du doctorant, parfois de l'encadrant.
    Oui mais Molina a visiblement ce qu'il faut pour rédiger, et a passé les fourches caudines de l'école doctorale.
    Là, ce qu'il manque, c'est des claques sur le museau des encadrants cons. Qu'ils fassent leur boulot (), ou qu'ils ferment leur gueule et se fassent remplacer par l'ED.

  2. #1532
    Citation Envoyé par vectra Voir le message
    Quant à l'école doctorale, elle est tout juste bonne à écrémer les causes perdues au démarrage et à mi-parcours. C'est une entité administrative de plus qui pompe de la masse salariale autocroissante au dépends des enseignants chercheurs et techniciens, et plus généralement tous ceux qui ne sont pas les parasites des enseignants ou des élèves.
    Sur ce point, je suis d'accord avec Shosuro Phil. C'est un des rôles des ED de gérer et détecter ces problèmes. Cela peut se faire à l'initiative du doctorant, à celle d'un encadrant ou par un entretien entre l'ED et le doctorant. Si l'ED n'a pas détecté ça, c'est qu'elle doit modifier sa façon de faire.
    Mais Vectra, il existe des ED qui fonctionnent bien (ou moins mal).
    Rien ne me choque moi, je suis un scientifique ! - I. Jones

  3. #1533
    Citation Envoyé par vectra Voir le message
    ShoPhil découvre le monde

    Les encadrants cons sont cons, c'est pour cela qu'on les appelle comme ça.
    Quant à l'école doctorale, elle est tout juste bonne à écrémer les causes perdues au démarrage et à mi-parcours. C'est une entité administrative de plus qui pompe de la masse salariale autocroissante au dépends des enseignants chercheurs et techniciens, et plus généralement tous ceux qui ne sont pas les parasites des enseignants ou des élèves.
    C'est pas automatique, ce que tu décris. Ça demande beaucoup de travail, qui contrairement à ce que tu as l'air de penser n'est pas surpayé - l'ED dont je dépends, elle fonctionne avec une secrétaire qui n'est même pas à temps plein dessus, le reste c'est des chercheurs et enseignants-chercheurs qui font le boulot et ne sont pas payés spécifiquement pour (on considère que ça fait partie de leur boulot, comme les différentes expertises et autres évaluations de tout et rien - et je ne m'en plains pas, je constate juste).

    Donc faire évoluer les pratiques des ED, c'est du boulot parce que ça se heurte à une tradition fortement ancrée d'immobilisme ("on ne met pas le nez dans les problèmes des collègues, ça ne se fait pas"), mais depuis quelques années je vois une évolution -- encore une fois, au niveau de une école doctorale parmi plusieurs, dans une université parmi plusieurs.


    Oui mais Molina a visiblement ce qu'il faut pour rédiger, et a passé les fourches caudines de l'école doctorale.
    Là, ce qu'il manque, c'est des claques sur le museau des encadrants cons. Qu'ils fassent leur boulot (), ou qu'ils ferment leur gueule et se fassent remplacer par l'ED.
    Là, tu fais confiances aux dires de Molina, on n'a pas entendu la position et les arguments des encadrants. Je ne me prononce pas: je ne connais pas les détails de la situation, et si j'avais accès à ses travaux je ne serais pas capable de les lire.

    Donc oui, si ce que dit Molina est avéré, c'est une situation problématique qui semble reposer sur ses encadrants. Difficile d'en savoir plus, au moins au niveau de la discussion sur un forum dépendant d'un magazine dont la spécialité est, rappelons-le, le jeu vidéo.

  4. #1534
    Citation Envoyé par vectra Voir le message
    Quant à l'école doctorale, elle est tout juste bonne à écrémer les causes perdues au démarrage et à mi-parcours. C'est une entité administrative de plus qui pompe de la masse salariale autocroissante au dépends des enseignants chercheurs et techniciens, et plus généralement tous ceux qui ne sont pas les parasites des enseignants ou des élèves.
    Ou pour emmerder les gens qui veulent faire une thèse "mais qui n'ont pas le profil habituel on n'est pas très sûr de votre motivation" alors que le labo est déjà bien content d'avoir trouvé un volontaire.
    Citation Envoyé par Sidus Preclarum Voir le message
    Ben du caramel pas sucré alors...
    "Avant, j'étais dyslexique, masi aujorudh'ui je vasi meiux."

  5. #1535
    Citation Envoyé par Shosuro Phil Voir le message
    Difficile d'en savoir plus, au moins au niveau de la discussion sur un forum dépendant d'un magazine dont la spécialité est, rappelons-le, le jeu vidéo.
    La légende urbaine est donc vraie: il y aurait un magazine?
    Personne ne le lit de toute manière


    Sans aller jusque la caricature, le plus essentiel est que Molina parvienne à bâtir et à compléter un manuscrit solide rendant compte de travaux déroulant une méthodologie défendable.
    Les encadrants ne font pas leur taf => il n'est pas trop tard pour en changer.
    On a déjà vu des thésards composer leur jury tout seul: sans aller jusque là, il ne faut pas oublier que c'est possible. Surtout si l'ED est mise en situation de réagir, de rappeler à chacun ses devoirs et de faire son travail.

    Des encadrants qui ne comprennent pas le manuscrit ou bien découvrent les travaux du docteur pendant la soutenance, ça existe aussi. C'est hélas une dérive possible. Ca n'empêche pas la soutenance d'avoir lieu, et même si les encadrants lâchent leur fiel avant et pendant.

    Ce n'est qu'une bête thèse, ça n'a en soi qu'une valeur très relative. Ce qui compte, ce sont les publis faites pendant, et surtout après. Quant à juger de la valeur de la thèse, c'est au jury de le faire, et pas à des encadrants démissionnaires.

  6. #1536
    Je suis à quelques jours du dépot. J'en suis à la discussion.
    Pour ma situation : bof. J'ai aussi une part de responsabilité, dans le sens où j'ai accepté le deal. Et le moment où j'ai voulu démissionné (il y a 2 ans) j'ai pas eu les couilles de le faire. Après... C'est une situation difficile pour tout le monde puisque personne ne connait ne serait ce les bases de ma discipline. Là, je vais finir. J'vais pas pleurer pendant ma soutenance, et on en parlera plus. Après, le labo est très aidant pour le coup. Je reçois des petits mots gentils de quelques permanents.
    Le problème de fond avec l'ED, c'est qu'ils sont comme vous dans un sens. Je peux leur dire qu'on me fouette à avec un martinet, ils se diront que c'est normal puisque c'est dur pour tout le monde et grosso merdo, tous les DR sont un peu démissionnaires ou du moins une petite majorité. A part en lançant une enquête ils ne peuvent pas vraiment savoir. Et pour lancer une enquête, faut vraiment être dramatique pendant les entretiens du style .. ouai ,le fouet. Simplement dire "ben en fait... je suis pas vraiment encadré parce que personne ne comprend ce que je fais" ça part vite en "oui mais le thésard est spécialiste de son sujet, donc c'est normal". Sauf que... ben ma thèse est le carrefour de grosso merdo 3 à 4 disciplines, mais mes encadrants ne peuvent m'aider sur aucune, et c'est un peu ça qui pèse et mon labo est complètement étranger à ce que je fais. Outre le fait, que c'est une thèse très descriptive, et donc sans objectif bien établi, ça peut partir en couille très vite. Le deuxième truc, c'est que j'étais dans la moyenne du nombre de publication de l'ED, donc pour eux, le contrat est rempli.
    La seule chose où j'en veux vraiment à l'ED, c'est que j'ai pu présenté mes travaux à l'ED avec un mec de ma discipline justement qui m'avait défoncé. Sévère d'ailleurs. Et au lieu de se dire "ah bah, il doit y avoir un loup" ils se sont dit que globalement ça s'est bien passé.

    Bref. La pause est finie, faut que je finisse mon analyse fine de pourquoi Macron est un connard.
    Bon blog de critique littéraire : https://gnossiennes.wordpress.com/

  7. #1537
    Je pense que tout le monde a intérêt à ce que tu soutiennes et que tu te casses, et grosso-merdo c'est le scénario pour bon nombre de thèses sans grand éclat.
    Il faut pas que ça t'effraie mais visiblement c'est pas le cas, donc

    Soutenir est une victoire, let the rageux talk.

  8. #1538
    Citation Envoyé par Molina Voir le message
    "oui mais le thésard est spécialiste de son sujet, donc c'est normal"
    Oui mais non, faut pas déconner, si tu es encadré par des personnes qui n'ont pas les compétences, la discipline ou le niveau requis pour t'encadrer dans ton sujet, c'est parce que l’École Doctorale n'a pas fait son boulot de vérifier l'adéquation entre le sujet et les encadrants du sujet.

  9. #1539
    Ça par contre, l'adéquation entre le sujet et le ou les encadrants, je n'ai jamais vu l'ED s'y pencher. Elles devraient peut-être le faire, mais une fois que le directeur est habilité à diriger des recherches (ce qu'il est censé être, ou alors il fait une demande d'ADT et c'est son dossier qui est examiné, plus que le sujet proposé), mon expérience c'est que l'ED lui fait confiance.

  10. #1540
    Oui, pareil chez moi. Et en général, les membres de l'ED n'ont pas les compétences pour évaluer ça.
    Rien ne me choque moi, je suis un scientifique ! - I. Jones

  11. #1541
    En plus, oui. Autant "le thésard est spécialiste de son sujet" est un peu galvaudé (encore que, normalement, sur son sujet pile poil, c'est censé devenir vrai), autant c'est rare de connaître d'assez près le domaine d'un collègue pour être capable de détecter qu'il ne va pas être compétent sur un sujet donné, s'il s'en écarte.

  12. #1542
    Citation Envoyé par Lee Tchii Voir le message
    Oui mais non, faut pas déconner, si tu es encadré par des personnes qui n'ont pas les compétences, la discipline ou le niveau requis pour t'encadrer dans ton sujet, c'est parce que l’École Doctorale n'a pas fait son boulot de vérifier l'adéquation entre le sujet et les encadrants du sujet.
    C'est vraiment difficile à évaluer. Déjà, parce que sur le papier, je croyais aussi que mes encadrants auraient pu me dépanner en cas de coup dur. En regardant les publis des uns et des autres, ils ont travaillé sur le sujet ou un sujet proche. Sauf que dans la réalité, c'était quelqu'un d'autres qui faisait l'aspect technique voire même théorique. Je l'ai encore à travers la gorge le coup du "oui ok, j'ai signé ce papier, mais demande à mon ancien stagiaire comment il a fait" et que le stagiaire en question me répond nature peinture "je sais pas, j'ai jamais compris ce truc un collègue l'a fait pour moi"... .

    Alors, normalement, ce soir j'écris mes remerciements (^^) faudra faire abstraction. Après tout, en regardant ma merde... je me suis rendu compte que je me suis pas mal démerdé avec ma bite et mon couteau et que je peux survivre dans n'importe quel environnement hostile.

    Je ne vais pas vous remercier parce que ça risque d'emmener tout ce petit monde sur ce forum, mais je pense très fort à vous.
    Bon blog de critique littéraire : https://gnossiennes.wordpress.com/

  13. #1543
    Citation Envoyé par Shosuro Phil Voir le message
    Ça par contre, l'adéquation entre le sujet et le ou les encadrants, je n'ai jamais vu l'ED s'y pencher.
    C'est marrant ces différences entre ED.
    N'importe qui ne peut pas déposer un sujet de thèse aux 2-3 EDs que je connais

  14. #1544
    Citation Envoyé par Lee Tchii Voir le message
    C'est marrant ces différences entre ED.
    N'importe qui ne peut pas déposer un sujet de thèse aux 2-3 EDs que je connais
    Ca doit surtout dépendre des disciplines. (Ah bah moi aussi je l'utilise ). Par exemple en bio... vu qu'il faut du matériel spécifique, j'imagine que c'est plus compliqué si tu veux encadrer un doctorant pour un truc que tu ne maitrises pas et dont t'as pas les outils.
    Bon blog de critique littéraire : https://gnossiennes.wordpress.com/

  15. #1545
    Citation Envoyé par Molina Voir le message
    Ca doit surtout dépendre des disciplines. (Ah bah moi aussi je l'utilise ). Par exemple en bio... vu qu'il faut du matériel spécifique, j'imagine que c'est plus compliqué si tu veux encadrer un doctorant pour un truc que tu ne maitrises pas et dont t'as pas les outils.
    C'est possible, ça. Dans mon domaine (l'ED est "maths-info"), une fois que tu es habilité, si tu déposes un sujet l'ED ne regarde pas plus loin - il y a peut-être une vague vérification que c'est dans le domaine, mais je ne pense pas que ça aille bien plus loin. Même au sein des thématiques d'une équipe un peu large, il y a clairement des sujets pour lesquels X est compétent mais Y pas du tout, et alors que j'ai été amené à émettre des avis pour l'ED, ça ne portait jamais sur le sujet (genre "vérification de routine, Bidule dépose tel sujet de thèse, est-ce que tu confirmes que ça tombe dans ses thématiques?").

  16. #1546
    Lol. Je viens d'apprendre que mon "cas" était régulièrement discuté en "off" par les permanents.
    Et un seul est venu me soutenir en 3 ans.

    Sérieux, c'est quoi ce milieu....
    Bon blog de critique littéraire : https://gnossiennes.wordpress.com/

  17. #1547
    Citation Envoyé par Molina Voir le message
    Lol. Je viens d'apprendre que mon "cas" était régulièrement discuté en "off" par les permanents.
    Et un seul est venu me soutenir en 3 ans.
    Sérieux, c'est quoi ce milieu....
    T'es pas Docteur toi surtout ?

  18. #1548
    Bon on était parti dans un débat avec Helix et il souhaite le recentrer sur ce topic, alors voila je copie-colle pour qu'il puisse y répondre :

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Citation Envoyé par Helix Voir le message
    Personnellement, il me semble déjà assez difficile de comprendre comment fonctionnent les autres communautés scientifiques que la mienne, sans parler des institutions qui diffèrent d'un pays à l'autre. Cela me parait, disons, risqué d'être aussi affirmatif que tu l'est. Il est souvent plus aisé, plus rapide de ne retenir que les points négatifs (le côté obscur, tout ça).

    Tu sais, pour ma part ça fait un poil plus de vingt cinq ans que je suis dans le milieu, mais je suis très loin de partager ton point de vue. Inutile donc de sortir l'argument d'autorité. Je serai plus intéressé par les éléments factuels qui selon toi, prouve que le "système occidental" ne marche pas.
    C'est pas un argument d'autorité. Je défends simplement ma position en expliquant que je pense avoir de quoi faire une généralisation et que je ne base pas mon avis uniquement sur mon expérience de thèse. Et j'ai eu affaire aux institutions US, GB, et française évidemment, ainsi qu'en marge aux institutions de recherche suisse.

    C'est un échantillonnage petit, mais quand même assez diversifié dans les gros pays de l'occident. Et globalement les problèmes sont assez similaires partout. (et les modes de fonctionnement très proche).

    Pas contre, effectivement je n'ai pas détaillé parce que ce serait long de développer et que ça va partir sur 10 pages de topics, à minima. Comme en plus le sujet est presque politique je sens que le jeu n'en vaut pas la chandelle . Et de toute manière tu ne semble pas d'accord alors bon.

    - - - Mise à jour - - -

    Citation Envoyé par Shosuro Phil Voir le message
    Ça, ça me semble déjà plus être un truc sur lequel j'entends des commentaires qui vont très majoritairement dans ce sens (au moins de la part de gens qui sont dans le système). Si c'est à ça que pense Nilsou, c'était pas très clair dans son commentaire.
    ducon tient un point important, mais je pense que ce n'est qu'un sous ensemble d'un problème plus vaste. Mais effectivement le résultat pratique c'est que 80% des professeurs et maitre de conférences passent leur vie à faire de la paperasserie, notamment pour monter des dossiers servant à chercher du budget pour survivre. Ce qui aboutit au fait que la recherche ne fini que par tenir plus que sur du taf des "petites mains", les autres étant trop occupés. C'est très inefficace sur le fond puisque ceux qui pourraient accumuler des connaissances et être le plus efficace sont ceux qui ont le plus d'autres choses à faire. La nécessité de sans cesse justifier de son travail d'un point de vue quantitatif également aboutit au fait que beaucoup vont se retrouver à passer leur temps en écriture, en conf etc... sur un thésard ou un stagiaire c'est suffisamment faible pour être négligeable, sur un maitre de conférence ou un prof ça commence à remplir le calendrier, et ça plus plus ça font que ... A la fin ils ne restent plus grand chose.

    Ça c'est l'effet final du problème, mais les raisons sous-jacente qui mènent à ça sont complexes et longue à détailler.

  19. #1549
    Ca dépend des institutions, de la discipline (oui) et du fonctionnement du laboratoire en tant que tel voire même du sujet de recherche.
    Pour préciser : Mon laboratoire est en partenariat avec un laboratoire de math. Même si je comprends toujours rien à ce qu'ils font, c'était toujours un plaisir d'aller voir parce que c'est le chill pur. Ils ont une cheffe qui fait la paperasse pour tout le monde, et donne son avis sur les projets de chacun. Et les autres chercheurs ne font que de la recherche et mettent la main dans le cambouis s'il le faut. Ils ont pas vraiment de pression pour publier à ce que je vois. Maintenant les mecs ont juste besoin d'un ordi et d'un stylo. Même les données qu'ils ont, ce n'est pas eux qui les produisent et n'ont qu'à demander l'autorisation.

    Mon labo, beaucoup plus interventionnel, eux, le grand chef signe les papiers et mangent les petits fours pour avoir du financement, pendant que les permanents font la paperasse et les petits mains font le boulot. Il y a une pression de publier (mais ce n'est pas pire qu'ailleurs).

    Enfin, je suis en collaboration avec un labo de science humaine. Et là, ça me parait être plus la norme. Les permanents font leur trucs, les thésards font leur truc et les DR font leur truc et chacun se démerdent et se sent seul. D'ailleurs, j'avais halluciné quand pour mon premier papier, on m'avait demandé de le signer tout seul, alors que plusieurs personnes s'y étaient impliqués d'une manière ou une autre. Je croyais sincèrement de mettre fait niquer.. mais en fait c'était habituel dans le milieu. A la rigueur il y a une team de 2 (DR et thésard et parfois l'ingénieur) mais chacun contribue à la paperasse et à la recherche de financement. Et si un mec à plus de 2 thésard il est vu comme un glandu ou alors il doit être très très très bon.

    Puis, il y a ceux que je rencontre dans mon école doctorale. Où dans leur labo, tout le monde est en recherche à mi-temps, thésard, permanent compris. C'est généralement le chill complet (des thèses qui durent 5-6 ans, pas de pression de publi et publier dans un journal régional n'est pas un soucis... ce sont les seuls mecs en conférence qui recherche vraiment à discuter avec le public pour améliorer leurs études ).

    Bref, ça dépend rien qu'en France. A l'étranger, je n'ai jamais mis les pieds à l'étranger, mais rien qu'en regardant des publis dans mon domaine, parfois le labo est ultra spécialisé dans un truc. Alors je ne sais pas qui fait quoi, mais au moins tout le monde à l'air d'aller dans le même sens. Alors que d'autres, ben... j'ai plus l'impression que ce sont des prestataires de service tellement y'a aucune focalisation (alors même qu'ils sont dans des universités préstigieuses).

    Donc, AMHA, c'est extrêmement difficile de faire une généralisation.
    Dernière modification par Molina ; 14/11/2019 à 14h06.
    Bon blog de critique littéraire : https://gnossiennes.wordpress.com/

  20. #1550
    Quant à la distinction monde occidental // le MONDE...

    Ben, je suis désolé. Mais dans ma discipline un bon papier asiatique dans ma biblio, il y en a pas beaucoup. J'ai un indien mais qui a fait ses armes aux USA, et plusieurs papiers coréens de grandes ampleurs.
    Bon blog de critique littéraire : https://gnossiennes.wordpress.com/

  21. #1551
    Citation Envoyé par Nilsou Voir le message
    ducon tient un point important, mais je pense que ce n'est qu'un sous ensemble d'un problème plus vaste. Mais effectivement le résultat pratique c'est que 80% des professeurs et maitre de conférences passent leur vie à faire de la paperasserie, notamment pour monter des dossiers servant à chercher du budget pour survivre. Ce qui aboutit au fait que la recherche ne fini que par tenir plus que sur du taf des "petites mains", les autres étant trop occupés. C'est très inefficace sur le fond puisque ceux qui pourraient accumuler des connaissances et être le plus efficace sont ceux qui ont le plus d'autres choses à faire. La nécessité de sans cesse justifier de son travail d'un point de vue quantitatif également aboutit au fait que beaucoup vont se retrouver à passer leur temps en écriture, en conf etc... sur un thésard ou un stagiaire c'est suffisamment faible pour être négligeable, sur un maitre de conférence ou un prof ça commence à remplir le calendrier, et ça plus plus ça font que ... A la fin ils ne restent plus grand chose.

    Ça c'est l'effet final du problème, mais les raisons sous-jacente qui mènent à ça sont complexes et longue à détailler.
    Molina a donné des éléments de réponse qui relativisent les choses entre les disciplines, comme j'ai tendance également à le penser.

    Sur ce dernier point (celui que je cite). Oui, la charge de paperasserie a augmenté dans les deux-trois dernières décennies. Mais pas dans les proportions que tu mentionnes. En tout cas, pas dans ce que je vois autour de moi (labos 61e en France). Je suis PU, chef de dept d'IUT, responsable d'une équipe de 10 ES, membre de diverses instances et conseils. Je dépose des projets de recherche (et d'enseignement d'ailleurs) pour aider les MdC de mon équipe. Mais j'ai encore le temps d'encadrer mes doctorants (correctement j'espère) et de bosser sur mes recherches propres. Avec des horaires très raisonnables. Je trouve exagéré de dire qu'un PU ne fait plus que de l'administratif. J'en ai plus que les MdC, mais cela me semble logique. Et cela correspond à ce que je vois autour de moi. Ceux qui me semblent débordés (PU ou MdC) sont ceux qui enquillent les heures complémentaires. Ce qui est loin d'être une obligation.

    Bref c'est le lieu commun de dire que "l'on ne fait plus que de l'administratif", mais la réalité que j'observe n'est pas celle-là. Cela me parait donc abusif de généraliser.
    Rien ne me choque moi, je suis un scientifique ! - I. Jones

  22. #1552
    Citation Envoyé par Molina Voir le message
    Quant à la distinction monde occidental // le MONDE...

    Ben, je suis désolé. Mais dans ma discipline un bon papier asiatique dans ma biblio, il y en a pas beaucoup. J'ai un indien mais qui a fait ses armes aux USA, et plusieurs papiers coréens de grandes ampleurs.
    Dans ma discipline, le traitement d'images satellites, il y avait pas mal d'asiatiques, de chinois en fait. Et ce qu'ils faisaient était pas mauvais.
    Citation Envoyé par Julizn
    Sinon, moi j'en ai jamais utilisé. Le gingembre frais ça s'achète en petite quantité. Y'a des glucides partout, dans les systèmes communistes.

  23. #1553
    A force de pirater Airbus, forcément
    C'est comme le C919, entièrement conçu à partir de technos volées...

  24. #1554
    Citation Envoyé par Aghora Voir le message
    Dans ma discipline, le traitement d'images satellites, il y avait pas mal d'asiatiques, de chinois en fait. Et ce qu'ils faisaient était pas mauvais.
    Je suis certain que dans certains domaines, les asiatiques ou d'autres régions du monde peuvent être meilleur. Juste ... pas dans la mienne qui est largement dominé par les USA, Canada et l'Australie.
    Et il y a plein de raisons pour cela, notamment historique et politique.
    Bon blog de critique littéraire : https://gnossiennes.wordpress.com/

  25. #1555
    Y'a une volonté politique claire de soutien à la recherche en Chine, avec des milliards mis sur la table pour fonder des campus, former des générations de chercheurs et planifier l'effort de recherche sur le long terme.
    Tant mieux d'ailleurs, parce que parmi les chinois, on trouve aussi de sacrés cons.

    A côté de ça, forcément, les ANR font peine à voir. Quand tu soutiens d'un côté et détruis de l'autre, faut pas s'étonner de ce qui va se produire ou s'est déjà produit d'ailleurs.
    Mais tu comprends, faut bien libérer des crédits pour le CIR, le reste on s'en fout.

  26. #1556
    Citation Envoyé par Molina Voir le message
    Ca dépend des institutions, de la discipline (oui) et du fonctionnement du laboratoire en tant que tel voire même du sujet de recherche.
    Pour préciser : Mon laboratoire est en partenariat avec un laboratoire de math. Même si je comprends toujours rien à ce qu'ils font, c'était toujours un plaisir d'aller voir parce que c'est le chill pur. Ils ont une cheffe qui fait la paperasse pour tout le monde, et donne son avis sur les projets de chacun. Et les autres chercheurs ne font que de la recherche et mettent la main dans le cambouis s'il le faut. Ils ont pas vraiment de pression pour publier à ce que je vois. Maintenant les mecs ont juste besoin d'un ordi et d'un stylo. Même les données qu'ils ont, ce n'est pas eux qui les produisent et n'ont qu'à demander l'autorisation.

    Mon labo, beaucoup plus interventionnel, eux, le grand chef signe les papiers et mangent les petits fours pour avoir du financement, pendant que les PU, maitre de conf etc... font la paperasse et les petits mains font le boulot. Il y a une pression de publier (mais ce n'est pas pire qu'ailleurs).

    Enfin, je suis en collaboration avec un labo de science humaine. Et là, ça me parait être plus la norme. Les permanents font leur trucs, les thésards font leur truc et les DR font leur truc et chacun se démerdent et se sent seul. D'ailleurs, j'avais halluciné quand pour mon premier papier, on m'avait demandé de le signer tout seul, alors que plusieurs personnes s'y étaient impliqués d'une manière ou une autre. Je croyais sincèrement de mettre fait niquer.. mais en fait c'était habituel dans le milieu. A la rigueur il y a une team de 2 (DR et thésard et parfois l'ingénieur) mais chacun contribue à la paperasse et à la recherche de financement. Et si un mec à plus de 2 thésard il est vu comme un glandu ou alors il doit être très très très bon.

    Puis, il y a ceux que je rencontre dans mon école doctorale. Où dans leur labo, tout le monde est en recherche à mi-temps, thésard, permanent compris. C'est généralement le chill complet (des thèses qui durent 5-6 ans, pas de pression de publi et publier dans un journal régional n'est pas un soucis... ce sont les seuls mecs en conférence qui recherche vraiment à discuter avec le public pour améliorer leurs études ).
    Je te rejoint totalement sur tout ces diagnostique et si tu ne les avait pas écris j'aurais moi même parler en exemple du cas des labos de math VS les cas de labo applicatifs et des labos de sciences humaines.
    Là ou je ne te rejoint pas c'est ceci :

    Citation Envoyé par Molina Voir le message
    Donc, AMHA, c'est extrêmement difficile de faire une généralisation.
    Car il y a des raisons pour lesquelles les labos de mathématique durs sont généralement moins touchés par le phénomène (c'est partout, dans ma fac aussi) alors que d'autres type de labo sont très touché.
    Une fois que tu pose ces raisons il y a une cohérence qui se dégage, amha.

    Par exemple, sans même remonter à la source de ces phénomènes, il suffit de constater que le domaine des sciences sociales, leur publis c'est du pourris jusqu’à la moelle (pour bosser avec eux, donc je pèse mes mots). Si c'est la mode de publier sur les autistes dans le monde, parce que ... bah pour aucune raison en fait, jusqu’à parce que les financeurs, ça leur va bien d'afficher un badge "sauveur de la cause des autiste, finance le monde de la recherche", que les états suivent, que les parents y croient et qu'en moins de deux ça fait boule de neige. Le domaine des sciences sociales (et partiellement des sciences médicales) est alors très touché par ces phénomènes de "hype" ou de "bulle spéculative de recherche", appelle ça comme tu veut. Et automatiquement ça implique que tout les phénomenes pervers qui y sont lié en découlent : les permanents passent leur vie à faire de la communication pipeau pour justifier de ces financements, les autres taf sur le sujet mais sans trop y croire puisque c'est un peu de l'alimentaire, donc tout le monde vis dans son coin en mode détaché.

    Dans le domaine de l'IA, dans lequel j'ai bossé la majeur partie du temps, c'est à peu prés du même tonneau, quelque soit l'endroit. Parce que la hype énorme et les attente des financeurs vient biaiser complétement le domaine et engrange automatiquement une tonne de pipeau-recherche, avec tout les effets pervers qui en découle. (idem)

    Faut pas chercher bien loin pour saisir pourquoi ça ne touche guère le monde des mathématique dure. C'est parce que tout le monde s'en fout . Du coups ouais ils sont dans leur coin tranquille, ce qui leur permet surement de faire de la recherche de qualité, mais à mon avis, la moyenne de financement entrant sur les laboratoire de mathématique pure doit n’être qu'une portion ridicule de ce qu'engrange un laboratoire de science humaine.

    Du coups à mon sens si, il y a une raison théorique derrière tout ça, qui te permet de faire des prédictions ensuite d'ailleurs.

    - - - Mise à jour - - -

    Citation Envoyé par Molina Voir le message
    Quant à la distinction monde occidental // le MONDE...

    Ben, je suis désolé. Mais dans ma discipline un bon papier asiatique dans ma biblio, il y en a pas beaucoup. J'ai un indien mais qui a fait ses armes aux USA, et plusieurs papiers coréens de grandes ampleurs.
    Yep, c'était juste pour dire que je ne connais pas le monde de la recherche orientale (sauf un peu japonaise puisqu'on bosse avec eux et un tout petit peu Ukrainienne, mais c'est un peu particulier) donc je ne parle que de la partie que je connais, ou les mode de financement, qui me semblent être la contrainte principale, sont relativement homogène aujourd'hui dans le monde occidental. En partant de cette hypothèse ça permet de tracer une généralité "grosso-merdo" sur le monde occidental. Qui en moyenne, dans mon experience en tout cas, se vérifie assez bien.

    - - - Mise à jour - - -

    Citation Envoyé par Helix Voir le message
    Molina a donné des éléments de réponse qui relativisent les choses entre les disciplines, comme j'ai tendance également à le penser.

    Sur ce dernier point (celui que je cite). Oui, la charge de paperasserie a augmenté dans les deux-trois dernières décennies. Mais pas dans les proportions que tu mentionnes. En tout cas, pas dans ce que je vois autour de moi (labos 61e en France). Je suis PU, chef de dept d'IUT, responsable d'une équipe de 10 ES, membre de diverses instances et conseils. Je dépose des projets de recherche (et d'enseignement d'ailleurs) pour aider les MdC de mon équipe. Mais j'ai encore le temps d'encadrer mes doctorants (correctement j'espère) et de bosser sur mes recherches propres. Avec des horaires très raisonnables. Je trouve exagéré de dire qu'un PU ne fait plus que de l'administratif. J'en ai plus que les MdC, mais cela me semble logique. Et cela correspond à ce que je vois autour de moi. Ceux qui me semblent débordés (PU ou MdC) sont ceux qui enquillent les heures complémentaires. Ce qui est loin d'être une obligation.

    Bref c'est le lieu commun de dire que "l'on ne fait plus que de l'administratif", mais la réalité que j'observe n'est pas celle-là. Cela me parait donc abusif de généraliser.
    Perso je ne connais aucun PU qui vient manipuler sur la paillasse pendant des temps suffisamment raisonnable. Qui encadre bien ses doctorants, oui, pas de soucis. Mais qui fait de la recherche lui même, vraiment à la marge.
    La seule exception que je connaissais (et c'était un mec génial d'ailleurs) c'est parce que le mec était sur un mode de financement très particulier de plusieurs états qui lui interdisait d'encadrer et de donner des cours (il avait 70h max) . De facto ... bah il faisait beaucoup de recherche. Mais c'est bien le seul exemple que j'ai observé. Et ça démontre bien l'impact du mode de financement et de ce qui est demandé sur le comportement sortant.


    Le cas est encore pire dans les labos applicatifs (médecine, sciences humaines, infos, etc...) ou la majorité de la recherche se fait les mains dans le cambouis. Dans ces discipline j'ai juste jamais vu un PU dans les salles de manip, sauf pour faire coucou.
    Dernière modification par Nilsou ; 14/11/2019 à 21h45.

  27. #1557
    Citation Envoyé par Nilsou Voir le message
    Perso je ne connais aucun PU qui vient manipuler sur la paillasse pendant des temps suffisamment raisonnable. Qui encadre bien ses doctorants, oui, pas de soucis. Mais qui fait de la recherche lui même, vraiment à la marge.
    La seule exception que je connaissais (et c'était un mec génial d'ailleurs) c'est parce que le mec était sur un mode de financement très particulier de plusieurs états qui lui interdisait d'encadrer et de donner des cours (il avait 70h max) . De facto ... bah il faisait beaucoup de recherche. Mais c'est bien le seul exemple que j'ai observé. Et ça démontre bien l'impact du mode de financement et de ce qui est demandé sur le comportement sortant.


    Le cas est encore pire dans les labos applicatifs (médecine, sciences humaines, infos, etc...) ou la majorité de la recherche se fait les mains dans le cambouis. Dans ces discipline j'ai juste jamais vu un PU dans les salles de manip, sauf pour faire coucou.
    Voila, toi tu n'en connais pas. Moi si.
    C'est donc bien la preuve que ton expérience ne peut se généraliser.

    - - - Mise à jour - - -

    Ceci dit, plus spécifiquement, le rôle d'un PU est principalement de faire de l'encadrement (de thèse, d'équipes) et de la recherche de financement.
    Si un prof fait bien moins de recherche directe qu'un MdC, cela ne me choque pas.
    Rien ne me choque moi, je suis un scientifique ! - I. Jones

  28. #1558
    Citation Envoyé par Helix Voir le message
    Ceci dit, plus spécifiquement, le rôle d'un PU est principalement de faire de l'encadrement (de thèse, d'équipes) et de la recherche de financement.
    Si un prof fait bien moins de recherche directe qu'un MdC, cela ne me choque pas.
    Je me demande bien pourquoi on se bat pour passer PR alors... bon, je suis dans une discipline où y'a pas de manips, mais honnêtement, la perspective d'une augmentation (assez substantielle à l'échelle d'une dizaine d'années, il faut le reconnaître) n'aurait pas été suffisante pour me motiver - il m'arrive de me demander si j'ai pas fait une connerie d'ailleurs. Dans mon domaine, on attend plus de prises de responsabilités d'un PR, mais on s'attend à ce qu'il fasse le même type de recherche qu'avant.

  29. #1559
    Pareil, j'ai croisé du PU ou du DR qui vient faire son tour de garde la nuit quand une grosse manip doit être surveillée plusieurs jours. Pour certains c'était même un moyen de "faire de la vraie science" après avoir passé la journée dans des réunions bullshit. Pour d'autres, seulement contraints et forcés parce que le thésard est dans le coma , mais ils l'ont quand même fait. Et puis quand l'instrument est sur le robot martien, je t'assure que c'est le PU qui vient se mettre derrière l'écran de contrôle du centre spatial, pour rien au monde il ne laisserait ça à quelqu'un d'autre...
    Mais sinon je suis "petite main" depuis 10 ans, d'abord en thèse puis en post doc, et j'ai pas la certitude que la science aurait été mieux faite par un PU. Donc merci, mais ce mode de fonctionnement est pas trop mal quand même (tant que les postdocs durent pas trop longtemps ): comme l'écrit Helix, le boulot des chercheurs expérimentés est avant tout d'encadrer et d'avoir la vision globale qui permet la recherche de financement.

    Nilsou exagère beaucoup, mais il a pas tort sur le fait que les enseignants chercheurs pourrait être dispensés de pas mal de boulot chronophage et peu utile sans que ça tue la recherche française, bien au contraire. Dans 2 labos différents en France, j'ai vu des MCF, CR se prendre la tête de comité Théodule en réunion interminable pour la préparation de l'évaluation HCERS (ça a peut-être changé de nom), l'évaluation elle même, puis le bilan de l'évaluation, la réunion de plateau technique, réorganisation des masters (sérieux? en 2 ans les choses changent tellement que l'organisation des masters doit changer?), conseil de machin, .... À chaque fois ça leur occupe leurs journées sans que la recherche puisse beaucoup avancer. Je dis pas que certains collègues ne camouflent pas leur incompétence en passant leur vie à organiser des réunions, mais tout ça ne me donne absolument pas envie de devenir MdC.

    Depuis 3 ans, et encore pour deux mois, je travaille dans un institut américain où les chercheurs ont pour seule contrainte de trouver leurs financements. Pas d'enseignement, pas d'étudiants, ils doivent juste gérer leurs postdocs (dont je fait partie). Bin l'ambiance est un peu différente de ce que j'ai connu en France. Beaucoup moins de réunions, et quand il y en a elles sont consacrées à la science dans 80% des cas. Beaucoup plus facile d’interagir avec les collègues puisqu'ils ne passent pas leur vie en réunion. Même la demande de pognon est plus facile parce du personnel est là spécialement pour aider à gérer la partie pognon et l’interaction avec l'agence de financement. Et faut reconnaître qu'il y a pas mal plus d'appels d'offres avec plus de pognon qu'en France, ce qui retire un peu la pression de voir sa demande rejetée.

    C'est pas spécialement un modèle à suivre parce que si tes demandes de financements sont rejetées, tu vires et on trouve quelqu'un d'autre. Et on est à la merci des phénomènes de hype décrits par Nilsou. Si l'EPA décide que tel polluant est important, bin tout le monde va soudainement se trouver un intérêt pour lui et il se trouvera que tout le monde à l'outil idéal pour mesurer ce polluant dont on se foutait il y a deux semaines...

  30. #1560
    Citation Envoyé par Came Yon Voir le message
    Dans 2 labos différents en France, j'ai vu des MCF, CR se prendre la tête de comité Théodule en réunion interminable pour la préparation de l'évaluation HCERS (ça a peut-être changé de nom), l'évaluation elle même, puis le bilan de l'évaluation, la réunion de plateau technique, réorganisation des masters (sérieux? en 2 ans les choses changent tellement que l'organisation des masters doit changer?), conseil de machin, .... À chaque fois ça leur occupe leurs journées sans que la recherche puisse beaucoup avancer. Je dis pas que certains collègues ne camouflent pas leur incompétence en passant leur vie à organiser des réunions, mais tout ça ne me donne absolument pas envie de devenir MdC.
    Il faut reconnaître qu'il y a pas mal de tâches un peu lourdes à assumer, et si c'est normal de considérer que les PR sont censés en prendre les plus lourdes (pourquoi? bah... ils ont souvent plus de bouteille, et puis ils sont mieux payés - j'assume), l'administration de la vie académique fait partie des missions des enseignants-chercheurs, MCF comme PR (les fameuses trois moitiés: moitié enseignement, moitié recherche, moitié admin). Et c'est triste à dire, mais quand il s'agit d'évaluer l'activité d'un MCF en vue d'une promo (passage PR, mais aussi accès à la hors classe), l'implication administrative est un point qui va souvent départager des candidats (c'est plus facile que de comparer des dossiers scientifiques qui ne parlent pas de la même chose).

    Ensuite, quand les choses sont faites correctement et que l'encadrement en PR est suffisant, normalement les plus lourdes charges sont refilées aux PR. Quand j'ai eu ma promo, je me suis fait refiler la responsabilité du Master (j'ai remplacé un MCF qui avait pas mal d'expérience); boulot que j'ai refilé quelques années après à un collègue qui venait d'avoir sa promo, lequel est en train de faire pareil avec le suivant. C'est un peu un passage obligé, la grande majorité des nouveaux PR que j'ai vus recrutés après moi se sont vus refiler des trucs lourds (responsabilité de formations à 200 ou 300 étudiants, responsabilité d'équipe, d'école doctorale, ça va jusqu'au futur directeur d'un labo de 300 personnes); les rares qui ne jouent pas ce jeu sont quand même assez mal vus en général, y compris s'ils ont une activité scientifique indiscutable.

Page 52 sur 53 PremièrePremière ... 24244454647484950515253 DernièreDernière

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •