Crunchez vos adresses URL
|
Calculez la conso électrique de votre PC
|
Hébergez vos photos
Page 30 sur 30 PremièrePremière ... 20222324252627282930
Affichage des résultats 871 à 879 sur 879
  1. #871
    C’est visible en streaming Veep? Sur quel service?
    Der Klügste gibt nach. Deshalb regieren die Dummen die Welt.

  2. #872
    C'est disponible sur OCS, Veep, et en 24h/us pour la dernière saison !

  3. #873
    J'ai enfin fini de regarder les 5 saisons et je pense que Misfits, par les bases qu'elle pose, par son lore, est une série qui n'aurait jamais dû dépasser les 2 à 3 saisons.

    Le pourquoi :

    - Une étrange tempête électrique passe sur une banlieue de Londres et donne des pouvoirs surnaturels aux gens pris à l'intérieur. Plus on avance dans la série, plus on se rend compte que le nombre de personnes touchées est faramineux, et pourtant aucune réponse des autorités, comme si personne ne savait. Excepté une ligne temporelle que nos héros finissent par effacer et où un gars décide de démontrer publiquement son pouvoir, ce qui a un effet domino, rien, nothing, nada. Si quelqu'un peu monter un business d'échange de pouvoirs qui fait recette, si un cercle de parole s'ouvre sur le sujet, si le mec qui retire les pouvoirs en baisant reçoit régulièrement des demandes intéressées, c'est que les gens savent.

    - Plus on avance dans la série, plus le nombre de tués explose. On pourrait aisément renommer le quartier "Little Detroit". Et même si toutes ces morts ont un lien ou un autre avec le centre communautaire, où seulement 6 personnes travaillent, nos héros ne sont jamais inquiétés par la police, sinon un très court moment dans la première ou la seconde saison. Et plus on avance, plus l'apathie règne face à ces morts à répétition.

    - La série se déroule entièrement dans un centre communautaire (un vrai) et le béton qui l'entoure directement : immeubles moches, parkings, sous-sols, un bar (qui n'est jamais crédible) et à de très rares exceptions des boîtes de nuit. Jamais de magasins, jamais de rue agitée, jamais de scène de vie extérieure. Misfits se déroule dans un monde clos et gris, donnant l'impression d'être en dehors du monde réel. Et il en va de même pour les proches de nos héros que l'on ne voit jamais à l'écran. Nos 10 protagonistes (étalés tout au long de la série) sont de très jeunes adultes sans emploi, purgeant des travaux d'intérêt général, qui vivent donc logiquement tous chez leurs parents. Mais à l'exception de Nathan et Rudy (parce que les trames de certains épisodes en ont besoin), on ne voit jamais les parents de nos héros, ni leur fratrie, ni leurs amis. On ne les voit pas en coup de vent lorsqu'ils partent le matin, ni lorsqu'ils rentrent chez eux le soir pour diner, on ne les voit jamais, et à une exception (Simon) ils ne les évoquent jamais non plus. Ce qui rend l'atmosphère encore plus bizarre.

    - La série ne s'encombre pas de figurants inutiles, un peu à la manière du Chapeau melon et bottes de cuir des années 60 qui avait un budget trop réduit pour en engager et dont toutes les rues étaient vides. Si on voit une grosse dame en arrière-plan dans le couloir du centre communautaire, c'est parce qu'il y a un groupe Weight Watchers présent dans le centre dont l'épisode a besoin, s'il y a un passant sur le pourtour du lac, c'est parce qu'il va réagir à une action d'un protagoniste ou qu'un de ces derniers va faire une remarque le concernant. Sinon, c'est le vide. Il y a aucun figurant de meublage (soirées en boîte exceptées) pour rendre le décor vivant. Jamais. Le centre communautaire est quasiment toujours désert excepté nos héros. Ce qui donne un côté encore plus étrange à la série.

    Et tout cela peut facilement faire illusion sur une quinzaine d'épisodes sans que ça gêne le spectateur. Mais au-delà, cela commence à peser lourd sur la suspension d'incrédulité. La série est certes irréaliste, mais pas assez pour se suffire à elle-même. Le sentiment qui se développe alors au fur et à mesure du passage des saisons est quelque peu dérangeant. C'est je pense ce qui m'a le plus touché sur les dernières saisons.

    Saison 1 : 95/100

    Découverte des personnages, écriture de qualité, fun en grande quantité. Rien à redire si ce n'est la vacuité du personnage d'Alisha (qui en plus est affublée du seul pouvoir inutile du groupe : la possibilité de se faire violer dés qu'elle touche quelqu'un) et la fadeur de Curtis.

    Saison 2 : 90/100

    On connaît maintenant un peu mieux les personnages, l'élément de surprise est passé, et c'est là que les scénaristes sont obligés de briller. La storyline de l'homme masqué est finalement très moyenne, elle n'a pas beaucoup de sens prise dans son ensemble. Elle permet certes à Alisha de se racheter de son passé superficiel (elle reste par contre inutile), et à Simon de s'extraire de son statut de creep, mais j'ai moins été impressionné par son écriture que lors de ma première vision. Les scénaristes enchaînent cependant les épisodes à double storyline, ce qui permet de maintenir un bon rythme, et les histoires épiques.

    Saison 3 : 40/100 (pour les trois derniers épisodes)

    La déchéance.

    Nathan est remplacé par Rudy. Les deux ont ce même rôle de personnage humoristique qui dit et fait des trucs super crades, sauf que Nathan avait pour lui une bonne bouille et une philosophie de vie assez positive, qui donnait une certaine balance à ses interventions. Tandis que Rudy a un visage taciturne et des pensées souvent négatives.

    Mais ce qui a vraiment transformé cette première partie de saison en calvaire à regarder est l'écriture. Les épisodes deviennent de gros monolithes indigestes et inintéressants, exit les doubles storyline qui permettaient l'existence de pas mal d'ellipses pour tenir la plupart des protagonistes à jour. L'épisode avec les nazis est tellement mauvais.

    Le moment où j'ai de nouveau vu le jour est l'épisode 6 où Rudy doit retrouver la fille qui lui a refilé toutes les IST possibles et imaginables avant que sa bite ne tombe à terre et où Curtis est enceint (double storyline !). Cet épisode permet d'ailleurs à Rudy d'être véritablement introduit dans la série et dans le groupe de façon convenable.

    Je crois que je n'ai pas plus ri en regardant la série qu'avec cette scène :



    Et les deux épisodes suivants, zombies puis fantômes sont très bien également.

    Saison 4 : 55/100

    Y a du mieux !

    Exit Alisha, Simon et Kelly. Enter Finn (et son adorable accent Scouse) et Jess, deux personnages cent fois plus intéressants que ne l'étaient/sont Alisha et Curtis. Les deux premiers épisodes de la saison sont laborieux (ça devient une habitude) mais ça finit par décoller. Curtis est évacué à mi-saison et Abbey, personnage complètement extra-terrestre, vient le remplacer. L'équipe est réduite mais la dynamique fonctionne bien même si maintenant aucun d'entre eux n'a de pouvoir intéressant. Ils en sont réduits à subir les pouvoirs de tous ceux qu'ils rencontrent.

    Le feeling est bon même si le sentiment décrit en début d'avis commence à peser de plus en plus lourd.

    Saison 5 : 15/100

    C'est fini, il n'y a plus rien qui fonctionne, les scénaristes sont en roule libre.

    Jess tombe amoureuse de Rudy, Finn est éjecté de sous les projecteurs et devient presque un personnage secondaire, Abbey s'entiche d'une tortue, l'agent de probation a fini d'achever sa transformation en sergent instructeur gueulard parodique et gay refoulé, Alex acquiert la faculté de retirer le pouvoir de quelqu'un en ayant une relation sexuelle avec, ce qui l'oblige à violer pour faire avancer l'histoire, etc..

    La formule est éventée, le sentiment de malaise est l'omniprésent, et l'épisode qui clôt la série est une honte.

    -------------

    Je ne suis pas sûr de savoir dire à quelqu'un à qui je conseillerais Misfits où s'arrêter, finalement. À la fin de la saison 2 ? Mais il y a encore quelques bons épisodes derrière. À la fin de la saison 4 ? Ça nécessite de se taper quelques épisodes très chiants. En tout cas avant la saison 5, ça c'est sûr.

    Et je suis assez surpris au final par le nombre de sujets sensibles/de société que la série arrive à brasser sans se prendre les pieds dans le tapis. Homosexualité, transgénérisme, viol, avortement, harcèlement, solitude, suicide, etc. Il faut dire qu'avec des personnages à la Skins, qui ne pensent qu'à boire, se drogue et baiser, c'est plus simple à introduire...

    On notera aussi que la série est à contre-courant en ce qui concerne l'étalage de nudité, on y voit plus de pénis que de seins (une seule paire mais une belle), ce qui est assez rare pour être signalé.
    Les avis des gens qui ont de l'expérience sont toujours bons à suivre.
    - Denis Diderot, premier expert CPC

  4. #874
    The Orville S02xE13
    J'ai adoré, épisode très intéressant sur plein de plans (le traitement du voyage dans le temps avec une bonne dose de second degré et d'ironie, très émouvant, bref du très bon...)
    La fin m'a bluffé pour une fois.
    Et encore un épisode ou le couple de Bortus est un comic-relief de génie (entre leur scène de danse de cet épisode, et celui où ils sont addicts à la clope, )

  5. #875
    Citation Envoyé par Arkandias05 Voir le message
    The Orville S02xE13
    J'ai adoré, épisode très intéressant sur plein de plans (le traitement du voyage dans le temps avec une bonne dose de second degré et d'ironie, très émouvant, bref du très bon...)
    La fin m'a bluffé pour une fois.
    Et encore un épisode ou le couple de Bortus est un comic-relief de génie (entre leur scène de danse de cet épisode, et celui où ils sont addicts à la clope, )
    Clair, la fin c'est WTF, ça change toute la timeline.

    Et on a 2 Kelly pour le prix d'une
    Envoyé depuis mon Motorola StarTac et Netscape Mail 5.23

  6. #876
    Et toujours pas de confirmation d'une saison 3, une petite prière à Avis.

  7. #877
    Pour que les producteurs trouvent une voiture de location ?
    D'un roi, d'un duc ou d'un comte, c'est ce dernier qui est le mieux placé pour décoder un message secret. C'est bien connu que pour déchiffrer des lettres, le comte est bon.

  8. #878

  9. #879
    Putain le season finale de The Magicians...
    Envoyé depuis mon Motorola StarTac et Netscape Mail 5.23

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •