Crunchez vos adresses URL
|
Rejoignez notre discord
|
Hébergez vos photos

Sondage: Que pensez-vous de l'AAR ?

Page 3 sur 5 PremièrePremière 12345 DernièreDernière
Affichage des résultats 61 à 90 sur 141
  1. #61
    Citation Envoyé par Greyhunter Voir le message
    Chic, un AAR Aurora, je n'en ai plus lu depuis des lustres!

    Quelques remarques rapides même si je n'ai plus joué depuis des années et qu'il vaut donc mieux vérifier qu'elles soient toujours d'application:

    - Les générateurs de saut pouvant emporter tout un groupe de vaissaux existaient déjà à l'époque.
    Par contre le risque est évidemment que le vaisseau soit détruit, bloquant ainsi l'entièreté du groupe de bataille.
    A vérifier aussi la limite de tonnage emporté, pour ne pas devoir faire des aller-retours sous le feu ennemi!

    - Ton adversaire semble actuellement se concentrer sur les lasers, mais s'il passe aux missiles je ne sais pas à quel point tes CIWS seront efficaces, même s'ils sont plutôt nombreux par vaisseau. Je pense que la seule vraie défense à longue portée passe par la création de missiles de taille 1 avec le minimum de charge explosive (tant que le missile ennemi n'est pas blindé c'est suffisant) et en essayant d'optimiser le reste pour avoir une bonne portée et une vitesse et une agilité suffisantes pour intercepter les projectiles ennemis. Je pense que j'avais créé une classe de vaisseaux antimissiles de taille réduite mais avec suffisamment de tubes et de contrôles de tir pour pouvoir engager des missiles en approche avec quelques antimissiles chacun tout en n'envoyant pas de trop grosses volées sur un seul missile, des stocks de munitions en grande quantité et bien entendu des détecteurs optimisés pour repérer des cibles de cette taille. Je les avais laissé dépourvus de tout armement directement offensif et de détecteurs ciblant de plus gros vaisseaux, leur seul rôle était la défense antimissiles.

    - Les missiles font des dégâts à l'armure sous forme de cône: Une tête de 1 détruira une case de la couche la plus externe de l'armure, une tête de 4 détruira trois cases de la couche externe plus une case de la seconde couche, une tête de 9 détruira cinq cases de la couche externe, trois de la seconde et une de la troisième, etc... Les points en plus se reportant d'abord sur les couches externes avant de passer aux suivantes, tu peux donc optimiser tes missiles en leur mettant des têtes de 4, 9, 16, 25 etc. Je pense que les lasers ont une puissance de perforation plus importante et concentrée sur une zone plus étroite, ce qui est évidemment contrebalancé par leur portée nettement moins importante que des missiles bien pensés.

    - Si jamais tes planètes devaient risquer d'être attaquées, n'oublie pas que tu peux y construire des fortifications avec systèmes d'armement contre les vaisseaux en orbite et donc par exemple de GROS missiles.
    Exemple de vaisseaux anti-missile, sur une partie precedente :

    Oslo class Patrouilleur Anti-Missile 3-000 tons 324 Crew 480 BP TCS 60 TH 300 EM 0
    5000 km/s Armour 2-18 Shields 0-0 Sensors 1/1/0/0 Damage Control Rating 2 PPV 9
    Maint Life 8.76 Years MSP 250 AFR 28% IFR 0.4% 1YR 6 5YR 88 Max Repair 36 MSP
    Magazine 54

    [AUCLAIR] IE FE2/FU08-M (5) Power 60 Fuel Use 80% Signature 60 Armour 0 Exp 5%
    Fuel Capacity 270-000 Litres Range 202.5 billion km (468 days at full power)

    [BOYER] ML S1/RoF10 (9) Missile Size 1 Rate of Fire 10
    [AUCLAIR] MFC R1/S3 AMM (3) Range 6.5m km Resolution 1
    AMM I (54) Speed: 39-000 km/s End: 1.9m Range: 4.5m km WH: 1 Size: 1 TH: 169 / 101 / 50

    Missile to hit chances are vs targets moving at 3000 km/s, 5000 km/s and 10,000 km/s

    This design is classed as a Military Vessel for maintenance purposes

  2. #62
    Merci pour les remarques !

    - Pour le moteur de saut, je connaissais le "jump squadron" du VB6, là, la différence, c'est qu'il n'y a plus les mêmes technos ! Mais je ne suis au final pas parti sur cette option

    - Oui, c'est ma façon de faire habituelle, un AMM de size 1 rapide et agile avec 1 de dégâts. Mais là, j'ai pris le parti dès le départ de ne faire de la défense AM qu'avec des lasers, tant pour un côté RP que pour simplifier à mort la gestion logistique (qui est un de mes points faibles, ça et la gestion de l'économie). J'ai même créé un magnifique senseur opti pour détecter les missiles,
    Spoiler Alert!
    qui n'a jamais servi
    . Et oui, j'utilise en général un design du type de celui que Seymos vient de publier, même si généralement, je les produits un peu plus gros, de l'ordre de 6-10kT.

    - Exact, j'avoue ne pas y avoir réfléchi pour cette partie.

    - Là, clairement, on touche à un point que je ne maitrise pas, pour la simple et bonne raison que je ne me suis jamais fait attaquer ma planète ! J'ai songé aussi à produire de gros missiles de taille 20 à double étages que je monterai sur un tout petit vaisseau, mais au final, je n'ai jamais eu les ressources nécessaires pour le faire. Mais je plussoie, rien de tel qu'un monstre de puissance, avec blindage, qui annihile tout ce qu'il rencontre !! En revanche, il me semble avoir lu un truc sur la modification des PDC, mais je n'arrive plus à me rappeler quelles étaient les modifications apportées...

  3. #63
    Citation Envoyé par Seymos Voir le message
    Exemple de vaisseaux anti-missile, sur une partie precedente :
    Je vais faire mon chiant, mais est-ce que ce n'est pas un peu limité comme chances de toucher? Je n'ai plus les vitesses des missiles par rapport aux vaisseaux en tête en tête mais visiblement ta capacité de 100% d'interception se situe justement à la vitesse de ton vaisseau, donc soit celui-ci est extrêmement rapide et/ou leurs missiles sont lents par rapport à tes antimissiles, soit tu dois en balancer des nuées sur chaque cible, non?

  4. #64
    Pour référence, mes missiles, qui ne sont pas le top du top, vont à 20kkm/s. En début de partie, je dirai dans les 10kkm/s pour un missile (après, son vaisseau va effectivement très vite !).

  5. #65
    Citation Envoyé par Greyhunter Voir le message
    Je vais faire mon chiant, mais est-ce que ce n'est pas un peu limité comme chances de toucher? Je n'ai plus les vitesses des missiles par rapport aux vaisseaux en tête en tête mais visiblement ta capacité de 100% d'interception se situe justement à la vitesse de ton vaisseau, donc soit celui-ci est extrêmement rapide et/ou leurs missiles sont lents par rapport à tes antimissiles, soit tu dois en balancer des nuées sur chaque cible, non?
    Je crois que c'était une première version, le missile était effectivement assez lent par rapport à des missiles plus évolués, ce qui m'obligeait à pas mal d'overkill. Je voulais juste donner un exemple de vaisseau équipé de missiles anti-missiles. Faudrait que je retrouve dans mon AAR des profils plus évolués. Bon sachant que ça date d'il y a 5 ans

    Edit : y a un 2e défaut c'est les 10s de reload, c'est bien plus efficace avec 5.

  6. #66
    20 – Reconquista

    Le 01/07/2110, la première flotte peut enfin se lancer dans la reconquête des systèmes perdus. L'objectif de la flotte est de sécuriser les JP d'Alpha Centauri, puis de partir directement pour Giclas, afin d'assiéger la planète principale des poulpes.

    Le saut vers Alpha Centauri se passe sans encombre, aucun vaisseau ne semble attendre de l'autre côté. La flotte se dirige donc vers le JP d'Epsilon Eridani. Un Admiral Quinn est détecté, en fuite vers Lalande, et hors de portée des lasers : c'est l'heure de lancer quelques missiles à sa poursuite.

    La première salve sera constituée « uniquement » des 15 lance missiles du Badajoz. Et la cible est touchée, 2 missiles parviennent à l'intercepter et à occasionner des dommages légers. La deuxième salve est constituée des 30 lanceurs du La Brunerie.Cette fois, 5 missiles touchent la cible, est un éléments du vaisseau ennemi explose. La salve suivant du Badajoz met fin à l'Admiral Quinn.
    Notre Salvager est envoyé pour nettoyer les nombreuses carcasses qui entourent le JP d'Epsilon Eridani et la flotte stationne en attendant d'être ravitaillée.


    Ca en fait des cadavres...

    Et renversement de situation, une flotte ennemie est détectée par les 2 Jean Barts restés en patrouille autour du JP de Sol, composée de 8 vaisseaux. Les CL s'enfuient par le JP après avoir tiré une salve en direction des vaisseaux ennemis. Toutefois, les vaisseaux des poulpes prennent la fuite, et les CL cessent donc leurs tirs. Comme prévu, l'intégralité des salves sont interceptées.

    Une fois la flotte principale ravitaillée, le mouvement vers Epsilon Eridani est effectué. Une flotte de 10 vaisseaux l'attend de l'autre côté. Dès que la flotte les rejoint, ils s'enfuient vers Alpha Centauri, et, le temps que la première flotte les suive, ils ne sont plus à portée d'armes à énergie. Il est temps de tester notre capacité offensive de lance missiles en conditions réelle d'engagement. 105 missiles s'élancent vers les vaisseaux des impériaux. 16 missiles atteignent leurs cibles sur la première salve. 3 Mark Jameson sont détruits avec les deux salves suivantes. La 4ème détruira un vaisseau supplémentaire.


    Des rectangles !!

    1 – Les 3 derniers vaisseaux non endommagés
    2 – 2 salves de missiles, et surtout, 2 vaisseaux ennemis trop endommagés pour suivre la force principale. Nous les laisserons ici, mourir tranquillement à cause des avaries.
    3 – L'épave de l'un des vaisseaux déjà détruits. Vous remarquerez sous les 2 salves suivantes deux épaves supplémentaires.

    Les salves s'enchaînent et le Leyton en 1 est détruit, puis le Jameson. Finalement, l'intégralité de la flotte est anéantie.

    La première flotte se dirige donc vers le JP de Giclas, détruisant plusieurs vaisseaux en chemin. Le saut vers le système des poulpes fait tomber la flotte dans une embuscade comprenant 13 vaisseaux, qui anéantissent l'Enjoué dès l'arrivée. La riposte est envoyée directement, composée de 105 missiles et d'un tir offensif de toute la flotte, qui se met en mouvement vers la planète principale des poulpes. Une flotte se dirige vers la première flotte pour interception. L'Enrolé est détruit, mais la salve de réplique anéanti 2 vaisseaux ennemis. Le Leclerc est pris pour cible, mais son armure absorbe sans difficulté les tirs. La flotte ennemie est entièrement détruite et nos vaisseaux continuent leur route vers la planète principale des impériaux en détruisant tous les vaisseaux rencontrés.

    La planète ennemie est en vue, et il est désormais possible de cibler le shipyard ennemi, ce que nous nous abstiendrons de faire. Toute infrastructure que nous pourrons saisir intacte le sera.

    400 missiles se dirigent vers la flotte en orbite de la planète Giclas AII, et sont tous interceptés par les lasers ennemis. Le résultat se jouera donc à coup de laser, même si des missiles sont lancés une fois à courte portée (même s'ils sont détruits, tous les lasers occupés à les intercepter ne le seront pas à tirer sur mes vaisseaux).

    Durant les combats, le Leclerc est détruit, mais il emporte 2 vaisseaux ennemis avec lui. Le Badajoz subira le même sort, ainsi que l'ensemble de la première flotte. Seuls les Vauban, laissés en attente au JP d'Epsilon Eridani s'en sortent vivants.

    Petite analyse de tout ça :
    • Les Leclerc et les Bir Hakeim se sont bien comportés, et les design sont validés ;
    • Les Entrecasteau sont inutiles, et ne pourront plus être alignés dans les ordres de bataille. Le design devra être revu, et j'ai déjà une petite (mauvaise probablement) idée de quoi en faire
    • Les Vauban n'ont pas pu faire leurs preuves sur cette opération, mais, vu leur conception, ils devraient se comporter aussi bien que les lasers des Leclerc.


    Sur ces conclusions, le prochain épisode aura pour but de définir la nouvelle génération de vaisseaux.

  7. #67
    21 – Nouvelle génération

    Pas de grande tirade sur la doctrine ici, uniquement une upgrade de tout l'équipement.
    Pour ne pas vous spammer, seuls les design des vaisseaux seront présentés. Sont conçus :
    • Lasers de 30cm et tourelle, mais au lieu d'une triple, une quadruple
    • Lance missile et magazine (au vu de la situation de notre civilisation en termes de ressources, la conception d'un nouveau missile est soumise au redressement de l'économie)
    • Nouveaux moteurs civil et militaire ;
    • Nouveau contrôles de tir pour lasers et missiles
    • Nouveau système de déctection actifs



    Tout d'abord le Pluton, notre battleship, nommé en honneur du défunt Pluton, Vaisseau de classe Vauban :
    Pluton class Battleship 99 793 tons 1 700 Crew 17 240 BP TCS 1 996 TH 2 500 EM 0
    1252 km/s Armour 40-191 Shields 0-0 HTK 572 Sensors 0/0/0/0 DCR 70 PPV 492.35
    Maint Life 2.00 Years MSP 7 398 AFR 1593% IFR 22.1% 1YR 2 456 5YR 36 846 Max Repair 552.0 MSP
    Magazine 2 960
    Captain Control Rating 3 BRG ENG FLG
    Intended Deployment Time: 90 months Morale Check Required

    Magnetic Fusion Drive EP500.00 (5) Power 2500.0 Fuel Use 28.28% Signature 500.00 Explosion 10%
    Fuel Capacity 10 000 000 Litres Range 63.7 billion km (589 days at full power)

    Quad 30cm C2 Soft X-ray Laser Turret (5x4) Range 480 000km TS: 20000 km/s Power 96-8 RM 60 000 km ROF 60
    CIWS-160 (5x8) Range 1000 km TS: 16 000 km/s ROF 5
    Beam Fire Control R480-TS20000 (70%) (2) Max Range: 480 000 km TS: 20 000 km/s 98 96 94 92 90 88 85 83 81 79

    Size 10 Missile Launcher (20) Missile Size: 10 Rate of Fire 20
    Missile Fire Control FC108-R100 (2) Range 108.9m km Resolution 100
    RM-09 Anti-Ship Missile (296) Speed: 20 000 km/s End: 76.8m Range: 92.2m km WH: 16 Size: 10 TH: 106/64/32

    Active Search Sensor AS140-R100 (1) GPS 36000 Range 140.5m km Resolution 100

    Missile to hit chances are vs targets moving at 3000 km/s, 5000 km/s and 10,000 km/s

    This design is classed as a Military Vessel for maintenance purposes
    La refonte du Leclerc, qui gagne au passage 300km/s de vitesse :
    Leclerc MK2 class Battlecruiser 99 957 tons 2 058 Crew 17 439.5 BP TCS 1 999 TH 2 500 EM 0
    1250 km/s Armour 30-191 Shields 0-0 HTK 650 Sensors 0/0/0/0 DCR 70 PPV 612.35
    Maint Life 1.32 Years MSP 10 180 AFR 3997% IFR 55.5% 1YR 6 216 5YR 93 234 Max Repair 607.2 MSP
    Magazine 4 920
    Captain Control Rating 3 BRG AUX ENG
    Intended Deployment Time: 60 months Morale Check Required

    Magnetic Fusion Drive EP500.00 (5) Power 2500.0 Fuel Use 28.28% Signature 500.00 Explosion 10%
    Fuel Capacity 6 000 000 Litres Range 38.2 billion km (353 days at full power)

    Quad 30cm C2 Soft X-ray Laser Turret (5x4) Range 480 000km TS: 20000 km/s Power 96-8 RM 60 000 km ROF 60
    CIWS-160 (10x8) Range 1000 km TS: 16 000 km/s ROF 5
    Beam Fire Control R480-TS20000 (70%) (2) Max Range: 480 000 km TS: 20 000 km/s 98 96 94 92 90 88 85 83 81 79
    Stellarator Fusion Reactor R202 (1) Total Power Output 202.4 Exp 5%

    Size 10 Missile Launcher (32) Missile Size: 10 Rate of Fire 20
    Missile Fire Control FC108-R100 (2) Range 108.9m km Resolution 100
    RM-09 Anti-Ship Missile (444) Speed: 20 000 km/s End: 76.8m Range: 92.2m km WH: 16 Size: 10 TH: 106/64/32

    Active Search Sensor AS120-R100 (1) GPS 42000 Range 120m km Resolution 100

    Missile to hit chances are vs targets moving at 3000 km/s, 5000 km/s and 10,000 km/s

    This design is classed as a Military Vessel for maintenance purposes
    Le Bir Hakeim profite également d'une petite remise à neuf et gagne en emport en munitions et en nombre de lanceurs :
    Bir Hakeim MK2 class Cruiser 49 922 tons 990 Crew 7 411.2 BP TCS 998 TH 1 500 EM 0
    1502 km/s Armour 21-120 Shields 0-0 HTK 259 Sensors 0/0/0/0 DCR 66 PPV 200
    Maint Life 1.22 Years MSP 1 484 AFR 1246% IFR 17.3% 1YR 1 023 5YR 15 352 Max Repair 250.00 MSP
    Magazine 3 720
    Captain Control Rating 2 BRG ENG
    Intended Deployment Time: 35 months Morale Check Required

    Magnetic Fusion Drive EP500.00 (3) Power 1500.0 Fuel Use 28.28% Signature 500.00 Explosion 10%
    Fuel Capacity 6 000 000 Litres Range 76.5 billion km (589 days at full power)

    CIWS-160 (10x8) Range 1000 km TS: 16 000 km/s ROF 5
    Size 10 Missile Launcher (20) Missile Size: 10 Rate of Fire 20
    Missile Fire Control FC108-R100 (2) Range 108.9m km Resolution 100
    RM-09 Anti-Ship Missile (372) Speed: 20 000 km/s End: 76.8m Range: 92.2m km WH: 16 Size: 10 TH: 106/64/32

    Missile to hit chances are vs targets moving at 3000 km/s, 5000 km/s and 10,000 km/s

    This design is classed as a Military Vessel for maintenance purposes
    Le Vauban est également amélioré, et change de nom au passage, voici la nouvelle classe Varennes :
    Varennes class Cruiser 52 768 tons 1 310 Crew 8 129 BP TCS 1 055 TH 1 000 EM 0
    947 km/s Armour 10-125 Shields 0-0 HTK 406 Sensors 0/5/0/0 DCR 52 PPV 389.45
    Maint Life 4.04 Years MSP 9 881 AFR 696% IFR 9.7% 1YR 969 5YR 14 535 Max Repair 607.2 MSP
    Captain Control Rating 2 BRG ENG
    Intended Deployment Time: 60 months Morale Check Required

    Magnetic Fusion Drive EP500.00 (2) Power 1000.0 Fuel Use 28.28% Signature 500.00 Explosion 10%
    Fuel Capacity 3 750 000 Litres Range 45.2 billion km (552 days at full power)

    30cm C2 Soft X-ray Laser (5) Range 384 000km TS: 5 000 km/s Power 24-2 RM 60 000 km ROF 60
    Triple 30cm C2 Soft X-ray Laser Turret (5x3) Range 384 000km TS: 10000 km/s Power 72-6 RM 60 000 km ROF 60
    Twin 20cm C2 Soft X-ray Laser Turret (10x2) Range 384 000km TS: 10000 km/s Power 20-4 RM 60 000 km ROF 25
    Beam Fire Control R384-TS16000 (3) Max Range: 384 000 km TS: 16 000 km/s 97 95 92 90 87 84 82 79 77 74
    Stellarator Fusion Reactor R202 (1) Total Power Output 202.4 Exp 5%

    Active Search Sensor AS120-R100 (1) GPS 42000 Range 120m km Resolution 100
    ELINT Module (1) Sensitivity 5 Detect Sig Strength 1000: 17.7m km

    This design is classed as a Military Vessel for maintenance purposes
    Et voilà pour la nouvelle génération, ne reste "plus qu'à" la produire !

  8. #68
    22 – Redressement économique

    La situtation économique de notre nation est critique, le manque de Duranium limite drastiquement les capacités de production. De fait, 2 décisions sont prises :
    • Construire un vaisseau de minage astéroïdes ;
    • Commencer la colonisation de QY Aurigae.



    Pour le premier point, un Anastasie Garnier est produit et a pour ordre d'analyser tous les cailloux du système solaire. Un mineur d’astéroïdes est également conçu :
    Algérien class Mining Platform 45 659 tons 165 Crew 731.8 BP TCS 913 TH 800 EM 0
    876 km/s Armour 1-113 Shields 0-0 HTK 32 Sensors 0/0/0/0 DCR 1 PPV 0
    MSP 10 Max Repair 120 MSP
    Cargo 25 000 Cargo Shuttle Multiplier 2
    Lieutenant Commander Control Rating 1 BRG
    Intended Deployment Time: 3 months
    Orbital Miner: 2 modules producing 60 tons per mineral per annum

    Commercial Internal Fusion Drive EP400.0 (2) Power 800 Fuel Use 4.42% Signature 400 Explosion 5%
    Fuel Capacity 5 250 000 Litres Range 468.3 billion km (6187 days at full power)

    This design is classed as a Commercial Vessel for maintenance purposes
    Un modèle est commandé et sera envoyé miner tout ce qui traine dans le système.

    Concernant le second point, les terraformers sont envoyés autour de QY Aurigae A-II pour la rendre habitable. Pourquoi ce monde ? Les taux d'extraction sont les meilleurs des 4 colonies potentielles identifiées entre QY Aurigae et Ross 619 tout en ne nécessitant pas de trop gros travaux de terraformation. Une fois la planète habitable, des colons y seront envoyés. En attendant, un Amiral Mouchez LR est produit et transfèrera des Automated Mines et Masse drivers sur la nouvelle colonie.

    En 2126, les réserves de Corrundium s'épuisent sur Mars, limitant ma production de mines.

    Pendant ce temps, nos équipes ont réussi le développement d'une nouvelle classe de destroyer :
    Epervier class Destroyer Escort 19 972 tons 568 Crew 5 412.4 BP TCS 40 TH 154 EM 0
    1602 km/s JR 3-50 Armour 1-65 Shields 0-0 HTK 135 Sensors 50/5/0/0 DCR 46 PPV 10
    Maint Life 7.02 Years MSP 13 876 AFR 69% IFR 1.0% 1YR 493 5YR 7 397 Max Repair 3200 MSP
    Magazine 310
    Commander Control Rating 1 BRG
    Intended Deployment Time: 60 months Morale Check Required

    J20400(3-50) Military Jump Drive Max Ship Size 20400 tons Distance 50k km Squadron Size 3

    Inertial Fusion Drive EP640.00 (1) Power 640.0 Fuel Use 28.28% Signature 153.6000 Explosion 10%
    Fuel Capacity 5 000 000 Litres Range 159.3 billion km (1150 days at full power)

    Size 10 Missile Launcher (1) Missile Size: 10 Rate of Fire 20
    Missile Fire Control FC108-R100 (1) Range 108.9m km Resolution 100
    Mark I Buoy (31) Speed: 3 200 km/s End: 5.8d Range: 1 591m km WH: 0 Size: 10.0000 TH: 10/6/3

    Thermal Sensor TH10-50 (1) Sensitivity 50 Detect Sig Strength 1000: 55.9m km
    ELINT Module (1) Sensitivity 5 Detect Sig Strength 1000: 17.7m km
    Cloaking Device: Class cross-section reduced to 10.0% of normal

    Missile to hit chances are vs targets moving at 3000 km/s, 5000 km/s and 10,000 km/s

    This design is classed as a Military Vessel for maintenance purposes
    Le principal avantage théorique de ce vaisseau est sa faible signature, et ses dispositifs de camouflage qui devraient lui permettre d'agir discrètement. De plus, il est équipé de missiles de détection. Ceux-ci ne font aucun dégâts, mais possèdent un gros détecteur thermique embarqués. Une unité est commandée pour test. Et les essais ne sont pas concluants, le vaisseau est détecté et détruit par un navire ennemi et ses missiles embarqués ne sont pas aussi efficaces que prévu...

    Et, l'air de rien, nous sommes déjà en 2139. La flotte se reconstitue, tant bien que mal, et l'économie progresse, avec l'installation de 27 AM sur Aurigae A-I et 10 sur A-II. Et en Aout 2145, les premiers colons débarquent sur la planète.
    C'est également l'année de production du premier Pluton.

    Concernant la recherche, on attaque les projets à plus de 100kRP, donc longs, mais qui apporteront des progrès significatifs, comme de nouveaux moteurs ou une portée accrue pour mes lasers. Par ailleurs, l'autopsie de cadavres de poulpes récupérés lors des différentes batailles est lancée.

    Toutefois, la première flotte est reconstituée, et s'élance vers Giclas...

    23 – La seconde bataille de Giclas

    La première flotte est constituée de :
    • un battleship (B de classe Pluton (le Pluton)
    • 1 Leclerc (le Lacan) et deux Leclerc MK02 (le Lagrange et le Lautrec)
    • 2 Bir Hakeim (le Barberousse et le Bien-nommé) et 2 Bir Hakeim MK02 (le Balloné et le Burin)
    • 4 Varennes (le Virgule, le Virulent, le Vivant et le Voyant) et 2 Vauban MK03 (le Valereux et le Vaporeux)
    • 2 Jean Bart (le Jacques Courraye du Parc et le Jean Du Casse)
    • 3 vaisseaux logistiques (un collier – le Bordelais, un tanker – L'Exxon Valdès et un supply ship – le Beautemps-Beaupre)


    Soit 184 lanceurs de missiles, de quoi envoyer des bordées suffisantes pour passer les défenses ennemies, 35 tourelles triples et 15 tourelles quadruples de laser de 30cm, de quoi répliquer avec force lors des combats à courte portée.

    Tout ce petit monde est envoyé vers Epsilon Eridani, où 5 ennemis attendent au point de saut, qui prennent immédiatement la fuite devant la flotte qui s'oppose à eux.
    Cette fois, la cible des deux premières bordées sera le Shipyard des impériaux. L'objectif n'est plus de conquérir la planète mais bien de les mettre à genoux... sauf que pour une raison que j'ignore, mes missiles refusent de partir vers le chantier, s'auto-détruisants au lancement avec comme message d'erreur que la cible est perdue... L'ordre est donc transmis de détruire les vaisseaux en orbite. Une fois fait, la flotte se rapprochera à portée des tourelles de 30Cm pour bombarder au laser la planète.

    L'intégralité de la salve est interceptées et détruite.

    Une seconde volée est envoyée, qui cette fois parvient à passer les défenses et détruire un admiral Savar. 2 restent encore en vie.

    S'approchant encore, la flotte subi des tirs venus de la planète.

    Une fois en orbite, les défenses terrestres ont identifiées et prises pour cible par la flotte. Les tirs font mouche et de mois en mois de lasers parviennent à endommager nos vaisseaux.

    Cependant, les victimes civiles sont nombreuses, 11millions de personnes ont déjà péri. De notre côté, le Lacan, fortement endommagé, explose finalement. Cependant, les tirs provenaient un Savar, or, aucun n'est en vue.

    Le pilonnage continue, les victimes augmentent, des deux côté quand le Bien-nommé fini par être détruit, lui aussi. Le Voyant et le Virulant le rejoignent rapidement.

    Finalement, plus aucune riposte ne semble parvenir de la planète, le bombardement se poursuit donc pour tenter de détruire les 280kT de forces au sol.

    Dans le même temps quelques lasers sont utilisés pour détruire le chantier spatial et définitivement réduire la menace que représentait les poulpes. Et après 2h à cliquer, les forces de défense de la planète sont réduites. Mais je ne peux rien faire contre celle-ci a priori.

    La première flotte, exsangue, repart vers Sol pour ravitailler et réparer les nombreuses avaries
    .
    Une embuscade l'attend au point de saut entre Giclas et Epsilon Eridani. Mais la flotte impériales est mise en déroute puis les fuyards sont détruits, les carcasses de 3 Alexander, 3 Jameson et un Leyton restent en arrière de la première flotte. Par ailleurs, nos nouveaux senseurs permettent d'identifier l'armement des vaisseaux : des railguns et gauss.
    Une nouvelle embuscade attend les vaisseaux dans le système Alpha Centauri, et un nouveau vaisseau ennemis de 32kT est observé.. et détruit avec le Jameson et l'Alexander qui l'acconpagnait.
    La flotte finira tranquillement son trajet.

    Le bilan est favorable, mais lourd : 1 Leclerc, 1 Bir Hakeim, 1 Jean Bart, 2 Varennes et 2 Vauban sont détruits. Les vaisseaux qui rentrent sont fortement endommagés.

    Mais la guerre est finie. Les Poulpes impériaux sont à genoux et ne pourront plus se relever. Ne reste plus qu'à donner le coup de grâce.

  9. #69
    23 – Préparation de l'invasion

    Pour enfin finir la guerre, des troupes d'invasion sont conçues :


    Les derniers rectangles rouges !
    • 1 – sélection du type d'unité
    • 2 – choix de l'armure
    • 3 – choix des armes
    • 4 – récapitulatif de l'unité.



    Une fois le bouton create pressé, il faut aller rechercher l'unité dans l'écran de recherche, spécialisation Ground Unit (où vous pouvez par ailleurs rechercher du meilleur équipement).
    Une fois la recherche terminée, il faut assembler le bataillon. Pour qu'il puisse fonctionner, il ne faut pas oublier d'ajouter un HQ.
    Ensuite, il faut aller dans l'onglet Formation template pour assembler la division.


    L'écran de création de division

    Puis il faut entraîner la division dans l'écran économie, onglet GU Training


    L'écran d'entrainement des troupes

    Pour transporter les troupes, il faut avoir débloqué le Troop transport Bay dans les technologies logistiques et équiper un vaisseau. Un vaisseau civil peut faire office de transport.

    Mon Balmy :
    B
    alny class Troop Transport 13 653 tons 60 Crew 373.9 BP TCS 273 TH 400 EM 0
    1464 km/s Armour 1-50 Shields 0-0 HTK 31 Sensors 0/0/0/0 DCR 1 PPV 0
    MSP 17 Max Repair 100 MSP
    Troop Capacity 10 000 tons
    Lieutenant Commander Control Rating 1 BRG
    Intended Deployment Time: 3 months

    Commercial Internal Fusion Drive EP400.0 (1) Power 400 Fuel Use 4.42% Signature 400 Explosion 5%
    Fuel Capacity 1 250 000 Litres Range 372.7 billion km (2946 days at full power)

    This design is classed as a Commercial Vessel for maintenance purposes
    Ensuite, plus qu'à charger les troupes et lancer l'invasion !

    24 – L'invasion

    La première flotte escorte donc notre valeureux Balmy vers Giclas A II. 2 vaisseaux sont en orbite de la planète et sont détruits à coup de missiles. Et là, l'échec, le Balmy ne peut pas déposer les troupes... Après de looooooongues recherches et des tests, il s'avère qu'il est nécessaire de créer une colonie sur la planète cible.

    Pendant ce temps, 5 vaisseaux ennemis entrent dans Sol. Heureusement, un Leclerc MK02, le Lorraine, est présent. L'activation de ses détecteurs actifs suffit à faire déguerpir la flotte ennemie.

    Le temps de déterminer la solution à mon problème d'invasion, des escarmouches ont lieu un peu partout entre Giclas et Sol, avec uniquement des victimes impériales.

    Et enfin, les troupes sont déposées sur la planète, et celle-ci se rend dans la foulée. Et, pour réparations de toutes ces victimes de guerre, un montant d'une valeur de … 0 … m'est attribué.


    Le rapport de combat

    Concernant la planète elle même, de bons dépôts de minéraux sont présents, en revanche, les bombardements ont anéantis toutes forme d'infrastructure ou d'industrie. Giclas A- I possède également des ressources intéressantes.


    Une planète bien vide...

    Le système est plein de cadavres de vaisseaux


    Un sacré charnier

    Cependant, bien que leur infrastructure soit a priori décimées, des flottes ennemies se promènent toujours, et notamment dans Sol, où 5 vaisseaux sont repérés. Le Lorraine lance donc 4 bordées pour tenter de les détruire. Mais seul un JP Hanson sera touché et détruit, et la flotte ennemie prend la fuite.

    Toutefois, la partie a atteint le point que je cherchais : le NPR est défait, ses planètes sont sous mon contrôle et il ne pourra plus nous nuire réellement. Le temps du bilan est arrivé.

    - - - Mise à jour - - -

    25 – Bilan de la partie et de l'AAR

    Cet AAR est donc terminé et un petit bilan s'impose :
    • Concernant la partie en elle même, quelque remarques (en attendant les votre !!) :
    • Ma gestion de l'économie n'a pas été bonne, je n'ai pas assez anticipé la création de nouvelles colonies ce qui m'a fortement handicapé. Les premiers vaisseaux en direction de QY Aurigae auraient du partir 50 ans plus tôt pour que les planètes du système apportent un soutien logistique au moment où j'en ai eu besoin
    • La doctrine de ma flotte a laissé à désirer, même si les conclusions ne pourront être appliquées à toutes les parties, et notamment en cas de NPR utilisant des missiles. En effet, seuls mes croiseurs, battlecruiser et battleship ont montré des résultats concluants. Mes CL et DE ont été au mieux inutiles. Clairement, des vaisseaux très spécialisés semblent être la meilleure solution. Par ailleurs, un blindage inférieur à 10 couches ne sert pas à grand chose contre des lasers
    • Pour la prochaine partie, bloquer les points de saut avec une flotte de vaisseaux et de gros lasers est une solution tout à fait viable, et permet de gérer le flux de vaisseaux ennemis de façon efficace. La seule limite concerne la rotation des effectifs
    • Concernant la création de vaisseaux militaires, mon erreur de départ a été de me baser sur de grosse réserves de MSP, alors que l'augmentation des zones d'ingénierie est plus économe, faisant baisser sensiblement la fréquence des pannes et soulageant l’économie significativement
    • Les Sorium Harvester sont clairement un must have, ils permettent de générer des quantités astronomiques de fuel. Mon design me convient, il permet de plus de positionner les vaisseaux autour d'une géante gaseuse comme point de ravitaillement pour les flottes de passage
    • Cette partie m'a permis d'utiliser les forces terrestres, ce que je n'avais jusque là jamais fait. Je n'ai clairement qu'effleuré le sujet (envahir une planète morte ne demande pas beaucoup de recherche...) mais ce sera un axe pour la prochaine partie.
    • L'AAR m'a permis de montrer les bases du jeu, et d'en effleurer les mécaniques. Et m'a aussi permis d'amener au bout ma première partie. Le prochain sera probablement plus RP, avec des règles plus contraignantes pour amener un peu de piquant. Et l'exercice est plaisant, bien que chronophage !


    Voilà pour moi, n'hésitez pas à commenter !

    Ce n'est pas encore sûr, mais je pense partir sur un nouvel AAR, plus RP et moins explicatif. À voir si j'ai le temps/ la motivation en revenant de vacances (départ qui explique cet afflux de messages intensif ).

  10. #70
    Je trouve tes vaisseaux monstrueux en taille.

    Je sais pas si c'est la nouvelle version ou le fait que je commençais souvent en classique et pas en transnewtonien, mais mes plus gros vaisseaux faisaient souvent moins de 30000t.

    C'est peut être pour ca que tu as eu des gros problèmes de ressources.

    Édit : sinon super AAR, très pedago.

    Il te reste aussi la partie abordage a traiter, et les carriers group.

  11. #71
    Merci pour cet AAR très plaisant à lire même pour quelqu'un ne connaissant quasiment pas le jeu

    Du coup, je ne peux pas trop te donner de conseils, comme tu dis il y a sûrement une piste d'amélioration sur l'économie comme tu as été pas mal limité dans ta croissance à cause du manque de ressources.

    Pour la défense des points de sauts tu as aussi évoqué la construction d'une station fixe à un moment avec le design d'un vaisseau pour la tirer jusqu'au jump point mais tu n'en as pas reparlé par la suite. C'est peut-être un bon moyen pour tenir un point névralgique sans avoir à gérer la logistique d'une flotte mobile qui doit faire une rotation régulière de l'équipage ?

  12. #72
    Merci de m'avoir suivi jusqu'au bout !! Et d'avoir été aussi attentifs, ça fait plaisir ! (même on se sent parfois bête, genre quand on a laissé des modules de récoltes de sorium sur des terraformers...

    @ Seymos

    Je ne sais pas, j'ai toujours privilégié les gros vaisseaux, qui à mon sens ont un meilleur ratio coût/ puissance. C'est peut être une erreur ceci dit. Mais là, je me dis que 100kT, c'est suffisant. Un seul Leclerc sur la fin de la partie a été capable de tenir Sol à lui tout seul en détruisant 5-6 vaisseaux à coup de missiles. Peut être pour la prochaine me contenter de vaisseaux de la taille des croiseurs de celui-ci, spécialisés sur une tache (lasers ou missiles), je ne sais pas encore.

    Pour les abordages, quand je vois comme j'ai eu du mal à envahir une planète, je me dis que j'ai encore du boulot et les carriers, faut que je me penche dessus, j'ai essayé une fois, et je trouvais très galère la gestion des escadrilles, attribuer un par un des fire control. Peut être qu'avec la commande qui a l'air d'attribuer une cible à tous les FC de la flotte ça doit être plus facilement gérable. Peut être à envisager pour la partie suivante !

    @ Magator
    Oui, j'avais envisagé une station à un moment, sauf que l'intérêt est en fait limité, vu qu'il faut quand même des pièces de maintenance en grande quantité. L'avantage des vaisseaux est qu'ils peuvent se repositionner plus facilement qu'une station + TUG. Et l'équipage n'a jamais été un problème de mon côté, toujours les pièces de rechanges. Mais sur ma nouvelle partie, en augmentant drastiquement les poste d'ingénierie, j'arrive à avoir des taux d'avarie très faibles.

  13. #73
    Merci pour cet AAR qui a vraiment très bien présenté le jeu. Pas vraiment de conseil, vu que je n'y ai jamais joué.

    Avec plaisir si tu en écris un autre plus tard.
    Citation Envoyé par cooperman Voir le message
    le chpt chinois de maintenant vaut bien la nba de 1990 !!

  14. #74
    C'est un tort

    Franchement, avec des conditions un peu gentilles le jeu se prend en main facilement, même s'il peut être nécessaire de regarder quelques tutos. Et puis, c'est tellement marrant/ frustrant de se rendre compte qu'on a oublié un composant majeur dans un design.. (au hasard, un détecteur sur un vaisseau de combat ou un moteur de sait sur un vaisseau qui doit passer par des points de saut...)

    Je me répète, mais ce jeu est vraiment une perle !

  15. #75
    Pour info, je relancerai très probablement un nouvel Aar à mon retour de vacances. Si, sur le modèle de ce qui est fait sur Dominion, vous voulez vous y voir apparaître, faites signes, ainsi que la fonction souhaitée !

  16. #76
    Je veux être le grand strateguerre.

  17. #77
    Ministre de la guerre ou grand amiral de la flotte ?

  18. #78
    Je me contenterai d'être le responsable de l'approvisionnement et des mines

    Pareil je fini mon AAR et on verra au retour de vacances.
    Je sais qu'à une époque, j'avais vu passer des AAR à plusieurs, faudrait que je tente la faisabilité.
    Bidouilleur à ses heures

  19. #79
    Ça sous entend des temps entre les tours très longs, surtout sur un jeu comme Aurora où il ne peut y avoir rien à décider pendant une 15aine d'années ou 25 décisions en 2 mois de jeu !

    Mais ça peut être une expérience intéressante !

  20. #80
    De mémoire quand on avait tenté on partait sur une periode donnée et on donnait nos ordres au MJ, et en cas de rencontre ça cassait le rythme.
    Mais ... pas dit que ça soit faisable oui.
    Bidouilleur à ses heures

  21. #81
    Citation Envoyé par Cyrilto Voir le message
    Ministre de la guerre ou grand amiral de la flotte ?
    GrossAdmiralderFlotte

  22. #82
    Je postule pour une place de responsable scientifique (ou quelque chose qui s'en approche)

    Hâte de lire ce nouvel AAR !

  23. #83
    C'est noté !
    Pas avant 15j/ 3 semaines !

  24. #84
    Et voilà, comme promis, un nouvel AAR pour faire suite au premier.

    Comme annoncé, se sera beaucoup plus RP, et les chapitres seront un peu moins fréquents (ils sont "légèrement" plus longs à écrire).

    Ce genre de rédaction est une première pour moi, donc n'hésitez pas à commenter si ce n'est pas assez clair/ trop long/ etc.

    Bonne lecture (j'espère en tout cas !)

    Prologue

    Linda Eriksson se regarda une dernière fois dans le miroir. Son tailleur noir, sur une chemise blanche, d’apparence simple mais sur mesure, lui donnait la prestance présidentielle qui serait de mise pour animer son premier conseil des ministres. Elle coiffa ses cheveux blonds, de plus en plus parsemés d’indésirables blancs, en un chignon, sa coiffure de travail. Dans ces moments-là, elle se souvenait de sa mère qui utilisait et abusait des colorations pour masquer ces marques de son vieillissement. Heureusement, songea-t-elle, le fond de teint était encore autorisé, lui permettant d’atténuer les rides marquant sa quarantaine.

    Son implant la tira de sa rêverie, un appel de son intendant, probablement pour lui signaler qu’il était temps de partir.

    • Oui Charlie ?
    • Votre voiture est prête Madame la présidente.
    • Très bien, j’arrive.

    Elle ajusta une dernière fois sa jupe, qui, ce qui tenait du miracle pour une femme toisant plus d’1,85m, tombait sous ses genoux, et franchit la porte de sa chambre. Comme d’habitude, Oswald, le responsable de la sécurité, l’attendait juste derrière. Il activa son implant de communication, probablement pour annoncer le départ du colis et ordonner la mise en place des mesures de sécurité présidentielles.

    Linda sortit de sa demeure de fonction, située dans le palais du Rhin, et monta dans la voiture, un privilège rare dans un monde où les véhicules individuels avaient pratiquement tous disparus. Oswald vint prendre sa place à côté du chauffeur et le convoi, composé des 4 motards et 3 voitures blindées, se mit en route pour le siège de l’ONU. Elle se prit à se demander ce que devait penser les habitants du bruit assourdissant provoqué par l’hélicoptère d’escorte. Depuis que les attentats aux drones étaient devenus une réalité, une couverture aérienne permanente avait été instaurée pour la présidence : tout objet volant se rapprochant à moins de 100m du convoi serait sommairement abattu. Pas sûr que les voisins apprécient le raffut pour autant.

    Le convoi traversa le pont Joseph Bech et elle pu admirer le nouveau siège de l’ONU. Le gigantesque bâtiment couvrait l’intégralité de l’île autrefois occupée par des équipements sportifs, et faisait face, sur l’autre rive, au parlement européen. La bâtisse, construite afin de minimiser son impact environnemental, possédait un toit végétalisé et des murs irisés. Ces derniers possédaient la capacité de changer de couleur en fonction de la température et de l’ensoleillement, minimisant la consommation d’énergie.

    En empruntant l’ascenseur réservé aux membres du gouvernement, elle ressassa ces 4 derniers mois, passés à négocier, amadouer, parfois menacer, le parlement et ses différentes factions afin d'obtenir le soutien nécessaire à la constitution d'un gouvernement. Malgré la relative majorité de son parti à l’assemblée, qui lui avait permis d’accéder aux plus hautes fonctions, les 37% des 500 sièges occupés par les écologistes étaient insuffisants pour imposer les ministres de son choix. Il avait été nécessaire de s’accorder avec les socialistes et les centristes pour obtenir suffisamment de soutiens. Et encore, le vote avait été serré !

    Elle franchit les portes de la salle du conseil des ministres où l’attendait son gouvernement. C’était une salle banale, qu’occupaient une table ovale, équipée en micro et casques pour les traductions en direct, et un écran géant en bout de table, face à sa place, pour afficher tout ce qui serait pertinent à la réunion en cours. Elle s’assit et passa en revue les présents.

    Directement à sa gauche siégeait Maria Alvares, la ministre de l’économie, doyenne de la tablée. C'était une femme d’1,60m, petite selon les standards suédois de la présidente, présentant de l’embonpoint, mais d’une vivacité, tant intellectuelle que dans son incapacité à tenir en place, inégalable, ainsi qu’un franc parler qui en faisait la coqueluche des plateaux télé.

    A ses côtés se tenait Ernest Magator, ministre des sciences. Issu de l’Union Africaine, le scientifique, d’un an l’aine de Linda, avait une peau ébène et une carrure impressionnante, bien que son physique fût éclipsé par son massif voisin direct, le général Oussamane Diallo.

    Le ministre de la guerre était lui aussi issu de l’UA et avait acquis une renommée internationale en organisant et entraînant la redoutable ADUA, l’armée de défense de l’union africaine. A l’époque, le jeune colonel de 32 ans, auréolé des opérations menées avec succès pour luter pour les chababs somaliens, avait été nommé comme commandant de la petite force, qui comprenait alors quelques 2 000 hommes issus de tous les pays d’Afrique. Celle-ci, sous équipée et sous entraînée n’était destinée, au départ, qu’à protéger les dignitaires étrangers en visite, une armée de parade. Mais sous l’impulsion de l’énergique colonel, elle s’était érigée en la force la plus redoutée de la planète, supplantant les Marines américains dans l’imaginaire collectif. Pour parvenir à ces fins, il avait mis en place un entraînement rigoureux, et c’était un euphémisme, ainsi qu’une discipline de fer. Bien que la présidente ne soit pas confortable avec l’idée d’exécuter des êtres humains, elle devait reconnaître que l’application de ces sanctions très sévères pour tout actes d’exaction sur des civils ou des prisonniers et des années de prison pour corruption avait significativement, encore un euphémisme, amélioré l’efficacité de ses troupes. Mais au-delà des règles mises en place, c’est le charisme de l’homme, et sa capacité à naviguer dans les méandres de la politique continentale, qui avait su permettre à l’ADUA de devenir une réelle armée. 3 ans après sa nomination, les effectifs avaient augmenté à 10 000 hommes, pour atteindre, 10 ans plus tard, 20 fois ce nombre.

    Mais la création de cette armée était le moindre des succès du général. En une décennie, il avait réussi à éradiquer les différents groupuscules extrémistes du continent, puis, à solder une bonne fois pour toute le bourbier libyen.

    Son ascension s’était faite en parallèle de celle de l’UA. D’un organisme créé de toute pièce par un dictateur en recherche de légitimité internationale, elle avait su se réinventer, devenant la garante de la bonne marche démocratique du continent, luttant contre la corruption, au moyen de son tribunal spécial basé à Addis-Abeba, et stabilisant l’économie des pays membres. Soutenue par une démographie forte, l’UA était, en quelques décennies, devenue le moteur économique de la planète.

    • Je vois que l’amiral Boris Seymos n’est pas présent ? questionna Linda
    • Non, il présente ses excuses au conseil. En effet, il dirige des exercices conjoints entre les Forces Armées de la Fédération Russe et les Forces Armées d’Europe prévus de longue date en Arctique, simulant une attaque américaine sur le réseau minier nordique, répondit Oussamane.
    • En Arctique, en février ? La météo ne doit pas être très… chaleureuse, risqua Maria
    • En effet, mais l’amiral Seymos a toujours aimé les exercices dans le grand froid, allez comprendre. Et je vous rejoins sur votre analyse du climat local, je plains ses hommes…

    Linda poursuivit son tour de table silencieux par la voisine du général, le ministre du renseignement, Anuia Promrak. La jeune thaïlandaise, 30 ans à peine, avait gravi les échelons du renseignement de l’Association des Nations d’Asie du Sud Est à grande vitesse, tant de part les trous creusés dans l’organigramme par la chute d’astéroïdes de 2036, qu’a un talent inné pour l’analyse d’informations parcellaires. Toutefois, sous ce regard qui pourrait passer pour naïf et cette silhouette frêle, la jeune femme restait une arme mortelle, comme avait pu le constater Linda en l’observant s’entraîner au corps à corps contre Oswald il y a quelques semaines.

    Son plus grand coup d’éclat en service actif était le démantèlement d’une cellule de bouddhistes intégristes qui prévoyaient la libération d’une nano arme censée cibler la population musulmane indienne. Les estimations faites par les scientifiques à posteriori, montraient la mort potentielle, et donc, leur sauvetage, de plus de 150 millions de personnes, soit 3% de la population terrestre totale de l’époque.

    A sa gauche se tenait un quarantenaire bedonnant et barbu, qui, avec le concours d’Oussamane, contribuait à accentuer le faible gabarit d’Anuia. L’allemand Viktor Preher était le ministre de l’écologie et de l'agriculture du gouvernement. Issu de la branche radicale des Die Grünen, il avait failli ne pas pouvoir être nommé de par son passé d’activiste, et notamment quelques intrusions sur des sites nucléaires sensibles en France. Toutefois, il avait le soutien d’une frange non négligeable du parti qui avait lourdement insisté pour qu’il soit présent dans cette pièce, au nom de la « défense des intérêts supérieurs de la planète et de ses espèces naturelles ». Il c’était notamment lourdement opposé au projet d’ascenseur orbital, puis à la création des premiers chantiers spatiaux orbitaux. Mais la pression combinée du monde scientifique et économique avait permis de faire passer l’idée auprès de l’opinion publique.

    En face de Viktor se trouvait Sacha Illyiscu, ministre de l’éducation et de la protection des peuples. L’ancienne directrice de l’UNICEF avait naturellement hérité de ce poste au gouvernement quand son parti, les centristes, avait négocié pour former une coalition.

    A sa gauche se trouvait Lien Yaug, adjoint de Maria, délégué à l’approvisionnement et à la prospection minière. La recherche de sources minérales, et notamment la prospection sur les corps célestes du système solaire, tombait sous sa coupe et celle de son administration, et surtout, l'organisation de la logistique. Au vu des distances qui risquaient d'entrer en jeu une fois la conquête spatiale lancée, son travail risquait de se transformer en sacerdoce.
    A ses côtés se tenait Manutea Mo'unga, ministre des affaires étrangères issue de l'Union Océanienne. Provenant des rangs socialistes, Linda ne savait que peu de choses de cette femme corpulente au longs cheveux noirs ondulés. Toutefois, les bruits de couloirs du parlement lui prêtaient des ambitions présidentielles, même si, pour les 14 prochaines années, elle devrait faire profil bas, le temps de s'acheter les soutiens nécessaires et de se faire connaître du grand public.
    Avant dernière représentante de l'assemblée, Augustina Lopez, ministre de l'intérieur issue de l'Union des Nations Sud Américaines, était une femme magnifique. Brune de taille et de corpulence moyenne, un physique qui ne présentait rien d'extravagant, c'était son regard et ses grands yeux verts qui semblaient absorber l'attention de toutes les personnes qui avaient le malheur de les croiser.
    La dernière personne présente à la réunion était le ministre de la justice, John Dows. L’ancien canadien, réfugié en Europe après la conquête de son pays, était juge à la cour suprême, et avait activement participé à la rédaction de la nouvelle constitution.

    • Mesdames et messieurs, puisque nous sommes tous là, je vous propose de commencer. Maria, qu’avons-nous à l’ordre du jour ?
    • Le principal sujet concerne le développement économique…

    La réunion se poursuivit pendant 13h, et Linda rentra chez elle exténuée mais satisfaite, tout c’était bien passé. Bien sûr, des frictions avaient éclatées, comme la prévisible réaction de Viktor à l’annonce de l’ouverture des chantiers spatiaux pour 2050, ou le regard circonspect d’Oussamane lorsqu’il avait été décidé de dédier la majorité des cales à la production de vaisseaux civils. Mais au global, les différents ministres avaient semblé soucieux de fournir des solutions pour travailler ensemble au mieux.

    Cependant, elle ne se faisait que peu d’illusion, si une période de grâce permettrait de mettre à plat de nombreux sujets dans la foulée des récentes élections, les divisions partisanes ne sauraient tarder à ressurgir dès que des sujets moins consensuels viendraient à être abordés. Sans parler des débats nécessaires au congrès quand il s’agirait de voter les textes que proposeraient le gouvernement… des migraines en perspective.

    Mais pas ce soir. Cette nuit, elle pourrait s’endormir avec la sensation du travail accompli et sans ombres au tableau.

  25. #85
    Citation Envoyé par Seymos Voir le message
    GrossAdmiralderFlotte

  26. #86
    Oh oui la reprise de l'AAR que j'attendais tant

    ils sont "légèrement" plus longs à écrire
    J'imagine Franchement c'est très propre comme prologue, il introduit bien les différents personnages à qui on va avoir affaire et les descriptions sont comme il faut, ni trop lourdes ni trop succinctes.

    J'espère être à la hauteur de mon poste de ministre des sciences. Au pire je pourrais me consoler en me disant qu'au moins j'ai une carrure impressionnante

  27. #87
    Magator


    Oh oui la reprise de l'AAR que j'attendais tant

    ils sont "légèrement" plus longs à écrire J'imagine Franchement c'est très propre comme prologue, il introduit bien les différents personnages à qui on va avoir affaire et les descriptions sont comme il faut, ni trop lourdes ni trop succinctes.
    Merci !

    J'espère être à la hauteur de mon poste de ministre des sciences. Au pire je pourrais me consoler en me disant qu'au moins j'ai une carrure impressionnante
    Dès le prochain épisode

  28. #88
    Chapitre 1 : 10 janvier 2050, Résidence présidentielle, Strasbourg, Europe

    • La Terre est foutue.

    Lorsque son implant avait sonné au milieu de la nuit, Linda avait su que quelque chose n’allait pas. Seul un appel prioritaire aurait pu passer le filtre de Charlie. L’intonation de ce dernier lorsqu’il lui avait annoncé que l’appel provenait d’Ernest avait commencé à lui donner des frissons : Qu’est ce que le scientifique pouvait bien avoir d’urgent à annoncer pour mettre l’intendant dans cet état ? Et la sanction, sans appel, était tombée.

    • Comment ça, « la Terre est foutue » ?
    • Tout est foutu, le système entier est putain de foutu. Le compte à rebours a commencé à tourner depuis dieu sait quand, et on vient seulement de s’en apercevoir. Pour ce qu’on en sait, tout a pu commencer dès l’astéroïde de 2036…
    • Ernest, qu’est ce qui a commencé ? De quoi vous parlez bordel ?

    Elle entendit le ministre prendre deux longues inspirations, probablement pour se calmer. Il reprit :

    • Le soleil. Cette saloperie d’étoile est entrée en fin de vie 4 putains de milliards d’années trop tôt. Les équipes chiliennes du Very Large Telescope viennent de m’appeler. Ils avaient constaté une augmentation de l’activité solaire, non significative à l’époque, mais il leur était difficile d’analyser quoi que ce soit à travers la purée de pois qui nous servait d’atmosphère. Mais il y a 2 ans, quand suffisamment de débris ont enfin décidé de retomber sur le plancher des vaches, ils ont pu commencer à prendre des mesures de l’activité solaire. Et ce qu’ils voient depuis est une augmentation la quantité d’énergie émise par ce bon vieux Soleil, de l’ordre de 1% par an. Ils ont comparé avec les mesures antérieures au cataclysme, et elles semblent valider leurs observations.
    • Je ne comprends pas, si la quantité d’énergie émise à tant augmenté, pourquoi nous n’avons rien vu avant aujourd’hui ?
    • 2 raisons : nous n’avons plus de moyens d’observation directe depuis que tous nos satellites ont grillés. Et autant dire que la recherche scientifique et l’observation du Soleil sont devenus le cadet de nos soucis. Ah ça, pour cartographier le moindre foutu caillou qui croise dans le système, on a tout ce qu’il faut, mais pour observer le plus gros corps céleste du coin, pas un instrument de mesure, pas un en 12 ans ! Et pour les moyens au sol… Après l’impact sur la Lune, ils ont tous été dédiés à l’identification des objets qui pourraient potentiellement nous rapporter un nouveau cratère de Pekin. Plus personne n’avait le temps, tout simplement.
    • Et la seconde ?
    • La seconde quoi ?
    • La seconde raison pour laquelle rien n’a été observé avant cette nuit bon sang !
    • Cette satanée poussière. Elle a masqué l’augmentation des émissions, de la même manière qu’elle a renvoyé le réchauffement climatique dans l’histoire.
    • Et quelles sont leurs estimations quant à cette augmentation ? Quels sont les impacts sur nous ?
    • Simple, la température va augmenter, petit à petit, jusqu’à ce que la planète devienne inhabitable à cause de la température elle-même, mais ça pourrait aussi être l’évaporation des océans, ou n’importe quel effet que je ne suis pas capable d’imaginer à deux heures du matin.
    • Et dans combien de temps ?
    • Vous voulez dire, combien de temps avant qu’on ressemble tous à des criquets après un passage à la broche ? Difficile à dire pour le moment, 20, peut-être 30 ans. Qui sait, 40 si on a de la chance !
    • 20 ans… nous ne pourrons jamais déplacer 5 milliards de personnes en si peu de temps ! Et pour les déplacer où ? On a aucune solution de secours !

    L’année avait pourtant si bien commencé. Les chantiers seraient prêts à temps. Les modèles de vaisseaux étaient conçus, la recherche ayant fait des progrès considérables, et il était envisageable d’atteindre Mars en mois de 6 mois au plus favorable. L’avenir de l’Humanité semblait lui tendre les bras, le plus dur semblait être derrière elle. Et maintenant, ça. Tout s’effondrait.
    Linda se pinça la cuisse de toutes ses forces. Ce ne pouvait qu’être un cauchemar, elle allait se réveiller, c’était certain.
    Elle dû s’arrêter lorsqu’elle sentit le sang commencer à couler le long de sa jambe.

    • Très bien Ernest, je vais demander à Charlie d’organiser une réunion d’urgence avec les autres, d’ici une trentaine de minute, en visio. Il vous enverra un lien pour vous connecter. Dans l’intervalle, essayez de contacter les scientifiques dont nous allons avoir besoin.
    • Quels scientifiques ?
    • Je ne sais pas ! Des biologistes, des physiciens, des mathématiciens, n’importe qui qui pourrait nous apporter le début d’un bout de solution pour … pour…
    • Elle sentit des larmes commencer à poindre aux coins de ses yeux.
    • Tous ceux que vous pourrez trouver qui vous sembleraient pertinent, et je les veux disponibles pour demain. Et rappelez vos copains du Chili, ils ne doivent rien communiquer à ce sujet avant qu’on leur donne le go, c’est vital ! On se reparle dans 30 minutes avec les autres.

    Elle coupa brutalement la conversation avant de s’effondrer en larmes sur son lit. 20 ans… 20 ans pour sauver l’Humanité. Et quelle ironie, malgré les attaques atomiques de Bombay, malgré les attaques biologiques de Bagdad, malgré le réchauffement climatique, malgré les guerres, malgré les maladies, malgré les famines, malgré l’astéroïde de 2036… C’est le Soleil, la raison de toute vie sur Terre, le symbole même cette vie, la source inépuisable d’énergie, de réconfort, de chaleur, celui qu’elle passait ses hivers à chercher et à appeler de ses vœux pour qu’il mette fin à cette insupportable longue nuit qui semblait durer une éternité, ce même Soleil tant aimé et désiré allait anéantir l’Humanité. Plus sûrement que toutes les catastrophes naturelles et que les moyens d’extermination que l’Homme avait pu inventer.

    Elle se reprit et appela Charlie.

    • Oui madame ?

    Au son de sa voix, il n’en menait pas plus large que Linda.

    • Charlie, pourriez-vous envoyer une invitation pour une visio dans 30 minutes à tout le gouvernement ? Assurez-vous qu’ils soient réveillés s’il vous plait.
    • Très bien Madame. Je vous fais monter un café et quelques viennoiseries ?
    • Oui s’il vous plait.
    • Très bien, je m’en occupe immédiatement.
    • Merci Charlie.
    • Vous pensez qu’on s’en sortira ?

    Depuis 2 ans qu’il travaillait pour elle, c’était la première fois que l’intendant risquait une question qui sortait du cadre de sa fonction. Linda sentit toute la peur et l’appréhension du jeune homme.

    • Je ne sais pas, je n’en ai aucune idée, je suis désolée…
    • Elle fondit à nouveau en larmes.
    • Je vous fais confiance pour faire au mieux Madame.
    • Merci.

    Elle coupa la communication et enfila un peignoir pour assister à la conférence, puis s’assis sur son canapé, sa tablette à la main, en attendant la réunion.

    La tablette sonna 20 minutes plus tard pour lui rappeler la réunion, la tirant d’un demi-sommeil où elle avait plongé. Elle s’était revue, enfant, jouant au bord de la mer avec ses parents, à faire des châteaux de sables dans la douce clarté d’un début de mois de juin. Son père l’aidait à construire la forteresse qui abritait un pauvre crabe qui avait eu le malheur de se retrouver sur son chemin. Sa mère était allongée sur une chaise longue, lisant et profitant du soleil. Le Soleil. Quelle ironie, pour elle, scandinave, qui possédait cette relation toute particulière avec l’astre, qu’il se soit transformé en la condamnation à mort du système.

    Elle prit sa tablette et se connecta à la réunion.

    • Qu’est-ce qu’il se passe ? grommela une Maria Alvares endormie et visiblement agacée d’avoir vu son temps de sommeil amputé de 4 bonnes heures.
    • Les américains ont encore envoyé un ultimatum nous menaçant du feu nucléaire si nous n’accédons pas à une de leurs extravagantes demandes ? Risqua une Anuia déjà levée depuis plusieurs heures, eu égard au décalage horaire.
    • J’aurais sincèrement préféré, dit Linda.
    • Elle vit les visages de ses conseillers se tendre, plus au ton qu’elle avait utilisé qu’au sens de sa phrase.
    • Allez-y Ernest.

    Le scientifique prit la parole sur un ton beaucoup plus calme et réfléchi que 30 minutes auparavant, laissant penser qu’il avait pu digérer en partie la nouvelle.

    • Il y a maintenant une heure, le responsable de l’équipe scientifique du Very Large Telescope au Chili m’a appelé, un appel prioritaire. Il y a deux ans, ils ont recommencé à braquer des engins de mesure sur le Soleil, et ont observé une activité, et plus particulièrement, une quantité d’énergie émise, plus importante que ce à quoi ils s’attendaient. Ils ont donc poursuivi les mesures pendant les deux dernières années, et les conclusions ne sont pas bonnes. Selon eux, il y a 95% de chance que le Soleil soit entré dans le dernier stade de sa vie.
    • Attendez attendez, l’interrompit Sacha, qu’est ce que ça veut dire, qu’il est entré dans le dernier stade de sa vie ? Je croyais qu’il lui restait 4 ou 5 milliards d’années avant que ça arrive ?
    • Oui, c’est ce qui était communément admis. Soit tout le monde se plante depuis 200 ans, soit quelque chose est arrivé qui a accéléré le processus. Au hasard, je risquerai la collision avec Mercure comme candidat sérieux à la cause de la plus grande menace que notre espèce, que notre système solaire pour ce que ça vaut, aient rencontré.
    • Quelles sont les conséquences Ernest ? demanda Maria
    • La fin pure et simple de toute vie sur notre planète, ou en tout cas, de toute vie qui ne supporterait pas des températures de l’ordre de 150°C et l’absence d’eau et d’atmosphère.

    Si les visages s’étaient effectivement tendus au fil des annonces du ministre des sciences, maintenant que les conséquences des annonces faisaient leur chemin dans leurs esprits, Linda vit les conseillers afficher des mines allant du désespoir chez Viktor Preher à l’effroi complet chez Lien Yaug en passant par la consternation de Boris Seymos.

    • La mauvaise nouvelle…
    • Ah parce qu’il y a une mauvaise nouvelle ??? l’interrompit Maria. L’annonce de la fin de l’Humanité n’est pas suffisante pour être qualifiée de mauvaise nouvelle pour vous ? s’emporta la portugaise.
    • Maria… Il n’y est pour rien, glissa Augustina.
    • Oui… Désolé Enerst, la fatigue…
    • Comme je disais donc, la mauvaise nouvelle est que nous n’avons que quelques décennies pour trouver une solution, entre 20 et 40 ans selon les premières hypothèses.
    • Mon dieu… lâcha Oussamane. On ne pourra jamais déplacer 5 milliards de personne en si peu de temps !

    Linda ne pensait pas que les expressions de ses ministres pourraient encore s’aggraver. Elle avait tort. La remarque du général venait de les frapper de plein fouet : sans solution rapide, les presque 2 milliards de morts des impacts de 2036 ne seraient que la deuxième plus grande catastrophe de l’histoire de l’Humanité. Et surtout, ce serait la dernière.

    • Nous n’allons pas trouver de solution cette nuit. J’ai demandé à Ernest de contacter des scientifiques pour commencer à dessiner des solutions pour résoudre cette crise. Nous nous retrouverons demain dans la salle du conseil avec ceux qui auront répondu présent pour réfléchir.
    • Juste une question, risqua la ministre de l’éducation. Que dit-on à la presse ?
    • Rien pour le moment. Tant que nous n’avons rien à leur proposer, annoncer la fin de l’espèce n’apportera rien si ce n’est l’anarchie, répondit Linda.
    • Nous ne pourrons pas garder une telle bombe secrète bien longtemps… ajouta Anuia.
    • Vous avez raison, mais je préfère que nous ayons quelque chose à annoncer pour leur donner raison d’espérer, même si c’est un foutu rêve qui ne pourra jamais se réaliser. On ne peut pas simplement annoncer qu’on va tous crever et arrêter la conférence. Il faut donner un but à notre planète. Si on ne le fait pas dès maintenant, il sera impossible de remobiliser le monde, et de nous sauver, quand bien même nous aurions trouvé une solution miracle. Mais je rejoins Anuia, on ne pourra pas cacher ça plus de quelques jours.
    • Ça ne me plait pas comme méthode.

    Viktor avait toujours été un farouche défenseur de la transparence complète des gouvernements, un extrémiste sur le sujet même.
    • Moi non plus Viktor, mais nous n’avons pas le choix. Si nous l’annonçons maintenant, nous sommes finis, et définitivement. Il va falloir que vous vous asseyiez sur vos foutus principes pour quelques jours.

    L’assemblée regarda, stupéfaite, Linda après cette remarque, qui avait laissé transparaître toute l’exaspération accumulée ces deux dernières années au contact de l’écologiste et de sa vision radicale de ce que devrait être les décisions gouvernementales. Ses paroles avaient dépassé ses pensées. Elle prit sur elle de ne pas s’excuser, tant pis si cet emmerdeur idéaliste et déconnecté des réalités se vexait. Elle rédigea cependant une note à l’intention d’Anuia et d’Oswald pour garder à l’œil le ministre et s’assurer qu’il ne risquait pas de se lancer une dans une croisade au nom de ses idéaux.

    • Je suis désolée de ses annonces brutales, mais j’ai pensé qu’il fallait vous mettre au courant le plus rapidement. Nous nous verrons demain à la première heure. Si on vous demande le sujet de la réunion, c’est une simple prise d’information sur l’état d’avancement de notre programme spatial.

    Un demi-mensonge qui, espéra la présidente, serait suffisant pour limiter les velléités de transparence de Viktor.

    • Je vous propose, pour ceux d’entre nous qui sont du côté sombre de la planète, de tenter de dormir quelques heures. Nous comptons sur nos amis déjà éclairés pour nous apporter de lumineuses idées pour demain. Si personne n’a rien à ajouter…

    Aucune voix ne se fit entendre.

    • Parfait, à tout à l’heure.


    Linda regarda les visages des ministres disparaitre les uns après les autres de l’écran, jusqu’à se retrouver seule devant une tablette vide, et sachant déjà qu’elle ne retrouverait jamais le sommeil cette nuit.
    Dernière modification par Cyrilto ; 01/09/2020 à 19h51.

  29. #89
    De nouveau très propre Les petits détails sur l'enfance de Linda ou les précisions du style "attaques atomiques de Bombay, malgré les attaques biologiques de Bagdad" contribuent vraiment bien au récit.

    Ça commence sur une série de mauvaises nouvelles mais je suis convaincu que nos scientifiques trouveront une solution adaptée

  30. #90
    Merci !

    Et oui, l'objectif de ces deux premiers chapitres était de poser le décor, et aussi, pour ceux qui connaissent le jeu, d'expliquer les règles de la partie.

    Pour les scientifiques... nous verrons bien !!

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •