PDA

Voir la version complète : DLCs: amputations, cicatrices et jeux moins chers?



alucard le mordant
17/04/2012, 22h27
Écoutant régulièrement les toasties et les reversals du site de bas gros poing, je n'ai pas échappé aux débats récurrents (et souvent très intéressants) au sujet des DLCs. J'ai notamment terminé récemment l'écoute du reversal sur le sujet et j'avais envie d'en discuter.

Je pensais déjà trouver un sujet ouvert sur le forum, mais apparemment le débat est bien plus présent sur les commentaires du site que sur ce forum. J'ai donc décidé de l'y importer. J'aurai sans doute pu ouvrir ce sujet sur le forum général mais je me suis dit que le jeu de baston avait ses particularités sur ce plan là.

D'abord mon avis:
j'ai réellement senti que nous étions passé dans l'ère du DLC en jouant à Assassin's Creed 2. Dans ce jeu on trouve une salle nous permettant d'entasser les trésors que l'on peut collecter dans le jeu. Sur un socle de cette salle se trouve le fantôme d'une armure et -en s'en rapprochant- on apprend qu'on peut se la procurer en jouant.
Plus que le manque de contenu (Assassin's Creed 2 est un jeu très long, je le trouve même trop long vu qu'il m'a très vite ennuyé) ce qui m'avait gêné c'était cette imbrication de la publicité, du commercial, pendant mon expérience de jeu. Ce fantôme d'armure était pour moi comme une atroce cicatrice dans le jeu. Alors que je voulais me plonger dans le virtuel, on me rappelait que j'étais aussi un consommateur qui avait payé un jeu avec ses sous.

Plus qu'arnaqué je me sentais comme un gamin à qui on viendrait de casser un jouet en lui mettant le sigle DLC. J'ai retrouvé cette sensation en regardant le roaster de certains jeux de combat (exemple SSFIV) et en contemplant les espaces grisés, concernant des personnages que je pouvais débloquer avec mes sous. De la même façon je trouvais sympathique le fait de pouvoir débloquer des costumes dans les jeux de combat de l'ère PS2 -sans que cela ne change fondamentalement mon expérience de jeu- ce que je reproche aux jeux qui les font payer n'est pas de m'arnaquer mais d'être tristes.

Sur le reversal de BGP:
J'ai été très intéressé par certains des arguments (ne me demandez pas de qui ils viennent) des différents podcasts de BGP. Beaucoup crient à l'arnaque avec des arguments que je trouve à la fois proches de mon ressenti mais peu convaincants:
1)les jeux seraient amputés de contenu, ils ne seraient pas complets et donc nous serions arnaqués par rapport à la génération précédente
2)plus intéressant, l'un des intervenants du reversal avait admis qu'il aurait préféré que tout le contenu de SSFIVAE soit payant (rééquilibrage plus persos supplémentaires) au lieu de ne devoir payer que les nouveaux personnages
3)c'est une arnaque quand le DLC se trouve déjà sur le disque

Ces trois arguments sont peu convaincants d'un point de vue de consommateur:
1)On passe sous silence le fait que les jeux "amputés" d'aujourd'hui ont souvent plus de contenu que les jeux complets d'hier. Un jeu comme StreetXTekken est un bon exemple: même sans ses personnages en DLCs il contient beaucoup plus de personnages que la quasi totalité des jeux de la génération précédente. Au final je vois assez peu de jeu de combats récents dont le contenu scandaliserait s'il n'y avait pas de DLCs à côté (Soul Calibur 5 éventuellement)
2)On nous dit préférer n'avoir rien de gratuit plutôt que d'avoir un DLC gratuit (la mise à jour de SSFIV)
3)Le fait qu'un DLC soit sur le disque ou non, développé en amont ou non, ne change aucunement mon plaisir de joueur

Finalement ces trois arguments se comprennent bien en se plaçant sur le territoire de l'affect, plus qu'une baisse du rapport contenu/prix, nous regrettons d'avoir l'impression de ne pas avoir de jeu "complet", alors même que cela ne signifie plus grand chose.

J'ajoute quand me plaçant d'un point de vue bassement consommateur ces pratiques de DLCs (notamment la vente de costumes sur SSFIV) m'arrange bien puisqu'elle fait baisser les prix. Ainsi j'ai pu acheter SSFIV à une vingtaine d'euros quelques mois après sa sortie, Capcom s'y retrouve sans doute avec un prix de vente aussi bas puisqu'il compte sur les joueurs prêts à dépenser des fortunes (plus de 75 euros de DLC je crois) pour changer le costume de leurs persos favoris. Ces nombreux DLC permettent de réduire le coût des jeux de baston pour les joueurs ne souhaitant pas investir dans des DLCs.

Sur les joueurs de "haut-niveau"
Je termine sur la question des joueurs de tournois, à la fois prépondérante dans les podcast de BGP et complètement étrangère à ma situation personnelle.
La critique récurrente est que les joueurs de tournois sont forcés d'acheter tous les persos en DLC pour taffer les match-up. Ils doivent payer beaucoup plus cher que les autres leurs jeux de baston. Cela m'inspire deux remarques:
-Il me semble que ce que coute le plus cher au joueur de haut niveau c'est surtout d'acheter le jeu dès sa sortie. Un joueur de haut-niveau sur KOF13 aura sans doute payé le jeu 50 euros à sa sortie (60?), aujourd'hui il est moitié moins cher sur amazon.
-Il ne me choque pas qu'un joueur de tournoi, qui va sans doute passer 10 fois plus de temps à doser son jeu que le joueur lambda, le paye plus cher. Si je décide de m'investir sur un jeu précis et d'y passer des centaines d'heures, un prix élevé ne m’arrêtera pas.

Kai Ning
18/04/2012, 01h06
Je n'ai pas écouté les podcast n'y rien, seulement... euh, en fait j'ai pas trop compris où tu voulais en venir là.
Mais alors vraiment, vraiment pas.

Le petit 1) que tu développes n'est pas valide.
Personne ne passe pas sous silence que "les jeux d'aujourd'hui sont mieux qu'avant", c'est un fait indéniable. Seulement ils restent amputé de leur contenu pour des raisons purement mercantile et par moment - comme avec SFvT - le consommateur sens qu'on le prend ouvertement pour un con et il y a un malaise.
Il suffit de lire deux ou trois article sur le sujet, les hacker ayant accédé au contenus du jeu ont expliqué en donnant des détails technique que la protection sur les perso avait été ajouté à la dernière minute de tel manière qu'on ne pouvait douter que les perso aient été amputé après coup. Même s'il est plus question de deal afin de favoriser la version vita qui elle aura le jeu initial que de faire des dlc à foison afin de tondre un peu plus le consommateur cela n'en reste pas moins assez écoeurant.

Quand à cette comparaison avec la génération d'avant... apprécierais tu qu'on t'oblige à payer un accès au minitel au même prix qu'un abonnement internet avec fibre optique, maintenant 2012 ? hey, avant on avait internet et c'était déjà pas mal, à quoi bon dramatiser si l'on ne peux pas avoir mieux ?
C'est assez simple, les standard changent et les gens ne se satisfont pas d'être de facto privé de ce qui leur revient de droit. Oui, de droit.
Le temps de développement a été prévue à l'avance, il a été terminé en temps, le consommateur paye pour avoir le produit établi dans cette période là et l'industrie du jv à de plus en plus tendance à en amputer une partie pour en augmenter la valeur artificiellement à l'aide de dlc en day-one.
Pour le reste des dlc, il ne faut pas forcément les confondre avec les extensions qui ont toujours existé.

on petit 2), j'ai pas grand chose à dire, ce n'est qu'une opinion parmi tant d'autre. Ton 3) aussi seulement là tu mélanges deux concepts totallement indépendant "la fabrication" et "l'utilisation" et c'est assez choquant quand tu essayes de voir plus loin que ça. Si si, lis la phrase suivante : Ce n'est pas parce qu'un petit chinois de 5 ans à fabriqué mes nikes que j'ai acheté 500 balles pour un salaire de 2euros par mois que ça change mon plaisir de les porter et vu que je m'en fiche du moment qu'elle sont confortable alors pourquoi en faire tout un plat ?

Quand à l'argument du prix "les dlc les font baisser" c'est une vaste blague et ça n'a strictement RIEN à voir.
Il y a une saturation du marché, il suffit de voir les chiffres de ventes de tout les jv à la baisse cette année partout dans le monde pour finir de s'en convaincre.
Trop d'offre de jeux à des prix trop élevé pour trop peu de demande de la part de consommateur touché de plein fouet par une crise économique réduisant leur pouvoir d'achat.
Des prix élevé 60-70 euro/dollars/ect... auquel ont peux rajouter presque systématiquement 10 balles de dlc day-one pour avoir un jeu complet, sans doute 3 à 4x ces 10 balles au cours de l'année à venir pour avoir la fin du jeu. Si les prix des jeux neufs baissent de moitié au minimum dans le mois qui suis leur sorti, ce n'est pas grâce au dlc, c'est uniquement parce que le marché est à un point de rupture (qui semble éternel, ça commence à faire un bail que c'est le cas) et c'est tout.

Tiens d’ailleurs, je te conseille de lire cette article. Ça n'est pas centré sur les dlc mais ça en parle un peu. Il n'en reste pas moins assez intéressant pour se faire une meilleur opinion du problème.
http://www.cinemablend.com/games/Top-Misconceptions-About-Gaming-Industry-40569.html

Attention à ne pas confondre extensions (ssf4 ae) patch (ae2012) et dlc (costumes, perso en plus sans rééquilibrage des anciens, gemmes, ect...) ceci dit. Les dlc sont un véritable fléaux, le reste non.

alucard le mordant
18/04/2012, 13h09
Là ou je veux en venir c'est que je vois une vraie raison de préférer l'ère de l'avant DLC: à cette époque les jeux ne me rappelaient pas constamment ma condition de consommateur et me laissaient tranquille en jouant.

Cependant j'entends et lis un peu partout des argumentaires indignés contre les DLCs que je trouve peu convaincants et qui -à mon avis- vont tous dans mon sens: ce qui gêne n'est pas que le principe du DLC nous lèse en tant que consommateur mais qu'il nous est antipathique pour des raisons d'incursion du commercial dans l'univers du jeu.

Je revenais sur 3 arguments qui me semblaient intéressants car à la fois bancals et permettant de mieux comprendre notre ressenti. Je reviens sur le troisième par exemple: la présence des DLCs sur le disque.
Je détache effectivement la fabrication et l'utilisation et ton parallèle avec la fabrication de Nike par des enfants de 5 ans est intéressant: les conditions de fabrication de mes baskets ne vont en effet pas changer le plaisir que j'aurai à les porter et leur rapport qualité prix de mon point de vue de consommateur. C'est parce que je porte le débat sur un plan moral que j'aurai des hésitations à acheter, on n'entendra jamais personne ne dire "des pompes très confortables et dans mon budget fabriquées par des enfants de 5 ans: c'est une arnaque". De la même façon le fait d'avoir un DLC déjà présent sur le disque n'en fait pas plus une arnaque (ça ne change rien de mon point de vu d'acheteur) que si ils étaient réellement téléchargeables. Ce qu'on aime pas c'est le modèle commercial que l'on voit derrière.

Pour le premier argument, je persiste, si Street X Tekken était sorti avec exactement le contenu présent en day-one personne n'aurait été choqué par son absence de contenu. Personne n'aurait dit que le jeu n'était pas assez complet comparé à un Virtua Fighter 5 ou un Dead or Alive 3 par exemple. C'est véritablement le fait de savoir qu'il existe des DLCs qui nous gène, plus que le manque de contenu de notre jeu (le rapport contenu/prix du jeu est très correct par rapport à un jeu plus ancien).

Pour la baisse du prix, j'y vois l'émergence d'un nouveau modèle économique, de jeu en kit, permettant à des joueurs n'ayant pas forcement l'envie de s'investir à fond d'avoir des jeux au contenu de base tout à fait correct à petit prix, l'éditeur comptant sur l'achat de DLC par les joueurs plus "harcore" pour rentabiliser son jeu (à ce titre j'attends beaucoup de Skullgirls, un jeu que je trouve déjà exceptionnel et qui est vendu 15 euros à sa sortie). Même si ce modèle m'embête parce que je m'attends à avoir de la pub in-game pour les nouveaux persos (que j’achèterai mais la question n'est pas là), il me parait très fortement bénéfique pour le consommateur.


PS: pour l'article http://www.cinemablend.com/games/Top-Misconceptions-About-Gaming-Industry-40569.html , il y aurait beaucoup de critiques à y apporter. Notamment parce qu'il colporte plein d'idées reçues sans les chiffrer et en caressant le gamer dans le sens du poil (le piratage ne cause pas de dégats à l'industrie du jeu PC par exemple). Quand il sort des chiffres c'est pour faire des comparaisons boiteuses (comparer le coût de développement de Limbo à celui de Shenmue pour montrer que le prix de développement ne sont pas en hausse...seriously).

Narvin Bertha
18/04/2012, 20h33
@Alucard :

Concernant la dimension économique des DLC, tu dis que les DLC font baisser le prix des jeux, mais en ce qui concerne les blockbuster (dont SF4 et SfXT font partie), je ne vois aucune preuve de cela. D'ailleurs, qu'est ce que le fait que tu ais acheté SF4 20€ est censé prouver ? Oui, le prix des jeux baissent en vieillissant, ce n'est pas une pratique commerciale ni très nouvelle, ni lié aux DLC.
La tendance, elle est à la stagnation des prix. Un jeu AAA console "de base" est aujourd'hui vendu plus cher qu'il ne l'était hier, mais c'est à peu près compensé par l'inflation. Les DLC font donc augmenter les prix, et parfois de manière conséquente.
De plus, tu ne prend pas en compte certaines modalités de consommation typique d'une frange des joueurs consoles : l'achat et la vente des jeux d'occasion. Une pratique qui contribue à faire drastiquement baisser le coût du jeu à ceux qui s'y livre. Mais les DLC ne s'achètent ni se vendent d'occasion, il s'agit de dépense incompressible. Du coup, pour les consommateurs actif dans ce marché, le coût du DLC est relativement beaucoup plus élevé.
Par exemple : un individu achetant le jeu complet, soit 60€ (base) +30€ (dlc), il ne peut revendre que la base. S'il revend à demi prix, il ne se fait que 30€, la "location" du jeu lui aura couté 60€ au lieu de 30, soit une augmentation de 100%. Il en va de même pour l'acheteur de ce jeu d'occasion.

Il y a depuis plusieurs années des tendances à la baisse des prix. Steam, les jeux indés, l'import, etc., y participent. Mais ce n'est pas directement le cas de la pratique du DLC. Associé aux productions à gros budget, elle traduit au contraire une tendance à la hausse.

Personnellement, cette hausse du prix, pour diverses raisons, ne me concerne que très peu. Mais j'imagine que pour beaucoup de joueur, c'est une puissante raison de leur détestation.

Concernant le "scandale" des DLC présent sur le disque. A mon sens, le problème est que cela marque la rupture d'un garde fou. Avant, la part du jeu commercialisé en DLC était limité par le fait qu'il faille le télécharger celle-ci ; en la mettant directement sur le disque, c'est une barrière régulant la part du jeu vendu en kit qui s'éfondre. J'ai l'impression que c'est surtout sur ce point que les gens râlent, plus que parce que le fonctionnement de la pratique commerciale soit pour eux une surprise (le fait que les DLC étaient prévu, voire dévellopé, en amont, n'est plus un secret depuis longtemps).

Mais en tant que joueur PC, habitué au démat, cela ne me touche pas non plus. Je ne fais que des suppositions sur la colère des autres.

Si j'ai parfois du mal avec les DLC, c'est pour des raisons finalement similaire aux tiennes.

Dans le cas d'un jeu solo, j'aime le voir former un tout complet. Je ne veux pas entamer un jeu tout en sachant qu'il en manque un bout et je ne veux pas non plus y voir accoler des ajouts absurdes (qui, pour la postérité, feront partie du jeu canon) afin de pouvoir tirer quelques sous aux bourgeois qui payent encore leurs jeux. L'idée de voir un jeu vendu en kit me déprime complètement. Les seules exceptions sont les jeux solo purement centré sur le gameplay.
Après, il faut faire la différence entre plusieurs formes de DLC. Car s'il existe des DLC de type "micro-transaction", c'est à dire te vendant un petit bout de jeu venant s'ajouter à l'oeuvre de base (un nouveau personnage, un objet, une quête). Il existe aussi des DLC qui sont en fait la transcription multiplateforme de la noble tradition PCiste de l'extension. Quand le DLC donne accès à une nouvelle campagne ayant une autonomie suffisante par rapport au jeu de base, alors je suis pour. D'autant que ce type de DLC-extension propose souvent un contenu plus osé et plus créatif, les enjeux financier étant moindre. Je pense ici à des DLC comme ceux de Fallout : New Vegas ou de GTA4.

Concernant les jeux de combat et les jeux multijoueurs en général, la question est plus ambiguë. J'ai le sentiment que cette pratique commerciale peut mener à des dérives non souhaitable au niveau du jeu même : une inflation du nombre personnages, l'introduction de déséquilibres volontaires, lune perte de cohérence dans la direction artistique, etc. Pour avoir un exemple, il suffit de regarder SfxT.
Néanmoins, si ces déviances sont contrôlées, je ne suis pas contre la pratique commerciale ; notamment quand elle permet la viabilité économique de jeux destiné à un marché de niche. C'est typiquement le cas de Skullgirls.


TLDR :
-les DLC participent à l'augmentation du prix des jeux à gros budget. En niquant l'occaz, mais pas seulement.
-La barrière du numérique qui limitait la part du jeu vendu en DLC (car il fallait les télécharger) a été violé par SfxT. C'est pour cela que les gens râlent.
-Les DLC de type micro-transactions nuisent à l'intégrité "artistique" des jeux solo.
-mais pas les DLC type extension (Fallout : New Vegas, GTA 4), eux sont une bonne choses.
-les DLC dans les jeux de combat peuvent nuire à la qualité finale du jeu, indépendamment du prix. ex : SfxT : ces gemmes à la cons, ces 40 000 persos mal branlé.
-mais ils peuvent apporter du bon en rendant viable économiquement certains jeux de niches. see skullgirls.

kaldanm
18/04/2012, 22h19
Concernant le "scandale" des DLC présent sur le disque. A mon sens, le problème est que cela marque la rupture d'un garde fou. Avant, la part du jeu commercialisé en DLC était limité par le fait qu'il faille le télécharger celle-ci ; en la mettant directement sur le disque, c'est une barrière régulant la part du jeu vendu en kit qui s'éfondre. J'ai l'impression que c'est surtout sur ce point que les gens râlent, plus que parce que le fonctionnement de la pratique commerciale soit pour eux une surprise (le fait que les DLC étaient prévu, voire dévellopé, en amont, n'est plus un secret depuis longtemps).En fait c'est surtout le fait d'etre pris sur le fait qui fait le scandale.

Capcom nous aurais sorti ces 12 persos 2 mois apres la sortie, genre pour la sortie PS VITA, il nous aurait dit "on les a finalisé pendant ces deux mois". Et on les aurais cru. 12 persos, mecs, on parle pas de un perso ou deux comme Jill et Shuma Gorath, mais de DOUZE personnages deja prêt et créé dans le processus normal. Donc prevu dans le cout initial, et on sais les raccourcis pris par capcom qui ont nuit à la qualité du jeu.

C'est le triomphe du marketing pour faire du pognon en enculant un peu chaque joueur. Capcom avait déjà bien préparé nos trous de consommateurs en l’élargissant avec des DLC comme des palettes swap ou des replay sur 3.3, des IA différentes à affronter sur MVC3...
Mais faut s'y faire, aujourd’hui si tu achète un jeu et que tu veux tout le contenu day 1, tu dois prendre la collector, voir prendre la préco (c'est la mode sur les jeux online, pour donner un accès anticipé). Maintenant t'a même le pré-achat, c'est comme la précommande sauf que sors la thune 6 mois plus tôt.

C'est pour ça que j'ai énormément de respect pour Nintendo qui a combattu ce système autant que possible, ou les producteurs de Platinium Game qui à la sortie de Bayonetta ont dit "fuck les DLC, tout le contenu, replay, costumes, secrets, armes spéciales, est a débloquer old-school".
Pour la baston Namco semble avoir la bonne attitude autour de Tekken, j’espère que ça va rester.

pipasrei
19/04/2012, 02h01
Opla petite inscription pour participer au débat (dont j'avais déja participé sur le site)

Perso, je suis un anti DLC (sauf cas particulier).

J'estime que lorsque j'achète un jeu, il se doit d'être complet. Dans le cas, d'un DLC, comme GTA IV, ou Wipeout, ce sont des DLC avec un gros contenu, un vrai travail de réflexion, et surtout ils sont proposés en galette, donc pas de soucis. Un DLC dans un jeu de combat, c'est beaucoup plus gênant.
Le problème des DLC, c'est que ça a commencé avec un simple cheval, et maintenant, ce sont des bouts d'histoire, ou des points importants de gameplay qui souffrent de ce commerce. Et plus ça avance, plus ça empire. Que ce modèle marche pour du Free To Play, oui. Mais quand on a déjà déboursé une certaine somme non.
A la limite qu'une société se fasse du pognon sur des costumes, c'est chiant, mais pas handicapant. Par contre, sur des personnages, ce sont des morceaux de gameplay en moins, et cela devient beaucoup plus gênant. Cela provoque un déséquilibre chez les joueurs.

De plus, le soucis des DLC, c'est le rattachement à un compte donc :
- Avoir une connexion internet (je branche très rarement ma console sur le net)
- perte possible du DLC en cas de ban ou de hack
- l'obligation d'avoir son gamertag, son disque dur ou autres jouer chez un pote à son jeu en complet
- que vont devenir les jeux à DLC d'ici quelques années? Rien ne dit que les serveurs ne vont pas fermer pour X raisons. On risque de se retrouver avec une armée de jeux incomplets et une perte du patrimoine vidéoludique...
- Impossibilité de revendre son contenu
- Prix qui peut doubler pour certains jeux
- Les DLC n’empêchent pas les suites 1.5...

Vu le cas de SFXT, on arrivera bientôt à du MUGEN, sauf qu'ici tous sera payant... et sans la possibilité de mod


Ce qui me gène, c'est d'entendre dire par exemple, 5€ le perso de blazblue, c'est pas la mort. 4 perso = 20€. Soit le prix du collector en neuf à sa sortie en Angleterre. Je préfère 1000 fois payer 20€ pour acheter un second jeu plutôt que de payer du vent.