Crunchez vos adresses URL
|
Calculez la conso électrique de votre PC
|
Hébergez vos photos
Page 14 sur 14 PremièrePremière ... 467891011121314
Affichage des résultats 391 à 407 sur 407
  1. #391
    Citation Envoyé par Erokh Voir le message
    hyperactif cérébral? C'est quoi?
    J'ai eu la même interrogation ...

  2. #392
    Tiens il y a eu un "débat" intéressant sur un des topics flood du ToR il y a quelques jours au sujet des phobies. Je soutenais qu'il faut une raison pour une phobie tandis que quelqu'un d'autre (Bah il me semble) disait que ce n'était pas le cas.

    Je pense que si les phobies ne sont pas toujours directement rationnelles, il y a toujours une raison, soit personnelle (phobie de X car on a peur inconsciemment de Y) soit historique (peur du noir car impossible de voir le danger par ex).

    On peut continuer d'en causer ici si vous voulez !

  3. #393
    Bien sûr qu'il faut une raison.

  4. #394
    Le débat était sur les rongeurs : la phobie est tellement répandue qu'il est peu probable qu'il s'agit d'une raison personnelle à chaque fois. D'un autre côté, une raison historique n'est pas évidente non plus, d'un point de vue évolutionnaire c'est plutôt au rongeur d'avoir peur de l'humain. Du coup quelle est la source ? J'avoue ne pas avoir de réponse claire la dessus, je pensais peut-être à une raison historique, la transmission des maladies. Mais ce n'est pas évident.

  5. #395
    Citation Envoyé par hijopr Voir le message
    Tiens il y a eu un "débat" intéressant sur un des topics flood du ToR il y a quelques jours au sujet des phobies. Je soutenais qu'il faut une raison pour une phobie tandis que quelqu'un d'autre (Bah il me semble) disait que ce n'était pas le cas.

    Je pense que si les phobies ne sont pas toujours directement rationnelles, il y a toujours une raison, soit personnelle (phobie de X car on a peur inconsciemment de Y) soit historique (peur du noir car impossible de voir le danger par ex).

    On peut continuer d'en causer ici si vous voulez !
    Tout dépend de la définition de "raison", tu parles d'une raison phylogénétique (atavisme lié à l'évolution de l'espèce ?), d'une raison ontologique (lié au développement de la personnalité, une forme névrotique), une raison traumatique lié à un évènement en particulier ?

    En psychopathologie, la phobie est soit un trouble unique (Trouble phobique - névrose phobique) soit un symptôme transverse c'est-à-dire présent dans plusieurs tableaux cliniques. En fait les trois cas que je cite sont possibles avec un quatrième, une phobie "sans causes identifiées".

  6. #396
    On parlait en fait plus précisément de la rationalité des phobies. La discussion était partie du fait que par exemple la phobie de l'araignée ce serait parce que certaines araignées peuvent être dangereuses et du coup paf on en a peur. Je disais que si on était vraiment rationnel dans sa phobie de l'araignée, on ne l'aurait simplement pas parce qu'on saurait que par ici il n'y'a pas de quoi avoir peur du danger que représente l'araignée.

    Je dis pas qu'il y'a pas de raison, je dis qu'il y'a pas réellement de rationalité. Je suis par exemple pas vraiment phobique des araignées, mais c'est un truc qui me met mal à l'aise. C'est lié à une sorte de dégoût général envers l'animal que je m'explique pas (c'est une raison, mais c'est à priori pas rationnel). Tout comme j'ai une copine qui a la phobie des pigeons. C'est chaud à rationaliser ça. Tout comme le fait qu’apparemment les gens qui ont le vertige en haut d'un immeuble ne l'ont pas en hélico par exemple (un pote pilote d'hélico en fait souvent l'expérience). Apparemment y'a même des gens qui font du parachute qui ont le vertige en haut d'un immeuble, mais qui ne l'ont pas les pieds dans le vide avant de sauter de l'avion.
    Artemis: "la nouvelle génération a été conditionné QUE pour consommer et la on voit les dégats des societes occidentale pourris a l'argent [...] J'avais vu ca au zapping"

  7. #397
    Citation Envoyé par Hochmeister Voir le message
    Tout dépend de la définition de "raison", tu parles d'une raison phylogénétique (atavisme lié à l'évolution de l'espèce ?), d'une raison ontologique (lié au développement de la personnalité, une forme névrotique), une raison traumatique lié à un évènement en particulier ?
    Les trois. A la place de raison, on peut parler de source si tu préfère.

    Citation Envoyé par Bah Voir le message
    On parlait en fait plus précisément de la rationalité des phobies. La discussion était partie du fait que par exemple la phobie de l'araignée ce serait parce que certaines araignées peuvent être dangereuses et du coup paf on en a peur. Je disais que si on était vraiment rationnel dans sa phobie de l'araignée, on ne l'aurait simplement pas parce qu'on saurait que par ici il n'y'a pas de quoi avoir peur du danger que représente l'araignée.
    On entends pas rationnel de la même manière en fait. Pour moi il s'agit d'une logique derrière la phobie. Sinon effectivement, si tu es bien attaché, ce n'est pas rationnel d'avoir peur de pendre au dessus du vide à 200 mètres de haut. Ta pote qui a peur de pigeons, je pense qu'il y a une raison logique derrière. Elle a peur des pigeons parce que ça lui fait penser à "bla" qui l'a traumatisée d'une manière ou d'une autre à un moment par exemple. Et de mon point de vue, une fois cette raison consciente, la phobie est rationnelle.

  8. #398
    Citation Envoyé par hijopr Voir le message
    On entends pas rationnel de la même manière en fait. Pour moi il s'agit d'une logique derrière la phobie. Sinon effectivement, si tu es bien attaché, ce n'est pas rationnel d'avoir peur de pendre au dessus du vide à 200 mètres de haut. Ta pote qui a peur de pigeons, je pense qu'il y a une raison logique derrière. Elle a peur des pigeons parce que ça lui fait penser à "bla" qui l'a traumatisée d'une manière ou d'une autre à un moment par exemple. Et de mon point de vue, une fois cette raison consciente, la phobie est rationnelle.



    Je trouve le lien traumatisme/phobie trop direct. C'est une hypothèse mais bien souvent tu as une construction psychologique "rationnelle" un tantinet plus complexe. Par exemple, des adolescents qui développent des phobies des maladies par un "déplacement" d'affects sexuels. L'adolescent doit se confronter à l'arrivée d'une sexualité adulte, de la séduction, aux transformations physiques liées à la puberté. Ces éléments sont anxiogènes et l'anxiété se déplace puis se condense sous la forme d'un symptôme phobique. C'est rationnel (dans le sens d'explicable, de mécanique) mais le "choix" de l'objet phobique -lui- peut-être arbitraire.




  9. #399
    Citation Envoyé par Hochmeister Voir le message

    Je trouve le lien traumatisme/phobie trop direct. C'est une hypothèse mais bien souvent tu as une construction psychologique "rationnelle" un tantinet plus complexe. Par exemple, des adolescents qui développent des phobies des maladies par un "déplacement" d'affects sexuels. L'adolescent doit se confronter à l'arrivée d'une sexualité adulte, de la séduction, aux transformations physiques liées à la puberté. Ces éléments sont anxiogènes et l'anxiété se déplace puis se condense sous la forme d'un symptôme phobique. C'est rationnel (dans le sens d'explicable, de mécanique) mais le "choix" de l'objet phobique -lui- peut-être arbitraire.[/FONT][/SIZE][/FONT]
    Genre l'ado est en pleine crise existentielle, et à un moment d’angoisse extrême, il voit un plat de choucroute, du coup il a la phobie de la choucroute à vie ? Je pensais qu'il fallait que l'objet de la phobie ait un lien inconscient avec la peur réelle, par exemple les serpent sont plus masculins, les araignées féminins, si on a peur des hommes ou des femmes, la phobie se fait sur l'un des deux, et pas au hasard.

  10. #400
    Citation Envoyé par hijopr Voir le message
    Genre l'ado est en pleine crise existentielle, et à un moment d’angoisse extrême, il voit un plat de choucroute, du coup il a la phobie de la choucroute à vie ? Je pensais qu'il fallait que l'objet de la phobie ait un lien inconscient avec la peur réelle, par exemple les serpent sont plus masculins, les araignées féminins, si on a peur des hommes ou des femmes, la phobie se fait sur l'un des deux, et pas au hasard.
    Certaines phobies sont plus courantes chez un sexe que l'autre, les phobies d'animaux par exemple sont plus souvent rencontrées chez les femmes mais ce n'est pas un automatisme.

    Disons que pour distinguer le hasard d'un lien inconscient c'est coton quand-même. On peut explorer les causes, les représentations et trouver les corrélations faites par la personne entre l'objet, sa manière de percevoir l'objet et ses peurs mais ça n'a rien d'évident. Il peut y avoir une peur concrète à la base mais le filtre des représentations, des émotions peut tordre le truc de telle manière que retrouver le point d'origine en admettant qu'il existe est juste impossible dans beaucoup de cas.

  11. #401

  12. #402
    C'est un joli panorama de la psychiatrie moderne.

  13. #403
    C'est ici le topic de la psychologie?

    Il semblerait que tout un pan de la psychologie sociale (l'épuisement de l'égo) et 40 ans de littérature soient baties sur du vent.

    Comment autant de scientifiques ont-ils pu tous se tromper à ce point?
    http://www.slate.fr/story/115289/psy...fiques-trompes

    C'est beau

    Je rigole, mais Enstein aussi s'est trompé, le propre d'une démarche scientifique est d'ailleurs peut etre moins le fait d'avoir raison, que de reconnaitre quand on a tort.

  14. #404
    Citation Envoyé par tonton kaka Voir le message
    Article que j'ai trouvé super intéressant !

    http://motherboard.vice.com/fr/read/...ellement-fous-
    L'intro est pas mal puis ça tombe dans les gros raccourcis. C'est dommage de résumer la psychiatrie à la pharmacologie et de placer tout les symptômes, troubles et pathologies répertoriés dans le DSM au même niveau. J'aime beaucoup Dosto et c'est dommage de l'utiliser pour faire du sensationnalisme.
    Citation Envoyé par Detox Voir le message
    La seule chose que t'aies jamais blessé c'est l'égo de ta mère à la naissance.

  15. #405
    Sophie Robert, réalisatrice du documentaire "le mur", travaille sur un nouveau projet qui ravira sans doute tout autant les psychanalystes: "Le phallus et le pas tout".

  16. #406
    Citation Envoyé par hijopr Voir le message
    Le débat était sur les rongeurs : la phobie est tellement répandue qu'il est peu probable qu'il s'agit d'une raison personnelle à chaque fois. D'un autre côté, une raison historique n'est pas évidente non plus, d'un point de vue évolutionnaire c'est plutôt au rongeur d'avoir peur de l'humain.
    Le rat est assez commun pour l'homme. Cette improbabilité de raison personnelle est biaisée: ceux qui étudient ça sont en général dans des conditions supérieures à la moyenne, ils n'ont jamais eu de rats non invités chez eux. Il y a des raisons personnelles à craindre les rats quand on les a côtoyés involontairement : un rat n'a pas peur de nous, il est hyper discret, silencieux, agile, intelligent, endurant, grimpeur (on en trouve jusqu'au 3e étage d'immeubles juste par l'extérieur de la tuyauterie), très bon nageur même sous l'eau, avec des dents qui en théorie pourraient à leur faire traverser un blockhaus en peu de temps si le clan s'y mets, ainsi il faut reboucher les trous qu'ils font dans les murs avec du ciment et du verre pilé dedans (ils sont hémophiles, leur seule faiblesse). Le rat rend ainsi parano (ils m'ont rendu ainsi un peu), voire phobique, tellement il peut s'infiltrer si on ne fait pas attention.
    Dernière modification par ERISS ; 04/11/2016 à 00h16.
    BioScience_SupplementalData pdf1_p17 La Terre: nous y éteignons toute vie. Mars: nous irons nous entretuer aussi. Mieux vaut être morts que ne plus être cons, il paraîtrait. Mon confort d'abord, mes poubelles triées pour mes enfants.

  17. #407
    Citation Envoyé par ERISS Voir le message
    Le rat est assez commun pour l'homme. Cette improbabilité de raison personnelle est biaisée: ceux qui étudient ça sont en général dans des conditions supérieures à la moyenne, ils n'ont jamais eu de rats non invités chez eux. Il y a des raisons personnelles à craindre les rats quand on les a côtoyés involontairement : un rat n'a pas peur de nous, il est hyper discret, silencieux, agile, intelligent, endurant, grimpeur (on en trouve jusqu'au 3e étage d'immeubles juste par l'extérieur de la tuyauterie), très bon nageur même sous l'eau, avec des dents qui en théorie pourraient à leur faire traverser un blockhaus en peu de temps si le clan s'y mets, ainsi il faut reboucher les trous qu'ils font dans les murs avec du ciment et du verre pilé dedans (ils sont hémophiles, leur seule faiblesse). Le rat rend ainsi parano (ils m'ont rendu ainsi un peu), voire phobique, tellement il peut s'infiltrer si on ne fait pas attention.
    Les rats sont quand même historiquement lié consciemment ou inconsciemment à une certaine promiscuité de l'hygiène et de maladies dont le rat serait le vecteur ou l'hôte. Il y a un passif historique du rat avec une bonne partie de l'humanité qui me fait penser que cette phobie a une grande chance d'avoir été acquise par l'humanité au fil du temps.

    Les travaux récents sur l'épigénétique montrent de plus en plus à quel point les enfants sont le véhicule des angoisses ou des phobies que les parents ont développées ou acquises. Il semblerait de plus en plus probable qu'il y aie un épi-marquage de certains gènes en fonction du vécu des géniteurs. Pour les rats par exemple les recherche tendent à dire que si la source de la phobie n'apparaît plus dans les générations qui suivent l'épi-marquage disparaît après 3 générations (chez le rat en tout cas).

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •