Crunchez vos adresses URL
|
Calculez la conso électrique de votre PC
|
Hébergez vos photos
Page 7 sur 7 PremièrePremière 1234567
Affichage des résultats 181 à 189 sur 189
  1. #181
    Pour moi majeur c'est quand tu gagnes par KO en prenant les villes objectifs et en tenant le nombre de villes stratégiques nécessaires. Ou en forçant l'adversaire à la reddition par le moral.
    Champion de Formule Dé CPC2017

  2. #182
    Donc fallait prendre Syracuse. On est d'accord. Nul nul nul madpenguin !

  3. #183
    Citation Envoyé par LeLiquid Voir le message
    Je sais pas moi, je regarde la liste des villes objectifs.

    Et c'est pas toi qui parlais de bloquer le détroit de Messine avec ta flotte pour interdire la Sicile non ?
    Si, parce que historiquement c'est ce qu'a tenté de faire Spartacus.

    AMHA c'était déclenché sur la possession de Rhegium par Pinkipou et/ou un événement à déclencher via une décision politique. Il pourra peut être nous éclairer

  4. #184
    Moralement, t'as une victoire majeure pour moi. Les forces ennemis sont totalement détruites, tu n'as pas fait appel ni à Crassus, ni à Pompée. Tu as certes mis un peu plus de temps pour battre Spartacus, mais cela ne c'est pas traduit par plus de de destruction pour le sud de l'Italie. Peut être que Publicola se comportera mieux que Crassus en face de Pompée, ne fera pas de chantage au Sénat, ne formera pas de Triumvirat et réformera la république. Bref tu as fait mieux qu'historiquement.

    Je ne vois pas pourquoi tu réduis ton mérite même si tu as eu des conseils. Après tout tu jouais contre un joueur expérimenté si j'ai bien compris.... Le scénario semblait plus asymétrique (monté en puissance des romains, déclin des rebellles) plus que déséquilibré (souvient toi de tes possibilitées d'ouvertures la première année). De plus, il y a des trucs qui ne sont pas le fruit du hasard et qui ton mis en position de victoire. Je pense notamment à la bataille de Beneventum: il a choisit de venir te chercher dans une bataille ouverte et de contrer ton offensive sur ses villes arrières malgré le terrain qui pouvait lui compliquer l'affaire. Tu as peut être eu de la "chance" que ton général passe d'offensif en défensif mais s'il avait donné les mêmes ordre alors que tu retranchais cela aurait donné strictement la même chose. Il a eu trop confiance en sa grosse armée et à sous estimé la situation (la preuve: tes attaques n'ont pas fait de miracle en montagne par la suite).

  5. #185
    Félicitation, comme toujours tes aars sont vraiment un régal, tu détaille vraiment toutes tes idées, toutes tes réflexions. Je sait pas comment le scénar est gagnable pour Spartacus, il faudrait le point de vue de Pinki mais je pense qu'il aurait peut être du éviter de s'empaler devant les garnissons, enfin d'un autre coté sans ville, je vois pas comment gagner.

  6. #186
    Ayé, je viens de finir la lecture des 185 posts précédents. C'est que ça palabre sec dans cette animalerie !
    En tout cas c'est bien fendard à lire après coup : tous ces neurones qui s'agitent sous le cabochon pour essayer de trouver la voie du succès.
    Bravo à mon adversaire dont la capacité à extraire la moindre information m'épate. Il ne te manque plus qu'à peaufiner ta connaissance des petites subtilités du système ainsi qu'à accumuler un poil plus d'expérience sur le jeu pour parvenir à bien évaluer le résultat probable des ordres donnés et tu seras au top.
    Chapeau aussi à ses nombreux conseillers bénévoles dont les réflexions étaient très pertinentes, alors que certains ne connaissent même pas le jeu !

    J'ai une autre partie sur le feu qu'il ne faut pas faire attendre mais vous aurez droit à un rapide debrief des combattants de la liberté dès que possible. Stay tuned.

  7. #187
    Bon, je trouve pas le temps de faire un debrief approfondi alors va falloir vous contenter d'un "succint".

    Comme mad-penguin, n'ayant jamais joué ce scénario, l'absence d'info assez claires me laisse un peu dans le brouillard sur la manière de l'emporter.
    Je me doute qu'il va avoir des légions dans plusieurs mois et qu'avec mes 2 unités incomplètes de gladiateurs il va falloir étoffer les effectifs d'ici là.
    La bonne nouvelle c'est que j'ai 400 denarii pour commencer. La mauvaise c'est qu'à part 2 chariots de ravitaillement il n'y a rien à acheter !
    Le jeu sera assez sympa pour me fournir régulièrement des irréguliers et des troupes légères, tandis que la prise de chaque ville m'apportera un contingent un peu plus important mais toujours de faible qualité.

    Après quelques tours je reçois enfin un choix stratégique à faire qui m'éclaire un peu sur ce qu'il faut faire.
    Soit fuir par le nord pour d'échapper vers la Dalmatie, soit rester dans le sud pour évacuer vers la Sicile.
    Le premier n'est pas très motivant : fuir tout le reste de la partie mais sans savoir exactement où aller pour valider le script. Je choisi donc le second car il me reste aussi l'espoir d'écraser rapidement les légions de mad_penguins.
    Et même si ça foire ce sera toujours plus agréable pour tous les deux que de jouer le fugitif pendant 30 tours.
    C'est à partir de ce choix qu'apparaît une option pour payer les pirates afin d'évacuer quelques élements de mon armée et gagner 10 pv contre 50 denarii à chaque fois.
    Vu le prix des remplacements et mes rentrées d'argent inexistantes, je ne l'ai jamais utilisée car ça m'aurait rapporté au mieux 100 pv qui auraient été probablement perdu dans de futures batailles perdues d'avance.
    En revanche, et contrairement aux craintes de mon adversaire, aucune flotte pirate arrivant à la rescousse ne m'a été mentionnée. Dommage...

    Les premiers combats se passent même bien parce que Spartacus est à la tête de ses gladiateurs.
    Une fois Beneventum capturée, je décide d'en faire ma base en y construisant un dépôt parce que c'est montagneux (facile à défendre) et surtout central ce qui permet de se déplacer dans toutes les directions sans être bloqué.
    Malgré le nombre de soldats sous mes ordres, la quantité et leur qualité ne suffira pas à vaincre plusieurs légions. J'opte donc pour laisser le gros de mon armée s'y entrainer et pourvoir en hommes les unités en effectifs réduits grâce à ma cagnotte de départ. Un contingent que je pensais suffisant est détaché pour aller capturer les villes de niveau 1, seules accesibles sans moyens de siège, ni bateaux pour mettre en place un blocus et donc sans possibilité de les affamer avant l'arrivée des renforts romains.
    Mais rapidement il s'avère que leur médiocre qualité ne compense pas le nombre, obligeant à multiplier les assauts et me faisant perdre un temps précieux et un manque à gagner financier qui va se révéler fatal à long terme.

    La priorité reste l'entrainement alors je n'envoie que Spartacus et quelques troupes légères en complément afin d'accélerer les dernières conquêtes dans le sud. C'est bien sûr le moment où arrivent les légions tant redoutées.
    Il me faut abandonner le mouvement vers Reghium et rassembler tout le monde à Beneventum afin de provoquer une bataille décisive qui seule pourra m'offrir l'opportunité de tenter la capture des villes majeurs bien fortifiées. Et puis c'est aussi le meilleur moyen de s'assurer un gain en PV qui sinon plafonnent à +2 par tour (mazette !).

    Mon adversaire me fait le plaisir de venir directement chez moi. Trop confiant sur le rapport numérique largement en ma faveur et toujours pressé par le temps, je fais l'erreur majeure d'attaquer immédiatement. Et en plus il pleut.
    Il était certain que la bataille serait coûteuse dans mes rangs mais je n'imaginais me prendre une telle volée de bois vert en pleine gueule avec 3 fois plus d'hommes que mad_penguin.

    Après ce piteux épisode il ne reste plus d'autre choix que de tenter de panser mes plaies et espérer que ses légions ne seront pas en mesure de finir le travail immédiatement. En l'absence de ville riche encore en ma possession, et vu la profondeur stratégique que laisse la botte italienne, retour dans les montagnes à Corfinium. On est encore plusieurs dizaines de millier et y'a pas grand-chose à becqueter dans la région. On sacrifie 4 chariots afin de construire un super dépôt (du genre grand magasin soviétique avec la moitié des rayons vides) et mes irréguliers finissent de prendre le contrôle des secteurs alentours. Ca va permettre de temporiser quelques mois mais il faudra inévitablement bouger éviter la famine. Et surtout tenter de trouver des sous car mes caisses ont fini de se vider après ma défaite majeure.
    Donc les gars se reposent mais les rangs restent désespérement clairsemés.

    Une fois encore mon adversaire sera sympa et viendra me rendre visite dans les montagnes. Ca tombe bien car c'est ma dernière option pour m'en débarrasser pour de bon. Pas d'attaque cette fois-ci mais un blocus terrestre qui peut être aussi très efficace bien que plus long à mettre en place et plus compliqué à maintenir.
    Le point névralgique devient alors Capua pour le ravitaillement qu'elle amène et la porte de sortie possible qu'elle représente pour les légions bloquées.
    Pour une fois mes généraux subalternes se comportent honorablement mais le manque de troupes fraîches et qualifiées ne me permet pas de tenir durablement la région jusqu'à la disparition pure et simple des 4 légions de mad_penguin. Mince, c'est passé à pas grand-chose…
    Peut-être qu'en les attrapant en rase-campagne pendant leur fuite, éclopées comme elles le sont, le carnage est encore possible ? Raté aussi...

    Et puis l'arrivée de nouvelles troupes romaines à Neapolis scella définitivement le sort de cette admirable rebellion d'esclaves qui fit trembler le bon patricien romain pendant plusieurs années.



    tl;dr : j'ai perdu.
    Dernière modification par Pinkipou ; 07/12/2017 à 21h43.

  8. #188
    C'est super intéressant pour nous de lire le point de vue opposé. Merci pour ton retour.

    Peut-être qu'en les attrapant en rase-campagne pendant leur fuite, éclopées comme elles sont le carnage, est encore possible ? Raté aussi...

    Et puis l'arrivée de nouvelles troupes romaines à Neapolis scella définitivement le sort de cette admirable rebellion d'esclaves qui fit trembler le bon patricien romain pendant plusieurs années.
    En fait, la poursuite à été un "succès" tu as bien rattrapé les troupes évacués de Corfinium que tu poursuivais. Sauf qu'elles avaient eu le temps de se recompléter à Neapolis avant la bataille...

  9. #189
    J'avoue que sur les derniers tours je n'ai pas été complétement attentif sur qui allait où.
    Et ayant esquivé la bataille qui m'aurait permit de l'achever, c'est plutôt lui qui m'a attrapé.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •