Crunchez vos adresses URL
|
Rejoignez notre discord
|
Hébergez vos photos
Page 226 sur 227 PremièrePremière ... 126176216218219220221222223224225226227 DernièreDernière
Affichage des résultats 6 751 à 6 780 sur 6781

Discussion: Les canards et la loi

  1. #6751
    Hello les canards.

    Tous les box de notre immeuble se sont fait forcer le mois dernier. Le notre ne ferme plus et l'agence demande à ce que notre assurance prenne en charge les réparations. Pas de souci s'il n'y avait pas la franchise de 100 balles pour réparer un truc dont on est pas responsable.

    J'ai regardé sur legifrance et je suis tombé sur l'article suivant

    article 7 de la Loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs

    Le locataire est obligé :

    c) De répondre des dégradations et pertes qui surviennent pendant la durée du contrat dans les locaux dont il a la jouissance exclusive, à moins qu'il ne prouve qu'elles ont eu lieu par cas de force majeure, par la faute du bailleur ou par le fait d'un tiers qu'il n'a pas introduit dans le logement;
    Quand je lis ça je lis qu'on est pas responsable et que c'est à l'agence/proprio de se démerder, pas à nous ou à notre assurance de prendre ça en charge.

    J'ai bon ?

  2. #6752
    Citation Envoyé par zatura Voir le message
    Hello les canards.

    Tous les box de notre immeuble se sont fait forcer le mois dernier. Le notre ne ferme plus et l'agence demande à ce que notre assurance prenne en charge les réparations. Pas de souci s'il n'y avait pas la franchise de 100 balles pour réparer un truc dont on est pas responsable.

    J'ai regardé sur legifrance et je suis tombé sur l'article suivant

    article 7 de la Loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs

    Le locataire est obligé :

    c) De répondre des dégradations et pertes qui surviennent pendant la durée du contrat dans les locaux dont il a la jouissance exclusive, à moins qu'il ne prouve qu'elles ont eu lieu par cas de force majeure, par la faute du bailleur ou par le fait d'un tiers qu'il n'a pas introduit dans le logement;
    Quand je lis ça je lis qu'on est pas responsable et que c'est à l'agence/proprio de se démerder, pas à nous ou à notre assurance de prendre ça en charge.

    J'ai bon ?

    C'est un peu plus compliqué que ça en fait.

    La règle en matière locative veut que la partie logement est la charge du locataire. Et la gestion des parties communes et à la charge du bailleur ou de son mandataire (ici l'agence).

    Cependant, si les couloirs qui mènent aux box sont considérés comme des parties communes, les box eux-même constituent normalement une dépendance du logement. Et à ce titre la dégradation de la porte du box (commise par un tiers) est supposée être prise en charge par l'assurance du locataire. En tout cas c'est mon analyse.

    D'ailleurs dans le cadre de ton assurance habitation j'imagine que ton assureur t'as demandé si le logement disposait d'une ou plusieurs dépendances (garage, box, etc...) pour justement adapter le contrat en fonction de ces éléments.

  3. #6753
    Ok mais dans ce cas que signifie cet article de loi ?

    Si je ne dois pas répondre des dégradations causées par un tiers pourquoi est-ce que c'est mon assurance qui devrait les prendre en charge ?

    Je veux bien que ça soit la règle habituellement suivie mais j'ai l'impression que c'est une règle tacite et non quelque chose de fixé par la loi.

  4. #6754
    Je comprends tout à fait ton étonnement et c'est bien légitime de se poser ce genre de question.

    D'ailleurs comme tu l'as déjà bien analysé, tu n'es pas l'auteur des dégradations, donc tu ne peux pas être tenu pour responsable. Mais c'est justement parce que tu n'es pas responsable que ton assurance doit prendre en charge les réparations.

    Alors pourquoi ton assurance et pas celle du bailleur? Car le bail locatif est un contrat par lequel le bailleur s'engage à t'offrir la jouissance d'une chose (l'appartement et ses dépendances) contre un loyer (article 1709 du Code civil). Ce qui signifie que dans le même temps, tu deviens le gardien de la chose pendant toute la durée du bail.

    Et en tant que gardien de la chose, c'est toi qui subis le préjudice en cas de dégradation par un tiers. A l'inverse, tu deviens aussi responsable de celle-ci (articles 1732 et 1242 du Code civil). C'est la raison pour laquelle tout locataire doit prendre une assurance habitation.

    J'ai bien conscience que ça puisse paraître abstrait dit comme ça mais c'est exactement le même principe que celui qui est appliqué pour d'autres préjudices que tu peux subir, provoqués volontairement ou non, et qui sont liés à l'appartement.

    Principe qui est notamment rappelé ici : https://www.service-public.fr/partic...sdroits/F21105

  5. #6755
    Je trouve ça assez bizarre qu'on soit considéré comme responsable des dégradations alors que le texte de loi dit exactement l'inverse dans le cas qui me concerne...

    Pourquoi mon assurance prendrait ça à sa charge alors que je n'ai pas à répondre de ces dégradations ?
    Dernière modification par zatura ; 27/08/2020 à 11h28.

  6. #6756
    Pour faire cours, à mon sens, c'est à ton assurance de prendre en charge car le tiers n'est pas identifié. Et c'est pour ces cas la que tu payes une assurance. Si le tiers est identifié, ton assurance se retournera contre lui.
    Ton prochain tu ne tueras point, le suivant par contre...

  7. #6757
    Citation Envoyé par zatura Voir le message
    Je trouve ça assez bizarre qu'on soit considéré comme responsable des dégradations alors que le texte de loi dit exactement l'inverse dans le cas qui me concerne...

    Pourquoi mon assurance prendrait ça à sa charge alors que je n'ai pas à répondre de ces dégradations ?
    Désolé, j'ai dû mal m'exprimer. Je disais qu'il y avait transfert de la garde de la chose au moment de la signature du bail, ce qui implique plusieurs effets juridiques, mais tu n'es pas responsable des dégradations en question. Tu es bien la victime d'un dommage ici, et non l'auteur.

    Et, en droit civil existe le principe selon lequel tout dommage causé à autrui doit faire l'objet d'une réparation (articles 1240 et 1384 du Code civil). Hors ici, et comme le disait Markus au dessus, l'auteur n'est pas identifié, raison pour laquelle ton assurance prend sa place.

    Ensuite, et concernant cette fois l'obligation du bailleur. L'article 1725 du Code civil dispose que :
    Le bailleur n'est pas tenu de garantir le preneur du trouble que des tiers apportent par voies de fait à sa jouissance, sans prétendre d'ailleurs aucun droit sur la chose louée ; sauf au preneur à les poursuivre en son nom personnel.
    Concrètement, cela signifie que le bailleur ne peut être tenu pour responsable en cas de dégradations commises par un tiers sur la chose louée. En l'occurence la porte du box. Et cela signifie également que si un jour l'auteur des faits est retrouvé, tu pourras le poursuivre en réparation du dommage et lui demander le versement de dommages et intérêts pour le préjudice subi.

    On peut d'ailleurs retrouver la réaffirmation de ce principe dans un arrêt de la 3è chambre civile rendu par la Cour de cassation le 2 février 2011 : https://www.legifrance.gouv.fr/affic...XT000023552129

    Pour résumer cet arrêt, un locataire subit une dégradation causée par un tiers qui n'a pas été introduit volontairement dans le logement. Estimant que cette dégradation est à mettre à la charge du bailleur, le locataire assigne celui-ci en justice en remboursement des frais de réparation et en versement de dommages et intérêts. Le juge de 1ere instance accède à la requête formée par le locataire et le bailleur conteste cette décision.

    L'affaire est portée devant la Cour de cassation qui casse et annule le jugement au motif que le juge a fait une mauvaise interprétation de l'article 1725 du Code civil. Et que le bailleur ne peut être tenu pour responsable de ce type de dommage.
    Dernière modification par M0s ; 27/08/2020 à 19h31.

  8. #6758
    Bonsoir les canards juristes,

    Cas de conscience :

    Je suis infirmier pour information.
    J'ai accepté une mission courte en interim (moins d'un mois) pour la semaine prochaine (mercredi prochain) à l'autre bout de la France. Mission acceptée mercredi dernier. Enfin, interim...en réalité j'ai trouvé l'annonce via une boîte d'interim qui s'est ensuite effacée au profit de l'employeur, lequel m'a appris qu'il s'agissait en réalité d'un CDD . Et m'a redemandé au passage l'ensemble des documents que j'avais fournis à la boîte d'interim.
    Parmi lesquels des demandes assez inédites, qu'on ne m'avait jamais faites en 15 ans de métier : 'on veut une visite par la médecine du travail de moins de 6 mois' par exemple.

    J'ai signé une lettre d'engagement auprès de la boîte d'interim mais cette dernière ne mentionne aucun poste en tant que tel, c'est une charte de bonne conduite tenant sur une page : respecter le règlement intérieur de la structure d'accueil, respecter les horaires de travail, ce genre de choses...

    Vu comment les choses évoluent, je pense qu'ils escomptent me faire signer quelque chose le premier jour de la mission au matin, pas avant.
    L'employeur exige que je fournisse un test PCR avant la prise de poste. J'imagine qu'il faut que le test soit négatif sinon t'es viré dès le début coco.
    Le souci c'est que par ici, ce n'est pas tant le fait d'avoir un test qui est délicat mais la communication des résultats qui pose problème, on arrive doucement à 7 voire 10 jours de délai avant connaissance du résultat.

    J'en avise l'employeur qui (mercredi) me dit 'pas de souci, on a quelqu'un de formé sur place qui peut le pratiquer'. Aujourd'hui, changement brutal de son de cloche : 'faudra vous faire dépister lundi prochain impérativement, il nous faut un test PCR datant de moins de 48h avant la prise de poste'.

    Ce soir, coup de théâtre, Madame m'apprend paniquée qu'une personne qu'elle a vu en entretien social (elle est assistante sociale) était Covid +. Le monsieur est d'ailleurs au plus mal.
    On va tout les deux se faire tester demain par précaution mais connaissant un peu le sujet, je me doute qu'il est encore trop tôt dans le cycle de vie du virus (s'il y a eu contamination) pour qu'il soit suffisamment présent dans la muqueuse naso-pharyngée et donc décelable via ce type de test...d'autant plus que ces tests sont d'une fiabilité discutable.

    Je compte annuler la mission (qui est en fait un CDD) par précaution, déontologiquement ce serait inadmissible pour moi de contaminer du personnel et des soignants alors que je suis porteur sain.

    Plusieurs questions :
    - la boîte d'interim peut-elle se retourner contre moi en me réclamant des sous sachant que je leur aurais fait faux bond au final ? Je ne le pense pas étant donné qu'il s'agit d'un CDD mais sachant que la boîte touche certainement une commission en cas d'embauche...
    - A supposer que j'y aille quand même, que mon test soit négatif mais que je sois en réalité porteur asymptomatique, comment se partageraient les responsabilités en cas de plainte ? Sur qui l'ARS pourrait-elle tomber ?
    - [question plus globale] est-il légal d'exiger avant la moindre embauche un test PCR, même pour une personne qui ne sera pas au contact de qui que ce soit ? Je constate dans mon entourage que ça tend à devenir la norme et j'ai assisté au moins une fois à une embauche qui ne s'est pas concrétisée car la personne était apparemment positive... Que disent les textes là-dessus ?

    Merci pour vos avis .
    Dernière modification par Poon ; 03/09/2020 à 23h04.

  9. #6759
    Pour la question de l'engagement vis-à-vis de la boite d'interim et du risque d'avoir des soucis avec eux, je ne suis pas spécialiste mais tu n'as pas signé de contrat ni de promesse d'embauche donc, pour moi, tu peux oublier sans soucis. Sans compter que tu as des arguments pouvant justifier ta décision de ne pas donner suite...

    Pour le reste, c'est trop précis, je ne m'avancerais pas...

  10. #6760
    Hello les canards. J'ai moi aussi un problème d'engagement.
    J'ai pris un abonnement fibre chez free avec engagement d'un an (avec une promo pour le coup)

    Sauf que le mois prochain je déménage. Et ils ne proposent pas la fibre dans le nouveau logement où je vais, uniquement de l'adsl bien pourrave. Mais selon leur CGV, comme le tarif entre abonnement adsl et fibre est le même, le fait de ne pas propos de fibre n'est pas un motif légitime... Du coup, hop chantage a la rupture de contrat et aux frais de résiliation....

    Je me demande s'ils sont dans leur droit? si le fait de me downgrader de la fibre à l'adsl n'est pas un motif suffisant? et sur quels textes je peux m'appuyer? (je ne trouve pas grand chose en ligne malheureusement)

    8.6. Frais de résiliation
    La résiliation du Contrat donne lieu à des frais de résiliation à la charge de
    l’abonné, dont le tarif et les conditions sont fixées dans la Brochure Tarifaire, sauf
    si l’abonné justifie d’un motif légitime, notamment en cas : d’exercice du droit
    de rétractation par un abonné, de preuve par l’abonné d’une non-exécution
    des Services imputable à Free, de retrait d’une autorisation administrative
    accordée à Free ou en cas de retrait d’un droit de passage rendant impossible
    la fourniture du Service, d’évolution du réseau de boucle locale rendant
    impossible le maintien de la fourniture des Services, de déménagement pour
    une longue durée, hors du territoire français métropolitain ou déménagement
    à l’extérieur d’une zone de couverture, de maladie ou handicap physique
    rendant impossible l’utilisation des Services, de notification de recevabilité en
    commission de surendettement des particuliers, de licenciement d’un CDI,
    d’incarcération pour une durée minimum de 3 mois, dans un établissement
    pénitentiaire, de décès, de force majeure au sens de la jurisprudence de la
    Cour de cassation.

    En gros est-ce que le fait de proposer de l'adsl (avec la TV qui ne passera pas vu le debit), rentre dans la ligne "de preuve par l’abonné d’une non-exécution des Services imputable à Free" ou "extérieur d’une zone de couverture" ?

    Merci d'avance !

  11. #6761
    A mon sens, oui. Ca semble être du droit des contrats assez basique. Le type de l'abonnement et le fait que cet abonnement actuel corresponde à la fibre doit pouvoir être qualifié d'élément essentiel du contrat de fourniture de service. Si le service n'est plus rendu, si la délivrance de cet élément essentiel n'est plus assurée, alors tu dois pouvoir rentrer dans les cas de motif légitime où il est possible de résilier le contrat sans frais.

    Le fait que l'adsl soit au même prix que la fibre ne rentre pas en ligne de compte.

    preuve par l’abonné d’une non-exécution des Services imputable à Free
    d’évolution du réseau de boucle locale rendant impossible le maintien de la fourniture des Services
    déménagement à l’extérieur d’une zone de couverture
    Avec ces trois éléments, et à supposer qu'ils jouent sur les mots avec les deux premiers, il te restera toujours le troisième pour te justifier, je pense.

    S'ils te demandent des frais, tu déclines gentiment au moyen d'une LRAR en spécifiant ce qui est indiqué et tu fais bloquer le virement, le cas échéant. Sinon, en changeant d'opérateur et à supposer que la fibre passe par un concurrent, ce nouvel opérateur ne peut pas, au pire, prendre en charge les frais de résiliation? Pas mal le proposent il me semble.

  12. #6762
    Citation Envoyé par Megiddo Voir le message
    A mon sens, oui. Ca semble être du droit des contrats assez basique. Le type de l'abonnement et le fait que cet abonnement actuel corresponde à la fibre doit pouvoir être qualifié d'élément essentiel du contrat de fourniture de service. Si le service n'est plus rendu, si la délivrance de cet élément essentiel n'est plus assurée, alors tu dois pouvoir rentrer dans les cas de motif légitime où il est possible de résilier le contrat sans frais.

    Le fait que l'adsl soit au même prix que la fibre ne rentre pas en ligne de compte.







    Avec ces trois éléments, et à supposer qu'ils jouent sur les mots avec les deux premiers, il te restera toujours le troisième pour te justifier, je pense.

    S'ils te demandent des frais, tu déclines gentiment au moyen d'une LRAR en spécifiant ce qui est indiqué et tu fais bloquer le virement, le cas échéant. Sinon, en changeant d'opérateur et à supposer que la fibre passe par un concurrent, ce nouvel opérateur ne peut pas, au pire, prendre en charge les frais de résiliation? Pas mal le proposent il me semble.
    Oui c'est bien noté, je vais continuer à regarder. Concernant les frais de résiliation bah oue mais du coup, le nouvel opérateur en prend en charge une partie, mais comme Free charge bien la mule (il me reste 4 mois plein pot a 35balles, plus 50€ de frais)


    Sinon, il me reste la possibilité de demander le déménagement, et à ce moment-là, je ne suis plus engagé car il s'agit d'un nouveau contrat. Du coup je perd la promo mais je peux me desengager dans la foulée. De fait, j'aurais uniquement les frais de résiliation de 50€ qui seront pris en charge par le nouvel opérateur.

  13. #6763
    Salut tout le monde,
    je viens demander vos conseil sur une situation un peu compliquée. J'ai commandé une pièce auto (alternateur) en échange standard sur un site apparemment francais (piecesauto24.com). Au moment de préparer le colis pour le retour de la pièce consignée je me rends compte qu'il faut la renvoyer en allemange (parceque le site appartient en fait à une société allemande), ce qui me couterait 37€ en colissimo. Et à ma connaissance (j'ai refait le cheminement de la séléction du produit jusqu'au paiement) il n'est mentionné à aucun moment que le produit est à renvoyer en dehors des frontières françaises. Est-ce que j'ai un recours possible pour que les frais de port soient pris en charge au moins en partie?

    PS: J'ai lu leur CGV, et il y est bien fait mention qu'en cas de rétractation, les produits sont à retourner en allemage, mais aucune mention concernant les consignes.

  14. #6764
    Bonjour,
    Petite question législation des bailleurs d'appartement :

    Dans une cuisine non équipée au gaz (et ou la cuisine au gaz est spécifiquement interdite par le bailleur), la mise à disposition d'une prise 32A pour le locataire est-elle obligatoire ?

    Si quelqu'un a une réponse à ceci (et surtout, avec quel texte de loi derrière...)

    Merci d'avance !

  15. #6765
    T'as pensé au coupe-circuit? Avatar de Jeckhyl
    Ville
    Crétin des Alpes
    (il est possible que les électriciens du forum, les vrais dont c'est le métier, t'apportent aussi un élément de réponse dans le topic des travaux ; il me semble que la réglementation a prévu une disposition permettant de se passer tout à fait légalement de prise 32A dans un vieil appartement si le tableau électrique est adapté. Ils devraient le savoir)
    If cats looked like frogs we'd realize what nasty, cruel little bastards they are. Style. That's what people remember.


  16. #6766
    Ok j'irais leur poser de même la question, merci pour l'idée

  17. #6767
    Parfois un recommandé AR calme les ardeurs, sans même avoir besoin d'aller plus loin. Souvent, les avocats conseillent de tenter cette option, avant de prendre attache auprès d'eux. Pour 8 euros le RAR, ça vaut le coup d'essayer.

  18. #6768
    Bonjour tout le monde,

    voici un cas pour les canards experts en droit du travail / fonction publique.

    Il y a deux ans, je quitte une Mission Locale (asso loi 1901, avec mission de service publique, subventionnée en partie par l'Etat, les regions, les departements, les communes, etc...) où j'étais donc salarié de l'asso, de droit privé, en CDI.
    Je pars pour un meilleur poste, dans une autre Mission Locale.
    Sauf qu'en fais, je m'aperçois que c'est la Mairie qui va m'embaucher, en tant que fonctionnaire contractuel,en CDD, pour me mettre à disposition de la Mission Locale.

    Bon, y'a pas mort d'homme, je signe. Après tout, je bosse dans le milieu dans lequel je veux, avec les bonnes compétences, etc... Certes, je perds un CDI pour un CDD, mais la paie est un peu mieux, et je passe cadre.

    Sauf que.

    Sauf que je m'aperçois rapidement de deux choses:

    1) il n'y a aucune convention entre la Mairie et la Mission Locale pour la mise à disposition
    2) Seul un fonctionnaire titulaire et en CDI peut être mis à disposition d'une asso assurant une mission de service publique.

    Je passe sur le fait que je bosse depuis plus de deux ans comme ça (après tout, j'ai quand même ma paie à la fin du mois).

    Plusieurs choses se passent, qui font que j'ai plus du tout envie de bosser pour cette mairie.

    J'ai déjà averti la DRH et les élus de cet état de fait (qu'on ne soit pas dans les clous), mais on est dans le "3 monkeys", à savoir, "j'entends rien, je vois rien, je dis rien". Bref, ils s'en foutent.

    Quels seraient donc mes possibilités pour leur dire "kthxbye", et bien sur, ne pas perdre mes droits Pole Emploi (même si c'est la mairie qui paiera). J'ai la possibilité d'écrire au tribunal administratif, ce qui je pense pourrait mener à l'annulation du contrat, mais est ce que mes droits seront bien préservés ? Y'a t'il plus simple ?

    Merci !

  19. #6769
    Salut les canards. Petite question voyagiste et Covid. On avait prévu un joli p'tit voyage en famille lorsque ce coquin de virus a fondu sur nous sans (presque) prévenir. Bref, notre voyage tombé à l'eau, notre voyagiste nous propose un avoir ce qu'on accepte à l'époque (on voulait pas réclamer un remboursement pour pas les mettre dans la merde de toute manière, et puis le gouvernement avait fait passer une ordonnance pour ça). De ce que j'ai compris : l'avoir est pour 18 mois et un peu plus tard la cours européenne a dit que c'était pas légal que la France oblige les gens à prendre un avoir.
    Bref, je voulais savoir si je pouvais exiger maintenant un remboursement ou si dès lors que j'avais accepté un avoir à l'époque, je dois attendre obligatoirement la fin des 18 mois (ou évidemment trouver un accord entre temps pour un voyage équivalent, si on réussit un jour à repartir ).
    Mon site sur Fuji, la photographie et les voyages : http://www.gau-photos.blogspot.fr/

  20. #6770
    Salut j'aimerais poser une question concernant le droit successoral.
    Si un célibataire sans enfant décède, et a rédigé un testament dans lequel il donne ses biens à une personne ou une association ne faisant pas partie de sa famille, pouvez-vous confirmer qu'aucun membre de sa famille ne touchera quoi que ce soit, puisqu'il n'ya pas d'héritier dit "réservataire" et qu'un testament a été rédigé?

  21. #6771
    Citation Envoyé par Ultragreatsword Voir le message
    Salut j'aimerais poser une question concernant le droit successoral.
    Si un célibataire sans enfant décède, et a rédigé un testament dans lequel il donne ses biens à une personne ou une association ne faisant pas partie de sa famille, pouvez-vous confirmer qu'aucun membre de sa famille ne touchera quoi que ce soit, puisqu'il n'ya pas d'héritier dit "réservataire" et qu'un testament a été rédigé?
    Selon les éléments que tu évoques, c'est la lettre de la Loi, au regard des articles 733 à 755, et 893 à 1047 du Code Civil. On va laisser pour l'instant de côté le CGI et les exceptions.

    Si le défunt n'est pas marié et qu'il n'a pas d'enfants (aucune ligne descendante, à quelque degré que ce soit?), il peut, comme évoqué à quelques rares exceptions près, disposer de l'ensemble de son patrimoine par voie testamentaire. En l'absence d'héritiers réservataires, la présence d'un testament permet de déroger aux règles de la dévolution légale, qui va rechercher s'il y a des ascendants privilégiés (des parents), ou des collatéraux privilégiés (frêres et soeurs, ainsi que leurs enfants qui pourraient éventuellement venir en représentation de ceux-ci s'ils sont prédécédés). A défaut, les ascendants ou collatéraux ordinaires (jusqu'au 6e degré), puis par application de la fente successorale, visant à répartir en deux parts égales, entre les deux branches ascendantes, maternelle et paternelle, l'actif de succession.

    Après, il y a toujours des cas particuliers, en fonction de situations familiales diverses et variées. Un cas relativement courant, par exemple, c'est le droit de retour légal des parents. Si ces derniers ont fait donation de biens (souvent immobiliers) à leurs enfants, et si l'acte de donation comporte une clause de retour conventionnel, alors les biens concernés pourront éventuellement leur revenir, venant ainsi diminuer d'autant l'actif de succession. Si lesdits biens sont vendus, il y aura compensation financière.
    Dernière modification par Megiddo ; 10/11/2020 à 19h17.

  22. #6772
    Hello !
    Dans le cpc 412 page 94, GrandMaitreB explique qu'en France on ne peux pas déshériter ses enfants, sauf à vivre à l'étranger, ou tout dilapider.
    Pourtant il existe plusieurs possibilités, comme par exemple l'assurance vie ou alors vendre en viager.
    Or justement le patrimoine immo est souvent le seul patrimoine, et le vendre en viager n'est pas "le dilapider", puisqu'on touche ensuite une rente à vie.

  23. #6773
    Bonjour à tous,

    Dans mon entreprise en ce moment une problématique se monte en boucle sur le fait qu'un collègue ait posté dans le chat général une photo d'une nouvelle collègue (d'un autre site, donc qui n'était pas sur le chat) pour dire qu'elle était jolie (le collègue avait posté aussi une photo d'un collègue masculin pour dire qu'il était un beau gosse).
    La chose a pris de l'ampleur en étant carrément remontée à la direction qui a commandité une enquête via la DRH.

    Étant militant féministe depuis longtemps, et étant donc assez tatillon en général sur ce genre de chose, et ayant observé de bien bien pire forme de sexisme en entreprise, je suis tout simplement choqué qu'une simple photo de ce genre, assorti d'un commentaire anodin, déclenche autant de brouhaha.

    Je me posais la question de la "limite" actuelle du sexisme dans la loi, au niveau des prudhommes comme du pénal.
    À quel moment une discussion anodine devient sexiste, dire qu'une collègue est jolie est-il sexiste ? Prendre une capture d'écran d'une conf en distanciel (parce qu'on est en distanciel là) pour dire que tel ou tel présentateur est beau, est-ce du sexisme ?

    Que risque t-on pour ces agissements ?

    À l'inverse le collègue en question qui a fait cela, peut-il aller au prudhomme parce qu'il subit une forme d'ostracisation qu'il juge problématique ?

  24. #6774
    Sans avoir d'élements à te fournir, je pense qu'il y a une différence entre une remarque anodine en montrant la photo sur ton téléphone à la pause café et poster la même photo sur le chat général.

  25. #6775
    Le soucis c'est le distanciel.
    Tout le monde étant à distance il y a un canal « chat informel » qui est là pour tenir lieu de substitut à l'absence de conversation orale.

    Par ailleurs même comme ça, poster une capture d'écran d'une conf que tout les collègues sont en train de regarder à cet instant pour dire que la présentatrice est mimi (et attention, personne n'a employé de terme vulgaire dans les réponses de ce que j'ai pu en lire ... ) , j'ai vraiment bien du mal à voir le coté répréhensible ... même légalement...

    Et attention, pour corser encore le tout : si on pose la question à ladite présentatrice et qu'elle s'en fout complétement ? Il se passe quoi ?

    Autre point qui m’interroge : si des collègues font la même choses sur un chat créé par eux même (genre un groupe facebook privé par exemple), ça tombe aussi sous le coups de la loi ?
    Dernière modification par Nilsou ; 15/12/2020 à 14h41.

  26. #6776
    Sans avoir de référence à fournir non plus il me semble qu'il ne risque pas grand chose, au pire un rappel à l'ordre. Le soucis dans le cas que tu exposes, c'est aussi qu'à cause de ce jugement de valeur sur le physique, ton collègue a montré ostensiblement qu'il n'avait pas la tête à son job !

  27. #6777
    Bah on regardait tous une conf et il a commenté la tête de la présentatrice sur le canal du chat « informel ». Moi ça me semblait dans les clous.

    Sinon un canard m'a répondu en MP, avec pas mal de précision donc c'est cool

  28. #6778
    Citation Envoyé par Ultragreatsword Voir le message
    Salut j'aimerais poser une question concernant le droit successoral.
    Si un célibataire sans enfant décède, et a rédigé un testament dans lequel il donne ses biens à une personne ou une association ne faisant pas partie de sa famille, pouvez-vous confirmer qu'aucun membre de sa famille ne touchera quoi que ce soit, puisqu'il n'ya pas d'héritier dit "réservataire" et qu'un testament a été rédigé?
    Il me semble qu'il est nécessaire de faire un acte de donation, alors même s'il y aura des héritiers rien ne changera!

  29. #6779
    Salut les canards!

    Petite question division parcellaire: Je souhaite faire acheter à ma SC la maison (avec terrain) voisine de la mienne. J'envisageais séparer physiquement le terrain pour en récupérer une partie pour moi et de louer l'autre partie avec la maison. Donc la question: Ma SC peut elle louer maison + 50% du terrain a un tiers et les autre 50% du terrain à moi même sans passer par la case division parcellaire au cadastre avec tout ce qui s'en suis (déclaration, géomètre, etc...)?

  30. #6780
    Rien ne t'empêche de ne louer qu'un morceau d'une parcelle. Sinon il serait impossible de louer un appartement
    Der Klügste gibt nach. Deshalb regieren die Dummen die Welt.

Page 226 sur 227 PremièrePremière ... 126176216218219220221222223224225226227 DernièreDernière

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •