PDA

Voir la version complète : Jurigeek Megaupload : America Fuck you (air connu)



31/01/2012, 10h55
Internet, ça me broute. Non, je reconnais que comme porn machine, c'est efficace, et que pour s'échanger des vidéos de lolcats, y'a pas mieux. Mais niveau droit, ça fout un bazar sans nom.
Je vous ai déjà exprimé mon mécontentement de voir des sites comme Copwatch échapper à la justice de leur pays en se dédoublant à l'infini en sites miroirs abrités par des serveurs situés à l'étranger.

Eh bien, aujourd'hui, je vais vous exprimer mon mécontentement, cette fois-ci vis-à-vis de la justice qui, elle aussi, à cause d'Internet, débloque.
Parce que si les criminels sur le Web ont des moyens d'échapper à la justice, la justice panique et sort de ses gonds grâce à Internet également.

C'est ainsi que le monde entier s'est ému de voir que Megaupload, célèbre site de direct download, avait fait l'objet d'une action d'éclat du F.B.I., qui a débarqué avec force, gros blousons et lampes torches surpuissantes avec des "gogogo" et autres "mother fuckers" aux États-Unis, aux Pays-Bas et au Canada, pour saisir les serveurs et paralyser ainsi le trafic de ce site. Le F.B.I. a également lancé un mandat d'arrêt international contre le fondateur de Megaupload, le bien nommé Kim Dotcom, et gelé la plupart de ses avoirs (dont une villa de Nouvelle-Zélande à 30 millions de dollars et son garage de 18 voitures de luxe) et enfin, a saisi 18 noms de domaines finissant en .com.
Vous me direz, je devrais être content en tant qu'avocat, de voir que la justice fait son travail. Non, justement, je ne suis pas content du tout parce que les choses sont nettement plus compliquées que cela.
Tout d'abord, il faut savoir que ni Kim Dotcom, ni les sociétés gérant le business Megaupload n'ont fait l'objet d'un procès. Attention, je ne dis pas que l'action du F.B.I. est illégale, puisqu'elle a été autorisée par un jury du Tribunal d’Alexandria (Virginie), qui a écouté le Procureur exhibant les preuves que le site Megaupload, son fondateur et ses amis étaient coupables, non seulement de violations massives de droits d'auteur, mais encore de blanchissement d'argent et d'association de malfaiteurs en vue de commettre des actes de racket, le tout ayant rapporté 170 millions de dollars.
En l'absence de Megaupload et de Kim, le jury a écouté le Procureur, analysé ses preuves et jugé que l'on pouvait autoriser l'intervention du F.B.I. pour saisir les biens et les serveurs liés à ce qui semble être un vaste empire criminel.
Jusque-là, tout va bien. Il est normal que si un Procureur estime avoir réuni assez de preuves pour agir, et que ces preuves sont analysées par un Tribunal indépendant qui les considère comme valables, une action policière soit lancée afin de frapper un grand coup. Quand Kim Dotcom sera attrapé, il sera jugé, pourra alors se défendre et se faire indemniser si, d'aventure, il était reconnu non-coupable.
Non, ce qui me gêne, c'est la saisie des noms de domaines en .com.
Ces derniers sont donc bloqués et plus personne ne peut contacter les sites qui les détenaient. Non mais quand je dis plus personne, je veux dire plus personne dans le monde. Ni les Américains bien sûr, ni les Néerlandais, ni les Canadiens qui se sont prêtés au jeu, mais également ni l’Europe, ni l'Afrique, ni l’Asie. Or, non seulement Megaupload et son fondateur ne sont pas encore jugés, mais surtout, aucun Tribunal français, allemand, japonais ou bulgare n'a pu analyser les preuves détenues par le procureur américain. Nous sommes donc directement soumis à l'avis des seize jurés du Tribunal d'Alexandria en Virginie. Peut-être un Tribunal espagnol ou italien, français ou belge aurait-il estimé que les preuves étaient insuffisantes pour agir. Mais ça, on s'en fout. Et pourquoi on s'en fout ? Parce que les noms de domaines en .com sont entre les mains des USA et que, par conséquent, un Tribunal américain est parfaitement compétent pour en ordonner la saisie.
Sauf que cette saisie a un effet sur le monde entier.

Vous voyez la nuance ? Un nom de domaine concerne par essence la planète. S'il est gelé, il est gelé pour la planète, plus personne n'a accès au site qui l'avait enregistré. Et ça pose des questions juridiques au niveau mondial très graves. Parce que les états souverains d'Europe, d'Asie ou d'Australie n'ont pas à subir passivement une décision d'un petit Tribunal, fût-il d'Alexandrie, d'Alexandria. Il aurait fallu que les Tribunaux de tous les états souverains du monde acceptent de considérer, comme les seize jurés ricains, que les preuves sont suffisantes pour que le service de Megaupload, offert au monde entier, soit stoppé.
Vous me direz que ce n'est pas grave parce que, nous l'avons vu avec le procès pour The Pirate Bay ou pour l'affaire Copwatch, très rapidement le site Megaupload refera probablement surface et utilisera d'autres noms de domaines s'il le faut.

Mais c'est cela qui est paradoxal : une saisie de nom de domaine ordonnée par un Tribunal américain a un impact dans le monde entier et il s'arroge le droit de violer les droits des autres États souverains, tandis qu'une condamnation prononcée par ce même Tribunal sera, au final, inefficace.



Voir la news (0 image, 0 vidéo ) (http://www.canardpc.com/news-52726-megaupload___america_fuck_you__air_connu_.html)

Sergent Lactik
31/01/2012, 11h05
Article très intéressant. Mais après, c'est connu, les Américains own the world.

-vix-
31/01/2012, 11h16
c'était bien ce qui me posait problème dans toute cette affaire, merci GMB de nous avoir éclairer de tes lumières!

Storm
31/01/2012, 11h20
En même temps, quand on a les DNS racine sur son territoire, ça aide drôlement !
Comme dirait Barack : "YES ICANN "... fuck'em

manulelutin
31/01/2012, 11h51
le pire dans tout ca, c'est que c'est dans une démarche de légalisation vis a vis du droit américain de son activité en vu de la mise en ligne de sa nouvelle offre type itunes, que mega avait mis des serveurs récemment aux states, ce qui a donné le pouvoir aux cowboys de débarquer comme ils savent si bien le faire...

Ren
31/01/2012, 11h56
J'ai du mal à comprendre ou GMB veut en venir ?
Les US gèrent les noms de domaines en .com. Megaupload utilise un .com donc il tombe sous la juridiction US.
La répercussion est mondiale, oui, c'est le principe même du net, accessible de presque partout et presque tout le temps.
Causes et conséquences seraient similaire si la société avait un nom de domaine en .fr le site ne serait plus accessible dans le monde. Les Américains ou autres n'y auraient plus accès et ce sur la décision d'un juge Français. Donc en suivant le raisonnement la Frnce violerait aussi le droit des autres Etats souverains.
Le seul point gênant dans l’histoire, c'est que l'on peut déposé un nom de domaine en .com (donc sous la juridiction US) mais avoir déposer les status de la société qui utilise ce .com dans un autre pays.
Donc pour le coup être exposé à deux juridictions parfois très différentes (service proposé légal dans le pays où est établi la société et illégal aux US).
Maintenant, que signifie le droit des États souverains sur le net ??? J'ai du mal avec le concept. Je comprends bien le droit des états souverains dans leur pays, mais, sur le net ? Cela a t'il même un sens ?

Grosnours
31/01/2012, 12h04
Oui mais non.
C'est comme une petite revanche mesquine (mais on fait ce qu'on peut) d'informaticien envers les juristes tiens. Nul n'est censé ignorer la loi, n'est-ce-pas ? Et bien nul n'est censé non plus ignorer que le commerce de services d’enregistrement de noms de domaines génériques est contrôlé par un organisme privé américain.
Ah ça on peut le déplorer et commencer à chouiner, c'est peut-être légitime mais assez vain en l'état.

Un nom de domaine ne concerne pas par essence la planète. C'est une synecdoque inexacte. Il concerne par essence Internet tout entier, et cela fait toute la différence du monde.
On a pas du tout affaire à un service mondial odieusement détourné par un de ses membres, mais bien plutôt au proprio qui fait usage de son droit de propriété.
On ne peut pas aller quelque part, en profiter puis ensuite râler envers ses lois quand cela ne nous arrange plus. L'utilisation d'Internet implique l'acceptation de facto de quelques petites réalités simples mais souvent occultées.
Il s'agit donc uniquement d'un rappel à la réalité des choses. Un peu comme télécharger comme un porc puis (faire semblant de) découvrir que Megaupload se livrait à des activités illégales.
En somme, deal with it.

Et encore on a de la chance, avant l'ICANN c’était directement le gouvernement US qui contrôlait le système DNS...

abelthorne
31/01/2012, 12h05
C'est aussi le point principal qui me pose problème dans cette affaire. Mais il y a quelque chose qui m'intrigue et donc personne ne parle : quid des noms de domaine en autre chose que .com ?

La plupart du temps, lorsqu'une boîte dépose un nom de domaine, elle le fait sur diverses extensions "communes" pour se protéger : les .net, les ndd régionaux, etc.

J'ai du mal à croire que MegaUpload n'ait enregistré qu'un .com. Au vu de la masse de pognon engrangée et de la popularité du site, j'aurais tendance à penser qu'un maximum d'extensions ont été déposées pour éviter le parasitisme.
Si c'est bien le cas, que sont devenus les autres ndd ? Et les serveurs qui n'étaient pas hébergés aux USA (là encore, je doute qu'un site aussi gros, dont la domiciliation sociale se trouve à Hong Kong, ait juste quelques serveurs dans des pays comme les USA) ?

Lorsqu'un site comme ThePirateBay se retrouve bloqué dans un pays, on voit aussitôt fleurir des noms de domaines alternatifs. Lorsque des serveurs sont saisis, on bascule sur un miroir deux jours plus tard. Et dans le cas de MegaUpload, qui a des besoins conséquents en hébergement & stockage, on aurait affaire à quelques serveurs hébergés dans les pays où ils étaient le moins en sécurité et gérés par un unique nom de domaine en .com qui fait tout tomber le jour où il est inaccessible ? Ça me paraît un peu gros...

EDIT : le temps de taper mon message, je vois la réponse de manulelutin. Ils auraient déplacé récemment l'intégralité de leurs serveurs aux USA pour monter leur fameuse offre "légale" ? ça me paraît complètement con comme stratégie...

Grosnours
31/01/2012, 12h08
J'ai du mal à comprendre ou GMB veut en venir ?
Les US gèrent les noms de domaines en .com. Megaupload utilise un .com donc il tombe sous la juridiction US.
La répercussion est mondiale, oui, c'est le principe même du net, accessible de presque partout et presque tout le temps.
Causes et conséquences seraient similaire si la société avait un nom de domaine en .fr le site ne serait plus accessible dans le monde. Les Américains ou autres n'y auraient plus accès et ce sur la décision d'un juge Français. Donc en suivant le raisonnement la Frnce violerait aussi le droit des autres Etats souverains.
Le seul point gênant dans l’histoire, c'est que l'on peut déposé un nom de domaine en .com (donc sous la juridiction US) mais avoir déposer les status de la société qui utilise ce .com dans un autre pays.
Donc pour le coup être exposé à deux juridictions parfois très différentes (service proposé légal dans le pays où est établi la société et illégal aux US).

Exactement.



Maintenant, que signifie le droit des États souverains sur le net ??? J'ai du mal avec le concept. Je comprends bien le droit des états souverains dans leur pays, mais, sur le net ? Cela a t'il même un sens ?

Aucun.

---------- Post added at 12h08 ---------- Previous post was at 12h06 ----------


C'est aussi le point principal qui me pose problème dans cette affaire. Mais il y a quelque chose qui m'intrigue et donc personne ne parle : quid des noms de domaine en autre chose que .com ?

La plupart du temps, lorsqu'une boîte dépose un nom de domaine, elle le fait sur diverses extensions "communes" pour se protéger : les .net, les ndd régionaux, etc.

J'ai du mal à croire que MegaUpload n'ait enregistré qu'un .com. Au vu de la masse de pognon engrangée et de la popularité du site, j'aurais tendance à penser qu'un maximum d'extensions ont été déposées pour éviter le parasitisme.
Si c'est bien le cas, que sont devenus les autres ndd ? Et les serveurs qui n'étaient pas hébergés aux USA (là encore, je doute qu'un site aussi gros, dont la domiciliation sociale se trouve à Hong Kong, ait juste quelques serveurs dans des pays comme les USA) ?

Lorsqu'un site comme ThePirateBay se retrouve bloqué dans un pays, on voit aussitôt fleurir des noms de domaines alternatifs. Lorsque des serveurs sont saisis, on bascule sur un miroir deux jours plus tard. Et dans le cas de MegaUpload, qui a des besoins conséquents en hébergement & stockage, on aurait affaire à quelques serveurs hébergés dans les pays où ils étaient le moins en sécurité et gérés par un unique nom de domaine en .com qui fait tout tomber le jour où il est inaccessible ? Ça me paraît un peu gros...

Tu le dis toi-même, MU avait d'autres serveurs ailleurs. Mais leur serveur principale était en Virginie. Moi aussi cela me parait très gros (ou en tout cas très bête) mais on dirait bien que c'est le cas.

abelthorne
31/01/2012, 12h09
Tu le dis toi-même, MU avait d'autres serveurs ailleurs. Mais leur serveur principale était en Virginie. Moi aussi cela me parait très gros (ou en tout cas très bête) mais on dirait bien que c'est le cas.
Mais concrètement, qu'est-ce qui les empêche de basculer vers les autres et de relancer MegaUpload comme si de rien n'était ?

Grosnours
31/01/2012, 12h17
Mais concrètement, qu'est-ce qui les empêche de basculer vers les autres et de relancer MegaUpload comme si de rien n'était ?

Tu veux dire, filer une simple adresse IP qui correspondrait à un nouveau serveur ?
C'est ce que je me suis demandé aussi, mais j'imagine que les serveurs aux USA étaient plus que de simples services d'indirection pour tous les fichiers hébergés.
Il est fort possible que ce mécanisme pour retrouver un ficher soit un poil complexe, ce qui fait que MU (enfin ce qu'il en reste) se retrouve avec des serveurs intacts plein de données mais aucun moyen de les exploiter puisqu'une chatte n'y retrouverait pas ses petits.

Quizzman
31/01/2012, 12h26
Mais leur serveur principale était en Virginie. Moi aussi cela me parait très gros (ou en tout cas très bête) mais on dirait bien que c'est le cas.

Alors là, à moins que j'aie mal suivi (ce qui n'est dans l'absolu pas impossible), mais il me semble que ce n'est pas ça:
Le server n'a pas été saisi, il est toujours intact (à Hong Kong si je dis pas de bêtises), et tous les fichiers qui étaient dessus y sont toujours (à moins qu'un admin de Megaupload n'ait tout supprimé, ou que les USA aient fait une action secrète sur les servers, ce qui n'est une fois de plus pas impossible, mais ça serait indépendant de l'action du FBI). Ce qui a été saisi, c'est le DNS et l'IP du server.

En soi, le server existe toujours, mais est inatteignable.


Je ne considère pas le groupe Anonymous comme la meilleure manière de réagir face à une situation comme ça, mais je me doit d'approuver une chose qu'ils ont dit: Manifestement, Internet n'est plus un réseau libre. Il va falloir en créer un autre.

abelthorne
31/01/2012, 12h30
Tu veux dire, filer une simple adresse IP qui correspondrait à un nouveau serveur ?
Même pas une IP, un nouveau ndd du genre megaupload.biz ou megaupload.hk...


C'est ce que je me suis demandé aussi, mais j'imagine que les serveurs aux USA étaient plus que de simples services d'indirection pour tous les fichiers hébergés.
Il est fort possible que ce mécanisme pour retrouver un ficher soit un poil complexe, ce qui fait que MU (enfin ce qu'il en reste) se retrouve avec des serveurs intacts plein de données mais aucun moyen de les exploiter puisqu'une chatte n'y retrouverait pas ses petits.
Oui mais bon, s'ils sont pas trop cons, ils ont des miroirs, ils peuvent adapter leur système, etc.

Que les liens qui circulent ne fonctionnent plus, c'est une chose ; qu'une partie des fichiers hébergés soient perdus aussi. Mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi tout le monde crie à la mort de MegaUpload alors que techniquement, ils peuvent au moins remettre en place l'accès aux comptes hébergés sur les serveurs qu'ils ont encore.

Ce qui me paraît vraiment pas clair dans toute cette histoire, c'est que je ne comprends pas si les USA ont confisqué tous les serveurs, y-compris ceux situés en-dehors du pays, et supprimé tous les ndd, y-compris ceux qui ne sont pas en .com. Dans ce cas-là, ça dépasse largement le cadre du problème évoqué dans l'article de GMB.
Et dans le cas contraire, je ne comprends pas pourquoi MegaUpload n'est pas réapparu sous une autre adresse trois jours après l'opération du FBI, même incomplet. On ne me fera pas croire qu'un réseau de sites comme la "galaxie Mega" tournait avec un seul ndd qui gérait quelques serveurs aux USA.

vectra
31/01/2012, 12h47
MU était une tumeur: franchement, mais bon débarras!

Quand je pense à tous ces gens qui étaient persuadés de télécharger dans la légalité parce qu'ils payaient... On n'utilise pas un outil qu'on ne comprend pas, et merci au FBI d'avoir mis à tous ces noobs la bonne mandale qu'ils méritaient.

Powned!

abelthorne
31/01/2012, 12h51
MU était une tumeur: franchement, mais bon débarras!
C'est pas la question.


Quand je pense à tous ces gens qui étaient persuadés de télécharger dans la légalité parce qu'ils payaient... On n'utilise pas un outil qu'on ne comprend pas, et merci au FBI d'avoir mis à tous ces noobs la bonne mandale qu'ils méritaient.
Et tous les noobs qui utilisaient légalement le service pour ce qu'il était (stockage et partage) en y plaçant des fichiers dont ils avaient les droits, ils ont mérité une mandale ?

vectra
31/01/2012, 13h01
Ouais.

C'est pas parce que c'est "pratique" qu'il faut s'en servir sans états d'âme. Y'avait des conditions d'utilisation, même selon les termes de MU, pourtant entreprise pas claire et bancale à la base.

Ce sont les mêmes qui exhibent leur vie privée sur Facebook et s'étonnent des conséquences... Pour moi, la décision du FBI, aussi discutable soit-elle, rend service à internet et éduque un minimum ses utilisateurs. En cela, je lui dis d'abord merci, et bravo.

Grosnours
31/01/2012, 13h01
Tout ce que le FBI a saisi, ce sont les serveurs en Virginie. Il y en a une pelleté certes, mais rien qu'eux. Aucun serveur à l'étranger que je saches.
Et effectivement on a pas d'explication clair sur pourquoi MU ne réapparait pas même sous forme fragmentaire.

vectra
31/01/2012, 13h11
http://www.ecrans.fr/MegaUpload-Placer-25-millions-de,13978.html

Grosnours
31/01/2012, 13h21
Ok, donc ces fameux serveurs en Chine ou autres étaient du vent. Pas fondamentalement étonnant, mais bon à savoir. ;)

Yank31
31/01/2012, 14h30
Salut,

Sur le sujet j'ai une question qui me turlupine : quid de l'indemnisation des usagers "premium" ?

Eolas balaie cette possibilité d'un lapidaire, et étrangement mal orthographié, Nemo auditur... sans plus de justifications.

J'ai lu par ailleurs que le procureur américain chargé du dossier aurait écarté toute indemnisation des usagers premium en excipant d'une clause du ToS qui stipulerait en substance que "MegaUpload se réserve le droit de mettre fin au service pour une quelconque raison [sans indemnisation]". Invérifiable puisque les serveurs sont inaccessibles. A supposé avérée, une telle clause me semble néanmoins pouvoir être considérée abusive et de nul effet.

Quel est ton sentiment sur les chances de succès d'une éventuelle action en indemnisation, au civil donc, des usagers premium, GMB (ou vous autres amis juristes) ?

jaragorn_99
31/01/2012, 14h36
Rien de nouveau sous le soleil, les US décident pour le monde depuis longtemps, c'est pas une nouvelle, il n'y a qu'a voir la guerre en irak, là, c'est sur la culture (encore un peu plus me direz vous, vu qu'on bouffe de la serie/film us par packet de 12!).

Monsieur Odd
31/01/2012, 14h42
Tout comme il est précisé dans les CGU de Steam qu'en cas de fin de service, Valve fera peut-être, si Gabe s'est levé du bon pied et que la lune n'est pas décroissante, l'effort d'essayer de rendre accessible les jeux payés d'une autre façons, mais sans garanties.
Donc le jour où steam ferme, tu peux juste pleurer la perte de ta ludothèque.

C'est la même avec MU, tu payes un service "illimité" tant que le service existe. Il n'y a aucune obligation d'indemnisation une fois le service fermé.

SAYA
31/01/2012, 14h53
http://www.zdnet.fr/actualites/etienne-wery-avocat-heberger-un-service-comme-megaupload-sera-desormais-plus-difficile-39768046.htm

Makyavel
31/01/2012, 14h54
Le seul réel problème est l'absence quasi-totale de cadre juridique.

Sur le fond, le juge fédéral a pris la bonne décision. Sur la forme, c'est une violation manifeste du droit international. Comme l'a dit plus haut un canard, bloquer un .com ou un .fr a la même conséquence de rendre le site inaccessible au niveau mondial par la volonté d'un seul Etat.
Dès lors, pourquoi ne pas créer des instances internationales telles qu'il en existe pour le Droit extra-terre, ou le Droit de la Haute mer, qui seraient dédiées à la question d'internet ? Cela semble la seule solution valable si on veut concilier respect du droit et respect de la souveraineté de chaque Etat.

vectra
31/01/2012, 14h58
Seul espoir d'indemnisation: ceux qui ont payé par paypal il y a peu de temps.
J'ai vu qu'une clause permettait de demander un remboursement en cas de service qui serait interrompu. Mais vu qu'il y a un délai maximal pour déposer un recours...

Pour le reste, c'est aussi aux users de faire gaffe où qu'ils mettent les sous. Ce n'est pas à la justice d'indemniser les gens pour interruption de service lorsqu'ils arrêtent une crapule. Et ce n'est pas non plus comme si le penchant douteux de MU était inconnu des utilisateurs souscripteurs, y compris ceux de bonne foi.

Makyavel
31/01/2012, 15h05
Dans tous les cas, Eolas a raison, Nemo auditur... Pour ce qui est des utilisateurs français, il n'y a aucun chance qu'ils soient remboursés. L'objet et la cause du contrat étaient illégaux, ce qui est déjà en soit une cause de nullité. Cependant, à moins de réussir à prouver que l'utilisateur ignorait que cela était illégal (ce qui me semble tout à fait impossible) il ne peut se plaindre de "sa propre turpitude".
Si un juge civil accède à ce genre de requête, demain c'est le consommateur de drogue qui saisira un TGI parce qu'il a donné 10e de trop à son dealer et que celui-ci s'est fait serrer par les STUPS entre deux livraisons, etc.

abelthorne
31/01/2012, 15h11
Pour le reste, c'est aussi aux users de faire gaffe où qu'ils mettent les sous. Ce n'est pas à la justice d'indemniser les gens pour interruption de service lorsqu'ils arrêtent une crapule. Et ce n'est pas non plus comme si le penchant douteux de MU était inconnu des utilisateurs souscripteurs, y compris ceux de bonne foi.
Le penchant douteux, c'est vite dit : il n'y a pas eu de procès concernant la légalité du service jusqu'à présent. Bien sûr, MegaUpload proposait de nombreux liens vers des contenus contrefaits mais officiellement, il les retirait sur demande des ayants-droits dans le cadre du DMCA. La situation n'est pas vraiment différente sur YouTube : est-ce que tu vas conseiller aux gens d'arrêter de poster des vidéos sur YouTube parce que le site a des "penchants douteux" et pourrait fermer du jour au lendemain ?
Le fait est que l'opération du FBI a été menée suite à des écoutes et interceptions de mails qui ont révélé que les dirigeants de MU encourageaient en interne la diffusion de contenus contrefaits et qu'ils appliquaient le DMCA par-dessus la jambe (c'est le moins qu'on puisse dire). Mais ça, l'utilisateur lambda ne le sait pas et n'a de toute façon pas à le savoir. Si tu t'en tiens aux déclarations du service, il n'y a aucune raison de faire moins confiance à MU qu'à YouTube ou autre.

Teto
31/01/2012, 15h30
Le problème ici est que le FBI a joué finement : Il s'en est pris au plu connu, celuii où personne ne peut dire qu'il ne connaissait pas ce qui s'y passait. Donc personne ne peut gueuler à la perte de liberté, puisque tout le monde est au courant que le service tendait à une finalité illicite.

Enfin bref. Vous connaissez tous l'histoire de la grenouille qui commence à avoir chaud dans son bocal...

vectra
31/01/2012, 15h36
Mais le gars qui streame sur youtube ne voit pas en ce service un moyen de sauvegarde, seulement de diffusion d'une version pourrie et low-def d'une vidéo locale.
Et sur yt, on ne voit pas nécessairement des films entiers, ni des logiciels, etc.

Le siège de youtube est un peu aux USA. Je pense qu'ils ont aussi des relations conflictuelles avec les majors. Mais à l'inverse de MU, il semble qu'ils cherchent et trouvent un semblant de modus vivendi, à commencer par la cohabitation dans la même juridiction.

Je ne défends pas forcément yt, je souligne juste les différences avec le cas présent.

Yank31
31/01/2012, 15h46
Personnellement, je trouve qu'on va un peu vite à écarter tout recours des utilisateurs, pour un motif "d'évidence". Je me méfie de l'évidence moi...

La comparaison de Makyavel est intéressante mais il faudrait l'étoffer un peu pour se rapprocher de l'espèce : admettons un contrat liant un utilisateur à une personne notoirement dealer, qui lui fournirait au choix des produits illicites (teush, pilule pour la toux) soit des produits licites (cigarettes, papier à rouler mais aussi beurre, huile d'olive, paquets de céréales, vidéos pédopor... non).

Notre notoirement dealer a le sens de la communication, il a des contrats de ce genre avec... le monde entier. Si bien qu'étant notoirement dealer, il se fait arrêter. Faut-il dès lors, au seul motif qu'il était notoirement dealer et POUVAIT fournir des produits illicites, priver indifféremment tous ses cocontracants d'un dédommagement suite à la rupture du contrat ?

Moi ça me semble simpliste.

Au demeurant je ne comprends pas en quoi les détracteurs de MU s'opposeraient à un tel recours, étant donné que de voir MU accablé par une obligation de dédommagement massif pourrait au contraire inciter les éventuels candidats à la relève à réfléchir à deux fois avant de se lancer.

abelthorne
31/01/2012, 15h50
Mais le gars qui streame sur youtube ne voit pas en ce service un moyen de sauvegarde
Ce n'est pas exactement le même type de service mais dans les deux cas, on propose à l'utilisateur d'héberger des données et de les partager. La principale différence c'est que YT permet de mettre des vidéos en ligne tandis que chez MU c'est n'importe quel type de fichiers.


Et sur yt, on ne voit pas nécessairement des films entiers
Tape "film en entier" sur YT, tu vas être surpris.


Le siège de youtube est un peu aux USA. Je pense qu'ils ont aussi des relations conflictuelles avec les majors.
Oui, et ils suppriment les vidéos sur demande des ayants-droits, en conformité avec le DMCA. Ce que prétendait faire MU aussi avant qu'une enquête détermine que ce n'était pas vraiment le cas. Reste qu'en-dehors de celle-ci, d'un procès et d'une condamnation, les utilisateurs sont bien forcés de s'en tenir à ce que déclare le service. Je ne cherche pas particulièrement à défendre MU non plus (au contraire), je trouve juste que c'est un peu gonflé de s'en prendre aux utilisateurs en disant "c'est un site illégal, tout le monde le savait" ; c'est pas comme ça que marche la loi.

vectra
31/01/2012, 16h07
Mais le FBI ne s'en prend pas aux utilisateurs. Il s'en prend à l'hébergeur, et il ne fait que son travail. Si cela revient de fait à couper tout MU et entraînne des conséquences malheureuses pour beaucoup de gens, c'est dommage (bien fait quand-même), mais 1) c'était prévu dans les CGU de MU et 2) tout le monde savait quand-même.

Le FBI fait respecter sa loi, il est dans son rôle. Quant à ceux qui avaient la responsabilité de la pérénnité de données mises exclusivement sur MU, ben ils ont raté leur coup. Je vois ca comme un gars qui achète un disque Maxtor pourri pour mettre toutes ses données sensibles et qui se marre en voyant les alertes SMART jusqu'au clonk final.


Ca n'empêche pas que la justice ou les hébergueurs pourraient au moins mettre en place un service, même payant, permettant de récupérer sur demande des contenus légaux. La justice US pourrait même se servir des saisies de fonds et matériel présentes ou à venir pour financer cette opération. Je ne pousse pas le nelsonnisme jusqu'à exiger la pendaison des noobs, il y a des limites.



Pour en revenir à YT, le fait que le site soit aux US veut dire beaucoup. Le jour où les majors voudront le faire fermer, ils y parviendront comme pour Napster, et ils saisiront tous les bénefs afférents. Les gens de YT ne se cachent nullement, ils poursuivent leur activité dans la mesure où les majors les laissent faire. Je ne suis pas dans le secret des dieux, mais j'imagine que tout le monde y trouve son compte.

abelthorne
31/01/2012, 16h12
Je ne dis pas que le FBI ne fait pas son travail, je réagis juste aux messages comme le tien qui disent en substance "bien fait pour la gueule des utilisateurs, ils n'avaient qu'a pas utiliser un service qui était notoirement illégal" et que je trouve un petit peu fort de café.

"Tout le monde le savait", c'est pas un argument juridique. Ni un argument tout court.

Si demain on découvre que YouTube (pour continuer dans mon exemple) ne vire pas les vidéos sur demande des ayants-droits et que le FBI fait fermer les serveurs de Google, tu diras aussi "tout le monde savait que c'était un site illégal, voyons !" ?

vectra
31/01/2012, 16h14
Mais ce n'est pas cette question qui est posée. Ce n'est peut-être pas un argument juridique aux US (car en France, il semblerait que si), mais ce n'est pas un argument qui a mené à l'opération en cours de toute manière.

Le FBI ferme un service en infraction, point.


Après, je ne sais pas: peut-être que les abonnés peuvent se retourner contre MU et réclamer le remboursement, même partiel, de leur abonnement? Ca me semblerait "juste" dans le fond, mais visiblement MU avait prévu le coup par ses CGU. En tous cas, quand on s'adresse à la justice avec ce genre d'affaires, on fait le ménage sur son disque d'abord. Surtout pour récupérer 15 euros...

Nono
31/01/2012, 16h20
Petite question de non informaticien (enfin plus vraiment) : est-ce qu'un site a absolument besoin d'un nom de domaine pour fonctionner ? Est-ce qu'une adresse IP n'est pas suffisante ?

abelthorne
31/01/2012, 16h21
Non, un nom de domaine n'est pas indispensable. C'est juste plus pratique de se souvenir d'un nom que d'une IP pour joindre un serveur.

Lugmi
31/01/2012, 16h38
Mais ce n'est pas cette question qui est posée. Ce n'est peut-être pas un argument juridique aux US (car en France, il semblerait que si), mais ce n'est pas un argument qui a mené à l'opération en cours de toute manière.

Le FBI ferme un service en infraction, point.


Après, je ne sais pas: peut-être que les abonnés peuvent se retourner contre MU et réclamer le remboursement, même partiel, de leur abonnement? Ca me semblerait "juste" dans le fond, mais visiblement MU avait prévu le coup par ses CGU. En tous cas, quand on s'adresse à la justice avec ce genre d'affaires, on fait le ménage sur son disque d'abord. Surtout pour récupérer 15 euros...

Sans jugement rendu pour le moment, c'est là que le bât blasse.

Nemeo
31/01/2012, 16h55
Je suis plutôt d'accord avec Ren. Les USA possèdent les droits sur le nom de domaine, je ne pense pas qu'ils violent la souveraineté nationale des autres pays en bloquant ce nom de domaine. Si une entreprise française de vente par correspondance venait à faire faillite, elle serait fermée par un tribunal et plus personne dans le monde n'y aurait accès. Ce faisant, est-ce que ce tribunal empièterait sur la souverainté nationale des autres? Non. Et du haut de mes 2 mois de carrière dans le droit, je pense que le cas est comparable. La juridiction américaine possèdait un droit sur megaupload et elle l'a utilisé.

Et puis la présomption d'innocence c'est quand même vachement plus difficile à appliquer quand 9 internautes sur 10 savent que l'accusé à violé tous les droits d'auteur du monde.

vectra
31/01/2012, 17h31
>Lugmi: En France, tu peux partir en préventive en attente d'un jugement.

Kiwyh
31/01/2012, 17h40
Internet devrait être libre. Ce serait pas mieux ? Hors de toutes ces nations & co qui essaient de se l'accaparer.

vectra
31/01/2012, 18h11
Non.
Tous en taule, tas de c*ns.


Allez, encore deux ou trois comme ca, et je peux retirer mon chèque à la Hadopi.

Grosnours
31/01/2012, 18h12
Internet devrait être libre. Ce serait pas mieux ? Hors de toutes ces nations & co qui essaient de se l'accaparer.
Tu as raison, je pars de ce pas me monter un site web de traites des blanches, deal de médicaments interdits et d'arnaques en tout genre, c'est innovant et je profite de ma liberté !
Ah wait...

Kiwyh
31/01/2012, 18h45
Tu as raison, je pars de ce pas me monter un site web de traites des blanches, deal de médicaments interdits et d'arnaques en tout genre, c'est innovant et je profite de ma liberté !
Ah wait...

Ben, les gens ne sont pas si cons. Ils ne vont pas se laisser avoir par des arnaqueurs hein !

Ah, ou alors...

Teto
31/01/2012, 18h58
Et puis la présomption d'innocence c'est quand même vachement plus difficile à appliquer quand 9 internautes sur 10 savent que l'accusé à violé tous les droits d'auteur du monde.
Irrecevable. Tu as les preuves, des signatures ? Tu as fait une enquête sur la population mondiale ?
Ça, c'est fait.

Le seul problème dans cette histoire est que vous avez le même argumentaire que ceux qui veulent censurer le net pour soi-disant y supprimer la pédopornographie, le terrorisme and so on. Combattre ces "choses" est noble, vouloir le faire en restreignant les libertés des citoyens et nettement plus douteux. Car ce qu'a démontré l'Amérique, c'est qu'il pouvait faire ce qu'il voulait, et que demain rien ne dit que ce pays, ou un autre ne fasse la même chose et prenne un prétexte quelconque (et bien plus insignifiant que Megaupload) pour censurer des sites, des noms de domaine, pas pour des œuvres contrefaites, mais pour délit d'opinion ou critique du pouvoir.

-> Et cela montre qussi autre chose : Les (Lee) majors veulent se gaver, refusent la musique ou le ciné à pas cher, refusent les solutions où on pourrait regarder un film pour 1$ et écoter un disque entier pour le même prix. Ils veulent retourner au temps où un disque coutait le dixième de son prix de vente (droits d'auteurs inclus, mais mea culpa si je me trompe dans le chiffre).

vectra
31/01/2012, 19h05
On ne va pas demander au FBI d'épargner MU pour ne pas léser l'incertaine proportion d'utilisateurs qui n'a jamais up/down du contenu illicite.
C'est à eux que revient la responsabilité du choix de MU. Fallait lire les CGU...


C'est dans l'ordre naturel des choses que de voir des systèmes largement utilisés pour le piratage monter et se faire descendre. C'est le cycle de la life, tout ca.
Et dans le cas de MU, on peut dire que la sélection naturelle nous a soulagés d'un beau boulet: installer des serveurs en Virginie (et en Europe de l'Ouest) mais n'imp.

Et merci d'éviter le refrain anti-américain: on a les mêmes à la maison.

Teto
31/01/2012, 19h40
On ne va pas demander au FBI d'épargner MU pour ne pas léser l'incertaine proportion d'utilisateurs qui n'a jamais up/down du contenu illicite.
C'est à eux que revient la responsabilité du choix de MU. Fallait lire les CGU...


C'est dans l'ordre naturel des choses que de voir des systèmes largement utilisés pour le piratage monter et se faire descendre. C'est le cycle de la life, tout ca.
Et dans le cas de MU, on peut dire que la sélection naturelle nous a soulagés d'un beau boulet: installer des serveurs en Virginie (et en Europe de l'Ouest) mais n'imp.

Et merci d'éviter le refrain anti-américain: on a les mêmes à la maison.
Tout comme merci d'éviter le refrain "lire les CGU", récurrent chez toi, on sait que des CGU ont été retoqués car comportant des clauses abusives.


Et dans le cas de MU, on peut dire que la sélection naturelle nous a soulagés d'un beau boulet: installer des serveurs en Virginie (et en Europe de l'Ouest) mais n'imp.
Il est bête, donc tant mieux qu'il dégage. Je vois, belle mentalité. Et il aurait été intelligent, il aurait eu tout légitimité pour continuer ? ^_^

Vevster
31/01/2012, 19h51
Tout comme merci d'éviter le refrain "lire les CGU", récurrent chez toi, on sait que des CGU ont été retoqués car comportant des clauses abusives.



Sur ce point, c'est MU qu'il faut attaquer, pas le FBI

Teto
31/01/2012, 20h18
Sur ce point, c'est MU qu'il faut attaquer, pas le FBI
C'est vrai, mais ce que je voulais plutôt dire c'est que les CGU ne sont pas à prendre comme parole d’Évangile, et se cacher derrière "faut lire les CGU" n'est pas un argument super valable car en définitive leur valeur légale est sujette à caution.

vectra
31/01/2012, 22h38
En droit Honk-Kongais? Non mais lol?
C'est pas la France, gars. Encore moins les USA...

---------- Post added at 21h31 ---------- Previous post was at 21h24 ----------



Il est bête, donc tant mieux qu'il dégage. Je vois, belle mentalité. Et il aurait été intelligent, il aurait eu tout légitimité pour continuer ? ^_^

Quand on est bête et qu'on viole la loi, j'invoque Darwin.
Pour le reste, je n'ai jamais condamné le piratage. Juste la stupidité, et le fait que MU se faisait beaucoup trop d'argent sur des contenus dont les droits n'étaient jamais payés (donc, question mentalité, euh, ca se pose là).

---------- Post added at 21h38 ---------- Previous post was at 21h31 ----------

Je ne suis pas là pour prêcher l'Hadopisme, mais la "naïveté" de certains pro-MU ou pro-pirates est tout de même tellement navrante qu'elle en est parfois vraiment dérangeante. Je tiens à me démarquer de ca, et on peut dire que j'ai bien réussi jusqu'à présent.

Je m'assume comme ouvertement pro-piratage, mais uniquement dans une certaine mesure. Il me semble normal que les ayants-droit fassent en sorte qu'aucun système n'atteigne une maturité suffisante pour permettre un piratage de masse, et encore moins qu'ils engrangent des bénéfices à leur place. Je trouve dommage (comme beaucoup de monde) que les majors ne soient pas assez promptes à permettre une offre légale digne de ce nom, mais on ne peut pas non plus les forcer. Et la position qu'avait pris MU était vraiment la pire option possible pour tout le monde: je ne verse aucune larme sur sa disparition, point.

Teto
31/01/2012, 23h55
En droit Honk-Kongais? Non mais lol?
C'est pas la France, gars. Encore moins les USA...
Je vois que nous sommes d'accord... ^_^

Quant au reste... No comment.

M0zArT
01/02/2012, 01h05
Ça serait marrant qu'un jour ils ferment Google (et les centaines de services associés: Docs, Codes, Mail, Maps, etc...), on rigolerait un bon coup !
L'avenir est donc dans le décentralisé !

Par contre, je me disais :
1. Si il n'y avait pas eu ses échanges de mails, est-ce que le FBI aurait pu intervenir ?
2. Comment ont-ils fait pour les intercepter ces mails ? Ils ont le droit ? Sans l'ordre d'aucune autorité juridique et d'amener ça devant un tribunal en temps que preuve ?

Non parce que les autres hébergeurs (du genre RS) appliquent le même système d'abonnement payant et de "rémunération" des gros uploaders !

3. Qu'est-ce qui les a foutu dedans donc ? Juste ces e-mails ?
4. Pour le peu de droit que j'ai fait cette année, on m'a dit que les hébergeurs n'étaient pas responsables du contenu qu'ils hébergeaient mais sont seulement tenu de supprimer les fichiers illégaux lorsque ceux-ci leurs son notifiés (notification dans le sens juridique, avec formulaire et tout le bordel, pas juste un e-mail), donc pourquoi cette fermeture brutale ?

Et pour finir :

Je vois ca comme un gars qui achète un disque Maxtor pourri pour mettre toutes ses données sensibles et qui se marre en voyant les alertes SMART jusqu'au clonk final.Le problème avec le cas MU, c'est qu'on a pas eu d'alertes ne serait-ce que quelques jours avant... :sad:

MrBoutade
01/02/2012, 01h15
Juste au passage, les fichiers hébergés vont belles et bien disparaitre. (http://www.europe1.fr/International/Megaupload-les-fichiers-bientot-supprimes-927091/)
Donc finalement, l'arrestation et le gèle des fonds avaient pour but de rendre Megaupload insolvable, et de faire en sorte que les fichiers disparaissent ?

Nemeo
01/02/2012, 11h59
Irrecevable. Tu as les preuves, des signatures ? Tu as fait une enquête sur la population mondiale ?
Ça, c'est fait.

Sans dec', t'as vraiment cru que j'invoquais ça comme preuve à charge? ^_^
C'est juste une remarque humouristique, hein, en vrai la présomption d'innocence c'est le bien.

Reste que ces histoires d'irresponsabilisation des hébergeurs me turlupinent. Megaupload n'exerçait qu'un contrôle réactif de principe sur les données qu'il hébergeait. Ils attendaient que les avocats d'universal/de la warner leur faxent une menace de poursuite avec le numéro de fichier concerné pour virer un fichier illégal. Comment est-ce qu'un fournisseur de service peut décharger sa responsabilité sur l'utilisateur s'il n'est même pas capable d'identifier ses utilisateurs, s'il refuse de les contrôler et de les poursuivre en cas de non-respect des lois? Est-ce légal d'héberger en ligne un media ou un logiciel dont on détient uniquement des droits d'utilisateur?

abelthorne
01/02/2012, 12h10
Reste que ces histoires d'irresponsabilisation des hébergeurs me turlupinent. Megaupload n'exerçait qu'un contrôle réactif de principe sur les données qu'il hébergeait. Ils attendaient que les avocats d'universal/de la warner leur faxent une menace de poursuite avec le numéro de fichier concerné pour virer un fichier illégal. Comment est-ce qu'un fournisseur de service peut décharger sa responsabilité sur l'utilisateur s'il n'est même pas capable d'identifier ses utilisateurs, s'il refuse de les contrôler et de les poursuivre en cas de non-respect des lois? Est-ce légal d'héberger en ligne un media ou un logiciel dont on détient des droits d'utilisateur?
C'est le principe de la loi sur les hébergeurs : l'hébergeur fournit un espace à l'utilisateur et c'est ce dernier qui est responsable de ce qu'il y fait. Le service n'a pas à fliquer et surveiller ce que fait l'utilisateur, et il n'en a pas forcément les moyens.
Pour faire une comparaison : si tu loues un appartement ou un bureau, ton proprio ne va pas venir voir ce que tu fais chez toi tous les quarts d'heure et ne sera pas responsable si tu y commets des choses illégales.

Quant aux demandes de suppression de fichiers, c'est ce qui est prévu par le DMCA : l'hébergeur n'ayant pas nécessairement les moyens de surveiller ce qui est stocké chez lui, il doit supprimer le contenu aussi vite que possible dès lors qu'un ayant-droit se plaint de la disponibilité de fichiers contrefaits. Il doit aussi mettre en place les moyens techniquement possibles pour faire en sorte que le contenu en question ne soit pas remis en place (par identification d'un fichier via un hash, par exemple).
Ce qui est reproché (entre autre) à MegaUpload est de n'avoir pas respecté ce principe : lorsqu'un fichier était signalé, le lien était supprimé mais pas le contenu et les autres liens menant à des fichiers identiques n'étaient pas pris en compte.

wushu_calimero
01/02/2012, 12h54
Sans jugement rendu pour le moment, c'est là que le bât blasse.

A priori, c est bien un juge qui a ordonné, non pas la suppression des noms de domaine, mais leur redirection à la demande du FBI.

Petit point technique par Bortzmeyer ici: http://seenthis.net/messages/53427

Yank31
01/02/2012, 13h33
Oula... un troisième larron vient poindre son nez dans cette histoire, l'electronic frontier foundation (EFF) qui veut proposer aux utilisateurs de récupérer leurs fichiers licites, via création d'un site Megaretrieval.com. source (http://www.pcinpact.com/news/68646-megaretrieval-megaupload-eff-carpathia-fichiers.htm)

L'EFF n'est apparemment lié ni à MU ni aux institutions étatiques américaine, mais semble être une "fondation de défense des intérêts publics" (https://www.eff.org/about), peut être un peu comme notre UFC version électronique ?

Du coup pour l'action au civil qui-me-tient-tant-à-coeur visant à se faire dédommager la perte des données stockées, c'est rappé. Ou alors faudrait l'axer non pas sur la perte des données mais sur la rupture fautive du contrat de service par MU (ce sont les fautes de MU qui ont conduit à la rupture du service, par ex. les signalements mis en place par MU auraient concerné uniquement les contenus pédopornographique, pas les contenus illicites pour violation des droits d'auteurs).

La démarche de l'EFF pourrait aider à lutter contre "l'évidence" qui me déplait tant, en ce sens qu'elle établirait l'existence de fichiers licites sur les serveurs d'une part, et recenserait les utilisateurs concernés d'autre part, les seuls à même de se plaindre en justice...

Eprefall
02/02/2012, 14h35
Tu as raison, je pars de ce pas me monter un site web de traites des blanches, deal de médicaments interdits
:bave: need !

Sinon je vois pas le souci sur le fait que MU est plus disponible mondialement à cause des US. C'est la faute à la conception de MU, s'il y avait une eu architecture plus décentralisé: par exemple MU.fr avec des serveurs hébergés en France par exemple. MU.fr serait encore disponible non ?
Le droit à été appliqué sur le territoire US, peu-importe que les conséquences soient mondiales.
Si demain la France met fin à un commerce de contrefaçon en arrêtant des citoyens fr, et que cela implique la fin des ventes de plusieurs produits au Zoulouland (alors que la bas personne n'a été jugé pour contrefaçon), où est le souci ?

Pour moi on est dans le même cas de figure.

keulz
03/02/2012, 13h52
Tape "film en entier" sur YT, tu vas être surpris.

=>


http://www.youtube.com/watch?v=VsuuyCZOl5A

:wub: :wub: :wub:

A voir absolument !!!!!
Le début est dantesque...

Yank31
03/02/2012, 15h08
Putain de justice americane :ragefist:

mais bone chance salut

vectra
07/02/2012, 01h09
Je retire ce que j'ai dit: en fait, la justice américaine nous rendrait un grand service en retirant youtube et dailymotion.

Frite
07/02/2012, 12h07
A voir absolument !!!!!
Le début est dantesque...
C'est génial ! (enfin il faut la passer en accéléré, parce qu'il met tout de même 6 minutes à taper deux phrases.)
Donc si j'ai bien compris, il faut aller sur le site de la SNCF pour regarder twilight en streaming ?

Don Moahskarton
07/02/2012, 21h22
Je ne sais pas si j'apporte de nouveaux éléments, mais ceci me parait pertinent a prendre en compte :

https://www.contrepoints.org/2012/01/27/66578-exclusif-megaupload-le-site-a-bien-ete-ferme-a-cause-de-sa-future-offre-legale

Kiwyh
09/02/2012, 23h06
Pognon, tout est histoire de pognon depuis au moins 1 millénaire sur cette foutue planète.

keulz
13/02/2012, 17h22
Pognon, tout est histoire de pognon depuis au moins 1 millénaire sur cette foutue planète.

Joli coup de gueule.

serishirts geek
26/02/2012, 08h08
Bon ok la justice américaine a encore fait sa pute, mais rien de nouveau dans notre fabuleux monde, par contre ca se passe comment avec copinou youtube qui fou carrement des film entier sans coupure de temps ? youtube c'est du .com si je ne m'abuse http://www.youtube.com

Kiwyh
26/02/2012, 15h40
YouTube a une limite de temps de vidéo il me semble, non ?

Sinon, une fermeture serait trop voyante, comme s'ils fermaient Facebook par exemple.