Crunchez vos adresses URL
|
Rejoignez notre discord
|
Hébergez vos photos
Page 164 sur 164 PremièrePremière ... 64114154156157158159160161162163164
Affichage des résultats 4 891 à 4 915 sur 4915
  1. #4891
    Merci pour vos commentaires, mais ce que je trouve monumental, ce sont les personnes qui arrivent à finir en moins de 3h

    Quant au niveau effectivement il y a beaucoup plus de licenciés que d'habitude (+ de 40% contre 10 à 20% habituellement) et je pense que sur le sec, il doit être un peu plus sympa

  2. #4892

  3. #4893
    Félicitations pour ton premier 30+ !

  4. #4894
    GG
    Citation Envoyé par oll Voir le message
    Babybel le Resteeptueux !

  5. #4895

  6. #4896

  7. #4897

  8. #4898
    Cool Narm, et merci pour le CR, c'est un peu comme si on y était !!

    Pas glob la fin du trail en mode cross... Et sinon c'est cool tu as réglé le problème de crampes.

  9. #4899
    Citation Envoyé par Bops Voir le message
    Hey! Ça y est je suis marathonien

    NYC 4h07. Très très dur sur la fin. Mon cardio m’a laché au km 12, j’ai fait au feeling et un peu teop vite. Je le paie à partir du 35 mais j’arrive à ne pas trop flancher.

    Je fais un report un peu plus tard (j’ai mal).

    YAHHOOOO C EST BON CA!!
    Bravooo et bienvenu dans la famille

    Bien joué aussi Narm joli CR

  10. #4900
    Sinon, je ne connais pas ma fc max. Aujourd'hui série de 500, réguliers, je monte en fin de séance à 173 bpm (même sur le dernier où j'essaie franchement de faire au mieux ça ne va plus haut). Du coup je peux l'évaluer à environ 175 ?

  11. #4901
    Pas venu sur le forum CPC depuis une éternité, je vois ce topic, je me dois de le lire...
    Training for Badwater Ultramarathon : 217 km

  12. #4902
    Citation Envoyé par Ze Venerable Voir le message
    Sinon, je ne connais pas ma fc max. Aujourd'hui série de 500, réguliers, je monte en fin de séance à 173 bpm (même sur le dernier où j'essaie franchement de faire au mieux ça ne va plus haut). Du coup je peux l'évaluer à environ 175 ?
    Ça me semble raisonnable

  13. #4903
    Citation Envoyé par javabean34 Voir le message
    Pas venu sur le forum CPC depuis une éternité, je vois ce topic, je me dois de le lire...
    Badwater ? C'est assez mythique et monstrueux comme course tu as déjà fait quoi du genre pour t'y préparer ?

  14. #4904
    Tout dépend de tes 500s je pense que tu peux monter encore un peu plus... Un test Cooper c'est pas mal même si j'ai pas fait cela depuis des lustres, sinon tu fais un 10km ou un 5 en course en général tu es à bloc donc à la fc max

  15. #4905
    Bravo Narm ! Chouette CR

    Perso, le WE dernier, c'était le Grand Trail Nocturne des Hauts de France. Une nouvelle épreuve, de 80 km / 1500 d+, au départ et à l'arrivée de l'Arena de Liévin.

    Bon 80 bornes, déjà en temps normal, c'est pas évident (non, ce n'est pas la routine, bande de vilains qui pourrissent mon Strava ). Là en plus, j'ai fait un 51/1200 y'a deux semaines.
    Alors, certes le rythme était plutôt tranquille (j'y allais pour accompagner un ami, on a fini en un peu plus de 7 heures), mais ce n'est jamais évident de récupérer.

    Du coup, ces deux semaines auront été très relâchées, histoire d'essayer d'arriver un poil en forme.

    J'arrive sur place dès le vendredi soir, après avoir visité Lille dans la journée (très joli, je ne connaissais pas ^^).
    Il y a un centre d'hébergement dans l'Arena, ce qui permet de se préparer tranquillement et de ne pas avoir à se prendre la tête pour la logistique.

    Le lendemain, la course étant à 13 heures, j'ai le temps de prendre un petit déj copieux devant la finale de la Coupe du Monde de rugby.

    Pour cette course, j'ai décidé de partir plutôt cool, et d'aviser par la suite selon la forme.
    Il faut dire que les deux dernières fois, j'étais parti vite et avais pas mal souffert sur la fin. Là, si je pouvais finir moins dans le mal, bah...

    Départ à la cool donc. Déjà bien se placer. Donc pas dans le peloton de tête comme les dernières fois. J'ai pas le niveau pour, ça sert à rien.
    Dans le premier tiers du peloton, ça me parait bien. Et du coup, comme on fait un tour de piste dans l'Arena avant de partir, ça permettra de se replacer.

    Et en fait, je me fais...rouler dessus. De manière monstrueuse. Je pars pas non plus super lentement pourtant, mais vraiment dans ces premiers kilomètres, j'ai l'impression que tout le monde me double.
    Pas de panique hein, la course est longue, je sais que je reverrai probablement une grande partie de ces gens, mais un poil frustrant quand même.
    A un moment, je me retourne, il n'y a plus personne derrière moi. Franchement, à ce moment, si le serre-file me rattrape, je serai limite pas étonné .

    Au bout de 2/3 bornes, long passage dans les champs de quelques kilomètres. On sera du coup vite mis dans le bain niveau conditions : il y a un vent absolument atroce !

    Après ces quelques kilomètres, on entre en forêt. On n'en sortira pour ainsi dire pas pendant 30 bornes.
    En forêt, on est plus ou moins à l'abri du vent. Par contre, il a quand même beaucoup plu ces derniers temps, et le sol est détrempé et boueux.

    Bref, pick your poison !

    Pour le moment ça va à peu près, on est les premiers à passer. Pour le moment...

    Les difficultés sont surtout dans le premier tiers de la course. Et de ce côté là pour moi, c'est un peu le monde à l'envers...
    Je double beaucoup en montée, où normalement je suis une bille. Et sur le plat et en descente, je me fais déposer. Bon, encore une fois, la course est longue, prenons notre temps.

    Je vais quasi zapper tous les ravitos (mention spéciale au premier, 24 secondes d'arrêt...). En fait, sur ces premiers ravitaillements, il n'y a pas grand chose qui me fait réellement envie.
    Un bout de banane et un verre d'eau sur le premier. Sur le deuxième, un toast avec une barre de céréales (première fois que je prends des barres Nesquik, c'est une tuerie ce truc ).

    Je repartirai quand même avec un verre de soupe beaucoup trop chaud (je jetterai même la fin ) que je prendrai en marchant dans ce deuxième ravitaillement.
    A noter qu'il y avait sur ce deuxième ravito 2 (deux) bouteilles de coca. Pour 400 partants, ça fait léger...

    Aux alentours du 30ème, je me perdrais deux fois de suite quasiment (presque les deux seules fois). Manque de lucidité (déjà ?) ou de balisage la première fois, je ne sais pas.
    La deuxième fois, je me suis fait "saboter" par des fanions d'un autre événement que j'ai suivi bêtement. Un petit peu de dénivelé en plus pour moi, pas vraiment de distance, j'ai pu retrouver la trace sans problème.

    Sortie de forêt aux alentours du trente-cinquième pour quelques kilomètres à découvert. Les conditions sont quand même pas loin de l'apocalypse maintenant. Il ne pleut pas trop mais le vent est horrible, et la nuit est en train de tomber doucettement.

    Je doublerai au bout de quelques temps celle qui va "gagner" (en coupant...) la course chez les féminines, qui hurle que c'est horrible et qu'elle n'en peut plus. Voilà pour le résumé.
    Et moi, dans tout ça... je m'éclate . Je continue à gérer tranquillement mes forces, mais je commence à sentir que mon heure ne va plus tarder.

    On arrivera assez tranquillement au 48ème, pas de grosses difficultés à signaler. On a rejoint depuis quelques kilomètres les coureurs du 57 (qui en sont donc à peu près au 25ème).
    Et ce qui me marque à ce ravitaillement, c'est que c'est un véritable mouroir. Il n'est pas très grand (c'est une grange de ferme) mais il y a du monde PAR-TOUT.
    Il sera compliqué de se faufiler jusqu'aux tables. Ce coup-ci, il y a (un peu) de coca, de la St Yorre (waouh) et surtout des produits de la ferme !

    Une fois les flasques remplies, deux verres bus (un de coca et un de St Yorre), je repars avec une grande tartine de pain de campagne, jambon, saucisson à l'ail que je dégusterai tranquillement en marchant et en causant avec les moutons (véridique).

    On a encore quelques kilomètres relativement faciles, juste entrecoupés de quelques montées. Les montées sont maintenant difficiles : la plupart des courses sont passées par là et ont saccagé les chemins.

    Et c'est dans une montée plus difficile que les autres que C'EST PARTI §§§
    Un petit bouchon s'était formé dans cet espèce de raidard à 30 %, où quand tu fais un pas de 10 cm, tu glisses de 15. Les gens s'étaient mis en file indienne sur le côté du sentier, qui était un peu plus facile.
    Pas envie d'attendre, du coup j'attaque dré dans le pentu de l'autre côté.

    Alors que je n'avais pas vu qui que ce soit dans les 5 bornes précédentes, je double 5 personnes dans cette montée, qui devait faire 300 mètres à tout casser.
    Pareil dans la descente qui suit, ultra glissante et où les gens passent au ralenti. Ils ont vu passer un espèce de possédé passer à toute vitesse, en mode "même pas peur".

    Il y a quand même une personne qui s'est accrochée à moi, tant bien que mal sur ce passage. On se tiendra compagnie sur les quelques kilomètres suivants, de nouveau faciles, sur le bitume.
    On est en train de descendre tranquillement vers le village qui abrite le dernier ravitaillement. Enfin "tranquillement", car ça cavale quand même. On a été rejoints maintenant par les randonneurs.

    Ces randonneurs ont été top. Quand ils nous entendaient arriver, ils se décalaient toujours pour nous laisser passer le plus facilement possible.
    Et au pire, en s'annonçant, pareil, aucun mal à dépasser. Impec !

    Bref, on arrive avec mon compagnon au dernier ravito. Deux minutes d'arrêt, où j'ai pu boire... un smoothie (si, si, j'avais déjà testé à l'entraînement en plus) et prendre une part de crumble qui aurait pu nourrir la moitié de l'Afrique.
    Les ravitaillements n'étaient pas forcément très généreux en quantité, mais avaient au moins le mérite de l'originalité.

    Check du bonhomme avant ces 17 dernières bornes : Ca va quand même franchement bien pour un mec qui a déjà fait 63 km.

    Du coup, on enclenche un pacman géantissime. Alors oui, il y a beaucoup de randonneurs, mais je double également un nombre de concurrents ahurissant.
    Maintenant, les petites montées, je les cours entièrement. Les plus longues, je les entame en courant. Et je relance avant la fin.

    Au milieu, je dégoûte les plus chevronnés des marcheurs nordiques avec mes énormes enjambées qui ne ressemblent à rien.
    10 kilomètres avant la fin, j'accélère encore, à la faveur d'une relance après une longue montée.

    Je suis dans le flow, dans ma bulle, même si un malotru a essayé de la squatter en me suivant pendant un ou deux kilomètres. Sauf qu'il n'arrive pas à suivre le rythme longtemps.
    Tant mieux, j'ai envie de savourer seul ce moment rare en course.

    J'arrive alors... au vrai dernier ravitaillement. J'avais vraiment bien préparé ma course : les organisateurs avaient annoncé cinq ravitaillements, j'en avais noté que quatre. Nouille.
    Au "menu", eau, banane, et... vin . Bon, le vin, je vais éviter hein ! 30 secondes d'arrêt à tout casser avant de repartir.

    Et on relance, encore et encore. Et on double, encore et encore. Il peut se passer n'importe quoi, montée, boue, vent, les trois en même temps, ranàfout.
    Le seul arrêt, c'est quelques secondes pour laisser passer un quad. Chose pas drôle, les secouristes ont été obligé d'intervenir à 5 bornes de l'arrivée pour une concurrente, couverte de survie, toussa.
    Ils me disent qu'ils gèrent, du coup je repars. A trois kilomètres de la fin, dernière grosse difficulté, avec la montée d'un terril.

    Pour le coup, le chemin est praticable, pas trop boueux. Du coup, bah on sort les enjambées de trois mètres et pif pouf en haut du terril en moins de temps qu'il en faut pour écrire cette phrase.
    En haut, on fait quoi ? BAH ON RELANCE

    J'arrive sur un petit single, avec un concurrent juste devant moi qui veut pas me laisser passer et qui veut jouer au "Le premier qui craque, il a perdu".
    Je sens un début d'ampoule sous le gros orteil droit, du coup je reste sagement derrière lui... Pendant deux minutes.
    A la faveur du retour en ville... VA-VA-VROOM. Je relance dans cet avant dernier kilomètre, à 4'20 (!) au kilomètre.
    Au bout de 300 mètres, j'entends que ça hurle derrière moi. Je m'arrête, me retourne

    "Tu t'es perdu"... Je hurle quelques insanités contre moi-même, trop occupé à cavaler pour faire gaffe.
    "Ah non pardon"


    La fin sera plus anecdotique, la dernière montée, ainsi que cet événement m'auront un peu coupé les pattes (en même temps...)

    8h48, une 36ème place sympa sur 422 partants, et surtout un kif immense !

    Bon il m'a fallu quelques minutes après coup pour me remettre de cette "violence".

    Première édition sympa, bien qu'il y ait pas mal de choses à revoir, notamment sur les ravitos (pas de coca, pas de St Yorre, ravito final très très chiche).
    C'est bien de vouloir faire original (les smoothies, les produits de la ferme, c'est franchement cool), mais ça doit être en plus du classique, pas le remplacer.

    Par contre, pouvoir loger sur place, et profiter de la friterie que l'orga avait fait venir sur le parking de l'Aréna à l'arrivée, c'était top !

  16. #4906

  17. #4907
    Ce résumé
    GG !
    Citation Envoyé par oll Voir le message
    Babybel le Resteeptueux !

  18. #4908
    Beau CR, beau classement, belle course !
    Ca fait vraiment envie !

  19. #4909
    Magnifique CR de course !!

    Je voulais vraiment faire cette course...mais une tendinite au genou a décidé que non ça ne sera pas cette petit scarabée
    Citation Envoyé par Tyranya Voir le message
    Il y a un centre d'hébergement dans l'Arena, ce qui permet de se préparer tranquillement et de ne pas avoir à se prendre la tête pour la logistique.
    Vous pouviez dormir dans le stade, sur la piste ? ou bien dans le bâtiment à coté qui n'a pas une grosse capacité ?

    Citation Envoyé par Tyranya Voir le message
    Les difficultés sont surtout dans le premier tiers de la course. Et de ce côté là pour moi, c'est un peu le monde à l'envers...
    Je double beaucoup en montée, où normalement je suis une bille. Et sur le plat et en descente, je me fais déposer. Bon, encore une fois, la course est longue, prenons notre temps.
    Pour avoir fait des entrainements et des courses avec de purs nordistes, c'est tout à fait le style. Dès qu'il y a le moindre dénivelé, il n'y plus personne, mais sur le plat ça avance vite.


    J'espère le faire l'année prochain, avec une organisation encore meilleure

  20. #4910
    Citation Envoyé par Vautour Voir le message
    Badwater ? C'est assez mythique et monstrueux comme course tu as déjà fait quoi du genre pour t'y préparer ?
    Ah... cette signature date un peu...
    Je m’entraînais effectivement il y a quelques années pour la Badwater.
    Mais je m'entraînais en même temps pour un Ironman et j'ai du faire un choix, la préparation étant vraiment différente.
    J'ai à présent levé le pied sur le triathlon car marre de me lever à 6 h du mat. pour courir, puis muscu entre midi et deux et enfin bassin en fin de journée...
    Bon, j'ai pas laissé tomber la piscine car je suis nageur à la base et c'est mon élément naturel !
    Je pense à nouveau à la Badwater et je vais peut-être monter une équipe pour y aller : plus de motivation et frais réduits !
    Training for Badwater Ultramarathon : 217 km

  21. #4911
    Merci à tous !

    Citation Envoyé par Nols Voir le message
    Magnifique CR de course !!

    Je voulais vraiment faire cette course...mais une tendinite au genou a décidé que non ça ne sera pas cette petit scarabée

    Vous pouviez dormir dans le stade, sur la piste ? ou bien dans le bâtiment à coté qui n'a pas une grosse capacité ?


    Pour avoir fait des entrainements et des courses avec de purs nordistes, c'est tout à fait le style. Dès qu'il y a le moindre dénivelé, il n'y plus personne, mais sur le plat ça avance vite.


    J'espère le faire l'année prochain, avec une organisation encore meilleure
    Non, on pouvait dormir dans le bâtiment à côté, pas sur la piste heureusement
    Y'avait pas grand monde d'ailleurs, donc pas de problème !

    Ta description du coureur nordiste me convient bien aussi en fait, d'où ma surprise.

    L'orga reste très bien dans l'ensemble, juste un peu plus de balisage parfois, et des ravitos un poil plus fournis et tout sera nickel !
    Après, il faut pas avoir peur des longues parties plates, mais personnellement j'ai trouvé le parcours sympa

  22. #4912
    Question bête : on perd rapidement quand on arrête de courir un.peu ? Parce que là j'ai arrêté 10 jours, après une petite séance de récupération post semi-marathon. Et là je crève comme un rat mort. Une sortie de 12km à 5'45/km et je suis à plus de 160bpm...
    Le travail n'épouvante que les âmes faibles.

  23. #4913
    Citation Envoyé par Seymos Voir le message
    Question bête : on perd rapidement quand on arrête de courir un.peu ? Parce que là j'ai arrêté 10 jours, après une petite séance de récupération post semi-marathon. Et là je crève comme un rat mort. Une sortie de 12km à 5'45/km et je suis à plus de 160bpm...
    On n'est pas censé perdre aussi vite que ça. C'est peut-être juste un coup de fatigue.

  24. #4914
    Citation Envoyé par Vautour Voir le message
    On n'est pas censé perdre aussi vite que ça. C'est peut-être juste un coup de fatigue.
    Possible oui. J'ai du mal à dormir et le froid est arrivé aussi.
    Le travail n'épouvante que les âmes faibles.

  25. #4915
    Citation Envoyé par Tyranya Voir le message
    Perso, le WE dernier, c'était le Grand Trail Nocturne des Hauts de France.
    Au top !

Page 164 sur 164 PremièrePremière ... 64114154156157158159160161162163164

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •