Crunchez vos adresses URL
|
Calculez la conso électrique de votre PC
|
Hébergez vos photos
Page 3 sur 3 PremièrePremière 123
Affichage des résultats 61 à 84 sur 84
  1. #61
    J'ai pris le numéro spécial 15 ans il y a presque deux semaines, après avoir découvert son existence par hasard sur le forum. Là, je l'ai presque terminé. C'est très sympa de découvrir l'épopée de mon magazine préféré, de ses débuts jusqu'à aujourd'hui. Nous avoir partagé ses joies et ses peines (une pensée à Lord Casque Noir), ses hauts et ses bas, nous rend la rédaction beaucoup plus proche de nous. Et ça a permis à plein d'anciens de revenir le temps d'un numéro. Je souhaite à Canard PC le meilleur pour la suite et rendez-vous pour le spécial 20 ans.

  2. #62
    Aaah, ça fait du bien de lire ce Spécial 15 ans et de relire les anciens !

  3. #63
    Je n'aurai qu'un mot : merci.
    "La vie est une garce, la mort est une pute, comment choisir ?" Le concombre masqué @ Mandryka

  4. #64
    Fin août 2004, je viens de récupérer les clés de mon premier appart’ dans une ville que je ne connais pas, je n’ai pas une thune, ou juste de quoi mettre dans un placard deux boîtes de raviolis « Belle France » achetées à l’épicerie du coin ainsi que cinq-cent grammes de pâtes, dont l’exploit consistant à dépasser la date de péremption deux jours après l’achat me laisse encore aujourd’hui songeur.

    Je traîne cet été-là dans le quartier piéton, libre comme un étudiant en sciences humaines qui se demande ce qu’il fout là, vierge de tout sentiment de pertinence existentielle.

    Je choisis un tabac-presse au hasard pour acheter des clopes. Je fais la queue, mon regard se perd dans la myriade de couleurs criardes imprimées sur des couvertures en papier glacé, brillantes, prometteuses, et plus chères que mes APL. Il s’arrête sur un pauvre A4 en papier-cul, aux couleurs quelque part entre le caca d’oie et « ahem, l’encre noire s’est un peu mélangée avec la rouge, ça ira quand même ? ». C’est moche et ça sent le fanzine (l’éditorial est imprimé sur la couverture pour gagner de la place), mais c’est pas cher, et…

    Oh !

    « Mais c’est les gens de Joystick ! Génial ! »

    C’est exactement ce que je ne me suis pas du tout dit à ce moment-là.

    Moi, les derniers magazines de jeux vidéo que j’avais ouverts s’appelaient Nintendo Mag’ et Console Max, parce que c’était ce que me ramenait mon père quand il rentrait du centre commercial le samedi, et que j’avais une Nintendo 64. Je ne connaissais donc absolument pas Joystick, je n’avais jamais entendu parler d’ackboo, Casque Noir, ou Ivan Le Fou.

    Mais en 2004, j’ai quand même acheté mon premier Canard PC. Le numéro 34, celui avec un lapin vert qui dit "Kartoffeln".

    Ça fait plus de quatorze ans, et je me souviens encore de la couverture avec le dessin de Couly en grand dessus (bon ok, j’ai regardé sur Internet, mais je m’en rappelle quand même vachement bien). Après réflexion, c’est sûrement ce qui a guidé mon achat à l’époque. Car un magazine de jeux vidéo avec en Une un dessin, déjà, ça intrigue. Quand en plus ça représente des gros Panzers qui font « klonk » sur un crépuscule rose, j’achète direct.

    Quelques judicieuses déductions me passent par la tête quand je pose l’objet sur le comptoir du buraliste moustachu.
    C’est fauché, donc les gens qui écrivent dedans ne peuvent qu’être passionnés.
    Il n’y a pas de gros screenshot photoshopé tout brillant en Une, mais un dessin, c’est plutôt inattendu pour un mag de jeux vidéo. Courageux.
    Il y a des calembours débiles, ça ne se prend pas totalement au sérieux, j’aime bien.

    En fait, cette couverture, c’est tout ce qui me fait aimer Canard PC encore aujourd’hui, même si le ton est un peu plus sérieux qu’à l’époque, mais ça c’est parce que le magazine a terminé sa crise d’ado.

    Car ce Canard PC là, mon premier, c’est un gamin laid et turbulent qui se demande s’il sera encore vivant à la prochaine sonnerie. Il fait donc n’importe quoi, mais avec application. Il est de compagnie stimulante, même si on a du mal à l’assumer quand des amis viennent prendre le thé, de marque « Belle France » également.

    Je paye mes à-peine-deux-euros, enfourne le magazine dans mon sac à dos (le même que j’avais au lycée), et rentre chez moi. Je le lirais sur mon BZ déplié, avec en fond sonore probablement un Sonic Youth ou un Neil Young, enfin quelque chose en phase avec l’époque.

    Commence alors un long récit d’amour dont, à ce jour, la source d’encre ne s’est pas tarie.

    Un jour, sans même m’en rendre compte, l’adolescent turbulent était devenu un jeune et fringuant étudiant découvrant qu’il pouvait connecter plus de quatre neurones en simultané. Ce faisant, il décida de refaire le monde en se posant plein de questions existentielles entre deux pétards. Le gamin tout moche avait muté en un être hybride à fort potentiel intellectuel mais constamment défoncé : brillant mais stupide.

    C’est l’époque Boulon, Threanor, Gringo. La période où, calé dans mon petit monde doux-amer d'étudiant fauché, j’imaginais bien ces braves gens divaguer sur l’essence artistique du Jeu Vidéo en ouvrant chaque jour de nouvelles lignes de front entre ludiciens et narratologues, mais après avoir terminé cette magistrale fresque au caca entamée en début de semaine dernière, il y a quand même des priorités.

    Dans mon studio financé par l’État, j’accumulais une pile conséquente de Canard PC. J’avais imprimé les affiches « Moins cher qu’un sandwich grec » et « Bonne année dans ton cul », placardées séant sur la porte vitrée de mon salon / chambre / bureau / poubelle de tri sélectif verre et carton. J’en piochais parfois un au hasard, juste pour le plaisir de relire le test d’un jeu auquel je n’avais jamais joué, le plaisir de la plume.

    Encore quelques années et mon étudiant psycho-lunaire entrerait dans l’âge adulte. Et moi avec lui. Mais attention.
    Un adulte Canard PC.

    Un être sentant l’after-shave bon marché et le vomi mais qui reste classe, renifle le cul des AAA tout en invitant les plus frêles jeux indés dans de gigantesques orgies vidéoludiques où traîne un philosophe qui prend des notes.
    Un être qui s’intéresse autant aux conditions de fabrication des jeux qu’à la façon dont on joue en prison, mais qui parfois s’en fout, aussi, parce que bon, on est là pour se marrer, merde à la fin, y’a pas marqué « Pierre Bourdieu » là.

    Et l’été, quand il s’ennuie, il fait des mots fléchés.

    Peut-être que mon fils rencontrera lui aussi, un jour, cet énergumène.

    Bonne continuation à vous et merci.
    Dernière modification par Jerem Houlade ; 21/12/2018 à 15h28.

  5. #65
    Très bon numéro !
    Je me suis même fait la réflexion "il vaut plus cher que son prix de vente !"
    Super sympa les anecdotes, les détails Historiques, les moments d'émotions, ... On pourrait en faire un film sûrement

    Merci encore à tous pour ce numéro, il va rester bien au chaud dans ma bibliothèque !

  6. #66
    Excellente surprise et éééééénorme dose de nostalgie en relisant Boulon et les anecdotes/déboires de cette époque, celle où je lisais CanardPC assidûment !
    Je suis lecteur depuis le tout début et j'ai pris un grand plaisir à relire toutes vos aventures!

    Merci CPC!

  7. #67
    Je me rends compte que je suis passé à coté, il est toujours dispo quelque part ?

  8. #68
    Citation Envoyé par LeLiquid Voir le message
    Je me rends compte que je suis passé à coté, il est toujours dispo quelque part ?
    Perso je l'ai commandé sur la boutique Presse Non Stop.
    Conspiracy forever - Lordz of Ragequit for the win - Choupinou un jour, Choupinou toujours

  9. #69
    Citation Envoyé par Ezechiel Voir le message
    Perso je l'ai commandé sur la boutique Presse Non Stop.
    Je le trouve pas sur la boutique.

  10. #70
    Je te le souhaite parce qu'il vaut le coup/coût!

    Je suis abonné depuis presque 10 ans (record de longévité pour un abonnement chez moi!) et ces derniers temps j'hésite à me réabonner car je ne lis quasiment plus jamais les tests mais juste les dossiers et les news.
    Donc j'avais acheté ce numéro HS avant les vacances en me disant "allez pourquoi pas" et finalement je l'ai dévoré entièrement (et j'ai bien digéré!).
    Vraiment passionnant à lire, amusant, étonnant, triste (toutes les allusions à Lord Casque Noir, je me souviendrai longtemps de l'anecdote sur la "machine à créer des souvenirs" )...
    Bref, aucun ennui et l'envie d'y retourner chaque jour jusqu'à le terminer.
    Et je suis bien content de ne pas être voisin des bureaux de la rédaction!

    Bref, merci à tous les participants de ce numéro exceptionnel!!!
    Et je ne sais pas s'il existe ailleurs une autre entreprise où les (folles) conditions de travail sont semblables.
    Mes challenges 10x10 2019 (jeux de société)

  11. #71
    Je l'ai acheté le 24 décembre en faisant mes courses de Noël en retard ... Il en restait encore quelques-un dans l'enseigne Cultura de Noyelles-Godault ...

    J'ai passé un très bon moment à le lire... Et j'ai halluciné de voir tous ces noms qui avaient quitté le navire depuis la fin de mon abonnement ....

    Bref ! Longue vie au Canard !!

  12. #72
    Citation Envoyé par LeLiquid Voir le message
    Je le trouve pas sur la boutique.
    Il est encore facilement trouvable en kiosque

  13. #73
    J'ai réussi à chopper le dernier exemplaire à Intermarché avant d'aller au boulot ! J'ai aussi récup le Canard Enchaîné dans la boite aux lettres avant de partir, je suis paré pour cet aprem.

  14. #74
    Pas encore fini de le lire mais c'est très plaisant de dévouvrir et parfois redécouvrir ces anecdotes. Ça fait toujours bizarre de lire que Casque nous a quitté, c'est vraiment le coup de massue qui nous rappelle que le lapin n'évolue pas dans un monde de bisounours.

  15. #75
    Quasiment fini pour ma part, je l'ai dévoré.

    C'est vraiment un plaisir à lire, plein d'anecdotes, c'est quand même assez incroyable que ça ait fonctionné cette histoire.

    Et assez émouvant, que ce soit Casque, ou bien les départs des rédacteurs au fil du temps.

    Vraiment chouette numéro.

  16. #76
    J'ai loupé le coche, j'espère réussir à le trouver

  17. #77
    Je l'ai acheté samedi, il y en avait au moins 6 ou 7 dans le kiosque.

  18. #78
    Mes abos à CPC et CPC HW arrivaient à leur terme en fin d'année et pour la première fois je me posais la question de continuer à renouveler... Je joue plus depuis 5 ou 6 ans, le départ progressif de plumes familières et appréciée, un nouveau taf qui va m'éloigner du forum, mon âge qui avance...

    Et puis après la lecture du HS, j'ai renouvelé comme une évidence. L'impression de faire parti de cette famille des canards depuis tellement longtemps. Y a clairement un côté nostalgique assumé, mais bon... One more year !
    Conspiracy forever - Lordz of Ragequit for the win - Choupinou un jour, Choupinou toujours

  19. #79
    Je l'ai trouvé dans une maison de la presse ! Bon j'ai de la lecture je vous laisse

  20. #80
    Lu intégralement.

    Un seul mot : MERCI les amis !

  21. #81

  22. #82
    Je désespérait de le trouver, et finalement hier soir en passant à carrefour, je tombe sur trois exemplaire.

    Je n'ai pas eu le temps de le lire encore, mais j'ai directement commencé par les pages de boulon.
    Son style m'avait quand même manqué depuis son départ, salaud reviens.

  23. #83
    Je le lis tranquillement, et Gringo me fait toujours marrer.

    Il faudrait un hors-série dans lequel chaque lecteur raconterait son histoire avec CPC... Hum non je crois qu'on est nombreux maintenant, ça ferait un énorme mag'.

  24. #84
    Je viens de voir dans mon supermarché que ce numéro est réapprovisionné avec une pastille (une vraie) "succès de presse" ou un truc dans le genre pour ceux qui l'auraient loupé.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •