Crunchez vos adresses URL
|
Calculez la conso électrique de votre PC
|
Hébergez vos photos
Page 1 sur 392 1234567891151101 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 11747
  1. #1

    Campagne Drapeau Noir, photo Romain Staros

    V1 : Le Topic des métrocanards : Rasage, Soins, Sapes - l'RSS sans Hugo Boss
    V2 : Métrocanards II : Sapes, soins, rasage - Le topic des tritons soviétiques
    V3 : Métrocanards III : Sapes, soins, rasage - Le topic des grosses parisiennes
    V4 : Métrocanards IV : Sapes, soins, rasage - Je suis Dolly

    >> L'Annexe (Achats/Ventes et commandes groupées Shipito)

    Sommaire de l'OP



    I. Boutiques en ligne et bonnes adresses

    Sommaire de la première partie

    1. Les boutiques en ligne
      1. Typologie
      2. Critères de qualité
    2. Les bonnes adresses
      1. Les basiques
      2. Les généralistes
      3. Maille
      4. Jeans
      5. Pantalons
      6. Spécialistes
      7. Chemises
      8. Costumes
      9. Cuir
      10. Sneakers
      11. Desert boots
      12. Souliers
      13. Boots
      14. Accessoires
      15. Lunettes de soleil
      16. Pour les cannes
    3. Globe-Shopppeur
      1. New-York
      2. Paris
      3. Lyon
      4. Londres
      5. Bruxelles
    4. Blog Trotteur

    1. Les boutiques en ligne

    Merci à Mdt pour la rédaction de ce premier chapitre.

    a. Typologie arbitraire des boutiques en ligne :

    • Mono-marque, multi-marques :
      Une distinction qui existe dans le retail classique. Sur le web c'est même plus simple, vu qu'il n'est pas utile de distinguer les franchises des magasins tenus en propre. Nous avons donc, d'un coté, la boutique officielle de la marque, de l'autre un tiers qui propose, entre-autres, la marque.
      Difficile de tirer de grandes généralités de ce type. De manière très basique (car de nombreux contre-exemples existent), la boutique officielle de la marque aura plus de choix, plus de tailles, une boutique et service inférieur et moins de promotions.


    • Pure player ou non :
      Le pure player est un acteur uniquement en ligne. Il ne s'appuie pas à l'origine sur un magasin physique. Je précise à l'origine parce que Menlook, pure player, a ouvert une boutique par la suite. Il n'en reste pas moins un pure player. L'opposé, c'est la e-boutique qui émane d'une boutique physique, par exemple les Galeries Lafayette en ligne.
      Le pure player ne faisant que de la vente en ligne, il est censé, et je dis bien censé, être meilleur : boutique mieux foutue, SAV aux petits oignons, politique commerciale attractive. C'est surtout important lorsqu'on considère le troisième critère, la taille de l'acteur.


    • Petit ou gros poisson
      Bon, il y a sûrement des tonnes de tailles intermédiaires, mais en gros nous avons d'un coté les gros du web, comme Menlook, MrPorter, theCorner (pure players) ou le site des Galeries, de Harrods (tradi), de l'autre les plus ou moins petits, comme L'exception, le shop Bonnegueule (pure player) ou Balibaris (site officiel d'une marque) ou Le Rayon Frais (extension d'une boutique physique.)
      C'est important parce que si vous pouvez acheter les yeux fermés chez un très gros, qui a un gros SAV, une politique claire, etc, il faut se méfier des petits. Je ne dis pas de pas acheter chez les petits, juste d'en vérifier le sérieux avant achat de manière un peu plus poussée.

    b. Les critères de qualité d'une boutique en ligne :

    • Le choix :
      Sélection de marque, sélection d'articles... ces critères varient selon la typo. Par exemple la boutique officielle Melinda Gloss a un choix de merde : moins de 25% (à vue de nez) de la collec' y est dispo, ce qui est inadmissible pour une boutique officielle.
      Pour un multi-marque, au delà de la quantité de marques dispo, il y a la pertinence et la cohérence du choix. Sur un très gros on ne peut pas être exigeant, mais sur un petit il faut l'être. Quelqu'un qui va mélanger dans son e-store d'excellents rapport qualité/prix et de la merde est sans doute plus commerçant qu'amateur de fringues.


    • Les visuels produit :
      Il y a de vraies chances que vous n'ayez jamais vu en vrai ce que vous achetez. Donc le visuel, c'est la base.
      Parmi les critères, il y a bien sûr la qualité de la photo, leur quantité, la présence des photos avec et sans mannequin...
      Ne jamais hésiter à aller voir ailleurs si le même article n'est pas présenté différemment.


    • Les informations produit :
      L'absence de blabla pseudo-commercialo-stylistique comme l'Exception adore est un plus. Des textes comme "un basique actuel qui affirme votre virilité citadine" n'ont rien à faire sur un shop de qualité.
      L'important, c'est avant tout la matière, qui doit au minimum être précisée (100% laine par exemple), et, dans l'idéal, décrite (100% laine Merinos. Laine extrafine venant d'Australie, Tricoté en Italie.)
      Ensuite, la coupe. C'est plus subjectif, plus casse gueule à décrite, m'enfin si c'est oversize, faut le dire. Si c'est super fitté, faut le dire. Si c'est un pantalon, faut préciser la forme et l'ouverture de cheville.


    • Les informations sizing :
      La base, c'est "taille grand" et le "mannequin mesure". Et cette base est à peine satisfaisante.
      L'idéal, ce sont des mesures précises et un guide de mesure clair. Attention, on peut difficilement en vouloir à de petites e-boutiques qui sont l’extension de petites boutiques physiques de ne pas mesurer les fringues dans chaque taille. Par contre un truc comme Menlook, on peut.


    • La politique commerciale :
      Le prix. Les promotions. Les Ventes Privées. Les soldes. Les coupons.
      Hélas c'est souvent le critère déterminant. Ça sauve littéralement Menlook par exemple.


    • La politique d'envoi :
      Montant des frais de port, choix du transporteur (important pour les boutiques outre-atlantique), possibilité de tipiak la douane.
      Je ne suis pas un acharné des frais de port gratuit. Par contre s'ils ne sont pas offerts à partir de 100/150€ ou s'ils sont abusés (coucou Frans Boone) c'est pas cool.


    • La politique de retours :
      Retours gratuits, payants, étiquette pré-payée, conditions de remboursement, délai de remboursement... une pensée émue pour Sawa et sa politique inadmissible en la matière.


    • Le SAV :
      Délai de réponse aux emails, qualité de la réponse, joignable par téléphone, via les réseaux sociaux, etc.
      Une réponse claire et précise mais qui prend 72h vaut mieux qu'une réponse de merde en 24h.


    • La qualité du site web :
      Vitesse de chargement, fonctionnalités de tri, facilité de recherche, tunnel d'achat, etc. Au fond un vieux Prestashop dégueu (enfin, pas trop, hein 6&7) vaut mieux qu'une grosse machine merdique (hein Menlook.)


    • Les lookbooks, conseils de style, le publi-éditorial :
      OSBLC. Arrêtez de claquer du fric là-dedans mesdames les boutiques, vous n'engraissez que les agences de com'.

    Encore une fois, il faut être intransigeant avec les gros et un peu plus coulant avec les petits, surtout s'ils ont une boutique à faire tourner

    2. Les bonnes adresses

    Merci à Mdt pour ses bookmarks et à George Sable et MrBeaner pour leurs précisions :

    a. Les basiques :

    • Uniqlo :
      Marque jap, meilleur que les équivalents espagnols (Zara) ou Suedois (H&M.)
      Recommandé : Merinos, jean selvedge, chinos.
      Taille grand.
    • Monoprix :
      De bons basiques. Jadis les meilleurs cachemires d'entrée de gamme, désormais il y a de la concurence (Hircus, Paris Yorker.)
      Recommandé : tshirt, cachemire.
    • COS :
      La ligne "haut de gamme" de H&M. Un peu plus cher que les deux ci-dessus.
      Recommandé : Tout sauf les chaussures. Vérifier la non-présence de synthétique. L'endroit ou trouver un woolpant de qualité pour un prix contenu.
    • Maison Standards :
      Un Everlane francophone, avec juste la moitié du concept (bonnes fringues sans intermédiaires, mais pas la transparence.)
      Recommandé : Offrez une chemise en soie à votre copine. Les oxfords. Les merinos. Les ceintures.
      A éviter : les écharpes. Le lin (coupé et taillé de manière assez spéciale, bien vérifier que ça vous ira.)
      Attention, contrairement à ce qui est affiché on est sur du bon milieu de gamme, pas sur l'équivalent des basiques du luxe.
      MàJ oct.16 : Les prix ont tendance à augmenter sans justification suite à un rachat récent. Méfiance.
    • Everlane :
      Ne livre pas hors USA/Canada. Vaut le coup si vous pouvez contourner cette restriction. S'ouvre petit à petit à l'international.
    • American Vintage :
      Ne jamais rien y acheter plein pot.
      En promo, les tshirt et les mailles valent le coup. 50% minimum.
      Attention, taille n'importe comment.
    • American Apparel :
      Tshirt et hoodies honnètes. Gaffe, les tee sont longs et demandent de bon biceps.
      MàJ : marque morte en Europe en tout cas.

    b. Les généralistes :

    • Balibaris :
      Jeune marque française avec une collection complète.
      Confection européenne, articles de qualité.
      Stylisme... aléatoire.
      Prix accessibles. Bons soldes.
      MàJ oct. 16 : Q/P un peu moins intéressante qu'avant en raison des prix en hausse. Les matières restent très sympas (malgré les boutons en plastique) et la confection est toujours correcte sans chichi.
    • All Saints :
      Qualité aléatoire. Esthétique rock.
      De bons basiques en cuir.
    • APC :
      La marque reine du milieu de gamme qualitatif.
      Confection européenne (mais plus pays de l'est), articles de qualité, grand choix.
      Un peu cher hors solde, mais pas tant que ça.
      Les jeans sont à part : confection à Macau, toile standard, coupes au laser. Souvent la porte d'entrée dans l'univers du selvedge.
      Solde peu hors période, très bien en période, sauf jeans bruts de la collection permanente.
    • Acne :
      Marque scandinave.
      Grosse qualité, style pointu (souvent chelou, parfois grotesque), prix en rapport, hélas plus élevés de saison en saison.
      Intéressant en solde.
      Bonnes mailles, bon selvedges (mais chers), bons blazers semi-entoilés.
      Convient bien aux physiques élancés.
      Vraie expertise de la couleur. Beaucoup de tissus dans des coloris inhabituels (tweed rose pastel, serge bleu klein, etc.), qui vieillissent de belle manière (cf. leurs chinos bleus qui ont tendance à devenir légèrement prune).
    • Filippa K :
      Scandinave aussi, moins cher qu'Acne.
      Les blazers sont recommandables et recommandés.
    • Our Legacy
      Toujours scandinave. Meilleur rapport Q/P qu'Acne. Là encore, il faut plutôt être grand.
      Souvent d'excellentes matières.
    • Norse Project
      Encore scandinave. Meilleur rapport Q/P qu'Our Legacy.
      Moins créative (mais plus portable), des basiques de très bonne qualité qui taillent en général cool.
    • Éditions M.R. (feu Melinda Gloss) :
      Toutes les pièces à manches sont recommandables.
      Taille plutôt confort.
      Eviter toutefois les chaussures (conseil valable pour la majorité des marques de pap qui font des pompes.)
      VP régulières pour les parisiens. VP pré-soldes. Soldes à 30/40, terminent à 50.
      Toutes les pièces à manches sont recommandables. Beaux costumes semi-entoilés.
      A l'insupportable habitude de ne mettre que la moitié de sa collection sur son site web (la palme revenant aux costumes pour lesquels seuls la veste ou le pantalon sont visibles). Passez en magasin ou surveillez les sites des revendeurs.
      MàJ oct. 16 : Mélinda Gloss est devenue Éditions M.R
      De plus en plus cher, heureusement la qualité ne baisse pas. Les matières sont hélas moins exclusives que par le passé.
    • Ly Adams :
      Monte en gamme ces derniers temps. En prix et en qualité (tissus Piana, fils Zegna...)
      L'excellent côtoie le moyen. Je déconseille d'acheter en ligne sans voir sur pièce.
      Se méfier de leurs vendeurs.
    • AMI :
      Marque à croissance exponentielle, qui investit dans le marketing et les superbes magasins à Londres et Hong Kong. Les tissus haut-de-gamme des débuts (laine anglaise Abraham Moon, etc.) ne sont hélas plus d'actualité, et il faut faire le tri entre les pièces en matières naturelles et celles bourrées de synthétique, pourtant vendues au même prix. Cher hors soldes, mais souvent bien soldé.
    • Nigel Cabourn :
      Spécialiste du néo-vintage.
      Qualité irréprochable, hors de prix.
      MàJ oct. 16 : A tenté d’agrandir son public avec des collaborations/sous-marques moins haut-de-gamme au rapport qualité/prix dégueulasse. Méfiance.
    • Oliver Spencer :
      Généraliste anglais, bonnes fringues, bon prix. Une marque méconnue en France qui mérite mieux.
    • Beams Plus :
      Le pseudo "APC japonais". Marque de la chaine Beams, très inspirée Americana.
      Qualité et prix sont un peu inférieurs à APC.
      Bonnes affaires possibles en soldes, car la marque souffre d'un manque de notoriété en Europe.
    • La Comédie Humaine :
      Marque défunte.
    • Commune de Paris :
      Moins cher que la Comédie Humaine, moins qualitatif mais très correct.
      Même ligne stylistique assez forte.
      Coupes ajustées.
    • Frenchtrotters :
      Marque de la boutique.
      Eshop perdu dans les limbes du developpement hell.
      MàJ oct. 16 : Autrefois réputé pour leurs excellentes chemises et leurs produits faits en France, la marque ne propose pratiquement plus rien d'intéressant. Les tissus japonais en lin/rami ont été remplacés par du coton basique, la confection parisienne a été transférée au Portugal ou en Pologne... Les prix, eux, n'ont pas baissés. Une ou deux belles pièces valent le coup en soldes, mais c'est de plus en plus rare.
    • Marchand Drapier :
      J'aime pas le stylisme (je deteste même.)
      Jamais pu constater la qualité de manière sérieuse. Bonne réput.
    • Les Chats Perchés :
      Fringues originales, bien fittées, fabriquées en Europe.
      Un canard a eu un problème de sapes qui puait la clope.

      MàJ oct. 16 : Marque morte. L'amateurisme de l'équipe a eu raison de leurs pourtant chouettes produits.
    • Kitsuné :
      A changé de stratégie. Se place désormais sur des prix MG/AMI/. En moins intéressant je trouve.
    • Drapeau Noir
      De bons basiques dans de bonnes matière à un bon prix, et des coupes qui n'iront pas à tout le monde. La marque s'est développée très vite mais sans que le prix n'en souffre.
      Si vous cherchez des chemises casual assez courtes à porter dans le pantalon, c'est ici.
      Les quelques problèmes de fabrication rencontrés ici et là (tissus qui rétrécissent, etc.) semblent être du passé, et le SAV est excellent. Attention à leurs photos qui sont trompeuses et ne reflètent pas le véritable rendu : un problème récurrent (et signalé) qui devient de moins en moins tolérable.
    • Officine Generale
      Excellente marque relativement confidentielle (mais plus pour longtemps, vu le développement très soutenu à l'international). Des basiques with a twist dans des matières de grande qualité, et avec une obsession du détail qui force le respect.
      Prix qui piquent, mais la marque est souvent bien soldée (minimum 40% en VP, souvent plus sur les sites des retailers), il y a des trésors à y acheter (mais exclusivement en Europe : les prix américains sont une mauvaise blague).
    • Percival Clo
      Toute petite marque anglaise qui fait des fringues sympa et bien pricée, souvent dans des matières japonaises ou anglaises. Gare à l'origine des produits, pas toujours bien indiquée. Le créateur traîne sur ce forum et discute volontiers si vous avez des suggestions, ce qui est tout à son honneur.
    • De Bonne Facture
      Le rapport Q/P n'est pas optimal, c'est le prix de la confection en France.
      Si vous avez les moyens, c'est quand même très très bon. Ne solde pas.
      Hélas souvent difficile à se procurer en France, la marque privilégiant l'international (les plus belles pièces sont souvent réservées au Japon). La situation semble s'améliorer, avec de nouveaux revendeurs online en France et aux USA
    • SEH Kelly
      Un De Bonne Facture anglais. De très belles choses en petites séries. Ne solde pas.
    • Berg & Berg
      Un Maison Standard, mais de bonne qualité. Shetland écossais, pantalons italiens... des basiques bien placés niveau prix.
    • Rogue Territory
      Marque américaine, inspirée workwear.
      Beaux jeans, mais surtout connue pour ses pantalons et vestes.
      Collections assez inégales d'un point de vue stylistique, mais les permanents sont excellents (pantalons selvedge, veste cirée, etc.), et coupés dans de belles matières japonaises, américaines ou italiennes.
      Bon rapport qualité/prix de base, si vous êtes aux USA. Évitez d'acheter directement sur le site : on trouve régulièrement les meilleures pièces à -15/-20% chez les revendeurs (par exemple Need Supply).
      Difficile à trouver en Europe, ou alors à des prix rédhibitoires.
      SAV absolument excellent. Je me suis fait remplacer un pantalon 6 mois après l'achat suite à une déchirure.

    c. Maille :

    • Howlin :
      Confection en écosse et irlande, prix contenus. Conseillé, surtout les shetlands.
      Taille grand.
    • Six & Sept :
      Fabriqué à Venise. Excellente qualité. Stylisme parfois douteux.
      Solde assez peu. 50% les derniers jours, mais peu de restes.
      Voir les mesures (Mdt)
    • Bompard :
      Critiqué, mais la meilleure qualité de cachemire au meilleur prix (cher, forcément.)
      Solde à 30%, rarement plus. Ne jamais acheter plein pot : tous les modèles se retrouvent soldés, généralement dans toutes les tailles.
      Si un pull en cachemire est un luxe superflu, les écharpes valent vraiment le coup.
      Bon SAV, qui peut remailler en cas de soucis sur la pièce (par exemple des fils qui se défont. Contactez les sur Facebook avec une photo au préalable).
    • Johnston of Elgin :
      Fabrique pour Hermès.
      Super cachemire donc. Plus interessant sur place, ils se touchent sur les prix euro dans leur boutique.
      Linge de maison génial.
      Soldes bofs.
    • Esk
      Maison écossaise plus récente, qui possède aussi son outil de prod. Très cher.
    • John Smedley :
      Spécialiste anglais de la base. Basiques d'excellente qualité, payés le prix fort.
      Privilégier les coupes fittées.
    • SNS Herning :
      Mailles traditionnelles danoises. Le tissu est danois, la confection lituanienne.
      Coupes souvent fittées. Très bonne qualité.
    • Inis Meain :
      Mailles irlandaises traditionnelles. Cher, mais c'est le prix de l'excellence.
      Le Aran Crewneck est particulièrement désirable.
      Excellent SAV. La marque n'hésite pas à retoucher les produits (même achetés chez un revendeur) en cas de problème.
    • Monsieur Lacenaire :
      Bonne qualité, stylisme assez aléatoire.
      Solde très bien, reste souvent des tailles, sauf si vous voulez le teddy marine qu'il faudra payer au prix fort.

    d. Jeans :

    • Nudie Jean :
      Jeaner suèdois écolo. Coton biologique, toiles turques, confection italienne.
      Les bruts de base sont plus interessants que les selvedges, un peu chers.
      Marque facile à trouver en province.
      Coupes adaptées à tous les physiques.
      Ligne de pap moins interessante.
      Ceintures naturelles.
    • Edwin :
      Jeaner grand public jap. Bonne entrée de gamme équivalente à Nudie.
    • Gustin :
      Jeans US sur un modèle kickstarté.
      Excellent rapport Q/P. Deux coupes. Grand choix de toiles.
      Envoi par USPS : TVA peu courante (mais possible.)
      De très bonnes chemises, mais réservées aux physiques costauds.
      Rares soldes (Black Friday.)
    • Naked & Famous :
      Jeaner canadien. Toiles souvent japonaises.
      Pas mal de choix et de coupes, bon rapport Q/P.
      Se trouve facilement en solde chez leurs nombreux revendeurs.
    • Unbranded Brand :
      La "sous-marque" de N&F. Excellent rapport Q/P, plus difficile à trouver en France.
    • APC :
      Voir APC dans généralistes.
    • Levi's Vintage Clo, Levi's Made & Crafted :
      Deux lignes supérieures de Levi's.
      Le premier (généralement Made in USA) est spécialisé dans la réédition de jeans historiques de la marque.
      Le seconde (généralement Made in Turkey) dans le workwear de qualité. »
    • 3Sixteen :
      Jeaner ricain haut de gamme. Difficile à trouver en France mais grande qualité.
    • Momotaro :
      Jeaner jap haut de gamme. Offre maintenant des coupes plus modernes avec leurs High Tapered (04) et Tight Tapered (03).
      Importable via les US ou le Japon (okoyamadenim.com)
    • Japan Blue :
      La "sous-marque" de Momotaro. Coupes plus modernes, toiles d'excellentes qualité.
      Confection un peu inférieure sur les détails de puristes.
    • Samourai, Iron Hearth, Denime, Studio D'Artisan, Pure Blue Japan :
      Autres grandes marques Jap.

    e. Pantalons :

    • Incotex :
      Marque du groupe Slowear, excellente qualité à prix fort.
    • Le Pantalon :
      Excellent rapport qualité prix.
    • Spoke
      Boîte anglaise qui fait fabriquer au Portugal. Ils ne produisent presque que des pantalons, en toutes petites séries. Et le "concept", c'est qu'il y a trois coupes + dispo en demi-tailles + dispo en longueurs. C'est plus une marque de grands/gros que de petits, vu que ça démarre sur une taille 30 et ça termine au 38. De plus la plus slim des trois coupes n'est pas non plus skinny, c'est du semi-slim tranquillou avec une cheville à 18/19.Tissus italiens, très belles couleurs, hardware riri, finitions internes très propres (coutures gansées, poches en tissu liberty très doux, etc.)
    • Epaulet :
      Boutique US, excellent choix et excellente confection made in US.
      A importer.
      Prix particulièrement intéressants lors des pre-orders et des End for Friends.

    f. Spécialistes :

    • Dunderdon :
      Marque suèdoise.
      Interessante pour la parka J25, excellent rapport Q/P si vous habitez une région froide.
    • Stutterheim :
      Imperméables venus du nord. Excellente qualité.
    • Outlier :
      Vêtements techniques américains. Matières stretch, étanches...
      Les shorts sont vraiment excellents. Les serviettes changent la vie.
    • Orcival :
      Marinières traditionnelles fabriquées en France.
    • Norrona:
      Vêtements techniques de qualité.
    • The Real MCCoy :
      LA marque d'Americana de ouf. Japonais bien sûr.
    • Visvim:
      Techniquement un généraliste, mais c'est tellement street que ça en devient un spécialiste.
      Qualité scandaleuse (dans le bon sens.)
      Prix scandaleux (dans le mauvais.)

    g. Chemises :

    ! Dans le cas où vous opteriez pour du sur-mesure, il est fortement conseillé de prendre ses mesures sur une de vos chemises et non pas sur le corps, quitte à ajuster celles-ci de quelques centimètres après !

    • Lewin/Tyrwhitt :
      Chemisiers anglais d'entrée de gamme. Bien supérieurs à leurs équivalents français.
    • Hast :
      Chemises habillées, excellent rapport Q/P, en ligne seulement.
      Le col est un peu spé.
    • Bérangère Claire :
      Chemise casual en pap de qualité très correcte.
      Souvent gachées par un logo.
    • Cotton Society :
      Le meilleur rapport confection/prix pour un sur mesure du net.
      Fabrication chinoise. Nacre de qualité douteuse. Service client aléatoire (à la fois à la ramasse
      et compétent).
      Le chambray vaut le coup. Vous en trouverez de plus beaux, de plus lourds, mais deux à quatre fois
      plus chers et en PAP.
    • Saint Sens :
      La meilleure qualité en sur mesure du web, mais ça se paye.
    • Bonnegueule :
      Ils n'ont pas que des chemises, mais pas testé les jeans.
      Leur chemise en chambray vaut largement son prix. La marque a fait une croix sur ses ambitions initiales de coupes ajustée et courte, et propose aujourd'hui un fit plus standard. Gaffe aux photos produits qui n'ont pas été mises à jour.

    h. Costumes :

    • Suit Supply :
      Des gammes pour tous les prix. Rapport Q/P constant et bon.
    • De Fursac :
      Intéressant en solde. Tissus très qualitatifs. Coupes "modernes" qui n'iront pas à tout le monde.
      Solde à 30/40%, en particulier en VP avant la période officielle.
      Bonnes vestes.

    i. Cuir :

    • Chevignon :
      Le strict minimum. Intéressant parce que trouvable en solde à 50%+.
    • Aeroleather :
      Excellente marque écossaise. Looks vintage, cuirs de qualité, confection aussi proche du sur mesure
      que possible avec un cuir.
    • Lewis Leather :
      Marque de motard légendaire.
      Excellente qualité. Prix en rapport. Stylisme moto.
    • Falcon Garments :
      Fondé par les anciens de John Coppidge, sans comparaison possible.

    j. Sneakers :

    • Piola :
      Petite marque sympa, prix attractifs pour la qualité.
    • Axel Arrigato
      Ripoff de National Standard qui était un ripoff de Common Project
    • Sawa :
      Sneakers made in Africa. Excellent rapport qualité/prix.
      Attention aux produits soldés sur leur site : plusieurs canards ont eu du mal à faire respecter leur droit de rétractation.
      Très true to size.
    • National Standard :
      Le meilleur rapport qualité/prix du marché. Stylisme pompé sur diverses marques, discret avec des jeux de matière.
      Taille un poil grand, de l'ordre d'une petite 1/2 taille.
    • Buttero :
      Bottier italien qui fait de très belles sneakers.
      Taille grand. Une bonne 1/2 taille.
    • Common Projects :
      Fabuleuses sneakers à prix tout aussi fabuleux (pas dans le bon sens.)
      Taille grand. Voir chapitre 2 pour le sizing.
    • SomeOne Shoes :
      Confection équitable en Asie. Prix attractifs. Stylisme bof.
    • OTW de Vans :
      Beaucoup plus qualitatif que les autres sneakers de la marque. Se trouve facilement soldé, robuste et confortable.
      Semelle cousue et collée.

    k. Desert Boots :

    • Clarks :
      Classique anglais. Confection extra-européenne. Taille étroit.
    • Empreinte :
      Desert Boots écologiques Made in France.
    • Opening Ceremony :
      Desert Boots fragiles mais très stylées.
    • Les flèches de Phoebus :
      Dans l'esprit d'OC dans le style, mais sans les prix.
      Fabriqué au Portugal.
      Un modèle de Chelsea Boots.

    l. Souliers :

    • Bexley :
      Le strict minimum. Interessant uniquement si on tire parti des offres pour deux paires achetées.
    • Loding :
      L'entrée de gamme de la pompe de qualité. Nombreuses boutiques. Ne solde pas les modèles classiques.
    • Jacques & Demeter :
      Chouettes souliers faits à Roman. Montages de qualité, souvent en GY, parfois en Blake sous gravure ou en norvégien.
      Marque minuscule, dirigée par quelqu'un de très sympa et toujours disponibles par email (et parfois sur CPC).
      Prix très intéressants en précommande.
    • Bobbies, Monsieur Moustache, Paire et Fils, Les Flèches de Phoebus
      Nouveaux acteurs de la pompe française. Plus ou moins équivalents.
    • Heschung:
      Se méfier, tout n'est plus fait en France. Ce qui est fait en France vaut le coup.
      Essaie depuis quelques années de se positionner sur un segment luxe, sans les finitions qui vont avec. Privilégiez les VP, souvent intéressantes.
    • Markowski :
      De plus en plus cher, mais le prix reste bon. La gamme Prince Jorge est excellente.
    • Septième largeur :
      Pareil que Marko. Possibilité de faire patiner sur mesure.
    • Vass
      Soulier hongrois fait main. Mais vraiment fait main.
      Commande via email, compliqué mais faisable. Budget assez élevé.
    • Carmina
      Très beau soulier espagnol, bon rapport Q/P par rapport aux perfides anglois.
    • Meermin
      Le même, pas vraiment espagnol, pas vraiment très beau, mais excellent rapport Q/P.

    m. Boots :

    • Red Wing :
      L'entrée de gamme des boots Workwear.
      Les modèles Iron Ranger et Beckman sont les plus populaires.
      Taille étroit.
    • Wolverine :
      Un peu au dessus de Red Wings.
      Seul le modèle 1000 Miles vaut vraiment le coup.
    • Alden :
      Chausseur légendaire de la nouvelle angleterre.
      Le top dans la boots, que ce soit le modèle 405 d'Indy ou les modèles en Cordovan
    • Viberg
      La Hype, mais la Hype méritée. Difficile à acheter en France. À privilégier pour les cuirs rares / inhabituels et leur fabrication « stitchdown » peu courante. Évitez d'y prendre des chaussures « basiques » (chromexcel sur montage Goodyear, par exemple), trouvables partout ailleurs pour 300$ de moins. Difficile à acheter de France. Possibilité de GMTO intéressants via Styleforum, prévoyez 8 bons mois d'attente.
      Pro-tip : certains adorent le rendu, mais méfiez-vous des « unstructured toes » si vous ne voulez pas voir le bout de vos chaussures à 800 boules s'affaisser après quelques mois.
    • Atelier Voisin :
      Plus dans la lignée des bottiers italiens : moins brut, plus fin, plus rock.
    • Officine Creative :
      Atelier voisin en meilleure qualité et plus cher.
    • Truman Boot Co
      Viberg, mais sans l'odieux fils Viberg, sans les prétentions fashion, avec des finitions et un QC légèrement inférieurs, et 30% moins cher.
      Très typé workwear, avec des cuirs bien costauds et intéressants (waxed flesh, kudu...).
      Tout est personnalisable, même certains détails non-dispos sur le site (contactez les par email).

    n. Accessoires :

    • Sympa Bonnard
      Jeune boutique du canard helvète MrBeaner. "SymBo" est centré sur une production éthique, locale et abordable.
      Ceintures et bracelets en cuir de qualité, prisés par des canards tout aussi qualitatifs.
    • Bellroy :
      Portefeuilles bien pensés. Certains canards ont eu de mauvaises expériences avec le cuir s'abîmant trop rapidement au début mais le portefeuille ne bouge plus par la suite. Pas prévus pour de la monnaie.
    • Tanner Goods :
      Ceintures de ouf.
      Produits superbes de manière générale, souvent trop chers, mais avec la touche créative qui manque presque toujours aux marques d'inspiration workwear.
      SAV irréprochable, prêt à rapatrier votre sac en urgence par avion à Portland pour changer un rivet (ça m'est réellement arrivé).
    • Billy Belt :
      Ceintures tressées estivales pas chères.
      Produits superbes de manière générale, souvent trop chers, mais avec la touche créative qui manque presque toujours aux marques d'inspiration workwear.
      SAV irréprochable, prêt à rapatrier votre sac en urgence par avion à Portland pour changer un rivet (ça m'est réellement arrivé)
    • Zutiste :
      Boutique de nœuds-papillon lancée par un ami de Quikkk.
      Pure laine anglaise, faits main, bon rapport q/p et bien proportionnés.
    • Atelier Particulier
      Sur le modèle de MS, des accessoires généralement excellents à un prix non moins excellents.

    o. Lunettes de soleil :

    • Wood Light
      Lunettes en bois fabriquées en France.
    • Shelter
      Lunettes fabriquées en France avec des matériaux français.
    • Persol
      Lunettes vintage, aussi pour des optiques.
    • IN'BÔ
      Fabrication artisanale en France (Vosges).

    p. Pour les cannes :

    Sézane :

    Citation Envoyé par Mdt Voir le message
    C'est très bien Sezane. Y'a guère mieux sur le marché hors luxe et micro-marques (genre celle d'Amandine : https://singuliere-shop.com)
    Citation Envoyé par George Sable Voir le message
    Je pense m'y connaitre un peu sur le sujet, vu que ma copine doit en avoir pour 4000 boules de fringues Sézanne et que c'est moi qui m'occupe des lessives à la maison. De ce que j'ai vu la qualité est généralement plutôt bonne, mais il y a quelques gros fails (les boutons qui n'arrêtent pas de tomber, une robe en soie qui s'est trouée tout de suite, etc.). Globalement ça reste mieux que Sandro et compagnie.

    Le SAV n'est pas dingue non plus (ils s'en foutent un peu je pense, vu qu'ils écoulent tout ce qu'ils produisent). On est loin de BG où problème = échange.
    Citation Envoyé par BenBonneGueule Voir le message
    Sessun, Vanessa Stewards, je trouvais ça cool.

    Dans un groupe facebook, une fille a répondu ça à un mec qui demandait des marques pour femmes :

    Je propose Ekyog. C'est une marque de pap éthique. Je trouve des robes vraiment sympas entre 100 et 200€ (en outlet c'est carrément trop cool). La traçabilité des matières est assurée et ils pronent le respect de la santé des petites mains qui fabriquent leurs pièces, coton bio toussa toussa.
    Ensuite je pense à Bonobo Jeans. Bon je suis une vraie adepte, un jean à 50€ qui bouge pas et bien coupé, je craque. Je les ai connu avec leur gamme airwashed, ils utilisent le moins d'eau possible pour délaver leurs jeans. On peut aussi parler de leur ligne ecoresponsable mais je sais plus comme elle s'appelle.
    Un petit clin d'œil à la lingerie avec Lula Hevan tout est fabriqué à la main en Angleterre. C'est une cinquentaine d'euros pour un soutien gorge donc pas plus cher qu'un bon vieux Victoria's Secret.
    Et puis évidemment Monoprix. Parce que Monop' c'est la vie. J'ai deux chinos et polos qui datent de 2014, je m'en sers pour jouer au golf et sérieusement, ils ont quasi pas bougé.

    Pour les blogs:
    S'il n'y en avait qu'un ce serait Aurélie et Compagnie, le blog d'Aurélie Malau. Bon ce n'est pas que mode, mais elle a un e-shop avec sa propre collection et parle des marques sans langue de bois. (les outfits sont vraiment bien et pour tous les budgets)
    J'adore Tokyobanhbao également. En plus elle parle d'une marque pour laquelle j'ai récemment craqué "La Petite Française". Les collections sont conçues et fabriquées à 95%en France. J'ai découvert la marque à la boutique "Les impertinentes", rue Tiquetonne à Paris.


    Koshka Mashka j'ai entendu beaucoup de bien pour les femmes aussi.
    [/LIST]
    3. Globe-Shoppeur

    Pour les bonnes adresses françaises, voir aussi le guide par villes de Bonne Gueule.

    a. Je vais à New-York, quelles sont les bonnes adresses ?

    • Epaulet.
    • Blue in Green.
    • Self Edge.
    • Uniqlo.
    • Odin New-York.
    • Opening Ceremonies.
    • Barbour.


    b. Je vais à Paris, quelles sont les bonnes adresses ? (Mdt)

    Tu vas à République (la station)
    Au nord, tu as :
    • Centre Commercial : concept store avec en particulier du Howlin (pour les pulls) et toutes les déclinaisons de Veja (€€)
    • La Comédie Humaine : marque dandy, un peu reuch mais grosse qualité (€€€)
    • Balibaris : chouette marque proposant un excellent rapport Q/P (€€)

    Ensuite tu repars vers le sud, coté Marais, et tu as :
    • Frenchtrotters : concept store avec leur marque en propre (bonnes chemises), mais aussi des marques comme SNS Herning (maille de marin), Commune de Paris (dandy), des chaussures de chez Alden, des collaborations... (€€ à €€€)
    • APC : un peu cher mais une référence, en particulier les jeans bruts (€€€)
    • Melinda Gloss : marque classe, un peu reuch mais bonne qualité (€€€)
    • Menlook. La boutique physique de la boutique en ligne. Tu peux aussi t'y faire prendre tes mesures pour les chemises Saint Sens, même groupe. (€ à €€€)
    • Surface to Air : marque hipster. Spé mais y'a des trucs cools. (€€€)
    • American Apparel : basiques basiques pas trop chers. (€)
    • Royalcheese : concept store assez street/workwear. Plein de marques sympa. Y'a aussi Bluechesse mais à l'écart de ce chemin, coté ouest à quinze minutes de marche. (€ à €€)
    • American Vintage : basiques jersey/maille un peu chers mais très intéressants soldés. (€€)
    • Eric Bompard : cachemire cher (mais de qualité.) Les écharpes sont géniales. (€€€)
    • Ly Adams : marque classe, un peu reuch mais bonne qualité. (€€€)
    • COS : le haut de gamme de H&M. Bon rapport Q/P. (€)
    • L'éclaireur : je le mets parce que c'est une boutique légendaire, mais hors budget et très très high level (€€€€)


    Je dois en oublier (y'a pas un Paul & Joe dans le coin ?)
    Y'a d'autres spots (coté Saint Germain notamment), mais c'est celui-là le meilleur.

    c. Je vais à Lyon, quelles sont les bonnes adresses ? (Mdt)

    S’il y a bien un domaine où Lyon est provinciale, c’est l’habillement masculin. L’offre parisienne est juste incomparable en termes de qualité et de quantité.

    Au-delà du faible nombre de boutiques, ces dernières sont dispersées. La géographie lyonnaise est peu propice, avec le cœur de la presqu'île et la Part-Dieu qui dominent et dont les loyers élevés ne favorisent pas les petits acteurs.

    Les grands magasins ne sont pas en reste : Printemps comme Galeries Lafayette homme offrent une gamme assez médiocre, avec une majorité de marques dignes de supermarchés.
    Les grandes marques, qui peuvent s’offrir un magasin en propre :

    Je passe sur H&M et Zara, bien implantés. American Vintage a ouvert depuis peu rue Edouard Herriot, près des terreaux. Pas de Uniqlo (une rumeur dans le futur quartier Grolée), pas de Cos.

    Plus petit, on a quand même un De Fursac (corner aux galeries Part-Dieu, boutique rue Edouard Herriot proche du Printemps), Bompard (derrière la place Bellecour et cours Franklin), et, en période de solde (parce que sinon ça vaut pas le coup) : American Vintage (rue Emile Zola), The Kooples (partout) et Sandro (pareil.)

    Citons aussi Gant (rue Jean De Tourne), Aigle (rue Herriot je crois), Timberland (à la Part-Dieu et rue Childeberg), Barbour (près de la place Bellecour), Loding (privilégier la boutique du sixième, le mec aux cheveux blancs est d’excellent conseil.)

    Les boutiques cool :

    Je passe sur les nombreux multimarques typés Boss / Paul Smith avec leurs vendeurs incompétents qui passent leurs nuits du côté des Brotteaux. Les boutiques que je cite ne sont pas parfaites, mais ont une offre intéressante :

    • Eso et Capsule by Eso : au milieu des marques de « créateur » à la qualité des aléatoire, on y trouve Paul & Joe et Melinda Gloss. Capsule est le plus intéressant des deux, place de la Bourse. Ils ont aussi quelques National Standard, à ma connaissance les seules de Lyon. Vendeur bof.

    • N20 : Cours Franklin. Depuis quelques temps leur sélection s’améliore significativement : Melinda Gloss, Six&Sept (les seuls sur Lyon), Marchand Drapier, la Comédie Humaine (idem), Atelier Voisin… ouais, on a l’impression que le mec lit Bonnegueule. Il fait Nudie aussi, ainsi que des marques italiennes chères mais respectables (Canali, Trend…)
      Hélas au milieu y’a des doudounes douteuses, des sneakers Y3, une ou deux marques italiennes qui inspirent peu confiance, et plus généralement le vendeur n’a pas très bon goût.

    • Pop and shoes : boutique mixte orientées chaussures style italien, rue Chavanne. Ils font atelier voisin et des choses plus haut de gamme (Officine Creative.) Une offre de pap limitée, avec Nudie et Barbour.

    • The Royal Racer : un shop motard rue Mercière. Belle sélection de casques et de cuirs, dont Lewis Leathers. Les seuls à faire Momotaro et Japan Blue sur Lyon, ils stockent aussi du Edwin. Niveau fringues, un peu de Barbour (ligne International.) Coté pompes, Red Wing. Enfin niveau accessoires, Tanner Good (woot.)

    • Summer store : boutique cool dans le prolongement du pont de l’Université (coté presqu’île), avec le vendeur le plus discret du monde. De plus en plus orientée streetwear, vous y trouverez quand même deux ou trois marques sympa comme APC ou Drapeau Noir.

    • Kapa-Dokia, ex heritage store : Aux terreaux, à côté du kebab le veau d’or et son légendaire kebab à 2 euros cinquante. De moins en moins workwear, de plus en plus street/hype. Vous y trouverez quand même AMI, APC et Arpenteur.

    • Upper Shoes : plusieurs magasins sur Lyon. Ils proposent de très belles pompes très chères et font en particulier Alden et Crockett. Le conseil est moyen, pas à la hauteur du produit.

    • Graphiti : le temple du luxe lyonnais, à mille lieues de son concurrent Smart (à éviter.) Qui dit luxe dit offre très chère, qualité souvent pas à la hauteur. Mais si vous cherchez des sneakers Lanvin (ou plus généralement des sneakers qui valent la peau des couilles genre Dior/YSL), c’est le lieu. Le vendeur au look de dark ninja est cool est connait souvent bien ce qu’il vend.
      Ils ont aussi, pour le plaisir des yeux, de très très belles marques, dont Brunello Cucinelli .

    • Cockpit : ancien surplus militaire devenu vendeur mi-neuf, mi-vintage. Le patron est très sympa, un peu baratineur. On y trouve des classiques americana (Red Wing, Edwin, Fidelity...) et aussi, en infirme quantités et à un prix strato, du Real McCoy.


    c. Je vais à Londres, quelles sont les bonnes adresses ? (George Sable)

    Tu peux commencer par la rue de la pompe, juste à côté de Piccadilly :

    • Jermyn Street, avec C&J, JL, Tricker's, Weston...

    Juste au-dessus tu as Mayfair :

    • Savile Row, pour le fun et poser avec Hugo Jacomet.
    • Drake's, chouettes cravates et belle sélection (Alden, Inis Meain...)
    • Mackintosh

    Toujours un peu plus au nord, vers Bond Street :

    • AMI (rien que tu ne trouveras pas à Paris, mais la livre basse peut être intéressante)
    • Private White, vraiment à voir (superbes pièce)

    Et en remontant un peu plus vers Regent's Park :

    • Trunk Clothiers (visite les deux magasins qui sont dans la même rue)
    • Monocle

    Tu peux ensuite redescendre vers Goodge Street, où tu trouveras :

    • Rivet & Hide
    • Charlotte Street et tous ses restos

    Continue ta descente dans Soho et va te prendre des pickles et de la vodka au horseradish chez Zima (le bar est au sous-sol). Une fois réchauffé, continue à descendre et va voir :

    • Real Mc Coys
    • Nigel Cabourn

    Finis ta journée au Prince Charles Cinéma qui n'est pas loin. Si tu as un creux en sortant, va prendre un ramen chez Kanada Ya.

    d. Je vais à Bruxelles, quelles sont les bonnes adresses ? (Rùman)

    • Prive Joke, pas très loin de la Grand-Place. Bonne sélection d'articles : Drapeau Noir, Stutterheim, Edwin, Church's, Howlin' (surtout des accessoires style écharpe / bonnet la dernière fois que j'y suis passé), Our Legacy, Portuguese Flannel, ... Tout aussi intéressant pour les copines des canards. De là, il y a moyen d'aller vers Dansaert à pieds, un des coins chicos de la capitale.
    • Hunting and Collecting, concept store un peu plus orienté streetwear. Ils y vendent du AMI, Bleu de Paname ou encore du surévalué Gosha Rubchinskiy.
    • Toujours dans le même quartier, il y a quelques marques que j'apprécie : Filippa K, Bellerose (qui a d'ailleurs une collab' avec Alden), APC, ... Il y a moyen de faire une belle promenade sur la rue Antoine Dansaert et ses perpendiculaires.
    • Atelier Bleu, plutôt à l'opposé de la ville, vers Flagey / Louise. Très bon accueil, des pièces bien choisies : Momotaro, 3sixteen, N&F, RT, ... A suivre et à encourager.
    • Reservoir Shop, même artère. Beaucoup de sneakers/baskets originales, des Opening Ceremony, quelques Red Wing, du Norse Projects, ...
    • Maison Degand, sur l'avenue Louise. Très guindé et relativement haut-de-gamme.
    • Rocking Road, totalement orienté americana et situé dans le coin historique des Marolles. Patron baratineur. On y trouve des Red Wing et du Levi's Vintage Clothing.
    Dernière modification par eKaps ; 11/09/2017 à 19h57. Motif: MàJ : rajout rubrique femme
    Citation Envoyé par Franckii Voir le message
    Tu verrais ma vie, tu en serais très étonné. Là je suis entrain de lire Peleliu 1944 the forgotten coin of hell en écoutant la BO de la Ligne rouge tout en sirotant une bonne vieille chimay triple.

  2. #2
    Sommaire de l'OP



    II. Conseils, entretien, choix et associations

    Sommaire de la seconde partie
    1. La FAQ du jeans
    2. Chaussures
      1. Conseils généraux d'entretien
      2. Pour le cuir gras
      3. Pour le nubuk/daim
      4. Quelques conseils de pro
      5. Informations générales
      6. Fer et patins
      7. Fabrication
    3. Chemises
    4. Polos
    5. Manteaux
    6. Matières, tissage et tricotage
      1. Lexique
      2. Conseils généraux
      3. Mailles
      4. Laine
      5. Cachemire
    7. Guide des tailles
    8. Les cols


    1. La FAQ du Jeans

    Merci à Mdt pour la rédaction de ce chapitre et à George Sable pour ses précisions :
    • C'est quoi un brut ?
      Un brut (vous trouverez raw denim en anglais, parfois dry) est un jean qui est vendu non délavé (aucun rapport avec les marques blanches sur un jean Kaporal. Ça veut seulement dire que la toile n'a jamais été lavée.)

    • C'est un jeans bleu foncé quoi ?
      On dit pas bleu foncé, on dit indigo.
      Et non, un jean gris peut être raw, du moment qu'il n'est pas délavé.

    • Mais pourquoi ça compte ?
      Parce que t'irais pas te payer une Citroën d'occasion plus chère qu'une neuve. Pourquoi tu feras pareil avec une paire de jeans ? (bon, ok, t'irais pas te payer une Citroën tout court.)

    • Mais encore ?
      Le denim est l'une des matières qui s'embellit en vieillissant. Porter un brut, c'est lui imprimer votre mode de vie. C'est un vêtement qui à une histoire, une âme. Bref c'est un délire de sale hipster.

    • Une matière ?
      Le denim, c'est tout simplement du coton, tissu avec une trame généralement blanche et une chaîne généralement bleu.

    • The fuck ? Chaine ? Trame ?
      Warp and weft en anglais. Un tissu, c'est des fils qui s'entrecroisent. Pour faire simple, la chaîne c'est les fils dans un sens, la trame les fils dans l'autre sens.

    • Ah, donc, trame blanche ?
      Retourner votre jeans. C'est ce que vous voyez. Et donc oui, la chaîne bleue c'est ce qui est à l'extérieur. Tant qu'à faire on ajoute warp, nep.

    • Warp ? Nep ?
      Des détails du tissus. Franchement c'est pas très important, si vous vous préoccupez de ça vous êtes plus au niveau débutant et vous avez déjà acheté votre premier jeans unsanforized.

    • C'est quoi unsanforized ?
      Le problème d'une toile non délavée, c'est qu'elle a tendance à rétrécir au premier lavage.
      Du coup y'a des traitements pour combattre ce rétrécissement. Pour le jeans c'est la sanforization.
      L'immense majorité des toiles sont sanforizées. Quelques toiles de puristes ne le sont pas, c'est à dire qu'elles rétréciront bien plus au premier lavage.

    • Rétrécir ? Mon jeans à 200 boules va rétrécir ?
      Comme tous les articles en coton, a fortiori ceux qui ne sont pas prélavés. La chaîne et la trame se resserrent sous l'action de la flotte.

    • Rétrécir ? De combien ?
      Sur un jeans sanforized, de l'ordre de 0.5-1 pouces à la ceinture en longueur. 0.5 si lavage à froid, 1' si lavage à chaud.

    • 1' à la ceinture ? Je vais plus rentrer dedans !
      Non en fait. Parce que, selon la même logique, le denim se détend sous l'action de votre bide. Donc en général vous perdez ce que vous aviez gagné et regagnez ce que vous avez perdu au bout de quelques heures.

    • Ça se détend de combien ?
      Ça dépend de plein de choses, en particulier du poids de la toile. Plus elle est lourde, moins elle va se détendre.

    • Le poids ?
      Exprimé en oz, soit des onces par yard carré (oz/sq.yd). 11 (370 gr/m2 en multipliant par le ratio de 33.9) c'est léger, 12-13 c'est le classique, 14 ça commence à faire, 15 c'est lourd. Au-dessus c'est du jean de bûcheron, portable uniquement l'hiver ou à moto. Passé 20 oz le risque de perdre ses testicules devient réel.
      Attention, le poids augmente après lavage (le tissu se resserre, il est donc plus dense.) Ne pas comparer le poids d'un brut et celui d'un délavé donc.

    • Et à part la détente, ça change quoi ?
      Plus c'est lourd, plus ça tient chaud. Vous ne porterez pas un 14+oz au dessus de 20 degrés, et pas un 12+oz au dessus de trente.
      Plus c'est lourd, plus les contrastes risquent d'être forts.

    • Les contrastes, on y arrive enfin ?
      Oui. L'objectif de la plupart des amateurs, c'est d'obtenir de beaux contrastes une fois leur paire portée et, après quelques mois, lavée.
      Les contrastes naissent des différences entre les zones peu sujettes aux frottements et les zones à forte abrasion. Plus la toile est lourde, plus certaines zones (le creux de la jambe, les moustaches) vont être marquées.

    • Ah, c'est inter... wait. Quelques mois ?
      Un brut se lave peu. Pas même si vous habitez un pays froid.

    • Mais c'est dégueulasse !
      Le passage en labo d'un jean lavé et porté une journée et d'un jeans porté six mois montre des taux de bactérie semblable. Bien sûr faut pas faire du vélo avec dans le désert, mais bon...

    • Du coup je le lave pas ?
      Nan, ça c'est pour les ayatollah. Ton brut tu le laves quand il sent mauvais.

    • Et je le lave comment ?
      La version low, c'est en machine à 30/60 degrés à l'envers dans un filet (ou une taie d'oreiller) avec du woolite noir.
      La version high, c'est trempé dans ta baignoire froid/chaud avec du woolite pendant 45 minutes.
      Pas de sèche linge. Pas d'essorage fort. Tu roules la paire dans une serviette, tu éponges le trop plein d'eau, et tu fais sécher à plat ou pas à plat.
      Dans les deux cas tu vas perdre la première fois de l'indigo, donc gaffe aux autres fringue. Laver la paire seule. Gaffe à tout d'ailleurs.

    • plat/pas à plat ?
      Si tu veux perdre le moins possible en longueur, en plus de bien stretcher l'intérieur de la jambe après le lavage, tu le pends la tête en bas.

    • Stretcher l'intérieur (inseam) ?
      Jeans humide à plat, retourner, tu plaques la main sur la couture interne de la jambe au niveau de l'entrejambe et, avec l'autre, tu pousses pour étirer la jambe. Tu replaces la main un peu plus bas et tu repousses. Etc.

    • Froid/chaud ?
      Cf. Infra. Plus c'est chaud, plus ça rétrécit. Certains disent que ça joue sur le délavage, plus fort à chaud.

    • Gaffe à tout ?
      L'indigo déteint. Donc avec votre denim brut indigo tout neuf, attention aux :
      - canapés, fauteuils
      - meubles blancs sur lesquels vous reposez vos gambettes
      - chaussures claires

    • Pourquoi le plus important c'est le premier lavage ?
      Un brut est amidonné (starch.) Ça renforce son coté rêche. Ça amplifie les frottements, donc les futurs contrastes. Au premier lavage, cet amidon dégage. Certains ouf s'amusent à réamidoner leur paire, m'enfin...
      C'est pour cela qu'un brut est plus confortable une fois lavé pour la première fois.

    • Donc ça se tend, ça se détend... c'est l'enfer pour choisir sa taille ?
      Oui. D'autant que le sizing des marques est peu consistant, et qu'en fonction des toiles ça varie pas mal. APC par exemple se détend énormément.

    • Je fais comment sur le net ?
      Tu mesures le jean qui te va le mieux. A plat, à la ceinture, les deux faces du jeans au même niveau.
      Tu regardes le guide des tailles du fabriquant.
      Version low : tu prends la plus proche au dessus
      Version middle : tu prends la plus proche
      Version high : tu prends la plus proche en dessous

      APC fit guide
      Gustin fit guide
      Nudie fit guide
      Edwin fit guide.
      (Unbranded et 3Sixteen : mesures sur les pages produits des sites officiels.)

    • Je fais comment en boutique ?
      Version low : tu fermes le jeans mais est pas très à l'aise
      Version middle : tu fermes le jeans en galérant à mort ou tu fermes pas le dernier bouton
      Version high : tu fermes pas les deux derniers boutons
      Bien sûr ça s'adapte en fonction du poids. Un 12oz, tu peux faire le high. Un 18oz, ça peut valoir le coup de pas faire le barbu. Et, par exemple, version APC : tu boutonnes juste le premier.

    • Et pour la longueur ?
      Le plus prudent, c'est de faire un revers en attendant le premier lavage, puis un ourlet via ta couturière. Ou en point de chaînette.

    • Point de chaînette ?
      L'ourlet de base, tu découds, tu remontes, tu recouds, le tout à la machine. Tranquille, même si l'épaisseur de la toile peut rendre l'opération sport. 5/10€ chez n'importe quelle couturière de quartier.
      L'ourlet hipster, à l'ancienne, demande une machine spéciale, dite Union Special. En France y'a que repair jeans qui en fait. A ce moment l'usage veux que tu portes encore un revers histoire de montrer ton bel ourlet à 25 boules.

    • Revers ou pas revers alors ?
      Comme tu veux. Ça dépend de tellement de trucs, le plus important étant ton goût perso.
      Le revers permet de montrer la toile selvedge, l'ourlet en point de chaînette si t'es un hipster.
      Il a aussi une grande influence sur la perception visuelle de la jambe, pouvant la rétrécir, marquer la différence avec la chaussure, etc...

    • Ah, enfin, on parle de selvedge ?
      Ouais mais non. Je voudrais ajouter qu'il y a plein de méthodes pour faire un revers : simple, double, petit, grand. Pas de règles. C'est un jean nom de dieu, pas de prise de tête.

    • Mais le selvedge ?
      Bon, alors, le selvedge, c'est un truc pour pigeon. T'as Jules et Bershka qui fait un selvedge, c'est te dire.
      C'est une toile tissée sur de vieux (ou faux vieux) métiers, jadis synonyme de qualité, aujourd'hui un argument marketing.
      Une toile selvedge se reconnait facilement sur l'envers du jeans. Google Image it.
      Il y a de bonnes toiles pas selvedge. De mauvaises toiles selvedges. Même s'il y a cent fois plus de chances que la toile soit bonne si elle est selvedge.

    • Donc j'achète un raw selvedge denim sanforized dans lequel je suis un peu serré et avec du rab de longueur, c'est ça ?
      En gros, oui.

    • Mais je pige pas, parfois on a le choix de la longueur et parfois non ?
      C'est une décision de la marque. Les deux ont des inconvénients et des avantages, les deux correspondent aussi à des positionnements, vont dépendre de la culture du pays...
      Aux USA, dans une bonne boutique de denim, tu as une retoucheuse qui te fait des ourlets minute. En Europe sur le premium on aime bien avoir le choix de la longueur... longtemps la longueur 34 unique a été l'apanage du bas de gamme européen, mais là encore ça change (Celio fait trois longueurs désormais)... Une longueur unique, c'est contrôler parfaitement son jean en fonction de ses préférences (double/simple suff, stacking...), mais d'un autre coté, si vous avez une jambe à 29 et que vous prenez un jean tappered (cf. infra) à longueur unique 34, vous allez complètement changer la coupe avec un ourlet tombant 4 inches de tissu...

    • Et quelle coupe ?
      Ah, ça...

    • ?
      La réponse courte des blaireaux : semi-slim.

    • Et la réponse longue ?
      Comme toujours, c'est plus compliqué que ça.
      Une coupe a plusieurs caractéristiques : son rise, sa largeur et la forme de sa jambe. En schématisant, ces trois caractéristiques correspondent aux trois tiers d'un jeans : le haut, la cuisse et le mollet. Il y a aussi l'ouverture, qui correspond à la largeur du bas du jeans.

    • Le rise, c'est quoi ?
      Le rise, c'est la taille. Haute ou basse. Souvent moyenne ou basse de nos jours.
      La taille va influencer les proportions de votre bassin. Plus elle est haute, plus votre bassin semble petit, ce qui est souhaitable ou pas souhaitable selon vos proportions. Notez que si le haut de votre jean est caché (par un pull, par un tshirt), vous vous en tapez de la taille.

    • La largeur ?
      Un jean est plus ou moins prêt du corps, en particulier au niveau de la cuisse. C'est souvent exprimé par les termes confort, regular, slim et skinny. Mais le sens de ces termes varient. Un jeans regular, vous pouvez pincer un ou deux cm de tissu à la cuisse. Au dessus c'est confort. En dessous (mais vous pincez du tissu) c'est slim. En dessous (vous pincez rien) c'est skinny. Notez que ça va dépendre grandement de votre physique. Le fabriquant coupe pour un physique type.
      Si vous avez des cuisses très fines, un slim semblera regular, un skinny semblera slim, etc. Au contraire si vous avez des cuisses de footballeur, un confort semblera regular. Le choix sage, c'est un jeans ui semblera slim/regular sur vous. Peu de matière en trop.

    • La jambe ?
      A partir du genou, votre jambe peut s'élargir (flare, ou patte d'eph), ne pas bouger (droite) ou se resserrer (tapper, ou tappered.) A priori plus ça tapper, plus l'ouverture sera fine, mais ça dépend bien sûr d'ou vous partez : un droit qui part d'un skinny aura une ouverture plus fine qu'un confort qui tapper un peu.
      Ce que ça change ? L'ouverture déjà, et ce qu'elle implique (cf. infra), mais aussi la forme générale de la jambe. Plus ça tapper, plus ça va affiner la jambe et mettre en valeur les hanches. Ce qui là encore est une bonne ou une mauvaise chose selon votre physique. Un mec fin peut se faire une silhouette élancée, androgyne avec un jeans slim qui tapper... a lui de voir si c'est ce qu'il aime. Un mec un peu petit aux hanches larges qui se porte une coupe carotte (très tapper) pourra vitre ressembler à Gimli le clown.

    • L'ouverture ?
      La largeur du jean tout en bas, mesurée à plat.
      Attention, si la jambe n'est pas droite, l'ouverture change lorsque vous faites un ourlet !
      En plus d'être lié au tapper, l'ouverture influence les chaussures que vous pouvez porter. Là encore c'est pas évident :
      - l'ouverture de la chaussure joue
      - la taille de vos pieds modifiée par la forme de la chaussure

    • L'ouverture DE LA CHAUSSURE ?
      Ce qui faut pour la recouvrir. Une montante peut être recouverte par un jean à 19cm. Une paire de chaussures de skate à grosse languette ne sera jamais recouverte par le même jean. A vous de voir si vous voulez montrer vos chaussettes (ce qui, là encore, est une question de gout et de chaussure.)
      Ça peut se poser dans l'autre sens : si vous voulez que votre jeans s'arrête au début de vos montantes, il ne faudra pas le choisir en 21cm.
      Taille de pied, type de chaussure ?
      Déjà votre pointure et forme de pied. Plus l'ouverture est faible, plus le pied est mis en avant.
      Ensuite la chaussure est plus ou moins fine. Un richelieu pointu fait le pied long, des mocassins 180 Weston fait le pied court.
      Deux exemples extrêmes :
      Un grand aux petits pieds portant les dites Weston et un jean à 22cm : on ne verra presque plus ses pieds.
      Un petit au grand pieds portant des richelieu pointus et un jean à 18cm : ahahah Krusty.

    • Mais je prends quoi alors ?
      Pour un physique normal (mais qui est normal ?) :
      - taille normale, les fesses sont bien moulées
      - un peu de tissu à la cuisse
      - léger tapper
      - ouverture entre 19.5 et 20cm

    • J'achète quoi sous les cent balles ?
      - un Unbranded. Trois coupes. Quelques toiles. Par le créateur de Naked & Famous.
      - un Nudie, les modèles non selvedge. Plein de coupes.
      - un Gustin, kickstarté. Deux coupes. Plein de toiles. Délais à prévoir. Sizing bien strict.

    • J'achète quoi sous les deux cent balles ?
      - un APC. New Standard (regular, leger tapper) ou Petit Standard (Slim, tapper), indigo. Vanity size + détente forte.
      - un Naked & Famous. Fun et canadien. Pas mal de coupes. Des toiles originales. Leurs nombreuses collaborations sont souvent l'occasion d'avoir accès à des jeans japonais haut de gamme mais dans des coupes modernes.
      - un 3Sixteen. Du beau jean de puriste.
      - un Nudie Selvedge. Uniquement si tu as une coupe qui te va parfaitement parce qu'un poil reuch.
      - un Edwin. Plusieurs coupes et pas mal de choix.
      - un Japan Blue by Momotaro. la sous-gamme d'un très bon jeaner jap.

    • J'achète quoi au dessus de deux cent balles ?
      Si tu poses la question, t'as pas intérêt à y mettre autant.
      Un Samurai S710xx

    • Mais... mais... t'as pas parlé de la nationalité des toiles ?
      On s'en tape.
      Beaucoup dissertent sur les subtiles différences entre japonais et américains (délavage plus ou moins rapide, etc) mais c'est de l'enculage de mouche.
      Vous trouverez de la qualité aux USA (Cone Mill), en Italie et même en Turquie. On va dire que les italiens produiront des toiles plus originales, moins traditionnelles, et encore, on trouve du gris clair japonais.


    2. Chaussures

    • Entretien (George Sable)

      1. Conseils généraux

        Choussures à la crème. Le cuir est une matière dite « vivante » (la peau est morte, évidemment, mais les frottements et les échanges avec l'air ou les divers produits appliqués vont faire évoluer son aspect et aboutir à « la patine » tant recherchée) et donc fragile. Se contenter de mettre de la pâte de cirage (ce qu'on appelle couramment « cirage » et qui fait briller la chaussure) n'est par conséquent pas suffisant. Il convient de nourrir le cuir de temps à autre avec de la crème de cirage (environ tous les 1 ou 2 mois).
        Saphir en fait d'excellentes (Crème Surfine pour vos chaussures quotidiennes, Pommadier Médaille d'Or pour les plus belles), mais d'autres marques feront également l'affaire (Grison, etc.). Privilégiez les crèmes de couleur, qui approfondiront la couleur d'origine et éviteront de la délaver.
        L'application est simple : enfilez la chaussure sur un embauchoir (à défaut, bourrez la de papier journal sans intérêt. Un quotidien français, par exemple), nettoyez la avec une brosse ou un chiffon légèrement humide, puis mettez un peu de crème sur un bout de tissu et frottez le cuir avec. Pas besoin d'y aller comme une brute, contentez-vous de masser délicatement pour bien faire pénétrer le tout. Au bout de quelques instants, le cuir devrait devenir visiblement moins sec et plus souple. Laissez la chaussure reposer pendant quelques heures, puis frottez là vigoureusement avec une brosse en crin de cheval pour enlever l'excès de crème et éviter les tâches sur vos pantalons.

        Cire moi fort. Nous avons vu plus haut que le cuir est une matière délicate. Raison de plus pour ne pas utiliser de pâte de cirage bas de gamme. Les produits Kiwi et consorts sont extrêmement efficaces sur le court terme, mais leur secret réside dans l'utilisation massive de silicone : le résultat fait instantanément briller vos chaussures, mais laisse une couche totalement étanche qui aura vite fait d'étouffer et assécher le cuir. Choisissez donc des pâtes de cirage naturelles, composées de cire d'abeille et autres joyeusetés hippies (telles que les excellentes Pâte de Luxe ou Pâte de Luxe Médaille d'Or chez Saphir).
        Là encore, l'application est un jeu d'enfant. En laissant la chaussure sur son embauchoir, passez un rapide coup de brosse pour enlever les impuretés puis appliquez un peu de pâte avec un chiffon, en frottant de manière circulaire. Ne surchargez pas mais assurez-vous qu'une fine couche de pâte couvre l'ensemble de la chaussure (à l'exception de la semelle, bien évidemment). Vos chaussures ont maintenant l'air plus sales qu'au début ? C'est normal. Donnez de généreux coups de brosse : magie de la cire d'abeille, vos souliers brillent soudainement de mille feux. Et en bonus ils sont désormais (relativement) protégés contre la pluie. Pour encore plus de brillance, vous pouvez frotter un dernier coup avec une peau de chamois (qui n'a de peau de chamois que le nom, rassurez-vous).
        Inutile de répéter toute l'opération quand ce vernis s'amenuise. Un simple brossage un peu musclé avant de partir au bureau suffira à réchauffer le cirage, ce qui l'étalera sur la chaussure et la fera briller de nouveau. Et quand cela ne suffit plus, réappliquez une petite couche de pâte de cirage.

        Glaçage de raison. Mais peut-être que l'éclat de base de la pâte de cirage ne vous suffit pas ? Peut-être voulez-vous des émotions fortes, de l'amour enflammé ? Peut-être rêvez-vous secrètement que vos chaussures soient les John Travolta de la godasse et brillent comme une boule disco sur le dancefloor du Macumba ? Pas de panique, j'ai la solution. Il suffit de faire un glaçage.
        Après un cirage classique, prenez un morceau de tissu (le plus doux et lisse possible, par exemple un bas en nylon) et tendez le sur votre main, de manière à recouvrir le bout de deux doigts sans aucun plis. Mettez une toute petit dose de pâte de cirage, puis une goutte d'eau sur la pâte. Pour éviter d'en mettre trop, vous pouvez simplement tapoter du bout des deux doigts la surface d'un peu d'eau mise dans un verre. Appliquez ensuite ce mélange sur la chaussure, en effectuant des petits mouvements circulaires et sans trop appuyer. Dès que vous sentez que le tissu ne « glisse » plus aussi facilement, remettez un tout petit peu d'eau (ou expirez sur la chaussure, de façon à y déposer un peu de buée). Rajoutez un peu de cirage au fur et à mesure, toujours par petite dose. Au bout de quelques minutes (parfois un quart d'heure pour les débutants), vous devriez voir apparaître une surface bien plus brillante que le reste, presque réfléchissante. Continuez jusqu'à ce que vous ayez glacé l'intégralité du bout dur et qu'il ressemble à ça : http://imgur.com/ay1A9
        ATTENTION : le glaçage ne doit s'effectuer que sur le bout dur, c'est à dire la partie de la chaussure qui ne bouge pas, au niveau des orteils. Autrement, le glaçage sur des parties qui plissent sera fichu en quelques minutes.

      2. Pour du cuir gras (mdt) :

        Tu peux le traiter comme un box classique : crème et même pate. Auquel cas le cuir finira par ressembler à du calf. Un peu idiot à mon sens mais why not.

        Sinon tu te contentes de le graisser. Après avoir décrotté les chaussures (important, s'il reste de la poussière elle va pénétrer avec la graisse) tu appliques avec parcimonie ta graisse. Celle que tu as link, ou une graisse Dubbin... y'a des tas de produits plus ou moins forts en graisse. Tu as par exemple un liquide qui est moins violent. Sachant que plus le produit est gras, plus il a tendance à foncer le cuir, surtout clair. Si tu abuses comme un porc (graisse régulièrement et en quantité) le cuir finira même par foncer considérablement (mais perdra en nuances.)
        Bref, le produit Saphir avec parcimonie et tous les dix douze ports, c'est, on va dire, l'entretien classique. Il faut le faire une première fois à l'achat du soulier, tu ne sais pas combien de temps il a traîné en réserve. Pour les J&D ce n'est pas nécessaire vu qu'a priori elles arrivent directement du producteur.

      3. Pour le nubuck/daim (George Sable) :

        Le spray de Saphir est excellent, je l'utilise sur mes Viberg. Il nourrit et imperméabilise à la fois. J'ai pris l'incolore, qui ne laisse aucune trace blanchâtre après application. Personnellement j'utilise cette brosse qui marche du tonnerre. J'ai aussi la brosse crêpe, que je n'utilise pas des masses mais qui est probablement utile pour enlever des taches sur des chaussures de couleurs claires. L'éponge est plutôt réservées aux daims très fragiles.

      4. Quelques conseils de pro :

        • Ne portez pas la même paire de chaussures deux jours d'affilés. Laissez leur le temps de sécher, sur un embauchoir en bois non-verni (de façon à ce que le bois puisse absorber l'humidité), au moins 24h avant de les remettre. Deux paires de chaussures de qualité moyenne portées en alternance tiendront plus longtemps qu'une excellente paire de chaussures portée tous les jours.
        • Cirez vos chaussures avec de la pâte de cirage d'une autre couleur (par exemple du cirage bleu marine sur des chaussures noires) pour obtenir des couleurs plus profondes.
        • Occasionnellement (une fois tous les 3 mois est largement suffisant), nettoyez vos chaussures à fond en utilisant une crème riche (comme la Crème Universelle de Saphir). Appliquez avec modération, puis laissez reposer avant de brosser le tout. Il est également conseillé de le faire juste après l'achat, au cas où les chaussures que vous venez d'acquérir auraient passé un peu trop de temps à sécher dans leur boite.
        • Si vos pompes sont vraiment dégueulasses, un lavage en profondeur s'impose. Vous pouvez utiliser du savon pour sellerie (Saddle Soap Étalon Noir chez Saphir) ou, pour les taches vraiment tenaces, un détachant comme le Réno'Mat de Saphir. Attention, ces deux produits assèchent fortement le cuir (notamment le Réno'Mat, qui est plus ou moins le Heinrich Himmler des nettoyants) et il faut donc bien veiller à l'hydrater après coup avec une bonne dose de crème riche.

      5. Infos générales

        • Plein de très bonnes infos sur le Wiki du forum De Pied en Cap (attention toutefois, un montage Blake peut être de très bonne qualité si le savoir faire suit, l'article est donc à nuancer).
        • D'autres infos sur les différents montages des souliers ici.
        • Les défauts les plus fréquents sur les paires de chaussures.
        • Taille et fit des chaussures.
        • Structure des chaussures (structured/unstructured toe, lining, etc).
        • Petit cours sur le cirage des chaussures (RTS - 5:08).
        • Choisir la bonne taille :
          Citation Envoyé par CTC, La Chaussure sous toutes ses coutures
          Quelle taille choisir ?

          [...] Ne vous fiez pas aux tailles annoncées par les fabricants, les pointures varient d'une marque à l'autre.

          Pour savoir quelle taille prendre, mettez les chaussures, pliez les jambes et accroupissez-vous, en appui sur la plante des pieds. Dans cette position, où le périmètre à l'articulation métatarso-phalangienne augmente, l'avant-pied ne doit être ni comprimé, ni flottant. De plus, les orteils ne doivent pas butter à l'extrémité de la chaussure. En effet, n'oubliez pas que le pied gonfle pendant l'effort.

          Nous avons tendance à avoir un pied plus fort que l'autre, et nos deux pieds ne sont pas exactement symétriques. Il n'est pas rare de trouver des différences de plus de 4 mm de longueur entre nos deux pieds, et des écarts de plus de 5 mm sur le périmètre à l'articulation. C'est pourquoi il convient de toujours essayer les deux pieds.

      6. Fer et patin (George Sable)

        Ça n'est pas hyper complexe, mais il vaut mieux aller chez quelqu'un qui fait du bon travail. Pour le fer, notamment, demande bien un fer encastré vissé, qui ressemble à ça :


        Source : De Pied en Cap

        Et évite comme la peste le fer « haricot » cloué, qui ressemble à ça :


        Source : De Pied en Cap

        Les premiers sont intégrés harmonieusement à la semelle. Les deuxièmes sont laids, débordent de la chaussure et risque de se détacher. Assure toi aussi que les vis sont en laiton ou en inox et pas acier (ça rouille !).
        Quant au patin, demande bien un patin « crêpe », plus souple que les patins « Topy » basiques en caoutchouc très durs et rigides.

        Au total, compte environ 40€ pour du boulot bien fait.

        Pro-tip : porte tes chaussures 2/3 fois (par temps sec) avant de les apporter chez le cordonnier. Ça permettra de laisser le temps à la semelle de prendre sa forme définitive et d'éviter que le patin et le cuir s'assemblent mal.

      7. Fabrication



        Plein de très bonnes infos sur le Wiki du forum De Pied en Cap (attention toutefois, un montage Blake peut être de très bonne qualité si le savoir faire suit, l'article est donc à nuancer) et sur le billet de Jacques et Démeter.


    3. Chemises

    À savoir :

    • Dans le cas où vous opteriez pour du sur-mesure, il est fortement conseillé de prendre ses mesures sur une de vos chemises et non pas sur le corps, quitte à ajuster celles-ci de quelques centimètres après !
    • Chemises en lin (George Sable) :

      Ça peut être très beau, mais fait très vite cheap. Et c'est une horreur en termes de froissage. Un bon compromis se trouve dans les mélanges lin/coton. 30% de lin suffit amplement pour rendre la chemise compatible avec les grosses chaleurs.


    4. Polos

    • À savoir : (blueray, Krogort, Mdt)

      - Polo de RL : tiennent plutôt pas mal, les couleurs tiennent bien et surtout la coupe est chouette. Le col est pas top par contre (se gondole vite -mais ça peut venir du fait que je les repasse pas!)
      - Ben Sherman : couleurs sympas, mais j'ai l'impression qu'ils s'agrandissent après les lavages.
      - Fred Perry : pareil que ci-dessus, + le col qui est très fragile et a du mal à garder sa forme après plusieurs lavages
      - Esprit : bon rapport qualité/prix, avec une coupe cintré chouette (à choper en solde)
      - Abercrombie : NICKEL! J'ai été très agréablement surpris de la qualité. La toile est épaisse et douce, le col est également assez épais + renforcé là où il y a les boutons, ce qui fait qu'il se "tiens" bien, même après mutliples lavages. La coupe est aussi chouette. Deux problèmes : faut aimer le choix des couleurs/assortiements, et les prix sont beaucoup trop élevés en europe (70€).

      L'été dernier j'ai acheté 2 polos Lacoste, 2 Fred Perry et 2 Ralph Lauren.
      Les Ralf Lauren sont ceux qui ont le mieux tenu, suivi de prés par les Lacoste et enfin les Fred Perry ont légèrement délavé et sont assez reches.

      Les Ralf Lauren sont dans un tissus assez épais cela dit donc ça pourrait expliquer pourquoi ils tiennent bien. Par contre les cols sont très rigides et partent n'importe comment. Et attention a bien prendre les Slim Fit sauf si tu es un Américain obèse, coupe légèrement resserrée et surtout l'avant et l’arrière sont sensiblement a la même longueur.
      Mes préférés restent les Lacoste cela dit, le tissus est assez fin, ils sont facile a repasser, le col a pile la bonne tenue et même si c'est plus ce que c’était ils vieillissent pas si mal que ça.

      Tommy Hillfiger je sais pas si ils font des coupes Slim sur les polo mais en boutique les Polo (et chino) sur les mannequins sont remplis d'épingles pour les faire paraître plus ajustés. Alors que c'est de la coupe ultra large pour Américain bedonnant.

      Un polo, c'est :

      - soit avec un logo, auquel cas Lacoste, Lacoste ou Lacoste. Ils ont inventé le polo, ils sont légitimes. Le polo Lacoste se porte avec un crocodile vert (les autres couleurs sont hérétiques) et si possible avec un petit coté délavé snob.

      - soit sans logo, auquel cas qu'importe.

      Si t'as du fric, choix 1. Sinon choix 2.

      Attention, pour porter un polo il faut avoir un physique de tennismen des années 30, c'est à dire sportif mais pas monstrueux. Les crevettes portent des chemises, les mecs qui abusent de la whey ressemblent à rien donc osef.

      La qualité de Lacoste est sinusoïdale. C'est une marque maniaco-depressive qui se sent plus pisser, démultiplie les collections et sacrifie la qualité, se casse la gueule, devient humble, se ressert autour de bons produits en petite quantité, a de nouveau du succès, se sent plus pisser, ad lib.

      En ce moment ils sont sur la pente descendante.


    5. Manteaux

    Chaud et imperméable, plutôt parka.
    Tout ce qui est laine (pardessus, caban, duffle ou veste façon Filson) sera chaud mais pas vraiment shower-proof. La bonne laine est hydrophobe, de quoi se prendre une averse sans être trempé, mais pas une vraie pluie.
    La parka, c'est en général du coton (gabardine ou waxé) ou du synthétique à l'extérieur, donc plus imperméable, et une doublure à l'intérieur (duvet, synthétique...)
    Le désavantage de la parka, c'est que c'est moins habillé et généralement moins flatteur pour la silhouette.

    Léger, plutôt coton, ou alors laine légère type blazer. Là encore le coton peut être une gabardine ou waxé pour l'étanchéité : trench-coat dans le premier cas, waxed façon Barbour ou chore-coat dans le second. Ou du coton classique, par exemple le Doyle d'Epaulet. Le coton est mois formel, le blazer en laine l'est plus. Tu as aussi des shell techniques qui sont imperméables et respirantes, un peu l'équivalent de la parka mais en plus light. Selon ta taille tu peux t'orienter vers les pièces longues (mi-cuisse) ou courtes (blouson.)

    Le cuir a l'avantage de pouvoir prendre la pluie (mais pas trop souvent) et de bien isoler, il est donc assez polyvalent.

    Pour une Parka ou les shells, regarder Dunderdon, mais aussi Fjallraven, Patagonia, ce genre de marques un peu techniques.
    Caban, pardessus, Blazer tout le monde en fait.
    Blouson, Commune de Paris a souvent des trucs sympa.
    Vestes en coton waxées ou non, les marques un peu workwear/casu, par exemple Bleu de Paname.
    Duffle-coat, la référence classique c'est Gloverall, mais il faut faire gaffe aux différentes gammes.

    Dans tous les cas, si laine, ne pas prendre sous les 80% de naturel, sauf mélange très technique. (Mdt)



    6. Matières, tissage et tricotage

    1. Lexique

      Voir le lexique des tissus I et II sur le blog For the discerning few.

    2. Conseils généraux

      Du plus casual au plus formel (dans le cadre d'une réponse de Mdt sur Jomers) :

      Formes :
      cinq poches < chino

      Tissage :
      ripstop < piqué < canvas < reserve sateen < moleskine < brushed twill < twill < military twill

      Matière :
      Lin < lin coton < coton

      Méthode de la couleur :
      Enzyme < garment dyed < piece dyed < yarn dyed

      Couleurs :
      original < bleu clair < olive clair < blanc < beige < olive foncé < marine < gris < marine foncé < anthracite

      Pour porter au taf, un twill fera toujours l'affaire.
      Après c'est aussi la matière la plus facile à trouver (souvent sous le nom de gabardine en France).

    3. Mailles

      Quelques indications générales sur les mailles (merci à Mdt) :

      • Tricot : matière qui est tricotée. Par opposition au tissu, qui est tissé. On tricote à la main ou sur un métier à tricoter. On tisse sur un métier à tisser.
      • Maille : un tricot est composé de mailles. Imaginez une cotte de maille par exemple pour bien visualiser. Le tricot, c'est l'ensemble de la cotte. La maille, c'est la petite pièce individuelle.
      • Jauge : le nombre de mailles dans un pouce. Plus la jauge est élevée, plus il y a de mailles dans un pouce, donc plus chaque maille est petite. C'est traitre : petite jauge = grosse maille, grosse jauge = petite maille. Une épaisseur Bompard c'est genre du 12 pour un classique, 16 pour un extrafin.
      • Point : la manière de tricoter la maille. Le plus connu, c'est le point jersey, qui forme de petits 'V' sur l'endroits et de petites vaguelettes sur l'envers.
      • Fil : la matière première. Un fil que l'on mets sur l'aiguille à tricoter en gros. Le piège, c'est que ce fil est très rarement composé d'un unique brin. Dans la majorité des cas, on a deux brins qu'on enroule l'un sur l'autre pour donner un effet de torsion (on retrouve ça dans le double retors en tissage), c'est ce qu'en cachemire français on va appeler 2 fils. Les anglo vont utiliser PLY, même si ce n'est pas tout à fait pareil.
      • x fils : plus tu tricotes une grosse maille, plus le fil doit être épais. Sinon tu te retrouves avec une véritable cotte de maille pleine de trous, les mailles étant peu épaisses et très espacées. Donc soit tu choisis un fil de moins bonne qualité (plus épais, par exemple une laine d'agneau à la place du cachemire), soit tu augmentes artificiellement la taille de ton fil en enroulant plus de 2 brins. C'est le 4fils, 8 fils, etc. La qualité n'est pas supérieure au 2fil, c'est juste un fil plus épais pour tricoter des mailles plus grosses.
      • Titrage : la qualité de ton fil, exprimée par yy/x, ou x indique le nombre de fils et yy l'épaisseur. La division des deux donne le nombre de mètres pour avoir un gramme de matière. Donc plus yy est élevé, plus le fil est de qualité.

    4. Laine (Mdt, MrBeaner)

      Seule la laine de première qualité provenant de la tonte d’animaux sains et vivants peut être dotée du label « Woolmark ». La désignation "laine vierge" correspond à un produit auquel on n’a ajouté que 7 % au maximum d’autres fibres, tandis que pour la pure laine vierge ce pourcentage est ramené au maximum à 0,3 % d’autres fibres. Les désignations 100 % laine, pure laine ou laine peuvent correspondre à une laine de moindre qualité ou à de la laine recyclée.

      Bonne laine mérinos > mauvais cachemire.

      Pour les pulls en laine délicats, il est bon de les laver dans un filet. Bompard en vend pour 5 €, mais ça se trouve un peu partout (attention à ce que la maille du filet ne soit pas trop large). Une taie d'oreiller fait aussi l'affaire.

    5. Cachemire

      • Lavage : (George Sable)

        Étonnamment, le cachemire est une laine qui ne craint pas particulièrement l'eau. Les lavages successifs peuvent même adoucir la fibre, à condition qu'ils soient fait correctement. La première fois se fait de préférence à la main, avec de l'eau froide et très peu de lessive pour laine. Les suivantes peuvent ensuite se faire en machine, toujours dans un filet, à froid, avec un programme délicat, un minimum d'essorage et sans autre vêtement aux tissus plus rugueux et potentiellement « abrasifs » (comme, par exemple, du denim). Faites ensuite sécher à plat sur une serviette, en retournant le pull de temps à autre.

        Dans tous les cas, utilisez uniquement de la lessive pour laine et en petite quantité ! La lessive « standard » contient des enzymes, qui ont pour rôle de bouffer les protéines (par exemple, celles de la tache laissées par votre kébab). Manque de pot : à la différence du coton qui n'est ni plus ni moins que de la cellulose, la laine est constituée de protéines (tout comme la soie, les plumes et tous les poils d'animaux en général). Une lessive lambda aura donc vite fait de massacrer vos vêtements en mérinos/cachemire/alpaga/mohair (et autres laines dont l'énumération serait longue et fastidieuse), en boulottant peu à peu la matière même des dit-vêtements. Sur un pull, qu'on lave assez rarement par définition, les effets mettront évidement du temps à devenir visible, mais utiliser une lessive non-adaptée aura rapidement raison des chaussettes en laine lavée après chaque port. Adieu Doré Doré, bonjour chagrin.

        Certaines lessives pour laine (comme celle que j'utilise) contiennent également de la lanoline, c'est à dire du gras naturellement présent sur la laine avant la tonte. Cela permet de renouveler la lanoline enlevée par les lavages successifs, ce qui « hydrate » et adouci la laine tout en lui rendant ses propriétés hydrophobes (celles qui font que la laine vous protège de la pluie et vous évite de transpirer comme un goret).


    7. Guide des tailles

    Les canards ont mis en place un Guide des tailles participatif sous forme de Google Spreadsheet. Il est encouragé de le compléter en faisant une demande d'accès pour pouvoir l'éditer.

    A propos du sizing Common Project :

    Citation Envoyé par Mdt Voir le message
    C'est le bordel chez CP.
    La Achille Original, c'est le premier modèle. Taillent grand, mais étroit, donc certains ne size down pas.

    Ensuite il y a la Achille Retro. Facile à reconnaître à sa semelle (moins épaisse), sa couture sur les côtés arrière et sa forme plus ronde. Elles sont un peu plus longues et plus larges que les originales.

    Ce sont les deux shapes.
    Le piège, c'est que chacune des deux peut être indiquée "premium". En général ça veut dire qu'un cuir plus évolué est utilisé. Une premium sur base retro taille comme une retro. Une premium sur base original taille comme une original. Mais la saison dernière, ça voulait aussi dire qu'il pouvait y avoir une semelle crantée. Surtout sur la premium sur forme retro.

    Et désormais, il y a les super ! C'est juste la semelle crantée, mais sur une forme original. Mais elles sont pas vendues comme "premium."

    Si on ajoute les New Court (nouvelle forme proche des Achille), les Achille Special Edition (cuirs exotiques mais pas toujours), les Achille strap (à fermeture scracth)... bah

    Sans parler des autres modèles... désormais il y a la Bball "retro" qui côtoie la Bball classique mais ne taille pas du tout pareil !

    Si tu fais un 43 avec un pied large, je te conseille de viser des Achille Retro en 42, des BBall (non retro) en 42 ou des Original en 43 (qui seront longues du coup.)

    Les Tournament j'ai jamais pigé leur positionnement, d'autant que cette année ils ont changé la shape pour en faire un clone de Vans Era.

    7. Les cols

    Citation Envoyé par Mdt Voir le message
    J'adore le col officier perso. Sauf qu'en pratique tout le monde l'appelle col Mao.

    Pour moi, un col officier, c'est ça :



    Ce que les anglais appellent "grandad collar" : une bande de tissu fermée par un bouton.

    Le col officier, pour pas mal de douchebag qui fréquentaient le forum Frenchtouch il y a dix ans, c'est ça :



    C'est à dire un col officier avec une bande de plus.

    Les marques de douchebag vont même jusqu'à considérer le col inversé comme un col officier :



    Le col inversé, c'est quasiment indissociable de Dior.

    Le col Mao, le vrai, n'a pas de bouton :



    Alors vous allez me dire, c'est quoi la différence entre la photo 2 (pseudo col officier) et la photo 4 (col mao) ? Dans un cas il y a un pied de col boutonné, dans l'autre c'est le bouton de la gorge.


    Bref, perso, ce que j'aime, c'est le "vrai" col officier, celui que tout le monde appelle Maro : une bande de tissu, un bouton.
    Le "faux" col officier, celui des Douchebag, peut être sympa, mais il sort tout de suite la chemise du registre purement casual pour rentrer dans une sorte de casual chic soirée. Tant qu'à faire je préfère un vrai Mao, quitte à assumer un esprit un peu orientalisant dans la coupe de la chemise (boutons recouverts de tissu par exemple.)

    Chez les anglais, c'est plus simple :
    band collar => toute cette grande famille de col construit sur une bande de tissu
    grandad => col officier, avec un bouton
    mandarin => col mao, sans bouton
    On trouve d'autres variantes. Par exemple avec une extension, comme cet hiver chez Eidos Napoli :



    Dernier point, on peut aussi avoir un col tunisien sur une chemise, soit une absence de col :



    Si on a juste une couture à bord.

    edit : on trouve aussi, comme pseudo col officier, des horreurs comme :



    Merci Spike.
    Franchement je ne crois pas qu'on puisse appeler ça un col...
    Dernière modification par eKaps ; 16/08/2017 à 19h33. Motif: Màj : Ajout du chapitre "col"
    Citation Envoyé par Franckii Voir le message
    Tu verrais ma vie, tu en serais très étonné. Là je suis entrain de lire Peleliu 1944 the forgotten coin of hell en écoutant la BO de la Ligne rouge tout en sirotant une bonne vieille chimay triple.

  3. #3
    Sommaire de l'OP




    III. Les costumes

    Sommaire de la troisième partie

    1. Entoilé, semi-entoilé ou thermocollé ?
    2. Illustrations


    1. Entoilé, semi-entoilé ou thermocollé ?

    Vous aurez souvent l’occasion de tomber sur les adjectifs « thermocollé », « entoilé » ou « semi-entoilé » associés à une veste de costume. Ces termes désignent une des étapes cruciales dans la fabrication d’une veste : celle visant à lui donner sa structure. Ci-dessous est partiellement reproduit l’article de Julien Scavini issu de son blog Stiff Collar. Le schéma illustratif lui est également emprunté. Le reste des précisions sont issues du blog Made By Hand. Merci à eux pour ces ressources.

    Pour fabriquer un costume, que ce soit en confection ou en grande mesure, il faut disposer contre le lainage du devant de la veste, une toile de corps (ou toile tailleur). Cette toile, traditionnellement en laine grossière spécialement tissée pour cet usage, permet de rigidifier les deux devants, de leurs donner du corps et de la structure. Sur cette toile, qui va de l’épaule au bas de veste reposent: les épaulettes, les plastrons de poitrine, les revers, les poches etc… Cette toile est l’armature du veston. Appliquer celle-ci est une étape délicate, particulièrement sur les tissus à rayures, que l’on appelle ‘mise sur toile’.

    Le plus courant dans le commerce est de sauter cette étape en thermocollant l’ensemble du devant (de coutures à coutures), y compris le revers, avec une toile thermocollante. Cette fine résille, souvent synthétique, est enduite de résines qui fondent sous l’effet d’une presse chauffante (ou d’un fer à repasser) pour adhérer au lainage. C’est une méthode rapide, mais qui ne dure pas dans le temps, la toile se décollant à la suite des différents lavages et surtout de la vapeur qui font pocher le tissu (apparition de bulles sous le lainage). Il n’est donc pas conseillé d’envoyer sa veste thermocollée trop souvent au pressing.


    Thermocollé

    • Les avantages : méthode rapide, simple et bon-marché.
    • Les inconvénients : rigidifie légèrement la veste et n’est pas aussi structurant que les fibres animales. Les revers de la veste peuvent donc sembler un peu plats. Un risque de décollement existe, d’autant plus si la veste est mal confectionnée.


    La deuxième méthode, qui est la plus courante chez les confectionneurs de demi-mesure haut de gamme, est l’entoilé semi-traditionnel. Il consiste à créer un vrai plastron, avec diverses couches, comme le bougran ou le crin de cheval, sur la toile de corps. Mais il s’agit d’une toile particulière, enduite en bas de la veste et aux revers de résines thermocollantes. Les plastrons sont donc flottants, comme en grande mesure, mais le reste adhère au lainage, et le solidarise. La plupart du temps, il n’y a même pas de toile de corps et les plastrons sont placés au-dessus de la résille thermocollante qui couvre tout le devant. C’est le cas de pratiquement tous les costumes en prêt à porter haut de gamme en dessous de 1200€. Il existe également une offre de semi-entoilé avec des revers brochés au fils.


    Semi-entoilé

    • Les avantages : moins onéreux que la confection traditionnelle, moins sensible à l’humidité que le thermocollé et bonne tenue des revers.
    • Les inconvénients : Rigidifie légèrement la veste et un risque mesuré de décollement existe toujours.


    Enfin, la troisième méthode, la plus chic, celle qui est quelque fois appelée « confection traditionnelle », utilise une toile de corps, sur laquelle sont aussi additionnés des plastrons et qui est flottante jusqu’en bas. Dans cette technique, les revers sont brochés avec des fils aux points de chevrons (et non thermocollés) avec une machine appelée Strobel. C’est la méthode la plus durable, que peu d’usines réalisent bien que la demande soit de plus en plus importante. Ces pièces sont coûteuses à réaliser, et donc à acheter, mais durent plus longtemps. C’est ce qui se rapproche le plus de la grande mesure traditionnel, le terme étant ici plus adéquat.


    Entoilé

    Si les puristes insisterons souvent que c’est la seule construction valable, il n’est pas conseillé pour un débutant de partir sur une construction traditionnelle d’emblée, a fortiori si ces moyens sont limités. Le semi-entoilé reste la meilleure alternative tandis que le thermocollé sera à privilégier pour les petites bourses.

    • Les avantages : les fibres animales structurent très bien l’avant de la veste. Il n’y a aucun risque de décollement ou de formation de bulles puisque rien n’est thermocollé.
    • Les inconvénients : infrastructure et main-d’œuvre onéreuse. Un entoilage mal réalisé est souvent impossible à rectifier une fois la veste terminée.

    Distinguer et reconnaître en pratique ces différentes constructions peut se révéler ardu, particulièrement en ligne où certains sites ne précisent pas ce genre d’information. Le test le plus courant est celui dit du « pincé » : il s’agit de pincer la veste au niveau de ses boutons afin de pourvoir sentir une éventuelle couche entre le tissu et la doublure. Si vous sentez une troisième couche, c’est que la veste est entoilée. Le test n’est en revanche pas pertinent pour du semi-entoilé puisqu'il n’y a pas d’entoilage dans la partie basse de la veste. Sans accès à l’intérieur de la doublure, votre seul moyen de le reconnaître et de vous adresser à un vendeur ou de poser la question à des plus habitués.

    2. Illustrations





    Dernière modification par eKaps ; 08/12/2016 à 14h17.
    Citation Envoyé par Franckii Voir le message
    Tu verrais ma vie, tu en serais très étonné. Là je suis entrain de lire Peleliu 1944 the forgotten coin of hell en écoutant la BO de la Ligne rouge tout en sirotant une bonne vieille chimay triple.

  4. #4
    Sommaire de l'OP



    IV. Cosmétiques et soins

    Sommaire de la quatrième partie

    1. Introduction
    2. La douche
      1. Le visage
      2. Le corps
      3. Les cheveux
    3. Le déodorant
    4. Les soins


    1. Introduction - Le guide du canard qui se lave plus que son jeans

    Merci à Shub Lasouris pour la rédaction de ce guide.

    Le Selvedge, le cachemire et les Red Wings c’est bien. Mais avouez qu’une peau sèche et quelques boutons peuvent rapidement gâcher le swag acquis à la sueur des bons plans du net et des ventes privées parisiennes.
    Les produits cosmétiques ont souvent, à nos yeux, fait parti de l’univers féminin. Seulement quand on mesure la densité des coutures de sa paire de jeans, on peut au moins faire l’effort de nettoyer son visage correctement. Attention, on ne parle pas de maquillage, d’anti-cernes ou de serum contre les rides ici. Nous allons aborder la base, c’est-à-dire la façon de nettoyer et d’hydrater efficacement notre peau. Enfin, à l’image des fringues, il n’est pas nécessaire de dépenser tout son salaire dans un pot de 50 mL de crème et l’adage « Canard radin, Canard malin » peut tout à fait s’appliquer aux produits cosmétiques.

    2. La douche

    Normalement, le canard de 2014 se lave au moins une fois par jour. Et comme on est pas des sagouins, on lavera de manières différentes le visage, les cheveux et le reste du corps (à la limite si vous le souhaitez, vous pouvez accorder un soin particulier à vos couilles avec des produits adaptés).

    a. Le visage

    C’est simple, on oublie le savon et le gel douche. La peau du visage est fragile, surtout si on la rase régulièrement. De plus, les saletés accumulées au cours de la journée ont tendance à bien s’incruster et il va falloir des produits adaptés pour virer tout ça sans irritation. Je conseille ici un gel (légèrement) moussant, nettoyant pour visage. Le gel a l’avantage de prendre peu de place (donc on en a plus dans le pot) et d’être facile à doser.

    • Lequel acheter ?

      Pour cette application, je privilégie la marque Nivea avec ce produit. C’est pas cher (6€ env.) et ça se trouve dans tous les supermarchés.
      Bien plus cher vous avez le nettoyant de chez Baxter. Pas sûr que ça soit beaucoup mieux, par contre sûr et certain que c'est deux fois plus cher et que ça se trouve quasiment que sur internet en dehors de Paris.


    • Comment l’utiliser ?

      Une bonne noisette matin et/ou soir dans la main et ensuite on se masse doucement le visage en faisant attention de ne pas s’en foutre dans les yeux. Pas besoin de laisser agir, on rince bien tout de suite.

    b. Le corps

    Savon ou gel douche ? Y’a pas de règle, chacun ses goûts. Sachez cependant que l’idée qu’un produit lave mieux parce qu’il mousse beaucoup est fausse. Ensuite un savon ne désinfecte pas. Le savon emprisonne les saletés à la surface de la peau et ces dernières finiront dans l’eau de rinçage. Par conséquent, se laver en prenant un bain n’est pas ce qu’il y a de plus hygiénique.

    • Quel produit acheter ?

      Évitez les marques comme Le Petit Marseillais même si leurs produits sentent bon, Dop, Ushuaia…
      Je ne dis pas que vous allez forcément vous retrouver avec les bras d'un lépreux en utilisant ces produits. Juste que vous risquez davantage d'avoir la peau sèche avec eux qu'avec ceux que je vais citer.
      Prenez de préférences des savons et gels douche surgras qui dessécheront moins la peau. Vous pouvez vous tourner vers des produits disponibles en parapharmacie comme Roger Cavailles par exemple. Mais comme on est radin, on peut très bien faire un saut chez Carrouf et choper un gel douche Cadum. Je conseille notamment la gamme Cadum surgras et la gamme Cadum Thermal Peaux sensibles.
      Sanex fait également d’excellents produits, dans toutes leurs gammes mais privilégiez toujours le surgras.

    c. Les cheveux

    Le spécialiste du cheveux grand public c’est L’Oréal. Votre femme, copine, mère, sœur, cousine… ne jure que par Kérastase, c’est mérité.
    Autant en ce qui concerne le visage et le corps, je conseille de prendre ce qu’il y a de moins cher parmi les marques que j’ai conseillées, autant pour les cheveux il faut accepter de dépenser un peu plus mais on s’y retrouve ensuite.
    Vos Fructis, Dop qui pique pas les yeux, Elsève, Petit Marseillais… Poubelle ! D’une part ça abîme le cheveu en y déposant un film qui le rend "beau" artificiellement pour mieux l’assécher. Et d’autre part ça risque même de provoquer une irritation du cuir chevelu. Non en fait vos enfants n’ont pas de poux, ils se lavent les cheveux avec Dop à l’abricot.
    Vous pouvez tenter la gamme au-dessus avec des shampoings L’Oréal professionnel mais je conseille de passer directement chez Kérastase tant le gap qualitatif vaut le coup.

    Avant tout, il faut connaître son type de cheveux pour utiliser le bon produit.


    Si vous avez beaucoup de pellicules, c’est lié au dessèchement du cuir chevelu, parfois lié à l’utilisation d’un mauvais shampoing. Du coup le problème a des chances d’être résolu avec l’utilisation de meilleurs produits.
    Si malgré ça, les pellicules persistent, on se prend le champion du monde de l’anti-pelliculaire à savoir ce bon vieux Head & Shoulders mais il ne faudra pas l’utiliser à chaque shampoing et alterner avec un produit de meilleur qualité. H&S est quand même assez agressif pour la tignasse.

    Vous allez me dire que dépenser quasiment 20€ dans un shampoing est inconcevable. D’une part, pensez au fric que vous seriez capable de foutre dans un Momotaro, d’autre part sachez qu’un shampoing de qualité s’utilise en petite quantité.
    Un shampoing tous les deux jours et une petite noisette de produit à chaque fois suffisent amplement si vous avez les cheveux courts. Vous verrez qu’un pot de Kérastase vous fera 6 mois et vous dépenserez probablement autant qu’avec un Fructis tout liquide pour un résultat bien meilleur.


    3. Le déodorant

    Maintenant qu’on sort tout propre de la douche, on va foutre un peu de déo pour éviter de sentir le furet au curry en fin de journée.
    Mettons les choses au clair : la sueur ne sent RIEN dans l’absolu. Les mauvaises odeurs sont dues à la dégradation de la sueur par des bactéries présentes à la surface de la peau. C’est la raison pour laquelle une bonne hygiène des aisselles commence sous la douche et permet déjà de fortement diminuer les odeurs. En clair, ça ne sert à rien de vous foutre trois tonnes de déo si vous ne vous êtes pas lavé depuis 5 jours.
    Il existe 3 types de déodorants :

    • Les premiers ne servent qu’à masquer l’odeur de la transpiration par du parfum. Ils ne contiennent ni sel d’alu ni alcool. Ils sont assez neutres pour la peau.
      Ya le choix et pas vraiment de marque à conseiller en particulier ici.
    • Les seconds sont bactéricides c'est-à-dire qu’ils vont tuer les bactéries présentes à la surface de la peau mais ne vont pas empêcher le phénomène de sudation. En gros, on transpire mais on pue pas. L’actif qui réglera leur compte aux bactéries est généralement l’alcool.
      J'aime bien le Narta homme classique avec son parfum sympathique.
    • Enfin nous avons les anti-transpirants. Ceux là ont le double effet kiss cool. Ils contiennent des sels d’aluminium qui vont faire rétrécir les pores de la peau et bloquer le phénomène de sudation. En plus de cela, les bactéries ne résistent pas longtemps aux sels d’aluminium. En résumé, on ne transpire pas. Donc on pue pas.
      Si vous ne voulez pas transpirer je vous déconseille fortement les déos Nivea Men. Je ne sais pas comment ils se démerdent mais je transpire quand même en été avec ceux-là malgré les sels d'alu.
      Le top du top, celui qui vous fera rester au sec dans votre doudoune au milieu du Sahara, c'est la gamme Rexona Cobalt.

    Tout ceci est évidemment trouvable en supermarché.

    Il faut savoir que les sels d’alu sont dans le collimateur depuis longtemps même si leur nocivité à long terme n’a jamais été prouvée. Sachez cependant que la sudation sert à refroidir la surface de la peau en cas d’augmentation de la température. Et comme tout phénomène naturel, il me semble de bon ton d’éviter au maximum d’interférer. Je conseillerais donc l’utilisation de ce type de déos lorsqu’il fait très chaud ou lorsqu’on sait qu’on risque de transpirer fortement (entretien par exemple). En hiver on peut largement se contenter d’un déodorant tout simple voire de rien du tout si on ne transpire pas plus que ça.

    Un petit mot sur le parfum dans les déodorants. A moins que l’odeur vous incommode, sachez qu’un produit parfumé n’est pas plus irritant qu’un produit qui ne l’est pas. En effet la réglementation concernant l’utilisation des matières premières dans les parfums pour déo est l’une si ce n’est la plus contraignante. On ne formule pas un parfum de déo comme on formule un parfum de désodorisant pour chiotte, soyez rassurés.


    4. Les soins

    Revenons au visage maintenant en allant un peu plus loin. Le nettoyage est une chose, l’hydratation en est une autre. Je conseille donc à chaque canard digne de ce nom d’utiliser un soin pour le visage. La première chose à faire est d’identifier la nature de notre peau :

    • Grasse: excès de sebum et apparition régulière de boutons, peau qui brille…
    • Sèche : peaux mortes autour de la bouche, sur le front et au niveau des arêtes du nez…
    • Mixte : tous ces symptômes en même temps

    Heureusement le type de peau est quasiment toujours précisé sur l’emballage des produits.
    Pour les peaux grasses je conseille Biotherm Aquapower. La formule est très peu grasse, légèrement matifiante. Elle pénètre vite et ne laisse pas de sensation grasse sur la peau. Ça se trouve plutôt en parapharmacie et c'est un peu cher (30€).
    Sinon il y a le L'Oréal Men Expert Hydra Sensitive trois fois moins cher et trouvable en supermarché. Il est également assez matifiant donc parfait pour les peaux grasses.


    • Pour les peaux mixtes, les produits que je conseille pour peaux grasses font généralement l'affaire.

    Dans tous les cas, la crème est à appliquer matin et/ou soir sur peau nettoyée. On en met pas des tonnes, une bonne noisette suffit et on masse le visage ensuite. Vous pouvez même utiliser certaines de ces crèmes en après-rasage sans problème.

    Un petit mot pour une crème pour les mains très utile si on a oublié ses gants cet hiver : la Neutrogena concentrée.
    Attention c'est gras donc à utiliser plutôt le soir pépère à la maison mais ça nourrit un truc de fou.

    Voilà, je pense que ce petit pavé est un bon point de départ pour prendre un minimum soin de sa peau. A part pour les shampoings, il n’est pas nécessaire d’investir énormément dans les soins pour homme et les produits trouvables en grande surface suffisent largement pour la plupart des types de peau. En cas de problème plus sérieux, il vaut mieux consulter un dérmato plutôt que de se ruiner en produits plus chers.
    Et quoi de mieux qu’une peau saine et lumineuse pour mettre en avant son Bompard acheté à vil prix ?
    Dernière modification par eKaps ; 08/12/2016 à 14h17.
    Citation Envoyé par Franckii Voir le message
    Tu verrais ma vie, tu en serais très étonné. Là je suis entrain de lire Peleliu 1944 the forgotten coin of hell en écoutant la BO de la Ligne rouge tout en sirotant une bonne vieille chimay triple.

  5. #5
    Sommaire de l'OP



    V. Rasage

    Sommaire de la cinquième partie

    1. Introduction
    2. Le matériel
      1. Un rasoir de sécurité
      2. Des lames
      3. Un blaireau
      4. Du savon ou de la crème de rasage
      5. Un bol de rasage
      6. Une pierre d'alun
      7. Un crayon hémostatique ou crayon de rasage
      8. De l'after-shave
    3. Le rituel
      1. Préparation du terrain
      2. Monter et appliquer la mousse
      3. Rasage proprement dit
      4. Finalisation
    4. Choisir sa tondeuse
    5. Le rasage au coupe choux
      1. Pourquoi choisir un coupe choux ?
      2. Comment choisir un coupe choux ?
      3. Mais l'entretien alors ?
      4. Et j'ai besoin de quoi d'autre ?
      5. Je suis torse-poil devant mon évier, je fais quoi ?
      6. Conclusion


    1. Introduction - Le guide du métro bien rasé

    Merci à Skiant et RockOla pour la rédaction de ce guide.

    Si vous en avez marre de payer des fortunes pour des lames de rasoir, que vous trouvez que vous n'êtes jamais bien rasé, que vous voulez transformer une corvée en rituel appréciable voire un peu de tout ça à la fois, la solution passe par le rasage à l'ancienne.

    Disclaimer - Une bonne partie de ce guide est composé de conseils glanés sur le Wet Shaving Megathread de Something Awful ainsi que les vidéos de Mantic59. Si l'anglais écrit et parlé ne vous pose pas de soucis, n'hésitez surtout pas à aller directement à la source.

    2. Le matériel

    Pour entrer en beauté dans le club très select des hommes qui se rasent comme des vrais, il faut bien évidemment commencer par le matériel. Un kit de démarrage est disponible sur shaving.it et est extrêmement bien fourni pour 50€. Ils expédient d'Irlande à des prix super raisonnables et ont un paquet de marques et d'accessoires vraiment cool.

    Dans l'absolu, votre étagère dans la salle de bain devrait contenir ça :

    a. Un rasoir de sécurité

    Si vous avez pris l'habitude des dernières « innovations » de Gilette ou Wilkinson, ce sera votre premier choc. Ici, pas de manche en composite aérodynamique avec vibreur intégré, pas de multiplication des lames, pas de loupiotte qui clignotte. On parle d'un manche simple et d'une tête destinée à accueillir une seule lame.

    Marques populaires : Merkur, Parker, Edwin Jagger, Feather.

    Je ne conseille pas le système "papillon". Certes plus simple pour insérer la lame et nettoyer la tête, ce n'est pas le système le plus sécurisant : si le rasoir n'est pas super bien fini (Parker, pour ne pas les citer), la lame n'est pas parfaitement plaquée contre la tête. En plus, il y a toujours un risque de légèrement tourner le manche en se rasant, et donc dé-serrer la tête. Et là, c'est le drame, plus connu sous le nom de "l'effet Papillon"

    Je conseille donc un bon vieux rasoir de sûreté à peigne fermé, 2 ou 3 pièces, dans lequel on dévisse toute la tête pour insérer la lame. Pas forcément plus cher, et le meilleur moyen de ne pas se dégoûter du rasage old school dès le début.

    b. Des lames

    Là aussi, la simplicité est de mise. Il existe des dizaines de fabricants de lames et chacun a souvent plusieurs types. Il n'existe pas vraiment de recommendation universelle à ce niveau, parce que c'est une affaire personnelle.

    Beaucoup de boutiques de rasage dignes de ce nom vendent donc des packs d'essais contenant une multitude de lames différentes. Si vous débutez, prenez ce genre de pack et essayez les lames pour voir celles qui vous vont le mieux.

    Marques populaires : Astra, Derby, Feather, Merkur, Personna Red.

    En complément : la plupart des rasoirs sont vendus avec quelques lames (5-10) de qualité (souvent Derby, Shark, Astra)

    Pour ma part j'ai opté pour des Dorco Platinum qui font parfaitement le job, pour moins de 10 € les 100 lames. Elles se trouvent sur Amazon (.de ou .co.uk si pas en stock en France)

    c. Un blaireau

    Il peut être en poil de blaireau ou de sanglier, encore une fois il s'agira là d'une question de choix personnel.

    Pour débuter je vous conseille de prendre un blaireau d'entrée de gamme sans trop vous en inquiéter, vous aurez tout le temps pour faire des dépenses déraisonnables plus tard.

    Marques populaires : Edwin Jagger, Omega.

    Ne pas se focaliser sur le type de poil

    Mieux vaut un bon synthétique qu'un mauvais pur blaireau, par exemple.

    Un blaireau Wilkinson à 10-12 € fera le job dans un premier temps, le temps de prendre le coup de main.

    Toutefois, une fois qu'on a tâté du Plisson, Edwin Jagger ou Simpson, on est un autre Homme.

    La bonne affaire : arriver à pécho un Plisson Synthétique, vendu dans certaines boutiques l'Occitane, pour 31 €. C'est un peu cher pour du synthétique, mais au bol la mousse monte en 30s chrono, et sur la peau, bordel. Quelle douceur !

    d. Du savon ou de la crème de rasage

    Les deux formats se valent et là aussi c'est une affaire personnelle. Que vous utilisiez du savon ou de la crème, vous devrez le monter en mousse et l'appliquer sur votre visage (il est possible de le monter en mousse directement sur le visage).

    Le but est ici de préparer une couche protectrice et hydratante qui permettra au rasoir de glisser sur votre peau pour découper proprement les poils qui en dépassent, en évitant de vous découper le visage au passage.

    Marques populaires : Arko, Derby, Proraso, Taylor's of Old Bond Street.

    Concernant le montage de la mousse, une eau calcaire rend l'opération plus difficile (c'est mon cas). Pour éviter d'utiliser une eau minérale pour le rasage, je conseille donc, en cas de calcaire :

    - l'utilisation d'une crème plutôt que d'un savon, pour faciliter le montage de la mousse. La crème à barbe d'Edwin Jagger (pas donnée...), par exemple

    - de monter la mousse en bol et pas sur le visage, pour éviter de se barbouiller pendant des heures pour avoir une mousse à peine correcte

    e. Un bol de rasage

    Qu'il soit recyclé depuis la cuisine ou acheté à dessein, le bol vous servira à monter votre mousse. Pour cela, il vous faut un mug ayant une bonne ouverture ou un bol afin de ne pas vous gêner lorsque vous allez faire tourner le blaireau.

    Le must, c'est de mettre le bol dans votre évier que vous remplissez ensuite d'assez d'eau chaude pour garder le bol à bonne température.

    f. Une pierre d'alun

    L'alun est un composé chimique qui a pour effet de resserrer les vaisseaux sanguins. Passer la pierre d'alun humidifiée sur votre visage après avoir rincé votre mousse va donc resserrer les vaisseaux de votre visage et ainsi fermer les micro-coupures que vous auriez pu vous faire en vous rasant.

    Si vous vous êtes bien rasé, ça devrait légèrement piquer. Si ça vous brûle à mort, c'est que vous devez améliorer votre technique !

    g. Un crayon hémostatique ou crayon de rasage

    Un petit stick d'alun concentré sous forme de crayon. Utile pour pouvoir traiter de façon précise une coupure un peu plus importante qui n'est pas refermée par le passage du bloc d'alun. Toujours utile à avoir sous la main, surtout au début.

    h. De l'after-shave

    À utiliser en clôture pour ré-hydrater votre peau. De préférence sans alcool. Le Baume après-rasage de Nivea a de bonnes reviews, la plupart des marques de savon/crème à raser ont souvent un after-shave au même parfum.

    3. Le rituel

    a. Préparation du terrain

    Commencez pas vous regarder dans un miroir, encore barbu. Analysez votre barbe et repérez bien le sens de votre poil sur les différentes zones de votre visage et votre cou. Il y a de fortes chances que votre barbe ne pousse pas dans le même sens entre les joues, la mâchoire, autour de la pomme d'adam et sur les côtés de votre cou, et vous allez devoir garder la topographie de votre barbe en tête quand il s'agira de la raser, comme vous le verrez plus bas.

    Installez ou remplacez la lame dans votre rasoir si ce n'est déjà fait. Prenez votre bol, votre blaireau, et posez le second dans le premier que vous allez remplir d'eau bien chaude. Si possible, mettez suffisament d'eau dans votre évier pour que le bol soit maintenu au chaud pendant que vous allez préparer votre visage. Cette étape va servir à charger votre blaireau d'eau qui sera utilisée pour monter votre mousse, et également d'amener votre bol à une certaine température pour que la mousse que vous allez y fouetter soit tiède lorsque vous l'appliquerez sur votre visage.

    Enfin, préparez votre visage. Si votre barbe ressemble à celle des ZZ Top, passez un coup de tondeuse afin d'arriver à une longueur plus raisonnable.

    Si possible, prenez une douche et récurez votre visage avec un savon adapté, puis rincez abondament. Ne séchez pas votre visage en sortant de votre douche afin que votre peau se gorge d'eau au maximum. Si une douche n'est pas possible, prenez une serviette que vous gorgez d'eau chaude, et frottez-là sur votre barbe.

    b. Monter et appliquer la mousse

    Videz l'eau de votre bol, secouez très légèrement votre blaireau tête en bas dans l'évier afin de vous débarasser de l'excès d'eau. Mettez une petite noisette de crème dans votre bol, vous verrez que ça vous semblera peu mais que ce sera suffisant pour produire énormément de mousse.

    Prenez votre blaireau et attaquez la crème en tournant encore et encore. La vidéo de Mantic sur le sujet devrait vous donner suffisemment de conseils pour vous permettre de commencer à faire monter votre crème ou savon en mousse onctueuse qui vous permettra d'éviter les coupures.

    Une fois la mousse correctement préparée, vous pouvez l'appliquer sur votre visage en faisant tourner votre blaireau, appuyant juste assez pour masser votre visage. Une fois que vous avez recouvert votre barbe de mousse, utilisez le blaireau comme un pinceau pour égaliser la mousse sur le visage.

    c. Rasage proprement dit

    Un rasage au rasoir de sécurité nécessite plusieurs passes pour éliminer correctement les poils. N'ayez pas peur de voir quelques zones où vous n'avez pas su tout éliminer dès la première passe, le but est de prendre son temps.

    La première passe doit se faire dans le sens du poil, d'où l'importance d'avoir analysé la façon dont votre barbe pousse. Posez le rasoir de façon perpendiculaire sur votre visage pour que la lame ne touche pas votre visage, ensuite inclinez doucement le manche en le tenant comme un crayon jusqu'à ce que vous sentiez que la lame arrive au contact. C'est l'angle idéal dans lequel vous allez garder votre rasoir pour éviter les coupures.

    Ensuite, vous allez devoir apprendre à appliquer le moins de pression possible. Le poids du rasoir fera le boulot, donc n'appuyez surtout pas sur le rasoir sous peine de vous trancher proprement le cou.

    Prenez votre temps et faites de petits mouvements qui se superposent à peine. N'essayez surtout pas de raser de vos oreilles au bout de la machoire en une seule passe comme dans les pubs TV, c'est le meilleur moyen de se faire mal.

    Si vous êtes tout neufs dans l'univers du rasoir de sécurité, c'est une bonne idée de vous arrêter là, même si votre rasage n'est pas parfait. La technique peut être difficile à maîtriser et vous risquez de vous irriter bien plus que de raison si vous essayez de vous entêter avant d'avoir acquis un certain coup de main. Si vous sentez que votre technique est correcte, vous pouvez continuer sur les passes suivantes.

    Les deux prochaines passes se font en travers du sens du poil. Si votre barbe pousse de haut en bas, alors ces passes se feront de gauche à droite et vice-versa. Selon l'état de votre visage, il peut être intéressant de rincer et de ré-appliquer une couche de mousse entre chaque passe, pour garder votre visage bien hydraté et faciliter la glisse du rasoir.

    Après ces trois passes, votre rasage devrait déjà être très satisfaisant. Si vous êtes d'accord, arrêtez là, posez le rasoir et passez à la finalisation.

    Si vous voulez absolument vous entêter à considérer que votre visage pourrait encore être mieux rasé et que vous avez confiance dans votre technique, vous pouvez effectuer une quatrième passe à rebrousse-poil, après avoir correctement ré-appliqué une couche de mousse. Notez que cette passe est la plus irritante pour votre peau et celle où vous risquez le plus de vous couper, donc évitez d'y avoir recours trop souvent, en particulier si vous êtes débutants.

    d. Finalisation

    Pour clôturer le rasage, il est important de protéger votre peau afin d'éviter les infections ou l'irritation.

    Commencez par rincer ce qui reste de mousse à l'eau chaude, puis passez le bloc d'alun sous l'eau avant de le frotter délicatement sur votre visage et votre cou. Cela aura pour effet de refermer les micro-coupures que vous n'aurez pas manqué de vous faire. C'est aussi un excellent indicateur de la qualité de votre technique, car vous allez avoir droit à une sensation de brûlure pour chaque plaie un peu trop profonde. Si le passage du bloc d'alun vous fait souffrir, c'est que vous devez faire plus attention en maniant le rasoir.

    Après le bloc d'alun, rincez votre visage à l'eau froide pour que le contraste chaud-froid achève de refermer votre visage. Gardez la peau humide et appliquez une noisette d'after-shave sur le visage afin de ré-hydrater et de nourrir votre peau.

    Vous pouvez enfin quitter la salle de bain avec la douce satisfaction du travail bien fait.

    Accéder au guide du métro bien rasé sur Github.

    4. Choisir sa tondeuse

    Pour ceux préférant se laisser pousser la barbe, la tondeuse Babyliss 45 pro est appréciée par plusieurs canards, notamment pour ses sabots assez grands permettant également de se couper les cheveux. Les tondeuses Moser ont aussi été recommandées pour leur longévité et leur prix abordable.

    5. Le rasage au coupe choux

    Merci à Ghost Line pour la rédaction de ce chapitre.

    a. Pourquoi choisir un coupe choux ?



    Voilà une très bonne question !

    1. Avant tout, choisir un coupe choux, c'est une démarche durable : en effet, un coupe choux peut durer une vie, voire, deux, voire plus ... il suffit de regarder les petites annonces de sites spécialisées pour le comprendre !
    2. Un coupe choux, c'est souvent un bel objet, qu'on a plaisir à regarder (et à utiliser, mais nous verrons ça plus loin).
    3. Un coupe choux enfin, c'est la redécouverte de l'instant rasage, la resacralisation de ce moment et la remise en place des rites qui vont avec.
    4. Et surtout, ça rase de plus prêt que n'importe quel autre rasoir.

    b. Comment choisir un coupe choux ?

    C'est avant tout une question de goût, mais aussi (dans une moindre mesure) une question de finalité.

    Les deux grands paramètres à prendre en compte pour choisir un coupe choux sont la forme du nez de la lame, et la largeur de sa lame. Tout ce qui va suivre est extrait de la très bonne page du Wiki du Coupe Chou.

    Petite leçon d'anatomie :



    Bon, le nez, c'est ... bah le nez. Plus sérieusement, c'est la forme qu'il va avoir : sur cette illustration, nous sommes en présence d'un nez rond. Le choix du nez va avoir un véritable impact sur la précision du rasage et ... la difficulté d'utilisation.
    La largeur de la lame, qui est la distance qui sépare le fil du dos, va faire varier le confort d'utilisation (nous verrons delà un peut plus loin).

    Voici les différents types de nez :

    • Le nez rond :



    Le nez idéal pour débuter. Pourquoi ? Parce que la lame est aiguisée "droite", c'est à dire que l'arrondi ne coupe pas. Cela laisse un peu de marge de manoeuvre pour éviter de trop raser, ou de se couper en penchant trop le nez vers la peau pour atteindre des points difficiles d'accès.

    • Le Barber's Notch :



    Le but originel du Barber's Notch, et la raison pour laquelle dans tous les westerns, les coupes chou sont de ce type, est de raser les poils du nez, ce qui explique cette forme particulière. C'est relativement sans danger d'utilisation, mais je n'ai pas trop compris comment préserver une moustache et se raser les poils de nez avec le mien

    • Le nez français, le nez droit et le nez espagnol :



    Ces trois nez favorisent l'accès aux zones difficiles lorsque l'on souhaite sculpter sa barbe. En contrepartie, ils sont extrêmement déconseillés aux débutants, car coupant sur toute la longueur de la lame.

    La largeur de la lame :

    La largeur d'une lame de coupe choux est mesurée en pouces. Voici les largeurs standards (tirées du site Rasage classique):

    • lame 3/8 : 0,9 cm (9,525mm)
    • lame 4/8 : 1,3 cm (12,7 mm)
    • lame 5/8 : 1,6 cm (15,875 mm)
    • lame 6/8 : 1,9 cm (19,05 mm)
    • lame 7/8 : 2,2 cm (22,225 mm)
    • lame 8/8 : 2,5 cm (25,4 mm)

    La largeur de la lame va influer sur deux choses : la quantité de mousse que l'on peut accumuler dessus (plus la lame est large, plus il y a de place, et donc, moins de nécessité de rinçage), et la facilité de guidage (une lame large, surtout pour un débutant, sera plus facile à guider, car elle aura tendance à "glisser" plus facilement sur la peau).

    A titre personnel, mon nez rond est un 6/8 et mon Barber's Notch un 5/8.

    Les autres points :

    Il y a quelques autres points qui permettent de discerner les coupes choux, mais dont l'importance est moindre : le profil de la lame en est un.

    Vous lirez probablement des descriptions qui évoquent "full / half / quarter hollow" : il s'agit de l'évidement de la lame. Petite explication : au départ, la technologie de fonte ne permettait de faire que des lames avec un profil triangulaire. Au fil du temps, il a été possible d'évider les lames, pour les alléger et faciliter l’affûtage.



    Le dos, qui va changer de forme et de décoration suivant la qualité et le prix du coupe choux, et enfin, la chasse, qui peut être en plastique, en bois ou en ivoire, ...

    Le commerce d'ivoire d'éléphant d'Afrique et d'Asie est strictement interdit en France : faites attention à ce que vous achetez [et ne soyez pas surpris de vous faire gauler à la douane si vous déconnez ..] !

    C'est bien beau, tout ça, mais je choisis quoi, moi ?


    Une très belle pièce d'un artisan français : Authentic Gentlemen.

    Eh bien, mis à part quelques écueils (EVITEZ LES SHAVETTES A TOUT PRIX), c'est avant tout une question de budget.

    Le débutant s'orientera vers la marque Dovo, dont les tarifs commenceront (hors solde) aux environs de 70€. Si vous débutez, préférez un nez rond avec une lame plutôt large. En cherchant sur les nombreux sites qui font commerce des "moyens de rasage ancien", vous trouverez assez facilement des kits de démarrage à prix raisonnable. Si elle est présente, choisissez l'option "Shave Ready" : cela vous coûtera un peu plus cher, mais la lame sera préparée et aiguisée pour que le coupe choux soit utilisable à réception.

    Le connaisseur ... bah il écumera les forum, comme tout le monde !

    c. Mais l'entretien alors ?

    La manière dont vous allez entretenir votre coupe choux va conditionner votre plaisir à vous raser, donc ne lésinez pas sur ce point.

    Vous allez avoir besoin :

    • D'un cuir à rasoir (typiquement une ceinture ou une raquette) :

      https://encrypted-tbn0.gstatic.com/s...zt0-Q&usqp=CAE

      Dans le cas d'une raquette, vous pourrez enduire une des face de pâte verte (une pâte avec un grain très fin, à acheter séparément) pour finir l'aiguisage de manière très fine et polir la lame. Il existe même des raquettes préenduites.

      Bonne nouvelle : c'est le seul accessoire indispensable pour un coupe choux ! Il vous faudra passer votre lame avant chaque utilisation sur ce cuir, comme le montre la vidéo ci jointe. C'est un coup à prendre

    Du coup, en option (au moins au début, et surtout si vous n'avez pas une connaissance qui aiguise des couteaux) :

    • De pierres à aiguiser :



      Dixit Rasage-classique.com :

      Les pierres à aiguiser s'utilisent en fonction de leur grain : de 100 à 400, la pierre servira à enlever les brèches, dégrossir les lames émoussées et reformer le fil ; de 600 à 1000, sa fonction principale sera d'entretenir le tranchant des couteaux ; de 1000 à 3000 pour une finition fine et enfin de 3000 à 12000 pour un tranchant de rasoir, un polissage.

      C'est particulièrement intéressant quand vous restaurez un coupe choux, et vivement conseillé (pour gagner du temps) si votre coupe choux n'est pas SR (Shave Ready).

    d. C'est pas si terrible, finalement ! Et j'ai besoin de quoi d'autre ?

    Et bien, de tout ce qu'il faut pour se raser ... avec un vrai rasoir A savoir :

    • du savon à barbe : il en existe de toutes sortes ! Trouvez un parfum et une composition qui vous plait, et en route !

    • d'un bol ... : eh oui, rappelez vous votre grand père (ou votre arrière grand père, si vous l'avez connu, pour les plus jeunes) : un savon à barbe, ça se monte ! N'importe quel bol fera l'affaire : après, prenez en un beau (tant qu'à faire !)

    • ... et d'un blaireau : car oui, pour monter le savon (et l'étaler sur votre visage), il faut un blaireau. Le choix de ce dernier (et son prix) dépendra de votre niveau et de votre budget. Il sera, par ordre croissant de prix (et décroissant de dureté) :

      • soies de sanglier ou de cochon
      • pur poils de blaireau tout-venant (pure badger)
      • poils de blaireau foncés (black badger)
      • poils de blaireau clairs (fair badger)
      • poils de blaireau pointes argentées (silver tip badger)

        Du coup, les curieux comprendront pourquoi on appelle un blaireau ... un blaireau !
        La matière du manche fera aussi très clairement varier le prix.

    • d'une pierre d'alun : cela ne coûte pas très cher, dure trèèèèès longtemps, et permet de refermer les petites coupures de rasage (et peut aussi servir de déo en cas de besoin).

    • d'un après-rasage : sans alcool de préférence, pour finir le boulot.

    • d'une bonne demie heure de temps : le rasage au coupe choux n'est pas une affaire qui s'expédie vite (au risque de se couper) ! Prenez le temps d'en profiter

    e. Ok, j'ai tout, je suis torse-poil devant mon évier, je fais quoi maintenant ?

    Là, je vais lâchement botter en touche et partager cette vidéo avec vous !



    f. Conclusion :

    Voilà, j'espère vous avoir convaincu de tenter l'expérience ... je m'arrête à regret pour deux raisons :

    1. on pourrait faire un topic sur le sujet tellement le sujet est vaste (choix du CC [Coupe Choux], choix du blaireau, du savon, techniques de préparation de la peau, etc.)
    2. le but, c'est que vous essayiez et qu vous fouilliez internet de la masse impressionnante d'information qu'il contient sur le sujet.

    Quelques liens complémentaires :

    Tutos et conseils d'achat :
    https://www.mabellebarbe.com/le-club...-chou-b12.html
    http://unrasageaupoil.com/
    http://www.barbedudaron.fr/rasoir-co...t-le-meilleur/

    Forum :
    http://coupechouclub.cultureforum.net/
    http://www.leretourducoupechou.com/index.php

    Facebook :
    https://www.facebook.com/groups/8522605753/ - la page du 3C ou Coupe Choux Club
    https://www.facebook.com/groups/278851009153769/ - la Brocante du Coupe Choux[/QUOTE]
    Dernière modification par eKaps ; 07/01/2017 à 10h27. Motif: Ajout du guide du coupe choux de Ghost Line
    Citation Envoyé par Franckii Voir le message
    Tu verrais ma vie, tu en serais très étonné. Là je suis entrain de lire Peleliu 1944 the forgotten coin of hell en écoutant la BO de la Ligne rouge tout en sirotant une bonne vieille chimay triple.

  6. #6
    /// Réservé ///
    Dernière modification par eKaps ; 08/12/2016 à 14h23.
    Citation Envoyé par Franckii Voir le message
    Tu verrais ma vie, tu en serais très étonné. Là je suis entrain de lire Peleliu 1944 the forgotten coin of hell en écoutant la BO de la Ligne rouge tout en sirotant une bonne vieille chimay triple.

  7. #7
    Ouais je vais à Londres la semaine prochaine, quelqu'un d'autre que Georges peut faire un guide, je suis plus smicard que golden boy
    Citation Envoyé par raaahan Voir le message
    Et je continue à faire l'hélicobite en me regardant dans le miroir encore maintenant... (putain mais j'ai vraiment trop de vacances)

  8. #8
    Citation Envoyé par Mdt Voir le message
    http://www.jacquesdemeter.fr/172-les...on-graine.html
    375€ fdp in avec PREMIERJOUR

    Allez-y !
    Pourquoi celles là et pas les acajou ?
    Citation Envoyé par raaahan Voir le message
    Et je continue à faire l'hélicobite en me regardant dans le miroir encore maintenant... (putain mais j'ai vraiment trop de vacances)

  9. #9
    De la folie ces précos.

    J'hésite à craquer sur les workboots. J'adore la gueule de mes Country Boots (http://www.jacquesdemeter.fr/hommes-...ve-graine.html), mais je n'ai jamais réussi à les faire à mon pied : le bout s'affine trop vers l'intérieur pour moi (et j'aurais probablement dû prendre la taille du dessus, car j'ai l'impression que J&D taille petit).
    D'ailleurs, si jamais un canard est intéressé par une paire en 42 quasi-neuve...

    Citation Envoyé par cotueur Voir le message
    Pourquoi celles là et pas les acajou ?
    Question de préférences. Les deux sont très bien, mais je trouve que le grain se prête mieux au côté rustique de la paire, alors que le cuir lisse n'est pas suffisamment gras.
    Mais c'est vraiment du pinaillage, les deux modèles sont canons.
    Citation Envoyé par Amantine Aurore Lucile Dupin
    Donnez-moi la première babiole que vous aurez sur vous... Tenez, cette pokeball d'ivoire émaillé que vous avez là en main.

  10. #10
    J'ai une autre question, comment ça se fait que les richelieu sont plus chères alors qu'il y a moins de matière ? C'est plus compliqué que des boots à fabriquer ?
    Citation Envoyé par raaahan Voir le message
    Et je continue à faire l'hélicobite en me regardant dans le miroir encore maintenant... (putain mais j'ai vraiment trop de vacances)

  11. #11

  12. #12
    Citation Envoyé par Mdt Voir le message
    http://www.jacquesdemeter.fr/172-les...on-graine.html
    375€ fdp in avec PREMIERJOUR

    Allez-y !
    J'ai vu ça ouais, ça me tente bien dans la version non grainée (j'ai déjà les conistons en grainé)...

  13. #13
    pour moi aujourd'hui :

    Levis
    APC
    Woolrich
    Paraboot

  14. #14
    Les Michael, quand je les vois sur étagère, je peux pas, idem pour mes pieds. Par contre en photos sur d'autres personnes je trouve ça canon :D.
    Super look bien cool et discret.

  15. #15
    Je n'aime décidément pas la veste Levis.
    Le pile lining quand ce n'est pas de la qualité ça fait cheap.


    Georges : la forme tradition est plus large. Et tu peux demander une demi-pointure de plus.
    Citation Envoyé par Rose Bifle Voir le message
    Quand on se balade avec une plume dans le cul au milieu d'une prairie, faut pas s'étonner de se prendre une cartouche dans le bec.

  16. #16
    Je vais tenter le coup.

    Maxime, si tu nous lis, possible de tester les tailles au showroom fin décembre ?
    Citation Envoyé par Amantine Aurore Lucile Dupin
    Donnez-moi la première babiole que vous aurez sur vous... Tenez, cette pokeball d'ivoire émaillé que vous avez là en main.

  17. #17
    Je suis sur le point de craquer pour les workboots, mais j'hésite, est ce que ça va faire doublon avec les grenson que j'ai piqué a George

    PS:

    41,5 en redwing beckman

    43 en boots lace up feit (le size up était conseillé)

    42,5 en converses 70.

    Chez J et D, pour la workboot, t'as une idée du sizing Mdt?
    Dernière modification par Aero ; 04/12/2016 à 19h20.
    Citation Envoyé par Mdt Voir le message
    Si tu vis comme un porc, tu achètes pas de Cachemire.

  18. #18
    Pour ceux qui ont lavé leur Oxford brush blue de chez DN, a-t-elle rétréci légèrement ? Histoire que je prenne mes précautions avant de laver la mienne

  19. #19
    Citation Envoyé par misterpili Voir le message
    pour moi aujourd'hui :
    http://i38.photobucket.com/albums/e1...pszpjitw1k.jpg
    Levis
    APC
    Woolrich
    Paraboot
    J'ai aussi un pantalon Woolrich que j'avais topé à prix volé au 14 oz. Supersale de Berlin. J'aime bien le produit perso. J'ai cherché un peu la philosophie de la marque, mais c'était un peu vide dans mes souvenirs. Bon, l'ourlet s'était décousu et j'ai dû le faire recoudre, mais sinon je trouve très bien !

    Sinon, mon pote a reçu son agenda (aux States en world premiere ; je lui avais envoyé avant la sortie officielle le truc est même assorti à son passeport ) :



    Y a plus qu'à profiter de la hype que ça lui a donné pour lui refiler un strap indigo qui va bien (remarquez que sa photo à la lumière pourrie donne une couleur différente qu'à la lumière naturelle douce) :

    Dernière modification par MrBeaner ; 04/12/2016 à 19h30.

  20. #20
    Citation Envoyé par Aero Voir le message
    Chez J et D, pour la workboot, t'as une idée du sizing Mdt?
    Assez normal je dirais. 42,5 et je rentrerais peut-être dans du 42.
    8,5US Alden (truebalance), 8UK Carmina (Llubi), 42.5 Vass (P3), 43 National Standard, 42 Lanvin, 42 Common Project, 9US Epaulet, 9UK NB575... sachant que toutes ces baskets je pourrais size down en longueur sauf Epaulet et NB.
    Citation Envoyé par Rose Bifle Voir le message
    Quand on se balade avec une plume dans le cul au milieu d'une prairie, faut pas s'étonner de se prendre une cartouche dans le bec.

  21. #21
    D'ailleurs mes Loake en 9UK sont un poil trop grandes, vous avez des conseils pour ajouter des semelles pour resserrer un peu tout ça ?

  22. #22
    J'ai craqué pour les Chukka taupe de J&D

  23. #23
    Citation Envoyé par gnak Voir le message
    D'ailleurs mes Loake en 9UK sont un poil trop grandes, vous avez des conseils pour ajouter des semelles pour resserrer un peu tout ça ?
    J'étais justement en train de lire ça : http://blog.jacquesdemeter.fr/chaussures-trop-grandes/
    Citation Envoyé par raaahan Voir le message
    Et je continue à faire l'hélicobite en me regardant dans le miroir encore maintenant... (putain mais j'ai vraiment trop de vacances)

  24. #24
    Citation Envoyé par cotueur Voir le message
    J'étais justement en train de lire ça : http://blog.jacquesdemeter.fr/chaussures-trop-grandes/
    Merci !

  25. #25
    Hey les gars, je viens de calculer un truc, il y a des conseils pour à peu près tout pour les hommes sauf à propos de tout ce qui hygiène bucco-dentaire, donc quelqu'un aurait des conseils ou des liens sur des articles/guides par rapport à ça ? (Genre brosse à dent manuel ou électrique, quels marques sont efficaces pour le dentifrice, bain de bouche, .... )

  26. #26
    J&D rajoute deux petits bonus pour ceux qui préco :
    - 1 pot de crème Saphir médaille d'or et une brosse à lustrer
    - ou une bombe de rénovateur et une brosse en crêpe pour les modèles en velours)

    Je commence à avoir beaucoup trop de produits d'entretien, mais on ne va pas cracher dessus...

    Et sinon, Maxime n'est pas un pro des maths :
    une réduction additionnelle de 10% (en plus de la réduction de 20% du lancement !) avec le code PREMIERJOUR
    = On arrive donc à une réduction de 30% au total, ce qui est trèèès loin d’être négligeable, surtout que nous ne faisons jamais de soldes vu qu'on vous propose un prix juste tout au long de l'année.
    Aux dernières nouvelles ça fait 28%
    Citation Envoyé par Amantine Aurore Lucile Dupin
    Donnez-moi la première babiole que vous aurez sur vous... Tenez, cette pokeball d'ivoire émaillé que vous avez là en main.

  27. #27
    On veut voir les photos des précos BJ là!

  28. #28
    Un peu decu par les trench boots d Oak Street. Elles sont plus massives que ce que j imaginais.
    Des idees pour une paire de boots portables au bureau avec un blazer la semaine mais qui restent plus viriles que des derby boots standard? Pas des brogues, j en ai deja

    Budget max 450 500€.

  29. #29

  30. #30
    Citation Envoyé par Jevtamo Voir le message
    Hey les gars, je viens de calculer un truc, il y a des conseils pour à peu près tout pour les hommes sauf à propos de tout ce qui hygiène bucco-dentaire, donc quelqu'un aurait des conseils ou des liens sur des articles/guides par rapport à ça ? (Genre brosse à dent manuel ou électrique, quels marques sont efficaces pour le dentifrice, bain de bouche, .... )
    Le mieux est de demander à ton hygiéniste (que tu dois voir une fois dans l'année/tous les deux ans, à moins que tu aies un entretien impeccable, ou que tu négliges le truc ).

    La mienne me dit que le minimum pour maintenir une hygiène correcte est de brosser comme il faut (of course. Donc faire des passages longs en brossant bien tous les endroits de la dent) et de passer ce putain de fil dentaire (Ou des brossettes. Au moins une fois par semaine. Une fois par jour au mieux).

    Une émission sur les brosses à dent électriques : http://www.rts.ch/play/tv/a-bon-ente...que?id=5645206. On y parle hygiène dentaire également

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •