Crunchez vos adresses URL
|
Rejoignez notre discord
|
Hébergez vos photos
Page 1 sur 37 12345678911 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 1095
  1. #1
    La suite de ça :
    http://forum.canardpc.com/threads/28...A0-la-retraite


    C'est quoi le foot US ?
    Il s'agit d'un sport qui ressemble au rugby, où les deux équipes tentent d'emmener le ballon jusque dans la zone d'en-but adverse pour marquer des points et remporter le match en faisant le plus gros score.
    Mais surtout, le football Américain est un jeu où l'on tente en permanence de gagner du terrain.
    D'un côté l'équipe attaquante possède le ballon et doit marquer un "touchdown" tandis qu'en face, l'autre équipe va tout faire pour l'en empêcher. Pour cela, le "quaterback" qui reçoit le ballon lors de l'engagement peut le faire avancer en faisant une passe à un "Wide Receiver" (receveur), en le confiant à un "Running Back" (coureur), ou en décidant de courir lui-même. Puis lorsque la défense parvient à immobiliser celui qui porte le ballon, soit en le plaquant au sol, soit en le bloquant (imaginez cinq types qui poussent de chaque côté et tout le monde qui fait du surplace), les arbitres sifflent la fin de cette action appelée "down". La limite, elle, repose sur le fait que l'équipe attaquante ne dispose que 4 downs pour faire avancer la balle d'au moins dix yards. Lorsqu'elle y parvient, on repart pour dix nouveaux yards avec 4 downs, en partant de l'endroit où le porteur de la balle s'est arrêté.
    Est-ce que l'attaque est avantagée pour autant ? Pas du tout, puisque la défense permet à son équipe de récupérer le ballon et d'attaquer à son tour, si l'équipe adverse ne fait pas plus de 10 yards avant la fin de son quatrième down. De plus, les "turnover" leur permettent de reprendre immédiatement le contrôle du ballon. Pour cela, il suffit qu'un défenseur fasse une "interception" en attrapant la balle lors d'une passe, ou qu'il en reprenne le contrôle lors d'un fumble après qu'un attaquant l'ai laissée tomber.
    Au final, lorsque l'équipe en attaque arrive à son quatrième down sans avoir passé les 10 yards et sans être à portée pour un "field goal" (on en reparle après) , elle se retrouve confrontée à deux solutions. Tout d'abord, elle peut décider de tenter malgré tout d'atteindre les 10 yards, en prenant le risque de donner la possession du ballon à l'équipe adverse là où elle s'est arrêtée, en cas d'échec.
    L'autre solution, beaucoup plus fréquente, consiste à faire un punt. Ici, "l'offense" se fait remplacer par la "special team" qui a une mission très simple-: envoyer le ballon au "punter" qui se tient en retrait et laisser ce dernier dégager la balle le plus loin possible à l'aide d'un coup de pied. Ensuite, il suffit d'immobiliser rapidement le joueur qui reçoit le ballon pour que le premier down de l'attaque adverse soit au plus loin de la zone d'en-but, afin de laisser le temps à la défense de trouver une parade.

    A quoi ressemble le terrain?
    A ça.

    A gauche et à droite se trouvent les end zones, les zones d'en-but que doivent atteindre les joueurs pour marquer des points. Ensuite, chaque petit trait indique un yard, tandis que les traits épais sont placés tous les cinq yards et que les lignes de dizaines sont entourées de leurs chiffres respectifs. On part de 50 yards au centre, puis on diminue de dix en se rapprochant des end-zone, pour que le public sache combien de yards sont encore à parcourir.

    Comment on calcule les scores ?
    Lorsqu'un joueur transporte ou reçoit la balle dans la zone d'en-but, c'est un touchdown et l'équipe gagne six points. Ensuite, les attaquants ont droit à une deuxième action, durant laquelle ils ont le droit de "kicker" la balle pour la faire passer entre les poteaux. En cas de réussite, un point est ajouté. Mais il est également possible de ne pas kicker et de tenter un second touchdown. Une stratégie plus délicate à mettre en œuvre, mais qui vaut deux points en cas de réussite.
    Et lorsque les coachs sentent que leurs attaquants ne vont pas pouvoir atteindre la zone d'en-but adverse (Et à condition que celle-ci ne soit généralement pas à plus d'une quarantaine de yards.), il leur reste la possibilité de faire intervenir leur special team dans un down pour que celle-ci tente un field goal. En gros, le centre n'engage pas en envoyant le ballon au quaterback, mais à un joueur qui va la positionner au sol, pour que le kicker qui attend en retrait vienne taper dedans. Si ce dernier parvient à faire passer la balle entre les poteaux de la zone d'en-but adverse, il fait gagner trois points à son équipe.
    Enfin, la dernière façon de marquer des points, beaucoup plus rare, s'appelle le "Safety". Pour marquer un safety, il faut que l'attaquant qui porte le ballon soit plaqué dans sa propre zone d'en-but, ce qui va alors rapporter deux points à l'équipe qui était pourtant en défense. Notons qu'il est possible que le porteur du ballon, sur demande de son coach, pose le genou à terre après l'engagement pour marquer le safety, mais cela reste encore plus rare qu'un safety classique.

    Comment est composée une équipe ?

    Au football américain, chaque équipe se compose de 53 joueurs, qui se répartissent dans trois groupes de onze hommes. On retrouve donc l'offense (l'attaque) qui va tenter de marquer des points, la defense (La défense. Ben oui.) qui va tout faire pour limiter la casse et l'équipe spéciale, généralement composée de défenseurs et d'attaquants très bons dans des domaines précis, voir des spécialistes qui ne jouent que dans ces configurations, comme les kickers et les punters. Leurs missions ? Faire le lien dans les situations qui ne concernent pas vraiment l'offense ou la defense, comme le field goal, l'extra point après un touchdown et le punt.
    Mais pourquoi avoir 53 joueurs quand une trentaine de joueurs semble suffire ? Il ne faut pas perdre de vue que le football américain est un jeu très explosif, où certaines actions peuvent vider l'énergie d'un ou des joueurs pour un bon quart d'heure et qui occasionne de nombreuses blessures. De ce fait, les coachs doivent compter sur de nombreux remplaçants pour laisser souffler ceux qui commencent à s'épuiser et relayer ceux qui sortent sur une civière.

    Quelles sont les fautes les plus fréquentes ?
    Le règlement de la NFL est indigeste pour la plupart des mortels qui n'ont pas pu grandir en étant bercés par ce sport, notamment à cause de nombreuses sous variantes qui ont tendance à donner des noms différents pour des fautes qui se ressemblent beaucoup. Mais d'une façon générale, le holding est sans doute la plus commune de doutes et consiste (en gros) à retenir un joueur au lieu de le pousser ou de le bousculer. Ensuite, la pass interference punit un défenseur qui se contente de toucher un attaquant lors d'une passe pour l'empêcher de recevoir le ballon. Enfin, les offside et autres encroachement punissent ceux qui dépassent la ligne de mêlée avant l'engagement.

    Comment sont gérées les fautes ?

    Les fautes sont étroitement surveillées en NFL par pas moins de sept arbitres sur le terrain. Chacun à un rôle bien précis, comme surveiller les actions à l'encontre du quaterback ou compter les joueurs de la défense. Et lorsque leurs yeux ne suffisent plus, ces derniers font appel à la vidéo, notamment lorsque la réalité d'une faute est contestée par un coach. Ensuite, lorsqu'une faute est constatée, l'arbitre principal (que l'on reconnaît à sa casquette blanche) annonce la pénalité au micro selon un découpage précis-: "Nom de la faute / Camp concerné (offense ou defense) / N° du joueur / Nombre de yards de pénalité / Numéro du down auquel l'action va reprendre"
    Par exemple-: "Holding, offense number 49, 10 yards penalty, third down."
    Finalement, la "line of scrimmage" (ligne de mêlée) du prochain down recule d'autant de yards qu'indiqué si la faute vient d'être provoquée par l'offense. Et si celle-ci vient d'être faite par la défense? La ligne d'engagement avance d'autant et l'attaque peut même éventuellement bénéficier d'un first down automatique.

    Combien de temps dure un match ?
    Un match de NFL est composé de 4 quart-temps de 15 minutes. Les équipes changent de côté à chaque quart temps mais il n'y a qu'une seule pause d'un quart d'heure, entre la fin du deuxième et le début de troisième quart-temps.
    Sur le papier, un match dure donc une heure. Mais dans les faits, l'omniprésence des arrêts de jeu provoqués par chaque down pousse les match aux alentours des trois heures. Ça peut sembler long, surtout après une énième page de pub où un quaterback vient nous vanter les mérites d'un yaourt, mais la NFL semble vouloir réduire les temps morts et la durée totale des matchs, grâce à des décisions qui seront appliquée à partir de la saison 2017.

    Comment se joue le championnat de la NFL ?
    La NFL dispose de 32 équipes, réparties dans deux conférences de 16 équipes-: l'AFC et la NFC. Chaque conférence est elle même divisée en quatre divisions (Nord, Sud, Est, Ouest) qui comprennent toutes 4 équipes qui vont jouer un peu plus souvent entre-elles, ce qui donne lieu à des rivalités parfois intenses. Il n'y a cependant pas de restrictions au niveau des matchs, puisque les équipes peuvent s'affronter indépendamment de leurs conférences d'origine. Cela permet tout simplement de distribuer des "lots de consolation" après chaque saison en déclarant un champion pour chaque conférence et chaque division.

    La pré-saison commence début Août et permet aux équipes d'effectuer quatre matchs amicaux qui servent à peaufiner leurs réglages, à tester certains joueurs en conditions réelles, etc...
    La vraie saison, elle, démarre début Septembre et toutes les équipes jouent 16 matchs en 17 semaines. Au terme de ces matchs, les douze meilleures équipes vont se retrouver aux playoffs dans des matchs d'élimination, jusqu'à ce que les deux dernières équipes s'affrontent lors du Super Bowl, la grande finale de la saison qui a lieue en Février dans un stade sélectionné d'avance.

    On peut voir les matchs quels jours et à quelle heure ?
    Chaque semaine, un premier match dans lequel les équipes utilisent leurs tenues "color rush" s'effectue dans la nuit du Vendredi au Samedi, entre 2h25 et 5h30 du matin.
    Ensuite, l'essentiel des matchs sont joués le Dimanche, de 19h à environ 1h30 du matin et le dernier match du jour se joue le Lundi de 2h25 à 5h30.
    Enfin, le dernier match de la semaine se joue dans la nuit du Lundi au Mardi, toujours de 2h25 à 5h30.

    Comment peut-on voir les matchs ?
    La chaîne beIN SPORTS diffuse quelques matchs. Vous pouvez commencer par là si vous n'êtes pas sûr d'accrocher, même si vous n'avez pas déjà cette chaîne, car cela ne vous coûtera qu'une quinzaine d'euros pendant un mois ou deux, le temps de vous décider.
    Ensuite, si vous n'avez plus aucun doute, le NFL Game Pass est la solution. Une solution à 180€ par an, certes... Mais pour ce prix, vous aurez accès à la chaîne de télé NFL Network, ainsi que toutes ses émissions et surtout, un accès à tous les matchs en direct ou en rediffusion à la demande. Autre avantage, le Game Pass permet aussi de regarder Red Zone, une émission qui condense en direct tous les matchs du Dimanche, en zappant de l'un à l'autre pour montrer les belles actions et résumer la situation de chaque terrain.

    Comment déchiffrer les informations, lorsqu'on est devant un match ?

    1 : Le quart-temps actuellement joué et le temps restant. Ici, le match en est au premier quart-temps et il reste encore 10 min 33 à jouer.
    2 : Le score. Ici, les Tennessee Titans et les San Diego Chargers (qui ont d'ailleurs déménagé à Los Angeles il y a peu) sont à 0-0.
    3 : Le down joué et le nombre de yards restant à parcourir pour gagner un nouveau first down. Ici, les Titans s'apprêtent à jouer leur deuxième down avec encore 10 yards à parcourir.
    4 : La "line of scrimmage" ou ligne de mêlée. Déterminée par l'endroit où s'est arrêté le dernier porteur du ballon de l'offense, cette ligne imaginaire est dessinée pour aider les téléspectateurs. Habituellement, celle-ci est bleue, mais certaines chaînes ont leur propre code de couleurs.
    5 : Le panneau d'indicateur de down. Peu utile pour les téléspectateur, il sert surtout à indiquer le down en cours aux joueurs et aux spectateurs du stade.
    6 : La ligne des 10 yards. La fameuse ligne que l'offense doit dépasser en portant le ballon, avant la fin de son 4ème down. Comme la line of scrimmage, celle-ci n'existe pas sur le terrain et est ajoutée pour aider les téléspectateurs à mieux visualiser l'action. Généralement en orange, même si certaines chaînes ont leur propre code de couleurs.
    7 : Les bannières des 10 yards. Reliés par une chaîne, les pieds de ces deux poteaux sont séparés de 10 yards. Lorsqu'un premier down démarre, on place un poteau au niveau du ballon, tandis que l'autre est emmené dix yards plus loin et sert de référence visuelle pour les joueurs et les spectateurs du stade. Enfin, lorsqu'on ne sait pas si le ballon a bien dépassé les dix yards, on fait venir les deux porteurs de ces bannières sur le terrain qui, sous contrôle des arbitres, placent les poteaux du point de départ jusqu'aux dixième yard. Si le nez du ballon dépasse le poteau, un premier down est accordé. Ce qui n'est pas le cas ici et donne parfois lieux à des débats sur une chaîne "trop" ou "pas assez" tendue par les porteurs.

    Pourquoi c'est bien et qu'il faut s'y mettre là, maintenant, tout de suite ?
    Parce qu'au delà de l'aspect physique, la stratégie dispose d'une place très importante dans le football américain. De part sa nature, où l'on joue un down avant de se prendre une minute pour préparer sa prochaine action, ce sport est un véritable mélange d'esprit et de muscle, où les joueurs forment le corps tandis que le coach occupe la place du cerveau.
    Pour cela, les coachs mettent donc au point des "playbook", des séries de stratégies qui définissent une action pour chaque type de joueur, la direction prise par certains, les options dont disposera le quaterback et bien sûr un nom de code parce que annoncer à voix haute "On fait une passe courte à droite!" est tout sauf une bonne idée.
    Ensuite, une fois sur le terrain, le coach et ses coordinateurs peuvent se référer à la feuille de "play call" qui résume toutes ces stratégies que les joueurs ont répété jusqu'à la nausée, afin d'en sélectionner une. Ce choix est alors communiqué par micro au quaterback qui est le seul à avoir un casque équipé d'un récepteur audio et ce dernier peut se référer au guide qu'il porte au poignet pour se rafraîchir la mémoire, avant d'informer ses équipiers de la marche à suivre.
    Bref, des stratégies qui, lorsqu'elles ne sont pas enrayées, permettent par exemple au quaterback de se connecter avec un receveur dont il connaît la trajectoire exacte, tandis que ce dernier sait exactement quand se retourner pour prendre le ballon qui va venir dans sa direction.
    Mais surtout, toujours en raison de son côté "haché" où les actions sont entrecoupées de temps de réflexion, le foot US pousse les joueurs à être au taquet lors de chaque engagement. A tel point que les protections ne sont vraiment pas là par hasard et ne suffisent malheureusement pas à limiter les blessures qui restent très fréquentes.

    C'est quoi la Fantasy League ?
    Il s'agit d'une forme de pari sportif qui existe depuis des dizaines d'années outre-atlantique, dans lequel on rejoint une (ou des) ligue(s) fictive(s) pour y former une équipe en sélectionnant des vrais joueurs avant le début d'une saison. De là, chaque participant affronte l'équipe d'un autre chaque semaine et le vainqueur est celui dont l'équipe marque le plus de points, en sachant que ces derniers sont déterminés par les performances réelles des joueurs sur le terrain. Il y a donc un classement qui s'effectue au fil du temps et, vers la fin de la saison, les meilleurs équipes s'affrontent pour déterminer qui sera le champion de la ligue.
    On y joue entre Canards et sans argent pour rester cool. Mais pas de panique, tout le monde peut jouer, à condition de rejoindre notre ligue avant le début de la saison en Septembre. Il suffit de demander et on vous fait parvenir une invitation lorsqu'on se lance.

    Et quand la saison est terminée, on fait quoi?
    Après le Super Bowl, les équipes prennent un court break, puis profitent de l'intersaison pour se réorganiser. C'est souvent là que des gens sont virés, que d'autres sont embauchés, etc...
    Le premier événement est le Scouting Combine, fin Février, qui permet à ceux qui sont invités de venir faire mesurer leurs performances et de rencontrer des coachs, des General Managers et des scouts (des gens qui analysent les joueurs pour le compte d'une équipe). On a donc l'occasion de connaître un peu plus précisément les grands noms de demain qui sortent des équipes de Football Universitaire, en sachant que certains parmis les plus attendus vont malgré tout exploser en plein vol et que d'autres vont se faire démonter alors qu'ils sont bourrés de talent, comme Tom Brady et ses cinq Super Bowl remportés depuis le début de sa carrière.
    Vient ensuite la Draft, vers fin Avril / début Mai. Ici, une grande cérémonie étalée sur plusieurs soirées permet aux équipes de recruter un total de 256 joueurs. Dans un souci d'équité, la Draft s'organise en sept tours, dans lesquels chaque équipe est positionnée conformément aux résultats de la dernière saison. En clair, les derniers piochent en premier et vice-versa pour les vainqueurs du Super Bowl.
    Mais ce c'est pas tout, puisque les équipes peuvent également s'échanger des tours de draft, actuels ou futurs. Du genre "passez nous votre premier tour et on vous donne notre deuxième et troisième tour en échange" ou encore "laissez nous signer votre super receveur qui a tout cartonné l'an dernier et on vous donne notre premier tour de cette année et celui de l'an prochain". Ajoutez à ça quelques tours qui peuvent être enlevés aux équipes qui n'ont pas respecté certaines règles et vous obtenez finalement un classement qui est un gros bordel, où tout le monde se passe des coups de fil jusqu'à la dernière seconde.

    Mais au fait, c'est qui Roger Goodell ?

    Selon certains, Roger Goodell est le grand Satan du football. Pour d'autres, il n'est que le commissaire de la ligue.
    Une fois élu par les propriétaires des 32 équipes, le commissaire doit accomplir trois grandes missions :

    • Mener les négociations entre la NFL et les médias, afin d'assurer à la ligue des revenus et une visibilité.
    • Mener les négociations avec les syndicats de joueurs et d'arbitres.
    • S'assurer que l'image de la NFL continue d'être respectée / respectable, sur comme en dehors du terrain et d'imposer ses décisions lorsque ce n'est plus le cas.


    La première mission est actuellement accomplie correctement puisque la NFL fonctionne bien sur le plan financier, continue de passer des contrats très intéressants avec les chaînes de télévision et tente d'élargir son publique en organisant des matchs officiels en Angleterre, au Mexique et même en Chine.
    La seconde mission l'est aussi (du moins, pour la NFL), puisque les arbitres ne sont pas embauchés à temps plein et que les joueurs ont des salaires relativement bas, comparés à ce que l'on peut par exemple voir en NBA.
    La troisième mission, elle, est sujette à débat puisque Goodell a souvent été pointé du doigt pour avoir laisser couler des affaires qui nécessitaient une intervention ferme et immédiate, comme au sujet de ces joueurs qui ont pu continuer à jouer après avoir été condamnés pour des violences conjugales.
    De plus, sa volonté de faire des matchs de NFL un spectacle "tout publiques" l'a conduit à imposer des règles décriées des fans, dont une qui cadre lourdement les célébrations des joueurs. Tout n'est pas foutu pour autant puisque la règle des "célébrations excessives" vient d'être allégée, mais beaucoup de monde s'interroge désormais sur la pertinence de ne pas remettre le poste du commissaire régulièrement en jeu par le biais d'une nouvelle élection. En effet, les commissaires sont rarement remplacés et poursuivent généralement leurs fonctions jusqu'à leur retraite, ce qui peut faire des carrières de 20 ou 30 ans à ce poste. Une façon de fonctionner qui n'est plus trop dans l'air du temps et contribue à expliquer pourquoi de plus en plus de monde semble détester Goodell, lui qui semble indéboulonnable malgré ses bourdes.
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  2. #2
    *post réservé*
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  3. #3

  4. #4
    D'ailleurs c'est quoi pour vous la plus grosse rivalité en NFL? Bears-Packers? Cowboys-Redskins? Falcons-Saints? Steelers-Patriots? Jets-Giants? Les gens de bon goût-Patriots? Bills-Une victoire à un SB?
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  5. #5

  6. #6
    Perso, pour moi les rivalités les plus intéressantes sont dans les divisions nord.
    Vikings/Packers ça me parle bien (surtout avec le drama quand Brett Favre est allé là bas). Les autres rivalités sont fortes aussi mais Bears et Lions sont mauvais 80% du temps. À voir si les Bears confirment leur belle saison 2018.
    Browns/Ravens ça donne pas souvent des matchs épiques mais il y a un historique qui fait qu'à Cleveland ça déteste pas mal Baltimore (point histoire pour ceux qui l'ignorent : en 95, l'équipe des Cleveland Browns avaient déménagé à Baltimore pour devenir les Ravens. Autant dire que les supporters des Browns l'ont eu un peu beaucoup mauvaise). J'aime bien les matchs Steelers/Ravens aussi.
    L'AFC Est serait assez sympa niveau rivalité si les équipes hors Patriots n'étaient pas pitoyables depuis des décennies.
    Et sinon, toute rivalité impliquant les fans des Eagles

    EDIT : et très bon choix d'image pour illustrer un terrain de football

  7. #7
    Citation Envoyé par Balin
    que d'autres vont se faire démonter alors qu'ils sont bourrés de talent, comme Tom Brady et ses cinq Super Bowl remportés depuis le début de sa carrière

    Je n'avais jamais sa jeune tête de cette époque. On dirait Stifler d'American Pie :D
    Tu peux passer à 6 SB, non ?

  8. #8
    Citation Envoyé par Baern Voir le message
    Je n'avais jamais sa jeune tête de cette époque. On dirait Stifler d'American Pie :D
    Tu peux passer à 6 SB, non ?
    Je suis encore dans la phase de déni.
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  9. #9
    Les Patriots ont remporté des Superbowl depuis 2005 ?

  10. #10
    (L'OP est l'oeuvre de Kahn je précise)
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  11. #11
    Si tu vas dans la modif avancée, tu vas trouver des petits "3LITE" planqués partout

  12. #12
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  13. #13
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  14. #14

    Je suppose que la date n'est pas anodine

  15. #15
    Malheureusement
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  16. #16
    Emmanuel Ogbah qui part à Kansas City et ma dernière raison de tolérer les Browns par la même occasion.
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  17. #17
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  18. #18
    Deux jolis H/H à venir en NCAA.
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  19. #19
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  20. #20
    Roooh le drame si Wilson se barre...

  21. #21
    Je pense pas, il veut simplement être débarrassé des discussions avant le début de la pré-saison.
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  22. #22
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  23. #23
    Z'avez vu les casquettes pour la Draft?
    https://www.si.com/nfl/2019/04/02/nf...s-2019-new-era
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  24. #24
    Ouch. Y en a qui sont bien vilaines
    Celle de Houston a un look drapeau texan sympa par contre

  25. #25
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  26. #26

  27. #27
    On me prévient pas du changement...

    Donc je disais:

    Ayé, fini la S3 de Last Chance U.

    C'est des cinglés Enfin le coach est cinglé. T'as des joueurs, c'est assez fou de voir le décalage entre leurs buts et leur attitude. Fou aussi de voir leur histoire en fait, c'est assez touchant par moment. Ca montre aussi certaines facettes du fonctionnement universitaire.
    Envoyé depuis mon Motorola StarTac et Netscape Mail 5.23

  28. #28
    D'ailleurs Kahn tu peux fermer l'autre topic
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  29. #29
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

  30. #30
    Nuit après nuit, Arya se nommait ses exécrations. "Bjergsen, soufflait-elle à son oreiller de cailloux, PowerOfEvil, Febiven, Zven, Mithy, Svenskeren, Amazing, Jensen, Froggen, Yellowstar"

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •