Crunchez vos adresses URL
|
Rejoignez notre discord
|
Hébergez vos photos
Page 13 sur 13 PremièrePremière ... 35678910111213
Affichage des résultats 361 à 373 sur 373
  1. #361
    Citation Envoyé par golwin Voir le message
    Et sinon le pdf compilant l'ensemble de tes histoires, il avance ? Certainement le syndrome E.Y.E

    Putain, t'as grave raison, il faut que je m'y remette !

  2. #362
    Il est des journées rouges et noires...
    Ce matin je suis reparti du bar. Je ne crois pas que j'y remettrai un jour les pieds. J'ai triché. j'ai emporté une bière. La capsule a sauté sur le rebord d'un muret et, en quelques goulées, est remontée une demi-existence d'ivrognerie. Le perroquet est là, sur mon épaule, et me jacasse dans l'oreille. Son haleine est puante, au moins autant que la mienne. Au début j'arrive toujours à l'ignorer, mais sa chansonnette fini par rentrer et je jacte tout seul. Toujours.
    Coco ? Fils de pute ! T'as pris racine ici ou quoi ? Tu vois pas que je bois ma bière, peinard ?

    Le soleil se lève sur le charnier, des clébards troués partout. Ces gars du Devoir adorent leur tirer dans les pattes pour le simple plaisir de les voir boitiller. Ça parait con dit comme ça, mais un plaisir simple en enfer, c'est important.
    J'ajuste le goulot de la bouteille entre mes lèvres pendant que, loin en bas, s'avancent mes pieds sur l'asphalte qui commence à se réchauffer.

    Moi je comprends ça, les petits plaisirs...

    - Bien sûr que tu comprends ça, toi c'est le gamin que t'as pourri !
    - Oh... ta gueule... je vais régler ça.

    La bouteille est vide. je la balance sur le côté du vieux van rouillé qui marque l'arrivée aux anciens entrepôts militaires. Ma main a tremblé trop fort et j'ai raté la peinture dégénérée que ces putains de hippies de la liberté ont gribouillée sur le flanc. Un corbeau perché sur un poteau penche la tête et me jette un regard accusateur. La Zone me jette un regard accusateur.
    Oui, je sais que tu n'aime pas ça, ma jolie, mais ce matin il fait grand soleil, j'ai eu une bière et je t'emmerde.


    Cap commence à suer dans sa combinaison ornée d'un gros Peace and Love aux couleurs jaune et noir du trèfle nucléaire. Force lui est d'admettre qu'il a vraiment une vie merdique à tous les niveaux. Après avoir gueulé de bien médiocre manière les chansons des Stooges et des Pixies avec son groupe aujourd'hui dissolu, après avoir pris de la cocaïne, pensant peut-être que s'enfariner allait faire de lui une vraie rockstar, il avait pété les plombs et avait fracassé le crâne de son ex, une certaine Felitsa, sur le rebord de l'évier de la cuisine par un beau matin ensoleillé semblable à celui-ci.
    La taule, perpette. Une virée d'enfer dans la cuve à VIH qui avait duré 5 ans. Seringues. Viols collectifs. Seringues encore. Viols encore. Avec ses heures quotidiennes à la salle de gym, il avait réussi à réduire la partie seringue au strict minimum et à passer dans l'équipe "visiteurs" des tournois de sexe. Les prisons en Ukraine, ça forge le caractère.

    Son avocat était revenu plein d'enthousiasme, là encore un beau matin :
    "Accroche toi Carl, j'ai emmanché une combine avec un type du à la défense que je connais bien...

    Bordel, il faisait que ça, le Carlos, s'accrocher ! S'accrocher de toutes ses forces à la barre des haltères, s'accrocher de toutes ses dents à l'élastique passé autour de son bras, s'accrocher aux hanches des plus faibles...
    - C'est quoi ta combine ?
    - Tchernobyl, mon garçon ! Le gouvernement a besoin d'hommes comme toi ! J'en ai touché un mot avec mon contact à la défense, il monte une escouade, il a besoin de types qui n'ont pas froid aux yeux.
    - Tcher... Tchernobyl ? "

    L'énormité de la chose lui avait décollé le cerveau aussi sûrement qu'un bon shoot à l'acide. Lui, dans l'armée ? Certes, son père avait été dans l'UPA, mais bordel, il n'avait jamais été question de passer dans les forces régulières. le treillis c'était définitivement pas son trip.

    - C'est pas vraiment l'armée, enfin c'est pas vraiment officiel... c'est du travail d'exploration, de repérage... ils vont te cadrer, Carl, tu comprends ? T'en as besoin, t'es pas un mauvais type. Continue la muscu et déconne pas trop, ok ?"

    Il avait acquiescé sans comprendre, il était retourné dans sa cellule et, une fois allongé sur son lit, les bras croisés derrière la tête, un énorme éclat de rire l'avait secoué, il avait hurlé de rire, un rire incrédule, aux accents sinistres, répercuté dans la promenade commune, énervant les autres détenus comme des molosses dans un chenil.
    Tchernobyl ! Putain, ce connard d'avocat savait déconner !

    Huit mois plus tard, après une formation à la dure qu'il avait suivie, hébété par le manque, passant au travers des sélections sans se rendre compte de ce qui lui arrivait et de ce qu'on attendait de lui, les yeux dans le vague, apprenant des leçons basiques mais étranges sur des artefacts, des anomalies, la radioactivité, les émissions magnétiques, les caractéristiques techniques d'armes variées, les premiers secours, il se retrouvait dans un enfer pire que la taule.

    Il faisait partie de la première vraie tentative de l'armée de sécuriser le boxon qui régnait alors autour du réacteur nucléaire de Tchernobyl. Il faisait partie des premiers à passer le cordon de sécurité. Les "vrais" soldats avaient refusé d'aller plus loin, le gouvernement avait donc d'abord fait des exemples, avant de renoncer à envoyer ses troupes régulières à la mort, essentiellement pour endiguer l'insurrection qui montait dans les rangs. Les soldats, c'est beau, c'est courageux, ça tue et ça meurt pour la patrie, mais dès qu'ils se mettent à gamberger ils sont comme tous les gamins figés dans l'obscurité de l'escalier menant à la cave, le cœur battant dans leur poitrine de combattant. Ah! nos fiers cons battants. Alors à la fin, comme toujours, on prend du civil : c'est pas cher et ça percute encore moins. Pour la gloire, pour la patrie, va étaler tes intestins sur la terre de notre beau pays !

    Carl faisait partie des premiers. Il n'avait pas d'amis dans la bande de criminels réinsérés qui l'entourait mais cela lui avait fait quelque chose de voir Pavel essayer de garrotter son moignon de jambe arrachée par une explosion de grenade, de voir Niko se faire hacher par des souffles d'air, de voir la peau de Kirsan se consumer lentement sous l'effet des radiations, et les autres se faire lacérer et bouffer par une espèce de poulpe presque invisible... alors quand il s'était retrouvé seul dans le tunnel d'une voie ferrée désaffectée, sa radio crépitant d'ordres directs et prioritaires lui demandant d'établir un rapport clair de la situation et de donner sa position, il avait laissé son barda, fracassé la radio
    sur le rebord de l'évier
    sur le bord d'un rail, et il était parti au nord, tombant sur les types du Devoir, trop ressemblants à l'armée à son goût, puis un peu plus au nord encore, il avait trouvé la Liberté.

    Mais, là encore, l'appel des emmerdes s'était fait entendre à ses oreilles et il avait récemment accepté la garde de la frontière nord-est contre les incursions de Monoliths.
    Depuis, on l'appelait Cap, et même "Cap Nord" en rigolant dans son dos, et tous les putains jours, jumelles vissées à la gueule, il allait surveiller cette putain de route sinueuse à l'affut d'un mouvement. Cap avait vraiment une vie merdique, à tous les niveaux.
    Ce jour ci, c'est au sud qu'il vit un mouvement sur le goudron.

    C'est une blague ?! Qui c'est, ce connard qui chaloupe au milieu de la route ?!
    Dernière modification par Pluton ; 03/03/2010 à 12h37.

  3. #363
    Trop court!!

    Mais sérieusement, d'la balle ton récit, j'adore ta façon de planter le background, on sent bien la lassitude chez tes persos. Keep it up!

  4. #364
    La suite , c super ce récit
    Je n'y ais jamais joué et je n'y jouerais sans doute jamais mais ça se lit comme un roman
    Bravo

  5. #365
    J'ai rédigé le paragraphe suivant depuis une dizaine de jours, mais je ne suis pas satisfait de moi.
    Et j'ai pas assez de promesses de don d'organes en échange de la suite, alors je laisse encore trainer

  6. #366

  7. #367
    Moi mon rat, désolé, c'est un mâle. Et il est à peine muté et pas trop radioactif...

  8. #368
    ben poste comme ça
    le mieux est TOUJOURS l'ennemi du bien
    et pis, j'ai hâte de savoir comment ça se termine
    Rhaaaaaa je vais pas tenir lol

  9. #369
    Les soldats, c'est beau, c'est courageux, ça tue et ça meurt pour la patrie, mais dès qu'ils se mettent à gamberger ils sont comme tous les gamins figés dans l'obscurité de l'escalier menant à la cave, le cœur battant dans leur poitrine de combattant. Ah! nos fiers cons battants. Alors à la fin, comme toujours, on prend du civil : c'est pas cher et ça percute encore moins. Pour la gloire, pour la patrie, va étaler tes intestins sur la terre de notre beau pays !
    En lisant ça, j'ai, en quelque sorte, tout de suite pensé à Georges Darien..


    Sinon, superbe, comme toujours.
    Et en organes, j'suis prêt à filer mon foie, pour remplacer celui d'un stalker qui carbure trop à l'alcool si il faut.
    Citation Envoyé par lordsupra Voir le message
    Les backers sont plus cons que des turfistes en fait, vu que même quand ils parient sur le bon cheval, ils perdent.

  10. #370
    Alors c'est fini
    La comme ça , c pas possible !!
    tant pis, on ne connaitra jamais la fin ...

    En tout cas merci pour les chapitres précédents

  11. #371
    Citation Envoyé par thtioxine Voir le message
    Alors c'est fini
    La comme ça , c pas possible !!
    tant pis, on ne connaitra jamais la fin ...

    En tout cas merci pour les chapitres précédents
    Nan, c'est pas fini

  12. #372
    Et bah, quelle gifle mes aïeux! Je viens de m'envoyer l'intégrale et maintenant je souffre en réalisant qu'il n'y aura probablement pas de suite. En tout cas merci pour ces excellents récits.

  13. #373
    Citation Envoyé par Pluton Voir le message
    Nan, c'est pas fini
    Je tente au cas où

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •