Crunchez vos adresses URL
|
Rejoignez notre discord
|
Hébergez vos photos
Page 3 sur 101 PremièrePremière 12345678910111353 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 61 à 90 sur 3026
  1. #61
    Rogue Legacy

    Rogue lite de plates-formes action, on joue un chevalier qui doit tuer le boss du donjon, découpé en 4 partie avec un boss à chaque fois, une fois un boss tué, on a pas à le refaire. Une fois les 4 boss tués, on a accès au boss final. Quand on meurt, et on meurt très souvent, l'argent récolté sert à améliorer la prochaine génération. On a le choix entre 3 enfants, chaque enfant est caractérisé par :
    -sa classe (paladin, mage, assassin, hokage etc...)
    -son arme secondaire
    -ses traits, ils peuvent aider ou pas, certains sont très pratiques

    De plus on débloque des pièces d'armure et des runes à attacher aux pièces d'armure, qui permet de regagner des PV, PM quand on tue des vilains, double saut, dash etc.., il y'en a 9 différentes. Dans ce qu'on peut débloquer, il ya énormément de choses, des classes de plus en plus puissantes, les PV, les PM, le % de critique, le modificateur de critiques, armure, garder de la thune entre chaque run etc...

    Le jeu est très difficile au début, on gagne peu d'argent, on a l'impression de ramer, petit à petit, nos réflexes s'améliorent, on va de plus en plus loin , on ramène de plus en plus de thunes, on améliore plus de caractéristiques à chaque run, mais faut vraiment persévérer car le grind est un peu long. Pour finir le jeu avant le NG+, ça m'a pris 20h et 171 runs. Le château est créé de façon procédurale, et franchement le taff est incroyable, car tout fonctionne bien comme il faut, jamais de salles à la con "pan t'es mort sans pouvoir rien faire".

    C'est donc un grand oui, alors que je suis très réfractaire au style de jeu "rogue", mais là comme on avance toujours un peu (à moins d'un run vraiment nul et très court), je ne me suis pas trop découragé, il n'y a vraiment que le tout début, où se dit "la vache, je ne vais jamais m'en sortir".

  2. #62
    Jette un oeil à Dead Cells si tu aimes le genre
    Pour devenir mon coupaing: Steam, BattleNet

  3. #63
    Fini Tomb Raider 2 bis, à 100%.



    AAA du collectionneur.

    Évidemment j'ai beaucoup aimé, c'est comme un jeu Ubisoft sauf qu'on a un splendide boule à suivre pendant tout le jeu.

    En vrac, les défauts: des bugs, la nécessité d'attendre que Lara se penche d'un côté afin de réaliser un saut d'un corniche à une autre (mine de rien, je dois comptabiliser 20 morts juste à cause de ça), un système de loot pour le craft un peu léger, une faune un peu légère, trop peu de zones vraiment ouvertes, un scénario bidon qui se laisse suivre quand c'est suggéré mais qui tombe dans tous les travers hollywoodiens dès que la mise en scène nous rappelle qu'on joue à du AAA qui tâche, des succès vraiment pas cools (tuer 3 ennemis avec un seul coup de shotgun ou 5 avec une seule flèche empoisonnée, je vois pas comment je vais réussir ça).

    Sinon le monde est magnifique, des trucs à collectionner tous les 20 pas j'adore, d'autant qu'ils ne sont pas tous évident à dénicher, un contenu énorme (j'en suis à 45 heures et je compte bien me pencher sur le mode qui permet de refaire les niveaux en time attack), des DLC intéressants (juste 1 que j'ai pas fait et un autre que je ne compte pas acheter), c'est beau c'est propre, ça a 4 ans pourtant, respect.

    Ça a été ma drogue de ces 15 derniers jours, m'a permis de relativiser mon non-confinement et m'a poussé à rêver un peu en ces temps BFMTVesques. Clairement pas un jeu qui fera bander l'arc de tout le monde, mais quand on aime autant la recette que moi, c'est fantastique.

  4. #64
    T'as pensé au coupe-circuit? Avatar de Jeckhyl
    Ville
    Crétin des Alpes
    Je l'ai fini hier et j'ai aussi bien kiffé. Le seul truc qui m'a paru vraiment bizarre c'est le lancer de poules pendant que la vallée est en guerre.

    Dans la foulée j'ai embrayé avec Shadow, qui était il y a peu à -80% sur Steam.

    La direction artistique est encore meilleure sur ma GTX960 (alors que les deux dernier TR sont déjà très chouettes), l'ambiance "carnaval des morts" est très prenante, le personnage de Jonah commence assez fort (il est la conscience critique de Lara et n'hésite pas à l'engueuler), et Lara nous fait un gag à la Gordon Freeman dès le début du jeu. Franchement ce début je kiffe.
    If cats looked like frogs we'd realize what nasty, cruel little bastards they are. Style. That's what people remember.


  5. #65
    T'inquiètes tu vas vite déchanter....

  6. #66
    T'as pensé au coupe-circuit? Avatar de Jeckhyl
    Ville
    Crétin des Alpes
    Peut-être. Et peut-être pas .

    Ceci était un message offert par le conseil général de Normandie.

    Je viens de relancer la partie en Difficile/Difficile/Normal (le dernier pour avoir la surbrillance sur les ennemis qui est quand même 'achement pratique) pour voir si je galère à fond sans aucune indication d'exploration.
    If cats looked like frogs we'd realize what nasty, cruel little bastards they are. Style. That's what people remember.


  7. #67
    The Coma: Recut

    Un jeu d'horreur coréen en 2d dans lequel on doit explorer un lycée tout en évitant la tueuse qui nous poursuit. En cas de poursuite on peut sprinter pour prendre de l'avance mais la jauge d'endurance du personnage se vide vite et remonte lentement, d'où l'intérêt de se rappeler des emplacements des endroits ou se cacher. On peut aussi utiliser divers objets trouvés ou achetés pour remonter l'endurance ou la santé.

    Très sympa avec des graphismes plutôt réussis ainsi qu'un scénario sympatoche à défaut d'être très original (Corpse Party est déjà passé par là). Seul bémol, le jeu répondait mal sur ma manette avec des inputs parfois ignorés. En cas de poursuite ça pouvait être chiant.

    - - - Mise à jour - - -

    The Coma 2: Viscious Sisters

    La suite du 1 (). Tout est mieux, les graphismes en 2D sont magnifiques, leu jeu répond très bien aux commandes, propose plusieurs environnements avec un scénario bien plus étoffé. Les pièges mortels sont plus nombreux et mieux introduits. Le jeu propose aussi un doublage quasi intégral des personnages (en coréen évidemment). Du coup ça vaut le coup de faire le premier opus juste pour pouvoir entamer le deuxième ensuite tant l'amélioration est totale.

    Notez bien que c'est une suite directe, on y retrouve donc beaucoup des mêmes persos. Avoir fait le premier opus est donc un must pour bien saisir ce qui se passe dans le 2.

  8. #68
    The Elder Scrolls 3: Morrowind

    J'avais découvert la franchise dans ma jeunesse avec Oblivion sur 360, une méga baffe pour moi en 2007. Puis Skyrim des années plus tard sur la même plateforme. En passant sur PC des années plus tard j'ai vraiment tenté à plusieurs reprises de faire le troisième opus mais je n'accrochais pas. La lenteur du perso, les graphismes de 2001, le système de combat avec jet de dés, le journal de quête atroce...
    J'ai retenté récemment et... j'ai finalement accroché. Près de 60h de jeu plus tard j'ai terminé la quête principale et j'ai commencé l'extension Tribunal.

    Je continue de passer un excellent moment dessus. L'univers de Vaardenfell est vraiment fantastique, sorte de mélange entre Mordor et Dune. Skyrim était une réussite niveau world-building mais Morrowind a vraiment une atmosphère unique, assez incroyable. L'absence de voyage rapide donne une vraie impulsion à l'immersion. C'est gratifiant de finalement réussir à se déplacer à travers l'île en se créant un itinéraire entre les échassiers, les bateaux et la guilde des mages. L'absence d'icone de quête est aussi un vrai plus, être obligé de chercher sa destination est quand même 100 fois plus gratifiant que suivre une boussole (pareil dans WoW Classic d'ailleurs). Les marqueurs de quêtes c'est vraiment une mécanique qui doit mourir vite

    Hate de continuer les extensions même si je pense finir certaines guildes avant de commencer Bloodmoon.

  9. #69
    Citation Envoyé par Zerger Voir le message
    Jette un oeil à Dead Cells si tu aimes le genre
    J'aime pas les "rogue", même à wow avec palouf c'est la seule classe que je n'ai pas joué.
    Je l'ai donc je tenterai, mais j'ai lu que tu dois faire du NG+ pour voir tout le jeu, comme Rogue Legacy d'ailleurs, et j'avoue que ça me refroidit pas mal, j'ai plus mes réflexes d'antan.

    Citation Envoyé par Murena Voir le message
    The Elder Scrolls 3: Morrowind
    Les marqueurs de quêtes c'est vraiment une mécanique qui doit mourir vite
    Totalement d'accord, ça devrait être au pire une option activable. Après faut un texte de quêtes et une map corrects qui vont avec.
    Dernière modification par Hyeud ; 04/04/2020 à 16h37.

  10. #70
    Attention au début on commence Morrowind avec à peine 60h de jeu et à la fin on finit avec + de 300

  11. #71
    Citation Envoyé par Hyeud Voir le message
    Je l'ai donc je tenterai, mais j'ai lu que tu dois faire du NG+ pour voir tout le jeu, comme Rogue Legacy d'ailleurs, et j'avoue que ça me refroidit pas mal, j'ai plus mes réflexes d'antan.
    Ouais il y a 5 NG+ dans Dead Cells (qu'on appelle Boss Cells). Mais finir le jeu en normal, c'est déjà pas simple et ca fait découvrir une bonne partie du contenu.
    Après, rien que pour finir le BC1, il faut s'accrocher, c'est une autre histoire.
    Pour devenir mon coupaing: Steam, BattleNet

  12. #72
    Terminé Drakan - Order of the Flame :

    Mmmmhhh, par où commencer... Son scénario digne d'un croisement entre "Cœur de Dragon" et un téléfilm avec Steven Seagal ? La technique aux fraises (sans volontaires pour les ramasser) ? Un système de loot et d'inventaire génialement mal équilibré et pensé (trop RPG t'as vu) ?

    Bon allez, prenons la technique, car c'est tout d'abord grâce à celle-ci que je me suis rendu compte, dès la première partie lancée, que je devrais entrecouper les phases de jeu par des allez-retours incessants dans les menus.

    Premièrement, pour assigner les contrôles, et se rendre compte que certains sont cassés d'origine (rigolez, mais impossible de faire un salto costal droit sans installation du patch officiel par exemple), ça promet.

    Deuxièmement, et le plus important, sauvegarder régulièrement (sauvegardes complètes, rapides aurait été trop simple car buguées) et alterner sur au moins 2 emplacements, pour essayer de prévoir le pire.

    Les graphismes, quant à eux, sont plutôt chatoyants pour l'époque. Revers de la médaille, ça tourne comme un cul sur une machine de cette période. Genre vraiment. À peine une trentaine de fps max sur un pentium II 450, 128 Mo de RAM et une Matrox G400...

    Le son : surround 3D du turfu qui consiste à, pour la personne qui a du faire le suivi pour les cinématiques, s'amuser à jouer au ping pong avec le gain, le pan et un coupe haut sale (immersion on te dit ).

    Une gestion des collisions qui n'a rien à envier à celle des premiers jeux Tomb Raider, mais en pire, sisi ça existe !

    Une maniabilité rigide donc, que ce soit à pied ou à dos de dragon, celle-ci étant originale dans un premier temps, puis vite synonyme d'irritabilité dans un second.

    Suffit d'imaginer des séquences de tirs en unscope, où juste avant chaque tir, quelqu'un viendrai vous taper dans le coude, comme ça, pour la blague (frustrant pour les adeptes de la précision).

    Il y est possible de nager, aussi gracieusement qu'un malfrat à qui on aurait cimenter les pieds... Il faut en plus mordre au pixel près la zone spécifique de la berge ou du rivage pour remonter.

    De même, à quoi cela sert-il de proposer la possibilité de parer avec son arme, si il n'y a aucune différence sur les dégâts constatés ? Rien, juste rien.

    Point positif, le démembrement assez jouissif des adversaires, jusqu'à ce que l'on s'arrête net, coupé dans son élan, en passant à proximité d'un bras coupé au sol tenant encore une arme, par exemple.

    Pouvoir faire des grillades de grulls (merci le tir secondaire du dragon) est également un autre aspect sympathique du jeu, et dont on ne se lasse pas vraiment (ouf, à nouveau du positif).

    La musique fait le job et retranscrit très bien l'univers (un peu trop même, car créant un climat "sérieux" dans une réalisation qui ne l'est pas vraiment), même si celle du menu (à laquelle celle de Far Cry ressemble un peu trop pour être une simple coïncidence), finit par taper sur les nerfs à force.

    Vous aussi, jouez au jeu des 7 erreurs musicales à la maison :

    Spoiler Alert!





    Le gameplay ? Mmmmmmm, figurez-vous qu'il doit être possible de faire du silent kill au moins deux-trois fois dans le jeu, sinon, vous allez vous "amuser" à faire des roulades et des pirouettes (cacahuète).

    Ou alors, juste à se tourner autour avec des malotrus en armure (comme des chiens qui se reniflent le derrière), en envoyant des coups d'épées (longues) au petit bonheur la chance en direction de leur petit culcul (ça peut finir par toucher sur un malentendu).

    Il y a bien des coups spéciaux, mais ceux-ci ne sont pas forcement les plus faciles à caser en pratique...

    Drakan allégorie (vue d'autiste) :

    Spoiler Alert!








    Bon, il y a quand même des phases de plateforme pour se dégourdir un peu plus les jambes, des pièges à éviter, d'autres pièges à éviter, toujours des pièges à éviter, des puzzles "tousse" (nan, c'est pas le corona), mais aussi de l'humour.

    Oui, il y a un "boss" qui va littéralement tenter de vous tuer en vous écrasant avec ses fesses.

    Et puisque cela n'était pas suffisamment ridicule pour les dévs, ils se sont dit que ce serait dommage de ne pas nous faire profiter de bruitages de pets true dolby THX digital laser pour coller avec.

    Je... je... Oui bon d'accord il fallait bien ça pour s'aligner sur le niveau des dialogues, et finir de nous faire comprendre (au cas où vous en doutiez), que le prout reste une valeur sûre, surtout lorsque vous avez épuisé votre stock de blagues carambar. Ou pas.

    Heureusement que l'on a à disposition pléthore d'armes à usage quasi-unique (système de durabilité quand tu nous tiens) avec lesquelles il faudra régulièrement faire du tri dans l'inventaire, pour ne garder que celles en meilleur état, ou qui infligent le plus de dégâts.

    Armes efficaces qui vont se faire rares du début de l'aventure jusqu'au 3/4 du jeu, où ça va devenir la fête du slip du loot (comme par hasard).

    L'impossibilité d'enfiler une armure sans un passage obligatoire par l'inventaire, qui oblige à vider une partie du contenu de celui-ci par terre juste pour y glisser l'armure, et de là, la faire glisser sur Rynn. Genius !

    Bref, on oscille entre fun, consternation et petites crispations, cela, sur une durée totale assez conséquente.

    Pas de chiffres en tête parce que j'ai repris une partie laissée en suspend pendant une année complète, mais croivez moi, c'est long.

    Que dire de plus... Les tests de l'époque mettaient surtout en avant les atouts "physiques" de Rynn (pour ne pas dire ses mensurations), ça résume pas mal les notes complétement biaisées que le jeu ait pu recevoir en son temps...

  13. #73
    Citation Envoyé par Hyeud Voir le message
    Totalement d'accord, ça devrait être au pire une option activable. Après faut un texte de quêtes et une map corrects qui vont avec.
    Pour la map je sais pas mais effectivement sans texte c'est mort. On peut retirer les marqueurs dans skyrim, sauf que les commanditaires ne donnent jamais aucune indication sur le lieux de la quête, du coup bon courage pour trouver le bon endroit. La structure du jeu elle même est pensée pour avoir les marqueurs activés.

  14. #74
    Drakan Mon GOTY 2016
    WIS 18 INT 17 CHA 13

  15. #75
    Gears 5

    Finalement c'était vraiment bien, ça a même failli m'arracher une larme même si je déplore toujours cette ambiance trop sérieuse qui s'accompagne tout de même de son lot de révélations.

    Côté gameplay pas grand chose de nouveau si ce n'est que le drone apporte un peu de stratégie, et le jeu s'ouvre un peu plus avec des petites phases d'exploration avec deux zones ouvertes que l'on va traverser à l'aide d'un traineau à voile pour aller de point d'intérêt en point d'intérêt, les points secondaires servant essentiellement à améliorer le drone.

    Côté technique ce serait plus joli sans TAA qui rend l'image floue mais qu'on ne peut pas virer, même en bidouillant les fichiers du jeu. En parlant des fichiers, pro-tip par contre : le son était mal foutu chez moi, le volume des voix était très faible. Pour y remédier faut mettre le paramètre AudioQuality à 0 dans le fichier GameUserConfig situé dans C:\Users\***\AppData\Local\Gears5\Saved\Config\PC.

    Voilà, un bon jeu d'action, j'ai hâte de jouer à la suite (et à sa déclinaison tactical dont les previews sont plutôt bonnes).
    Dernière modification par akaraziel ; 04/04/2020 à 20h06.
    ________________________
    GT / PSN / Steam : akaraziel

  16. #76
    Rien
    ________________________
    GT / PSN / Steam : akaraziel

  17. #77
    DOOM Eternal

    Franchement c'était pas mal, mais j'ai encore du mal à savoir si je préfère cet opus à DOOM 2016. Certains mécanismes ont été rajoutés, et je ne sais plus lesquels étaient déjà présents sur le précédent. Toujours est-il que j'ai eu plus de difficultés à appréhender toutes les actions possibles et que le fun des combats rapides et stimulants a été plus long à arriver. La difficulté m'a semblé plus importante que dans D2016, je ne sais pas si c'est parce que j'ai galéré avec mes touches ou si c'est dans l'absolu. Les phases de plateformes m'ont laissé de marbre (voire m'ont fait chier, on va pas se mentir), et je trouve personnellement que les créateurs ont volontairement créer des points faibles aux ennemis pour nous forcer à changer constamment d'armes (et justifiant de fait que chaque arme a son utilité). Certains argueront que "non, ça prend un peu plus de temps mais ça passe avec n'importe quelle arme" : oui certainement mais comme on doit jongler perpétuellement entre les diverses actions pour reprendre des munitions, ou de la santé, ou de l'armure, on se retrouve dans le cas où dépenser des balles de façon dispendieuse est clairement déconseillé.
    Du coup ça nous fait beaucoup de choses à contrôler dans un FPS bourrin, et c'est ce qui m'a le plus ennuyé. J'ajoute que j'adore les FPS solo mais que je suis une ouiche à ces jeux depuis mon enfance, ceci explique sûrement cela.
    Enfin il y a un protagoniste du jeu (le maraudeur) que je trouve assez naze. J'aurais aimé le voir un peu plus puissant mais lors d'une rencontre unique, alors que là il apparaît un peu comme un cheveu sur la soupe dans pas mal de combats et pète totalement le rythme de la danse. Là encore on pourrait me répondre "lol, ez pz git gud, l'est trop facile" : oui en combat singulier quand on a compris ses attaques c'est pas un souci, mais dans un arène blindé de mob parce qu'on a pris un peu de temps à trouver puis buter l'arch-vile, ben c'est bien casse-bonbons (et son putain de clébard de merde).

    Mais en vrai c'est un bon jeu hein !

  18. #78
    La trilogie Final Fight. J'ai joué au premier avec la version GBA qui restaure le contenu disparu sur NES. Le premier épisode est de loin l'un des pires beat them up tant la difficulté est mal équilibrée. Les personnages reçoivent des dégâts énormément même dans les difficultés les plus basses,, les ennemis ont des temps d'invincibilités qui les rend artificiellement plus durs à tuer, on peut se faire stunlock de façon injuste et perdre une barre de vie sans rien pouvoir faire...

    Les deux derniers épisodes& sont incroyablement plus agréable sà jouer et ajustent la difficulté. Chaque mode de difficulté est vraiment différent et il y a une vraie courbe de difficulté.On note quand même un recours abusif aux palettes swap sur de multiples bosses type "grosse brute". La limitation de trois ennemis par écran demeure sur toute la série à l'exception du 3 où occasionnellement il ya 4 ennemis à l'écran.

  19. #79
    J'ai fini la campagne New Home de Frostpunk au troisième essai, après avoir perdu quelques heures avant la fin à ma deuxième tentative.

    C'est vraiment un très bon jeu de gestion qui sait intégrer un "scénario" et qui a une vraie fin (à l'inverse de la plupart des city-builders) particulièrement tendue à atteindre, avec de la tension, des décisions délicates à prendre, qui demande de l'optimisation de l'espace disponible... Bref, une bonne expérience qui bénéficie d'un habillage sympa et d'une interface bien pensée puisque rarement gênante ou frustrante.

    Par contre, je me demande si j'ai envie d'y retourner et donc d'acheter les DLC pour renouveler l'intérêt. Vous me conseillez lesquels ?

  20. #80
    Citation Envoyé par Ammoodytes Voir le message
    DOOM Eternal

    Franchement c'était pas mal, mais j'ai encore du mal à savoir si je préfère cet opus à DOOM 2016. Certains mécanismes ont été rajoutés, et je ne sais plus lesquels étaient déjà présents sur le précédent. Toujours est-il que j'ai eu plus de difficultés à appréhender toutes les actions possibles et que le fun des combats rapides et stimulants a été plus long à arriver. La difficulté m'a semblé plus importante que dans D2016, je ne sais pas si c'est parce que j'ai galéré avec mes touches ou si c'est dans l'absolu. Les phases de plateformes m'ont laissé de marbre (voire m'ont fait chier, on va pas se mentir), et je trouve personnellement que les créateurs ont volontairement créer des points faibles aux ennemis pour nous forcer à changer constamment d'armes (et justifiant de fait que chaque arme a son utilité). Certains argueront que "non, ça prend un peu plus de temps mais ça passe avec n'importe quelle arme" : oui certainement mais comme on doit jongler perpétuellement entre les diverses actions pour reprendre des munitions, ou de la santé, ou de l'armure, on se retrouve dans le cas où dépenser des balles de façon dispendieuse est clairement déconseillé.
    Du coup ça nous fait beaucoup de choses à contrôler dans un FPS bourrin, et c'est ce qui m'a le plus ennuyé. J'ajoute que j'adore les FPS solo mais que je suis une ouiche à ces jeux depuis mon enfance, ceci explique sûrement cela.
    Enfin il y a un protagoniste du jeu (le maraudeur) que je trouve assez naze. J'aurais aimé le voir un peu plus puissant mais lors d'une rencontre unique, alors que là il apparaît un peu comme un cheveu sur la soupe dans pas mal de combats et pète totalement le rythme de la danse. Là encore on pourrait me répondre "lol, ez pz git gud, l'est trop facile" : oui en combat singulier quand on a compris ses attaques c'est pas un souci, mais dans un arène blindé de mob parce qu'on a pris un peu de temps à trouver puis buter l'arch-vile, ben c'est bien casse-bonbons (et son putain de clébard de merde).

    Mais en vrai c'est un bon jeu hein !
    Un peu du même avis. Je l'ai terminé et je n'ai commencé à vraiment m'y amuser que tard en fait. Le début du jeu entre la hausse de difficulté par rapport au 2016, le manque de munitions et les niveaux pas top, ça m'encourageait pas du tout. Par exemple pour l'avoir refait en cherchant les secrets, Cultist Base est d'un naze... Avec son design qui ressemble souvent à rien, ses arènes rikiki, sa phase de "drone" sortie de nul part, et son méchant qui taunt mal toutes les deux minutes, pffffffrrrrrtttt.
    Il faut aussi décerner un prix à la personne qui, dans un shooter nerveux où on donne du double saut et des dashs à foison à son perso, s'est dit que c'était une bonne idée de faire des zones où on patauge dans la glu et donc on marche à deux à l'heure avec les mouvements spéciaux désactivés.
    Pas été super fan des parties plateformes non plus, parfois un poil trop exigeantes, et qui parfois m'ont fait soupirer car on aurait dit un niveau fan-made en hommage à Mario. Au moins elles durent pas trop trop longtemps à chaque fois.
    Alors oui tout ça n'est pas le coeur du jeu, mais ce qui le constitue, à savoir les combats, m'a laissé une impression mitigée à cause de l'obligation de jongler entre tronçonneuse/lance-flammes/grenades/glory kills en permanence tant qu'on a pas suffisamment avancé dans le jeu. Alors forcément les petits défauts à côté me faisaient bien soupirer.

    Au final je l'ai fait en facile, et il est vite devenu beaucoup trop facile, mais il me donnait même pas envie d'un minimum de challenge.
    How can I be lost, if I've got nowhere to go?

  21. #81
    World War Z

    Terminé tous les épisodes et c'était bien sympathique. Je sais pas si y a des gens actifs par ici en multi mais c'était plutôt rapide et détente à faire.

  22. #82
    Je viens de terminer Dragon's Curse / PC Engine



    C’est mon premier Wonder Boy / Monster World, et je dois dire que j’apprécie le mix ‘platformer / aventure / RPG’ qu’il propose. Ce petit open-world rempli de passages secrets et de trésors est très agréable à parcourir, et la vieille mécanique du nouvel objet qui débloque de nouveaux passages fonctionne toujours aussi bien. D’autant qu’ici la forme du personnage (lézard, souris, lion, …) entre aussi en jeu, ce qui ajoute un peu de profondeur à ce système en plus de diversifier le gameplay et d’être sympathique visuellement.

    Les graphismes gentillets et les musiques toutes mignonnes m’ont grugé : je pensais me faire le jeu tranquille les doigts dans le nez, et en fait j’en ai chié des ronds de chapeau

    Enfin pas vraiment, le jeu étant plutôt facile dans l’ensemble, notamment au niveau du skill demandé, même pour les boss. Mais je me suis retrouvé plusieurs fois à ne plus savoir où aller, et à arpenter les zones sous différentes formes… Jusqu’à ce que je m’aperçoive que j’étais passé 15 fois à côté de la petite brique à casser pour révéler le passage qui débloque l’avancée J’ai même du me résoudre à chercher une info dans une soluce : j’étais passé à côté d’un objet indispensable pour finir le jeu
    Spoiler Alert!
    (l’épée magique)
    et sans celle-ci je serais sans doute encore en train de errer désespérément.

    Au niveau de la réalisation ce portage du Wonder Boy III: The Dragon's Trap de la Master System n’en met pas plein les yeux mais fait honnêtement son taf. Les graphismes sont simples mais mignons, les musiques sont très sympa, les animations sont fluides et le gameplay est agréable.

    Bref, j’ai passé un bon moment sur ce titre et je compte poursuivre avec Dynastic Hero (Wonder Boy in Monster World sur Megadrive), en espérant que je galérerais un peu moins pour trouver mon chemin maintenant que j’ai assimilé les codes et le principe de jeu de cette série.
    Il ne faut jamais parler sèchement à un Numide.

  23. #83
    The Gardens Between (2018)



    Aventure/Puzzle. Une histoire d'amitié.

    Alors, je vais essayer d'expliquer comment fonctionne The Gardens Between, croyez moi ça ne va pas être simple. Dans The Gardens Between, on interagit avec deux personnages en même temps, une fille et un garçon. La fille tient une lanterne et joue avec la lumière, en gros c'est elle qui ouvre les passages, le garçon joue avec des interrupteurs pour actionner des trucs. L'originalité du titre repose sur la façon dont on interagit avec les protagonistes, ou plutôt la façon dont on n'interagit PAS avec les protagonistes. Leur chemin à travers les niveaux est déjà tout tracé, tout est prévu, et nous, joueurs, influons uniquement sur le temps qui passe. Flèche droite du clavier, on fait avancer le temps, flèche gauche, on remonte le temps. Flèche droite, nos personnages avancent, flèche gauche, ils reculent. Évidemment, certains éléments du décors ne sont pas régis par ces changements temporels, et c'est donc avec eux (entre autre) qu'il faut jouer pour progresser.

    Le jeu est très beau pour moi. Les niveaux sont travaillés graphiquement, la DA est soignée. Le chara design tâche un peu, mais on s'y fait. Les animations sont nombreuses et jolies, là la fille va montrer une cascade du doigt, ici le garçon va taper du pied d'impatience car mademoiselle prend trop son temps pour avancer. Tout ça apporte beaucoup de vie au jeu, et ça sert la narration (zéro dialogue/cinématique) et le relationnel entre les deux héros, sans être pour autant important dans l'histoire. Les musiques sont agréables sans plus, elles participent bien à l'ambiance mais j'irai pas écouter l'OST en dehors du jeu. Bref, techniquement, c'est propre, surtout pour une petite production.

    Maintenant, les puzzles. À mon sens, c'est là que se situe le gros défaut du jeu: le début du jeu est super chiant. Les énigmes sont très basiques, trop faciles, et pas intéressantes à réaliser. Faut juste allumer une lumière ici, actionner un interrupteur là, reculer le temps pour récupérer la lumière, etc... J'étais pas confiant sur ma première demi-heure de jeu. Heureusement, après le jeu se complexifie, et même s'il n'est jamais vraiment difficile, il faudra faire preuve de pas mal d'observation et de logique pour compléter les niveaux les plus avancés. Il y a même certaines mécaniques très bien pensées, ça fait bien plaisir de voir autant d'originalité.

    The Gardens Between se finit en 3h sans se presser, avec un final assez touchant. J'ai vraiment apprécié l'expérience, ça reste un jeu très light mais blindé de bonnes intentions.

  24. #84
    The Pedestrian





    Excellent petit jeu de plates-formes/puzzles. Mécaniques originales, fluide, pas trop dur mais faut se creuser un peu la tête tout de même, entre 4 et 5 heures de détente, joli, musique apaisante.
    Je recommande fortement, si on veut soutenir ce petit studio indie, 17€ c'est pas cher payé pour la qualité de ce titre. Sinon attendre qu'il descende à 10€ et là ça les vaut largement.
    Dernière modification par Hyeud ; 05/04/2020 à 18h26.

  25. #85
    Citation Envoyé par Hyeud Voir le message
    The Pedestrian

    https://steamcdn-a.akamaihd.net/stea...g?t=1584379748

    Excellent petit jeu de plates-formes/puzzles. Mécaniques originales, fluide, pas trop dur mais faut se creuser un peu la tête tout de même, entre 4 et 5 heures de détente, joli, musique apaisante.
    Je recommande fortement, si on veut soutenir ce petit studio indie, 17€ c'est pas cher payé pour la qualité de ce titre. Sinon attendre qu'il descende à 10€ et là ça les vaut largement.
    Ah cool, merci pour ce retour. J'avais joué au prototype il y a un moment (le développement a quand même duré 6 ans ) et je me demandais ce qu'il allait valoir sur la longueur, si ça ne tournait pas un peu en rond à force.

  26. #86
    Ca se renouvelle tout le temps, le début étant très facile, j'ai eu un peu peur, mais en fait ça va, ça se corse et de nouvelles mécaniques sont ajoutées tout le long du jeu.

  27. #87
    Firewatch

    Passé les 2 premières minutes où j'avais le sentiment d'être un escargot (sortant de DOOM, la marche très lente du personnage joué m'a fait tout bizarre) et où j'ai pris le temps de me détendre, j'ai passé 5 heures de jeu vraiment sympa. Bon c'est un walking sim, on ne peut pas perdre ni mourir mais seulement choisir certaines réponses aux dialogues qui se passent uniquement par radio. Ça donnerait presque envie de postuler à un job comme celui-là : une petite tour surplombant un parc naturel, des livres et un lit de camp dans une cabane, la nature, le pied.
    L'histoire est vraiment cohérente et je trouve justement que les créateurs ont joué avec nos attentes de joueurs en termes de scénarios (enfin pas que joueurs d'ailleurs, n'importe quelle série Netflix aurait déroulé un autre scénario à partir des mêmes bases) et ça a bien fonctionné pour ma part je m'attendais à une montée dans le fantastique, et j'ai trouvé ça moins facile de ne pas le faire du coup.

  28. #88
    Enfin fini Kingdom Come Delivrance

    Alors, on commence direct par ce qui fâche:
    - C'est très mal optimisé, les textures se chargent 10 mètres devant nous, même avec un mod correctif, ca ne s'arrange pas vraiment
    - A partir du moment où l'on doit combattre plus d'un adversaire, les combats deviennent une purge catastrophique

    Et pourtant j'ai grave adoré le jeu
    J'ai voulu commencer direct en hardcore, j'en ai bien chié, mais bordel que c'était bon ! Le plaisir de se perdre régulièrement dans les nouveaux endroits que l'on explore, devoir chercher des repères visuels pour se localiser sur la carte.
    Visuellement, c'est beau et l'exploration de la région est un pur régal. Il y a énormément de choses à découvrir, le cadavre d'un pauvre voyageur ayant fuit des bandits avec son butin, des repères de braconniers en pleine forêts, des tombes et trésors enfouis, etc....
    Et bon sang, quelle immersion. La structure des villages et des maisons, les distances entre les villes, les dialogues.... Il y partout un souci du détail qui est incroyable et qui rend l'expérience unique. Mêmes les activités annexes comme l'alchimie m'ont laissé sur le derrière.
    Le contenu du jeu est plus que conséquent, il m'a fallu 80h heures pour finir le scénario, sachant que je n'ai fait qu'une petite partie des quêtes annexes, des chasses aux trésors, etc...
    Enfin, cerise sur le gâteau, le jeu arrive à alterner humour et tragique de manière efficace.

    Ce jeu fut une expérience incroyable, j'ai vraiment eu l'impression de faire un bond dans le temps, tout est crédible et immersif. Impossible de se lasser des ballades à cheval à travers les forêts magnifiques.
    Pour devenir mon coupaing: Steam, BattleNet

  29. #89
    Je viens de terminer Banner Saga 2.

    Au niveau du gameplay, c'est le même à peu de chose près que le premier : du tactique sur des petites cases. Et on continue à devoir gérer sa caravane entre les combats, à devoir choisir judicieusement à quoi dépenser les points de renommée (nourriture pour la caravane ou upgrade des combattants ?), à prendre des décisions pour éviter les ennuis comme on peut, ...

    Pour ce qui est de l'intrigue, on reprend l'histoire là où le premier volet l'a laissée et on reprend notre périple, direction la capitale, toujours poursuivis par des Dredge (des espèces de géants de pierre). Forcément, je ne peux pas en dire beaucoup plus sans spoiler le premier, mais j'aime beaucoup la tournure que prend l'histoire et, aussi, le fait qu'à un moment la caravane se sépare et que l'on suive donc alternativement l'une puis l'autre caravane.
    Par contre, j'ai eu un peu peur au tout début parce que le jeu ne sauve pas dans le cloud, donc il a fallu que je retrouve mes sauvegardes du premier auquel j'ai joué il y a déjà plusieurs années... Sachant que j'ai, depuis lors, formaté mon pc... Deux fois... Mais ouf, je les avais toujours !

    Et bon, forcément, vu que c'est la même recette que le premier, fondamentalement, et que j'avais bien aimé le premier, j'ai beaucoup apprécié le 2 et j’enchaînerai un de ces jours avec le 3.

    Par contre, si parmi vous certains y ont joué, j'ai une question concernant la fin (attention gros spoiler qui tue, à ne regarder que si vous avez fini le jeu !!!) :
    Spoiler Alert!
    est-ce que le fait de vaincre Bolverk a une importance ? Vu comment Iver est vachement plus faible que lui, et vu que je n'ai pas tout de suite compris qu'il y avait des éclairs qui tombaient sur le champ de bataille, j'ai perdu le combat. Et je me demandais si cela avait un intérêt de le recommencer ou si, de toute façon, le jeu se termine par Bolverk qui se relève et enlève la flèche du torse de Bellower


    EDIT : je me réponds à moi-même :
    Spoiler Alert!
    Oui, ça change un peu la vidéo de fin et je préfère quand même que Bellower se relève pas. Maintenant, est-ce que ça a une incidence sur l'histoire du 3 ? A mon avis, c'est cette sauvegarde-ci que je chargerai quand je commencerai le 3e opus, mais on ne sait jamais
    Dernière modification par Astasloth ; 06/04/2020 à 12h50.

  30. #90
    Fini Dark Souls 2 : Scholar of the first sin en une quarantaine d'heures en prenant mon temps (me semble avoir tout fait).
    Commencé à l'époque à la sortie du 2 édition de base, j'avais laissé de côté pour diverses raisons.
    Alors le début est une purge parce qu'il faut bourrer la stat ADP pour que le perso devienne tolérable à manier...
    Mais le bilan est globalement assez positif :
    - Certaines zones et leur gimmick m'ont énormément plu (vraiment adoré le dépotoir/ravin noir, crypte des morts-vivants, portes de pharros, forteresse d'Aldia, les DLC sauf celui enneigé etc.).
    - La variété des builds possibles, beaucoup d'armes très fun à jouer et toujours efficaces, donc toujours un moyen de bien s'en sortir, à condition de bien surveiller son endurance.
    - Mis à part deux-trois phases (par ex. le chemin qui mène au purgatoire des morts-vivants est ridicule haha, ou encore celui vers le Démon fondeur bleu dans le DLC) + les envahisseurs qui reviennent en boucle (c'est déjà pas mal vous me direz), pas trop ressenti le fameux effet scholar "trop d'ennemis collés partout", le jeu m'a pas semblé déconnant niveau équilibrage. Mais c'est sûrement parce que j'ai peu de souvenirs de la version vanilla ?
    - Une scène particulièrement mémorable qui m'a foutu vraiment les frissons (la découverte de Vendrick, après le combat contre Velstadt, avec une musique complètement appropriée). Et en terme de symbolique et d'impact sur le parcours du joueur, elle en dit tellement long... Magnifique !
    Malheureusement, peu de boss mémorables (ça se rattrape sur un des DLC). Pas eu de gros combats acharnés parce qu'on fait globalement très mal avec tout et n'importe quoi (j'ai pourtant pas suivi un build PVE complètement éclaté ni farmé à aucun moment). Trop de dragons qui se battent quasiment de la même façon... Beaucoup de zones vraiment quelconques aussi (mention spécial au DLC enneigé et sa zone blizzard).

    J'ai re-torché les deux autres peu avant, je trouve pas que le 2 mérite d'être boudé, faut juste bourrer l'ADP pour que ça devienne un peu plus maniable. Y'a comme d'hab un vrai lot de bonnes idées, et toujours ce côté extrêmement grisant et effrayant à la foi de découvrir de nouvelles zones et tracer son chemin vers la prochaine. Tellement de frissons sur pleins de phases. Et pour ceux qu'ont pas eu l'occasion de les faire, y'a deux des trois DLC qui envoient vraiment du lourd. C'est clairement le moins bon des trois, mais voilà par exemple j'ai tenté The Surge 2 (sur le gamepass) et ça vaut quand même r à côté... Me fallait ma dose.

Page 3 sur 101 PremièrePremière 12345678910111353 ... DernièreDernière

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •